Allumer des bûches du haut vers le bas dans la cheminée

Il y a de nombreuses façons d’allumer le feu dans une cheminée. De nombreuses études techniques valident la méthode décrite ici. En assurant un départ rapide du feu, elle garantit un minimum de production de particules fines et préserve l’environnement. On parle souvent d’un " allumage du haut vers le bas ". Cette technique d'allumage produit un minimum de suie et de cendres. Elle assure une excellente alimentation en air qui prolonge la durée de combustion de la première charge de bûches.     

Vérifier les arrivées d'air

Avant de disposer les bûches, assurez-vous que le foyer est vidé des cendres de la flambée précédente et si ce n'est pas le cas, videz-le. Si le foyer bénéficie d'une arrivée d'air frais réglable, vérifiez qu'elle est bien ouverte au maximum.

Les bûches puis les bûchettes

Disposez les bûches en garantissant un maximum de circulation d'air entre elles. Remplissez le foyer au mieux. Ajoutez deux ou trois épaisseurs de buchettes d'allumage sur les bûches. Utilisez du petit bois (pas de bûchettes de plus de 4 cm). 

Les allume-feu sur les bûchettes

Placez des allume-feu (type barbecue) sur les bûchettes et non pas en dessous.  Il est possible d'utiliser du papier journal froissé, mais celui-ci produit plus de cendre et l'envolée d'escarbilles dans le conduit qui peuvent être dangereuses. Restez quelques minutes près de la cheminée pour surveiller l'allumage des bûches et harmoniser celles-ci.  

Conseils de sécurité

  • Faites ramoner votre conduit par un spécialiste (un "maître ramoneur") au moins une fois par an, voire deux fois dans les départements ou ville où la réglementation l'impose (Règlement Sanitaire Départemental ou arrêté municipal).
  • Ne laissez jamais un feu de bûches sans surveillance, surtout en présence d'enfants et d'animaux domestique.
  • Assurez-vous que le feu est totalement éteint avant d'aller vous coucher.
  • N'utilisez que du bois parfaitement sec.
  • Installez un ou plusieurs détecteurs de fumée hors de la pièce où est la cheminée.
  • Installez un détecteur de monoxyde de carbone (CO) dans la pièce où se trouve la cheminée.

Informations sur : https://www.grillobois.fr/

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

La cheminée à foyer ouvert

Les systèmes de chauffage sont aujourd’hui très variés, depuis la traditionnelle flambée de bûches jusqu’au plafond rayonnant basse température, en passant par de nombreux systèmes classiques. Décriée comme polluante et peu efficace, la cheminée à foyer ouvert conserve cependant un charme inégalé. Elle ne peut être considérée aujourd'hui que comme un chauffage d'appoint .

image

Les besoins en chauffage de la maison

Depuis la crise pétrolière des années 1970, on a pris conscience qu’il n’était pas nécessaire de chauffer les pièces à plus de 19 °C. Le problème consiste donc, lorsque l’on souhaite installer un chauffage (qu’il soit individuel ou central), à choisir des appareils qui permettent d’atteindre une température de cet ordre et de l’y maintenir, quelles que soient les conditions climatiques extérieures.

Les dernieres vidéos maison

image

L'air, le meilleur des isolants

Pourquoi l'air isole-t'il ? Christian Pessey vous explique en quoi les propriétés de l'air lui confère un tel pouvoir isolant.

image

La qualité de l'air dans la maison

Il est souvent dit que l'air intérieur des maisons est très pollué. Dans cette vidéo, Christian PESSEY, avec l'aide de QUALITEL , vous explique comment identifier ces polluants et comment agir pour en réduire le nombre et donc leur impact sur la santé.

image

Accrocher dans la plaque de plâtre

Christian PESSEY et Eric BARNASSON, Responsable du Pôle marketing Produits & Systèmes chez PLACO® , vous donnent tous les conseils pour accrocher de lourdes charges dans de la plaque de plâtre, et notamment toutes les informations sur la plaque à haute résistance Habito®

image

La laine de verre et la santé

Dans cette interview, Christian PESSEY fait le point avec Florence GAUVIN, expert isolation chez ISOVER sur les risques que représenteraient l'utilisation de la laine de verre et pour en avoir le coeur net, ils ont fait appel à l'expertise du docteur Christian RECCHIA.

Les derniers conseils maison

image

Pose d'une fenêtre PVC en rénovation

On trouve désormais dans le commerce des “blocs-fenêtres” en PVC pouvant se substituer facilement à l’ancienne fenêtre. Si l'on conserve le dormant (cadre fixe) existant, comme ici, on parle de remplacement en "rénovation".

image

Chats et chiens : êtes-vous bien assuré?

Les accidents causés par les chiens, les chats, les chiens et autres animaux de compagnie peuvent vous coûter cher. Votre assurance multirisques habitation ne vous couvre peut-être pas suffisamment. La Fédération Française de l'assurance vient de le rappeler.

image

Un isolant pour toiture-terrasse photovoltaïque

Fabricant d’isolants en laine de roche, ROCKWOOL innove en proposant sa nouvelle solution pour les toitures-terrasses photovoltaïques. Plus performant avec son lambda 38, Rockacier C nu Energy garantit une meilleure isolation, des qualités incombustibles et une parfaite stabilité dimensionnelle.

image

La nouvelle pince multifonctions PST Leatherman

Véritable couteau suisse du bricoleur, cette pince multifonctions est un outil étonnant qui combine 14 outils. Le Bond, petit dernier du génial Tim Leatherman, est une véritable boîte à outil de poche.

image

La pompe à chaleur : l'équipement de chauffage le plus économique

Après son étude sur le chauffage électrique en 2020, l’Association Promotelec publie une étude* relative à la perception des Français sur la pompe à chaleur. Dans un contexte sociétal et énergétique marqué de plus en plus par la pression des contraintes écologiques, la pompe à chaleur apparaît comme un dispositif particulièrement en phase avec les attentes des propriétaires.

image

Éviter les remontées capillaires : caniveau, bande d'arase, drainage, étanchéité, injections

Au-delà des phénomènes phréatiques, les grosses pluies sont la cause principale es remontées capillaires qui humidifient l’intérieur des murs du rez-de-chaussée. C’est un grand classique et si l'on en est victimes on risque de se lancer dans des palliatifs dont la plupart sont des cautères sur une jambe de bois et vont coûter une fortune. Un certain nombre d'opération techniques permettent d'éviter d'en arriver là.