Copropriétaires : faire des économies en réduisant les coûts énergétiques

Avec l’arrivée des beaux jours, de nombreux copropriétaires ont oublié que la saison de chauffe se prépare à la belle saison, surtout avec la volatilité du prix de l’énergie. L’assemblée générale est le moment idéal pour prendre des décisions concrètes pour faire des économies d’énergie, mais encore faut-il connaître les leviers à actionner, que ce soit au niveau individuel ou collectif. Pour aider les copropriétaires, Groupe OCEA, le spécialiste français en matière d’efficacité énergétique depuis 20 ans, donne ses conseils indispensables pour leur permettre d’exercer une influence en assemblée générale en présentant et votant des projets qui auront un véritable impact sur leur pouvoir d’achat.

Adopter les écogestes 

En été comme en hiver, les lieux d’habitation sont très souvent énergivores, et par conséquent entraînent des factures salées pour les consommateurs. Largement partagés par le gouvernement, les écogestes restent des réflexes gagnants pour les consommateurs qui, à titre individuel, souhaitent faire des économies – d’argent et d’énergie – dans leur lieu de vie. Dans ce contexte, Groupe Ocea présente ses 10 conseils indispensables pour baisser automatiquement sa facture en hiver :

  • baisser le chauffage de 1°C
  • installer un thermostat programmable
  • empêcher la chaleur de s’échapper
  • laisser la chaleur se diffuser pour un confort sans surchauffe
  • diminuer sa consommation d’eau chaude
  • laver le linge et la vaisselle sans trop consommer
  • penser à éteindre les lumières
  • activer les modes économies d’énergie sur ses appareils numériques
  • cuisiner économe
  • entretenir sa chaudière

Mettre en place des actions simples et efficaces

Le constat est sans appel : sur 12 millions de logements en copropriétés, près d’1 million sont actuellement classés comme passoires thermiques. Pour faire face à ce problème, des solutions existent. L’une d’elles est l’Individualisation des Frais de Chauffage (IFC). Elle a été rendue obligatoire par le législateur et renforcée en 2020 avec l’imposition de mettre en place des compteurs de chauffage télérelevés. Mais la loi n’est pas respectée : seuls 34 % des logements ont mis en place l’IFC sur les 4,8 millions de logements qui constituent l’habitat collectif. En conséquence, c’est l’ensemble des copropriétaires qui accuse les frais du retard de déploiement de l’IFC et se prive en moyenne d’une économie de 15% sur la facture de chauffage soit 250 € par an (données 2018 issues de l’agence gouvernementale ADEME). Pourtant, la Télérelève est une technologie éprouvée et certifiée avec plus de 4 millions de compteurs installés en France. Elle se concrétise dans les copropriétés par des compteurs intelligents, installés dans les immeubles. Un accès facile et immédiat aux données recueillies concernant la consommation de chauffage permet à chaque occupant d’un immeuble d’être alerté en temps réel des sur-consommations ou d’anomalies sur les smartphones, optimisant ainsi la consommation journalière. L’atout de cette technologie est de donner la possibilité de payer, dans les charges de l’immeuble, la véritable consommation de chaque habitant, et non plus un forfait proportionnel à la superficie de son appartement.

Pour s’assurer que l’IFC soit bien présenté et voté en assemblée générale, le copropriétaire doit simplement s’assurer que le sujet est bien à l’ordre du jour ou se rapprocher de son conseil syndical si ce n’est pas le cas. Le syndic a en effet l’obligation de les mettre à l’ordre du jour sur simple demande de l’un des copropriétaires.

Préparer un projet de travaux de rénovation énergétique précis et chiffré 

L’assemblée générale est convoquée par le syndic au moins 21 jours avant sa tenue. L’ensemble des points devant faire l’objet d’une décision doivent être intégrés à l’ordre du jour, accompagnés de tous les documents justificatifs (devis détaillés, plans, durée des travaux, etc.). Tout doit être prêt avant que la convocation ne soit imprimée pour être envoyée… Il faut donc s’y prendre au moins deux mois avant la tenue de l’assemblée générale.

Pour mobiliser le syndic ou le conseil syndical, les copropriétaires ont la possibilité de leur faire rencontrer des conseillers des Espaces Conseils France Renov’. Ils appartiennent à un réseau de proximité mis en place par l’ADEME, et sont à la disposition des particuliers qui souhaitent améliorer l’efficacité énergétique de leur logement. Il pourra leur apporter des conseils techniques, leur présenter les aides financières disponibles et les accompagner lors des différentes étapes du projet de rénovation. Les Agences départementales d’information sur le logement (ADIL) peuvent aussi fournir des conseils sur les aspects juridiques.

Pour convaincre les copropriétaires et obtenir leur adhésion au projet de travaux de rénovation énergétique, il convient au préalable d’avoir fourni une description des travaux à réaliser ainsi qu’un chiffrage des économies attendues à l’issue des travaux. Pour cela, il est possible de se faire aider par un expert en efficacité énergétique qui accompagnera le copropriétaire dans sa démarche.

Ce travail est incontournable dans un projet de rénovation : le manque d’information lors des assemblées générales a généralement pour conséquence un vote négatif du projet de la part des copropriétaires, repoussant ainsi le débat et les économies qui auraient pu être réalisées à l’année suivante.

