Les Français et la rénovation énergétique: baromètre Monexpert-renovation-energie

Le 7ème baromètre 2021 Monexpert-renovation-energie.fr réalisé avec OpinionWay montre que la rénovation énergétique est une préoccupation de plus en plus forte pour les Français, convaincus massivement que l’enjeu doit s’inscrire dans le programme des candidats à la présidentielle. Malgré ce fort intérêt, les Français restent perdus devant la complexité du fléchage des aides et disposent d’un budget en baisse par rapport à 2020 pour financer les travaux dans leur logement. Pour faciliter leurs démarches, ils plébiscitent l’accompagnement à travers un prestataire unique et, en prérequis, l’audit énergétique de leur logement.

La baromètre Mon-expert-rénovation-énergie

Dans un contexte de reprise, le dernier baromètre OpinionWay/Monexpert-renovation-energie.fr est riche d’enseignements sur la perception des nouvelles mesures de soutien à la rénovation énergétique qui sont destinées à massifier et à accélérer les travaux : malgré leur besoin croissant de rénover thermiquement leur logement et une meilleure connaissance des enjeux environnementaux, les Français sont toujours freinés dans leurs projets par la complexité des démarches administratives et le maquis des aides.

Plus d'un tiers des Français ont froid en hiver

Alors qu’ils déclarent une facture énergie mensuelle moyenne de 184€, les Français sont 20 % à payer plus de 200 € de facture de chauffage par mois. A noter que les 18-24 ans et les 65 ans et plus sont les plus impactés avec respectivement 202 euros de budget moyen mensuel et 227 euros. Ce budget énergétique conséquent a un véritable impact sur le pouvoir d’achat des Français. A ce titre, deux Français sur trois (66 %) sont prêts à réaliser des travaux de rénovation afin de disposer d’une facture énergie plus réduite. Deux tiers souhaitent également réaliser ces travaux pour avoir davantage de confort dans leur logement (64 %). Un effet, plus d’un tiers de la population (36 %) déclare avoir froid dans son logement au moins de temps en temps pendant l’hiver. Sans surprise, les locataires semblent davantage subir les effets de leur logement en matière de température : la moitié d’entre eux (50 %) déclare avoir froid dans leur logement au moins de temps en temps pendant l’hiver, dont 18 % souvent (contre 28 % des propriétaires, dont 5 % souvent).

Ainsi, le fait d’avoir froid dans son logement l’hiver semble un critère déterminant dans le sentiment que des travaux de rénovation énergétique y sont nécessaires : plus de la moitié des Français (56 %) qui estime que des travaux sont nécessaires dans leur logement déclare avoir froid chez eux l’hiver.

 

La moitié des Français convaincue de la nécessité de réaliser des travaux malgré une méconnaissance des aides qui perdure

Aussi, ils sont nombreux (1 Français sur 2, soit 48 %) à estimer nécessaire la réalisation de travaux énergétique dans leur logement et ils aimeraient même que cela soit obligatoire (52 %). Car, ils sont conscients que cela apporte une vraie valeur au logement : pour près de 8 Français sur 10, l’étiquette énergétique du logement visité serait un critère important dans leur projet d’achat (76 %) et pour 33 %, une bonne étiquette énergétique permet une revente facile.

Cependant, 2 Français sur 3 (66 %) ne sont pas en mesure de citer une aide financière permettant de réaliser des travaux de rénovation malgré la communication massive des pouvoirs publics et des acteurs privés. Et pourtant les enjeux financiers sont centraux pour les personnes envisageant ce type de travaux : une personne sur trois qui hésite à réaliser au moins un type de travaux estime ne pas en avoir les moyens financiers (34 %). Le fait d’estimer ne pas avoir droit aux aides à la rénovation arrive en deuxième position (26 %) des hésitations.

De plus, les personnes qui estiment qu’une rénovation de leur logement est nécessaire sont nombreuses à déclarer manquer d’argent (53 % contre 43% de ceux pour qui une rénovation n’est pas nécessaire). Et pourtant, beaucoup estiment ne pas avoir droit aux aides (30 % contre 21 %) et ne savent pas comment les obtenir (30 % contre 8 %).

