Charpente de la maison : la surveiller et l'entretenir

La charpente est une partie essentielle de la maison : panne sablière et panne faîtière, chevrons, entraits, arbalétriers, liteau ou voliges sont des éléments essentiels de soutien de la couverture. Ils supportent  de « chapeau » de votre habitation, autrement dit sa couverture qui assure l'étanchéité de la maison aux intempéries et en particulier à la pluie. Tout fléchissement des éléments de structure dû à la dégradation du bois peut avoir des conséquences funestes pour la maison tout entière. Quelles peuvent être les causes d’une telle situation ? Elles sont multiples d’où l’intérêt d’une inspection régulière de l’état des bois.

La charpente d'une maison constitue une ossature destinée à supporter le matériau de couverture : tuiles, ardoises, lauzes, bardeaux, voire chaume. Elle doit être solide, rigide , sans signes de fléchissement. 

Causes de dégradation de la charpente

La dégradation et la fragilisation des bois de charpente peuvent provenir :

  • d’une humidification consécutive à une fuite de couverture
  • d’une attaque de champignons lignivores comme la redoutable mérule, liée à cette humidification
  • d’une attaque d’insectes xylophages, de larves de capricornes, vrillettes et autres lychtus, ou d’insectes eux-mêmes, dont principalement les termites, plus exceptionnellement et de façon moins significative d’abeilles charpentières.

Prévenir la dégradation de la charpente

Pour prévenir une dégradation de la charpente, il faut d'abord inspecter visuellement la couverture :

  • de l'extérieur  : tout fléchissement du faîtage, tout creusement d’un pan de toiture, toute déformation de la couverture doivent vous alerter
  • de l'intérieur des combles s'ils sont accessibles. Ce n’est pas toujours facile si le grenier a été aménagé (les éléments de charpente étant souvent masqués par un doublage) ou si les combles sont inaccessibles (cas des fermettes industrialisées dites « américaines ». Il faut parfois découvrir partiellement la couverture pour se glisser dans les combles si une anomalie apparaît de l'extérieur. Il faut veiller alors à ne pas passer au travers du "sol" des combles qui n'est constitué, souvent, que d'une simple plaque de plâtre.

Dans tous ces cas il faut contacter un charpentier ou un couvreur pour qu'il puisse identifier l'origine du désordre et y remédier au plus vite. 

Origines de la dégradation d'une charpente

Les fuites de couverture

Toute infiltration d'eau, même minime, peut entraîner une fragilisation de la charpente, surtout si elle est ancienne. Les bois sont dans ce cas très sec et tout humidification peut entraîner le pourrissement rapide du bois et favoriser le développement de champignons comme les attaques d'insectes xylophages. Il faut donc faire intervenir rapidement un couvreur dès qu'une tuile ou une ardoise est déplacée voire décrocher par le vent.

Les insectes xylophages et la charpente

  • Les "vers du bois" sont en fait les larves d'insectes qui vivent dans le bois pendant des années avant de se transformer en insectes volants qui vivent très peu de temps, pour s'accoupler, pondre des œufs dans le bois qui donneront à nouveau naissance à des larves. Si vous constatez des perforations du bois (c'est le trou de sortie de l'insecte) et de la sciure apparaissant sur le sol des combles, on est en présence d’attaques de ces larves d’insectes xylophages, autrement dit de « vers à bois ». Pas de panique si ce sont des piqûres minuscules ou très petites : il s’agit de vrillettes ou de lyctus qui ne risquent pas de fragiliser le bois avant très longtemps. C’est plus inquiétant s’il s’agit de trous de plus de 2 à 3 mm de diamètre, creusant des galeries parallèles à la surface du bois : ce sont alors des larves de capricornes, beaucoup plus fragilisantes pour le bois. Il va falloir agir en procédant à un traitement par badigeon ou par injection, après avoir éliminé par bûchage les parties fragilisée.
  • Les termites sont, sous nos latitudes, sont des insectes vivant sous la terre. Ils atteignent rarement la charpente. En général leurs dégâts (qui se signalent par présence de cordons de surface, par la fragilisation du bois en profondeur constaté à l'aide d'un poinçon) ont été révélés dans les étages ou niveaux inférieurs bien avant qu’ils ne puissent atteindre la couverture. Si c’est malheureusement le cas, il y a urgence absolue à intervenir et vous êtes obligé de faire intervenir un spécialiste et de signaler cette infestation à la mairie.

Les champignons lignivores

Il en existe de nombreux, mais le plus redoutable est la mérule, qui se développe le plus souvent derrière des doublages comme les lambris, les parquets et les marches d'escalier. Elle peut attaquer aussi les bois de charpente.  manifeste en surface par des plaques brunes entourées d'un halo blanchâtre filandreux plus ou moins visqueux. Cette manifestation externe révèle de profond dégâts interne au  bois, qui se désagrège en se fragmentant comme une mosaïque. L'intervention rapide d'un professionnel s'impose, sachant qu'à ce stade les dégâts peuvent être irréversibles.