Pour mettre toutes les chances de son côté et tenter d’obtenir l’adhésion des copropriétaires sur la réalisation des travaux, il est impératif de monter un plan de financement avec un récapitulatif des subventions, les aides fiscales et les prêts qu’il est possible de demander. Les experts en efficacité énergétique, cabinets de conseils, et organismes gouvernementaux sont là pour aider les copropriétaires à établir gratuitement des plans de financement.

Informations

Les dernieres vidéos maison

image

Halte aux arnaques : reconnaître les éco-délinquants !

Chauffage, eau chaude, ventilation : Qualit’EnR , l'association qualité énergie renouvelable dresse le portrait des arnaqueurs, des écodélinquants dans le domaine des énergies renouvelables. Des conseils essentiels pour éviter les arnaques.

image

Nouvelle rubrique séniors !

Rester le plus longtemps possible chez soir pout bien y vivre sa retraite et y vieillir dans les meilleures conditions, c'est le souhait d'un maximum de personnes, même si les établissements spécialisés sont en grande majorité bien tenus, par des personnels dévoués et attentifs. Mais pour rester chez soit quand on perd de la mobilité, il faut des aménagements, des adaptations qui facilitent la vie. Les conseils manquent souvent pour réaliser des travaux dans le logement, avoir les bonnes informations sur les aides financières, les bons contact pour faire certaines démarches. C'est l'objet de cette rubrique.

image

PAC hybride gaz : Christian PESSEY témoigne !

Dans cette vidéo, Christian PESSEY fait le point sur la PAC hybride gaz et vous annonce notre future série de reportages consacrée à l'installation de ce système, du raccordement au gaz de ville jusqu'à sa mise en service ! 

Les derniers conseils maison

image

L'abri de jardin : simple et efficace

Avec les beaux jours on sort dans le jardin et on s’aperçoit qu’on n’a rien pour ranger le matériel : chaises pliantes, desserte, BBQ, mais aussi outils de jardinage. Vous auriez bien besoin d’un abri de jardin que vous monterez éventuellement vous-même . MODÈLE SÉLECTIONNÉ

image

Choisir un store pour la véranda

La véranda est un espace très exposé au soleil et donc à la chaleur. Elle devient vite surchauffée et presque inutilisable en été, surtout si, comme souvent, elle est exposée plein sur. Différents types de stores peuvent éviter ce problème. 

image

À quoi sert le mortier bâtard?

Le mortier bâtard résulte du mélange de ciment et de chaux, de sable et d'eau. On obtient ainsi un mortier de haute qualité, plus solide que le mortier de chaux, plus facile à travailler et plus respirant que le mortier de ciment. LIVRE RECOMMANDÉ

image

L'éolienne domestique : pour l'eau et l'électricité

Les éoliennes "domestiques" c'est-à-dire celles visant à produire de l'électricité pour la maison ou à puiser l'eau pour celle-ci ou l'arrosage du jardin sont faciles à installer et à utiliser. Leur production est marginale, mais elles participent à la sobriété de la maison.

FIN DE LA PUBLICITÉ SUR RÉNO-INFO-MAISON.com

Pour répondre à la demande de plusieurs internautes fidèles, nous avons supprimé la publicité sur RÉNO-INFO-MAISON.com pour une meilleure lecture du site mais aussi pour souligner notre indépendance. Nous espérons que vous apprécierez cet effort qui n'est pas sans impact budgétaire. RÉNO-INFO-MAISON.com, C'EST + de 2000 FICHES CONSEILS, DES CENTAINES DE RÉPONSES À VOS QUESTIONS, SUR LA MAISON, SUR LA CONSTRUCTION, LA RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE MAIS AUSSI LE JARDINAGE. 

image

Faire un forage soi-même dans son jardin : taper un puits (mise à jour)

Autrefois, chaque jardin avait son puits, qui permettait son arrosage en toutes saisons (ou presque) et souvent l'alimentation en eau de la maison. La nappe phréatique se trouvant généralement à quelques mètres sous le niveau du sol, il était possible de récupérer l'eau avec un seau ou avec une pompe de surface. Les puits ont souvent été bouchés. Il existe une solution simple pour aller chercher l'eau, sans forage important: il est possible de "taper" un puits chez soi, sans grand équipement.  

Économiser l’énergie dans la maison

L’amélioration de l’isolation et des performances du chauffage sont à l’ordre du jour depuis la fin des années 1970 , à la suite des chocs pétroliers. Les économies d’énergie visant à réduire la consommation de gaz ou de fioul, s’accompagnent aujourd’hui d’une réduction de l’impact environnemental de l’utilisation des énergies. D’où un retour en force du bois bûche et de ses dérivés (granulés, plaquettes forestières), dans un souci permanent d’amélioration du rendement thermique et des émissions de particules (label Flamme Verte). 

L’isolation thermique pour économiser l’énergie

La réduction des dépenses énergétiques passe prioritairement par l’isolation thermique, avec des isolants toujours plus performants : isolants minéraux (laine de verre, laine de roche) ou biosourcés (ouate de cellulose, laine de chanvre, fibres de bois, etc.), au détriment des produits pétroliers (polystyrène expansé – PSE – polyuréthane – PU). Une active politique de soutien et d’aide gouvernementale est conduite (Certificats d’économie d’énergie, Maprimerénov, Écoprêt taux zéro (Écoptz) est menée.