Près de 2 Français sur 3 ne connaissent pas l’étiquette énergétique de leur logement

Si l’étiquette énergétique est un critère important lors d’un projet d’achat, près de 2 Français sur 3 (58 %) ne savent pas quelle étiquette énergétique est attribuée à leur logement et la rénovation énergétique n’est même pas perçue spontanément comme ayant un lien avec la réduction de la facture. Les locataires, ayant généralement moins de marge de manœuvre en matière de travaux, sont les plus nombreux à ne pas connaître le niveau de performance énergétique de leur logement : 64 % contre 52 % des propriétaires.

Dans ce contexte, même si près d’1 Français sur 2 a déjà réalisé certains travaux (44 %), plus d’un Français sur 2 (56 %) n’envisage pas d’en faire dans les 2 ans à venir.

Ainsi, pour ceux qui ont fait ou envisagent des travaux, arrivent sur le podium le changement de fenêtres et l’isolement des combles (tous deux à 17 %) et le changement du système de chauffage (14%).

Concernant les travaux envisagés pour les années à venir, sont cités des types de travaux plus ambitieux et coûteux : le changement de système de chauffage se trouve à la première place (21 %), suivi de l’isolation des murs (19 %) et de l’installation de panneaux solaires et du changement de fenêtres (tous deux à 18 %).

La raison des freins à la rénovation aujourd’hui : le budget et le manque d’accompagnement

Le frein principal pour 1 Français sur 2 est l’argent. Avec un budget moyen de 2 546 euros, c’est un montant en baisse de 525 euros par rapport à la vague précédente (3 071 euros en 2020) et encore insuffisant pour effectuer des travaux efficaces. Cette baisse est toutefois à relativiser car le budget reste supérieur à celui enregistré en 2019 de 80 €. L’année 2020 a été une année particulière en raison des confinements qui ont permis à de nombreux Français d’économiser de l’argent et d’avoir davantage de temps à consacrer à ces travaux.

Ainsi seulement 35 % des Français disposent de plus de 1 000 euros pour les financer, 23 % déclarent disposer de moins de 1 000 euros pour les financer et même 30 % ne disposent d’aucune enveloppe budgétaire. Le corolaire de cette situation est la nécessité absolue de réduire, une fois les aides existantes déduites, le reste à charge des ménages, en particulier pour les plus modestes.

Un écart important entre propriétaires et locataires est à souligner : le budget moyen envisagé par les propriétaires (3 451 €) est plus de trois fois supérieur à celui des locataires (1 121 €).

Outre la question de la marge de manœuvre pour les travaux, il est également plus simple de prévoir ce type d’investissement à long terme pour les propriétaires. Sur ce point également, on peut observer de fortes disparités budgétaires entre les régions concernant le budget moyen, allant de 1 751 € en région Centre à 3 558 € dans le Grand Est.

Au frein budgétaire s’ajoute le manque d’accompagnement technique et le manque d’artisans de confiance tous deux avancés par 25% des Français.

Les Français plébiscitent l’audit de leur logement et l’accompagnement via un prestataire unique.

Pour pallier ces freins, plus de 2 Français sur 3 qui envisagent des travaux (71%) se disent intéressées par un audit de leur logement, ne serait-ce que par curiosité pour 43 %. Un véritable plébiscite du diagnostic énergétique du logement qui entre dans la logique de l’accompagnement de A à Z déjà largement exprimé lors des vagues précédentes.

Pour ce faire, afin de faciliter les démarches et simplifier les travaux, une solution émerge largement : permettre aux Français de s’appuyer sur un interlocuteur unique avant, pendant et après leur projet. En effet, près de trois Français envisageant une rénovation sur quatre pourraient confier la gestion de leur rénovation à un unique prestataire qui s’occuperait de mettre en place le projet, de le suivre et de réaliser les démarches d’obtention d’aides à la rénovation.
• 77 % seraient prêts à le faire pour des travaux simples avec un seul type de rénovation
• 73 % pour des projets plus complexes avec plusieurs types de travaux en simultané.