Attention aux arnaques !

Des "entreprises" indélicates, souvent itinérantes (les fameuses camionnettes blanches, sans identification professionnelle) sillonnent le pays et tentent souvent de vous effrayer avec de pseudos infestations voir invasions de capricornes ou de termites. Elles se présentent généralement comme envoyées par la mairie, ce qui n'est jamais le cas : faites toujours intervenir une entreprise patentée, labellisée CTB-A+ qui saura vous conseiller utilement et qui, surtout, emploiera les bons produits, destructeurs des agresseurs du bois, mais sans effet sur l’environnement. 

Partager avec vos amis :

Les dernieres vidéos maison

image

Les atouts de la PAC hybride gaz

Quels sont les atouts d'une pompe à chaleur hybride gaz ? Christian pessey fait le tour de la question dans cette nouvelle vidéo.

image

Isolation : les tests en situation réelle

Pour mesurer les performances de leurs isolants, Actis pratique ce que l'on appelle des "tests en situation réelle" ! Christian PESSEY et Maxime DURAN, directeur de l'innovation chez Actis vous expliquent de quoi il s'agit.

image

La qualité de l'air dans la maison

Il est souvent dit que l'air intérieur des maisons est très pollué. Dans cette vidéo, Christian PESSEY, avec l'aide de QUALITEL , vous explique comment identifier ces polluants et comment agir pour en réduire le nombre et donc leur impact sur la santé.

image

Accrocher dans la plaque de plâtre

Christian PESSEY et Eric BARNASSON, Responsable du Pôle marketing Produits & Systèmes chez PLACO® , vous donnent tous les conseils pour accrocher de lourdes charges dans de la plaque de plâtre, et notamment toutes les informations sur la plaque à haute résistance Habito®

image

La laine de verre et la santé

Dans cette interview, Christian PESSEY fait le point avec Florence GAUVIN, expert isolation chez ISOVER sur les risques que représenteraient l'utilisation de la laine de verre et pour en avoir le coeur net, ils ont fait appel à l'expertise du docteur Christian RECCHIA.

Les derniers conseils maison

image

Un lit en forme de cabane pour vos enfants

Créé en 2017, Mon Lit Cabane est né de l’idée de deux parents en quête d’inspiration et de designs originaux pour choyer leurs deux enfants avec des chambres créatives, ludiques et où il fait bon grandir.

image

Nouveau diagnostic de performance énergétique (DPE)

L'arrivée prochaine d'un nouveau Diagnostic de Performance Énergétique obligatoire ne laisse pas indifférents les professionnels de l'immobilier comme le montre la réaction de la FNAIM, qui salue "un outil plus fiable et plus lisible" au service de la rénovation énergétique Emmanuelle Wargon, ministre déléguée au Logement a précisé les grandes lignes du nouveau diagnostic de performance énergétique (DPE) -obligatoire lors d’une vente ou d’une mise en location d’un logement- qui sera applicable au 1er juillet 2021. Principal changement, l’estimation de la facture énergétique annuelle ainsi que celles des émissions de gaz à effet de serre vont figurer sur le diagnostic. Voici son décryptage.

image

La tendance JAPANDI

Subtile rencontre entre le Japon et la Scandinavie, la tendance Japandi souffle un vent de sérénité et de bien-être dans les intérieurs.

image

Acheter une maison ou un appartement : les conseils de Christian

Compte tenu de la valeur actuelle des appartements et des maisons, l’achat dans l’immobilier ancien mérite de prendre un certain nombre de précautions, souvent de pur bon sens… Les taux de crédit sont très bas : ce n'est pas une raison pour acheter n'importe quoi n'importe où !

image

Les différents types de plafonds

Dans les maisons anciennes, les plafonds sont en plâtre sur lattis (bacula). Dans les habitations modernes, ils sont le plus souvent en plaque de plâtre. Si le plancher est à structure bois, les deux types de plafond sont fixés sur les solives qui supportent le plancher de la pièce supérieure. Beaucoup de maisons ont des sols et planchers d’étage en béton : dalle auto-porteuse, mais plus souvent encore plancher en hourdis béton (ou entrevous), posés entre des poutrelles en béton précontraint, des plaques de plâtre assurant la finition du plafond.

image

Poser de la mosaïque murale en plaque

La pose des tesselles de mosaïque est facilitée par leur assemblage en plaques contrecollées sur une toile Nylon, parfois sur papier kraft. On peut ainsi couvrir toute une surface ou insérer des motifs entre des carreaux classiques.