Une étude internationale confirme l’influence de la lumière du jour sur la qualité du sommeil et la productivité au travail

Nos modes de vie à 100 à l’heure, et le plus souvent enfermés entre 4 murs1, nous laissent bien peu de possibilité de nous aérer et de profiter suffisamment des bienfaits de la lumière naturelle. Et cela d’autant moins lorsque les jours raccourcissent et que les températures baissent... Or, d’après une enquête menée par l’institut de recherche YouGov auprès de 16 000 personnes dans le monde, plus d’une personne sur deux (53 %) constate que la lumière du jour influence positivement son sommeil et près de deux sur trois (63 %) leur productivité.

La lumière du jour, un puissant stimulant qui agit directement sur le cerveau

Selon les conclusions du rapport The Indoor Generation, près d’une personne sur cinq (18 %) passe le plus clair de son temps à l’intérieur, à raison de 21 à 24 heures par jour. D’où l’importance de vivre dans un habitat sain ; or parfois, de simples petites adaptations suffisent pour améliorer son cadre de vie et son exposition quotidienne à la lumière naturelle.

Le Docteur Steven Lockley, neuroscientifique et professeur associé à l’école de médecine de Harvard, souligne l’influence de la lumière du jour sur notre cerveau : « La lumière est un puissant stimulant qui agit directement sur le cerveau, avec un effet direct sur la vigilance et sur l’acuité des fonctions cognitives, et donc potentiellement sur la productivité au travail. C’est cet effet dynamisant que l’on va chercher à exploiter pour l’ergonomie des bureaux, des écoles, des hôpitaux, etc. »

Une bonne dose de lumière naturelle en journée favorise un sommeil réparateur la nuit

De nombreuses études ont démontré le rôle positif de la lumière du jour sur la qualité du sommeil, tout en soulignant les effets négatifs d’un manque de luminosité sur la santé. 

Le Dr Steven Lockley précise l’incidence de notre exposition à la lumière du jour pour notre horloge biologique, qui suit un « rythme circadien » de 24 heures responsable de la régulation de notre cycle sommeil/veille : « L’exposition à une alternance lumière/obscurité est une dimension essentielle de nos cycles biologiques en raison du rôle de la lumière dans la resynchronisation de notre horloge circadienne jour après jour. Celle-ci règle notre horloge interne en fonction du temps social, la lumière étant son principal agent de synchronisation. »

Parmi les conséquences d’un sommeil perturbé, citons la dépression, les diabètes, les maladies cardiovasculaires et la prise de poids. D’autres effets secondaires comprennent un risque accru d’accidents du travail, une concentration réduite, une humeur en berne et une difficulté à prendre des décisions³.

La lumière du jour influence également la productivité

Selon l’enquête de YouGov, 63 % des personnes interrogées estiment que la lumière du jour influence leur productivité. Plusieurs études montrent en effet que la performance au travail augmente quand on bénéficie d’une exposition à la lumière du jour et d’une vue sur l’extérieur. Ainsi, les travailleurs des centres d’appels traiteraient les appels 6 à 12 % plus vite lorsqu’ils bénéficient d’une vue sur l’extérieur, par opposition aux postes de travail sans vue2. Des employés de bureau s’acquitteraient de tests de fonctions cognitives et de mémoire 10 % à 25 % plus vite s’ils ont une vue. « Ces observations doivent être mises en regard avec les coûts de personnel d’une entreprise, qui représentent en moyenne 90 % de ses coûts d’exploitation. D’où la question : les bureaux et écoles offrent-ils ce cadre de travail propice à la réflexion, à même de stimuler la performance des salariés et l’apprentissage des enfants ? »conclut Peter Foldbjerg, Responsable du département Énergie et Climat intérieur du Groupe VELUX, en ajoutant que « la quantité de lumière reçue à travers le toit peut être doublée en comparaison de celle transmise par la façade6. »