La rénovation énergétique au cœur du débat présidentiel

Dans ce contexte 2 Français sur 3 (63 %) réclament que la thématique de la rénovation énergétique ait sa place dans le débat des élections présidentielles. Rappelons qu’outre les économies d’énergie qu’elle permet, la rénovation énergétique améliore le confort thermique à l’intérieur des logements, mais aussi une meilleure qualité de l’air et donc une meilleure santé et un meilleur moral pour ses occupants.

En conclusion, afin de convaincre davantage de Français à réaliser des travaux de rénovation énergétique, Monexpert appelle les pouvoirs publics à systématiser le recours à l’audit et ce à un coût raisonnable. Aidé en partie par MaPrimeRénov’ pour certains foyers, l’audit énergétique doit également être aidé par le dispositif des Certificats d’Economies d’Energie permettant par ce cumul d’avoir un reste à charge incitatif. Aussi ce reste à charge doit être modulé en fonction de la réalisation de travaux pour aider les plus engagés.

Il est nécessaire de massifier mais de manière efficiente et dans la continuité. Et pour cela, revaloriser les aides est impératif pour inciter et aider les Français à passer à l’acte.

Lien : Enquête OpinionWay - 

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Spécial rénovation énergétique ! - La Maison de Christian Best of n°4

La maison de Christian · Spécial rénovation énergétique ! Best of n°4 Best of spécial rénovation énergétique avec Christian PESSEY, Marjolaine Meynier-Millefert, députée de l'Isère et co-animatrice du Plan de rénovation énergétique de l'habitat , Jean-Baptiste Devalland, directeur général chez TEKSIAL et Brice Aloth, dirigeant de BCI Isolation .

image

Rénovation énergétique : la charte TEKSIAL

Spécialisée dans l'accompagnement des travaux de rénovation énergétiques TEKSIAL vient de présenter une charte visant à lutter contre la fraude et à évincer les éco-délinquants. Il s'agit d'assurer une sélection rigoureuse des professionnels du bâtiment et de la rénovation pour assurer aux particuliers une garantie de qualité des travaux, en sécurisant toutes les étapes du projet. C'est une condition essentielle pour lever les freins à la décision des particuliers inquiets à l'idée de se lancer dans des travaux de rénovation énergétique.

Les dernieres vidéos maison

image

L'air, le meilleur des isolants

Pourquoi l'air isole-t'il ? Christian Pessey vous explique en quoi les propriétés de l'air lui confère un tel pouvoir isolant.

image

La qualité de l'air dans la maison

Il est souvent dit que l'air intérieur des maisons est très pollué. Dans cette vidéo, Christian PESSEY, avec l'aide de QUALITEL , vous explique comment identifier ces polluants et comment agir pour en réduire le nombre et donc leur impact sur la santé.

image

Accrocher dans la plaque de plâtre

Christian PESSEY et Eric BARNASSON, Responsable du Pôle marketing Produits & Systèmes chez PLACO® , vous donnent tous les conseils pour accrocher de lourdes charges dans de la plaque de plâtre, et notamment toutes les informations sur la plaque à haute résistance Habito®

image

La laine de verre et la santé

Dans cette interview, Christian PESSEY fait le point avec Florence GAUVIN, expert isolation chez ISOVER sur les risques que représenteraient l'utilisation de la laine de verre et pour en avoir le coeur net, ils ont fait appel à l'expertise du docteur Christian RECCHIA.

Les derniers conseils maison

image

Installer un détecteur de monoxyde carbone (CO) : une assurance sur la vie

Si l'installation d'au moins un détecteur de fumée (DAAF) par logement est devenu obligatoire (de haute lutte) en 2015, le détecteur de monoxyde de carbone reste facultatif. Pourtant ce gaz inodore et incolore tue chaque année une centaine de personnes en France et cause des invalidités souvent irréversibles, notamment neurologiques, à près de 3000 personnes. Les parlementaires ont mis la loi visant à les rendre obligatoire sur une voie de garage. C'est inacceptable.

image

La mention PAC HYBRIDE par LES PROFESSIONNELS DU GAZ (PG)

L’Association des Professionnels du Gaz (PG) lance la mention « PAC hybride ». Elle permettra aux particuliers d’identifier les professionnels de la PAC hybride gaz. Tous ceux qui souhaitent opter pour ce système de chauffage performant auront ainsi la garantie d’être accompagnés par des professionnels qualifiés. Cette nouveauté devrait contribuer à mettre en place un réseau d’experts et assurer le développement des ventes de PAC hybride gaz. La filière s’est fixée un objectif de 15 000 unités vendues à horizon 2024.

image

Comment lutter contre l'humidité dans la maison?

