Avec quoi rénover un plancher chauffant carrelé?

Comment rénover un sol carrelé sur un plancher chauffant base température ? Peinture au sol, revêtement léger (vinyle) ou produit de rénovation? Je ne sais quoi choisir.
Annie

La réponse de Christian PESSEY

Ma première réponse (qui ne vous satisfera pas...) sera de remplacer le carrelage à l'identique, avec tous les risques inhérents à la présence de canalisation ou de câbles chauffants (vous ne l'avez pas précisé) dans votre sol, en fonction de leur profondeur (sont-ils dans la colle du carrelage, dans la chape ou la partie supérieure de la dalle?). C'est la seule solution pour conserver intégralement la puissance de chauffage de votre sol.

Concernant la peinture, ma réponse sera générale et vaudra pour n'importe quel sol, qu'il soit chauffant ou non: sa durabilité ne dépassera pas quelques années, avec des risques d'usure sur les chemins de passage dans la pièce. Ce n'est pas la bonne solution pour une pièce très fréquentée, comme l'entrée, les couloirs, la salle à manger ou le salon. Dans les meilleures conditions, la tenue ne dépassera pas 4 à 5 ans. La peinture est à éviter sur les carrelages très brillants, sauf à les dépolir, à appliquer un primaire d'accrochage, puis un éventuel ragréage. Il faut opter pour une peinture d'excellente qualité. Les temps de séchage, impératifs à respecter, peuvent être longs. Il faut que la peinture soit d'excellente qualité et stipulé pour le sol.

Concernant tous les autres revêtements, leur compatibilité avec les planchers chauffants est précisée dans l'Avis technique les concernant, délivrés pour chaque produit par le CSTB, le Centre scientifique et technique du bâtiment. Vous pouvez le demander au vendeur du produits que vous aurez retenu ou l'obtenir sur internet. 

Tout le problème réside dans la perte d'efficacité thermique découlant de l'ajout d'un revêtement sur le carrelage recouvrant votre plancher chauffant. Plus la résistance thermique du produit est élevée et plus vous perdrez en efficacité de chauffage (autrement dit moins sa puissance sera efficace). Le Document technique unifié (DTU 65.14), qui définit les contraintes thermiques, précise que la résistance thermique d'un revêtement sur sol chauffant ne doit pas dépasser 0,15 m2.K/W. Seuls les revêtement inférieurs à cette donnée sont admissibles (en pose directe sur la chape ou la dalle). Bien sûr cette donnée n'est presque jamais fournie par les fabricants, mais vous pouvez très bien la lui demander (si vous avez le temps...).  Sachant que le carrelage existant est normalement compris dans cette catégorie, le nouveau revêtement devra avoir la résistance thermique la plus faible possible : un PVC souple ou en dalle a un R = 0,025, mais une moquette standard de 5 mm de 0,080 et une moquette épaisse de... 0,15 . La résistance thermique d'un parquet bois massif épais est toujours supérieure à la norme.  Il doit de plus être posé collé. 

Un ragréage, compatible avec un plancher chauffant, est indispensable pour un PVC souple ou un lino pour ne pas risquer de voir réapparaître les joints entre les carreaux.

Partager avec vos amis :

Les dernieres vidéos maison

image

L'air, le meilleur des isolants

Pourquoi l'air isole-t'il ? Christian Pessey vous explique en quoi les propriétés de l'air lui confère un tel pouvoir isolant.

image

La qualité de l'air dans la maison

Il est souvent dit que l'air intérieur des maisons est très pollué. Dans cette vidéo, Christian PESSEY, avec l'aide de QUALITEL , vous explique comment identifier ces polluants et comment agir pour en réduire le nombre et donc leur impact sur la santé.

image

Accrocher dans la plaque de plâtre

Christian PESSEY et Eric BARNASSON, Responsable du Pôle marketing Produits & Systèmes chez PLACO® , vous donnent tous les conseils pour accrocher de lourdes charges dans de la plaque de plâtre, et notamment toutes les informations sur la plaque à haute résistance Habito®

image

La laine de verre et la santé

Dans cette interview, Christian PESSEY fait le point avec Florence GAUVIN, expert isolation chez ISOVER sur les risques que représenteraient l'utilisation de la laine de verre et pour en avoir le coeur net, ils ont fait appel à l'expertise du docteur Christian RECCHIA.

Les derniers conseils maison

image

Pose d'une fenêtre PVC en rénovation

On trouve désormais dans le commerce des “blocs-fenêtres” en PVC pouvant se substituer facilement à l’ancienne fenêtre. Si l'on conserve le dormant (cadre fixe) existant, comme ici, on parle de remplacement en "rénovation".

image

Chats et chiens : êtes-vous bien assuré?

Les accidents causés par les chiens, les chats, les chiens et autres animaux de compagnie peuvent vous coûter cher. Votre assurance multirisques habitation ne vous couvre peut-être pas suffisamment. La Fédération Française de l'assurance vient de le rappeler.

image

Un isolant pour toiture-terrasse photovoltaïque

Fabricant d’isolants en laine de roche, ROCKWOOL innove en proposant sa nouvelle solution pour les toitures-terrasses photovoltaïques. Plus performant avec son lambda 38, Rockacier C nu Energy garantit une meilleure isolation, des qualités incombustibles et une parfaite stabilité dimensionnelle.

image

La nouvelle pince multifonctions PST Leatherman

Véritable couteau suisse du bricoleur, cette pince multifonctions est un outil étonnant qui combine 14 outils. Le Bond, petit dernier du génial Tim Leatherman, est une véritable boîte à outil de poche.

image

La pompe à chaleur : l'équipement de chauffage le plus économique

Après son étude sur le chauffage électrique en 2020, l’Association Promotelec publie une étude* relative à la perception des Français sur la pompe à chaleur. Dans un contexte sociétal et énergétique marqué de plus en plus par la pression des contraintes écologiques, la pompe à chaleur apparaît comme un dispositif particulièrement en phase avec les attentes des propriétaires.

image

Éviter les remontées capillaires : caniveau, bande d'arase, drainage, étanchéité, injections

Au-delà des phénomènes phréatiques, les grosses pluies sont la cause principale es remontées capillaires qui humidifient l’intérieur des murs du rez-de-chaussée. C’est un grand classique et si l'on en est victimes on risque de se lancer dans des palliatifs dont la plupart sont des cautères sur une jambe de bois et vont coûter une fortune. Un certain nombre d'opération techniques permettent d'éviter d'en arriver là.