Les bons réflexes pour améliorer la qualité de son sommeil

S’installer près d’une fenêtre au bureau ou à l’école et s’efforcer de passer plus de temps dehors ;
Empêcher la lumière extérieure d’entrer dans sa chambre la nuit ;
Dormir dans une chambre plus fraîche ;
Éviter les écrans (télévision, téléphone, tablettes…) qui diffusent une lumière bleue susceptible d’inciter le cerveau à rester en éveil au mauvais moment de la journée ;
Établir une routine saine au moment du coucher : lire un livre plutôt que de prolonger son temps d’exposition aux écrans ;
Donner aux enfants une veilleuse diffusant une lumière rouge ou orange s’ils ont peur du noir : ce sont les tonalités qui perturbent le moins le sommeil.

Partager avec vos amis :

Les dernieres vidéos maison

image

Isolation des parois : la fin des ossatures?

Dans une conférence de presse commune, confirmant le rapprochement entre Placo et Isover, les représentants des marques du groupe Saint-Gobain ont annoncé jeudi 23/01/2020 une innovation capitale associant deux de leurs produits phares : la plaque Habito pour Placo (plaque haute densité à rigidité et densité renforcée) et l a laine de verre GR 32 ou GR 30 aux performances thermiques élevées et aux propriétés mécaniques qui facilitent la mise en œuvre. L'innovation réside dans la suppression des ossatures métalliques rendue possible par l’association d’une plaque de plâtre ultra résistante et d'accessoires de pose brevetés, inspirés du système Optima. D'où l'appellation du système : Optimax Habito®.  

image

Lutter contre les problèmes de bruit

Christian PESSEY et  Nicolas BALANANT, expert Qualitel en acoustique, vous apportent leur conseils sur tous les problèmes sonores que vous pouvez rencontrer dans votre logement.

Les derniers conseils maison

image

Isolation des parois : la fin des ossatures?

Dans une conférence de presse commune, confirmant le rapprochement entre Placo et Isover, les représentants des marques du groupe Saint-Gobain ont annoncé jeudi 23/01/2020 une innovation capitale associant deux de leurs produits phares : la plaque Habito pour Placo (plaque haute densité à rigidité et densité renforcée) et l a laine de verre GR 32 ou GR 30 aux performances thermiques élevées et aux propriétés mécaniques qui facilitent la mise en œuvre. L'innovation réside dans la suppression des ossatures métalliques rendue possible par l’association d’une plaque de plâtre ultra résistante et d'accessoires de pose brevetés, inspirés du système Optima. D'où l'appellation du système : Optimax Habito®.  

image

Faire du plâtre

Du fait de son temps de prise très bref, le plâtre est plus difficile à gâcher que le ciment ou la chaux. De plus, il suffit d’un rien (malaxage irrégulier, complément d’eau, etc.) pour faire “mourir” le plâtre qui, une fois mis en œuvre, ne prendra pas ou se révélera sans résistance. Le gâchage et l’application du plâtre sous forme d’enduit constituent de véritables spécialités.

image

La vermiculite (mica expansé) :

La vermiculite est adaptée à l'isolation du sol des combles : la méthode d’épandage des isolants en vrac est évidemment assez simple ; un minimum de méthode et un certain nombre de précautions sont cependant nécessaires pour obtenir de bons résultats.

image

Isolation acoustique avec de la laine de verre ISOVER PAR PHONIC

Loin d’ être une fatalité, le bruit nécessite d’être apprivoisé. Une conception du bâtiment et de son acoustique bien pensées permettent de maîtriser la qualité sonore, le confort et le bien-être de ceux qui y vivent ou y travaillent. PAR PHONIC est conçu pour un usage polyvalent en cloisons de distribution et de séparation.

image

Le bois : appellations

 Il n’est pas toujours facile de trouver du bois massif. Les revendeurs spécialisés ou les grandes surfaces se limitent souvent à la vente de dérivés (panneaux de particules ou de contreplaqué) et de bois blanc (sapin) pour les barres et les moulures. Pour commander du bois, il faut en connaître les différentes appellations.