La bataille contre l’humidité est rarement définitivement gagnée au stade de la construction. Si vous êtes attentif à l'état de votre maison, surtout à la mauvaise saison, vous pourrez déceler à temps ses attaques et y remédier . Quand vous découvrez les traces du passage de l’eau, ne tentez pas d’en masquer les effets, mais cherchez  d’où elles proviennent, afin d’attaquer le mal à la "source".

image

Rénover un lavabo ou une baignoire

Avec le temps les appareils sanitaires finissent par s’abîmer : l’émail s’ébrèche, se ternit, voire jaunit sous l’effet du calcaire. Il existe aujourd’hui des produits faciles à utiliser, qui permettent de redonner une nouvelle jeunesse à vos baignoires et lavabos. On peut les utiliser bien entendu sur tous les appareils émaillés (cuisinière, par exemple), mais aussi sur le carrelage.

image

Comment bien limer le métal?

Limer semble une opération élémentaire. Pourtant, cela demande de la précision, de la force et une attention redoublée. 

image

Maisons individuelles : les solutions gaz font le pari de l’hybridation

La nouvelle réglementation environnementale des bâtiments neufs, la RE2020, entrera en vigueur au 1 er janvier 2022. Modernes et performantes, les solutions hybrides fonctionnant avec du gaz répondent aux exigences de cette règlementation qui a été renforcée. Elles contribuent également à diminuer l’impact carbone des bâtiments, et ce d’autant plus avec l’essor du gaz vert, une énergie respectueuse de l’environnement. La production de gaz vert représente aujourd’hui l’équivalent de la consommation de gaz d’1,4 million de logements neufs chauffés au biométhane.

image

Bois traités à la créosote : danger !

Les bois traités à la créosote sont très dangereux. Les traverses de chemin de fer sont en bois dur et généralement très sec. On est tenté de les récupérer pour en faire du bois de chauffage ou différentes utilisations dans le jardin. Il en est de même des poteaux téléphoniques en bois. Les faire brûler dans la cheminée ou les utiliser pour en faire des terrasses ou des piquets de clôture vous font courir de graves dangers : ces bois sont hautement cancérigènes.

image

Flambée dans la cheminée : faut-il s'en priver?

La cheminée à foyer ouvert, c'est-à-dire sans insert, est montrée du doigt comme polluante et peu efficace. Ce n'est pas faux, mais faut-il pour autant se priver d'une agréable flambée de bûches quand la maison elle-même est déjà chauffée par une chaudière ou une pompe à chaleur, par un plancher chauffant ou des radiateurs électriques? Un certain nombre de sécurités sont à prendre pour réunir toutes les conditions de sécurité.

Rénovation et entretien de votre logement

Rénover tous les secteurs de la maison

Tous les conseils pratiques et les informations dans tous les secteurs de l’habitat, pour entretenir, rénover, réparer, construire sa maison par Christian PESSEY, journaliste de la construction. L’entretien de la maison est crucial pour une utilisation optimale et quotidienne de votre logement, mais aussi pour maintenir la valeur de votre maison au plus haut niveau. 

Un entretien régulier de la maison

Faute d’entretien régulier, il faut souvent recourir à une rénovation globale, par des travaux de consolidation de la maçonnerie, par une restructuration du bâti, une mise à niveau de l’isolation et du chauffage pour une exploitation rationnelle de la maison, en économisant l’énergie, donc les dépenses de chauffage, dans le respect de l’environnement, par réduction des nuisances, des particules fines, mais aussi des gaz à effet de serre dans la perspective d’une optimisation du bilan carbone de l’habitat.