Isoler les toitures

Avec plus de 30 % des déperditions de chaleur quand elle n’est pas isolée, la toiture est la première source de gaspillage d’énergie d’une maison. Il faut donc l’isoler en priorité.

Les constructions récentes sont toutes équipées de toitures isolantes. Depuis 1974,  les constructions neuves doivent répondre à des normes d’isolation réglementées, adaptées à différentes zones climatiques. Ce sont les Réglementations thermiques.

Dans les constructions plus anciennes, les éléments de couverture sont directement posés sur la charpente : les tuiles ou les ardoises sont fixées sur les liteaux ou les voliges qui reposent sur les chevrons, eux-mêmes supportés par les pannes. S’il n’existe aucun barrage thermique entre les pièces d’habitation et la couverture, des pertes de calories très importantes se produisent, entraînant à la fois des dépenses inutiles et un manque de confort.

L'isolation de la toiture se fait :
par le sol des combles quand ils ne sont pas utilisés;
en sous-toiture (sous la couverture et les chevrons);
en sur-toiture (entre la couverture et les chevrons).

Isolation au sol ou sous les rampants de la toiture ?

Dans une maison individuelle à combles perdus, il est plus simple de créer un barrage thermique sur le sol d’un grenier qu’au niveau de la toiture. Cependant, le grand avantage de l’isolation sous rampants est de rendre les combles habitables, sans avoir à intervenir sur la couverture elle-même.
Si vous ne cherchez pas à utiliser les combles, vous pourrez vous contenter d’isoler le sol du grenier.
Si vous voulez en faire un espace de rangement, sans les rendre habitables, vous pouvez disposer de la laine de verre entre les chevrons ou fixer des panneaux sur un contre-chevronnage.
Si vous souhaitez rendre les combles habitables, il faut dissimuler l’isolation par un habillage et un revêtement décoratif ou par des panneaux servant de supports à la décoration (plaques de plâtre). Dans la mesure du possible (et selon les goûts), on peut concevoir une isolation qui laisse apparente une partie de la charpente, à condition que celle-ci soit belle et en bon état. L’aménagement des combles doit être complété par l’isolation et la décoration des parois verticales (murs de pignon).

Isolation des combles par l'extérieur

Comme pour les murs de la maison, l'idéal reste de "bloquer" le froid par l'extérieur de la toiture. Techniquement la plus performante cette méthode est aussi la plus coûteuse puisqu'elle suppose une dépose ou (le plus souvent), un remplacement du matériau de couverture (obligatoire avec les ardoises). 

Trois techniques sont possibles :
entre les chevrons (sarking) ;
avec des caissons chevronnés;
avec des panneaux sandwich.

L’habillage d'une isolation sous rampants

Qu’il soit en papier kraft ou en aluminium, le pare-vapeur d’un isolant sous rampants n’est guère décoratif. Pour aménager une pièce à vivre, il faut donc l’habiller. La plaque de plâtre et le lambris sont les matériaux les plus utilisés. Ils participent aussi à renforcer l’isolation thermique de la toiture.

La plaque de plâtre

La plaque de plâtre est un matériau très intéressant, car elle se présente en panneaux de grandes dimensions et offre une surface de qualité pour une décoration peinte ou en papier peint. De plus, la plaque de plâtre a une bonne résistance au feu.
Les plaques sont vissées directement sous le chevronnage ou, mieux, sur des fourrures (ossatures) métalliques.
Le jointoiement des plaques doit être réalisé avec soin, à l’aide de calicot et d’enduit.

Les lambris

Les combles sont très souvent habillés de lambris (plus décoratif que la frisette très prisée dans les années 1980). Le bois convient parfaitement à la décoration des combles. Il est adapté à la pose clouée sur des tasseaux qui servent de contre-chevrons. Selon la disposition de la charpente et l’épaisseur des chevrons, on peut laisser apparentes diverses parties de la charpente (pannes, entraits, arbalétriers). Il est possible, aussi, d'utiliser du lambris PVC ou composite.
L’utilisation de pattes spéciales de fixation favorise grandement la mise en place.
La finition à l’extrémité des lames est réalisée avec des baguettes quart-de-rond. Si la toiture est traversée de conduits de fumée utilisés, il faut respecter des normes de sécurité : les lambris bois doivent se trouver à 8 cm minimum des conduits de cheminée.

 

 

 

Partager avec vos amis :

Les dernieres vidéos maison

image

Installer une pompe à chaleur en conservant sa chaudière : la PAC hybride

La pompe à chaleur peut remplacer une vieille chaudière. Il est possible aussi de combiner une PAC avec l'énergie initialement utilisée (gaz ou fioul) : on parle alors de "pompe à chaleur hybride". Comment ça marche? Est-ce intéressant économiquement? Peut-on bénéficier d'aides comme le CITE? Valérie LAPLAGNE, vice-présidente de l' AFPAC (Association Française pour les Pompes à Chaleur), répond aux questions de Christian PESSEY, journaliste de la construction, en charge de l'émission VOTRE MAISON sur RMC. 

image

Bien apprécier la lumière dans les combles

Modélisez rapidement vos combles et imaginez les possibilités d'aménagement pour créer de nouveaux espaces de vie depuis votre smartphone. L'application gratuite My Daylight vous révèle les bénéfices de l'éclairage naturel. Obtenez facilement des pièces plus grandes et plus confortables à vivre. Catherine JUILLARD, Responsable Prescription Lumière et Thomas BERGE, Chef de Produit Digital, tous deux chez VELUX®, répondent aux questions de Christian PESSEY, Journaliste de la Construction, en charge de l'émission VOTRE MAISON sur RMC. 

image

Quels travaux entreprendre à l'arrivée du printemps?

Les jours rallongent et les températures sont plus clémentes : le printemps constitue une belle opportunité d’entreprendre des travaux de rénovation à la maison. Quels que soient les travaux entrepris, la luminosité, l’ouverture sur l’extérieur et le renouvellement de l’air intérieur sont des éléments clés à considérer pour gagner en qualité de vie. De simples ajustements aux projets de rénovation permettront de prioriser ces éléments pour une maison confortable et agréable à vivre pour tous les membres de la famille. Prisca Pellerin, architecte et designer d'intérieur donne des conseils.

image

Le remplacement des fenêtres et le crédit d'impôt (CITE) en 2019

Le remplacement des fenêtres est réintroduit dans le périmètre du Crédit d'Impôt Transition Énergétique en 2019. Mais dans des conditions si restrictives que le bénéfice en est très limité. La conversion en prime pour les ménages défavorisés n'interviendra qu'en 2020. 

image

Réparer les WC

La réparation des WC passe très souvent par le remplacement du robinet flotteur. Tuto pour tout vous expliquer

Les derniers conseils maison

image

Mortier et béton : les agrégats (granulats : sable, gravier, etc.)

Également appelés “granulats”, les agrégats constituent pour ainsi dire la charpente des mortiers et des bétons. Le mot désigne tous les éléments qui peuvent être assemblés par un liant. En maçonnerie, il s’agit essentiellement de sable et de gravillons, mais aussi, dans une certaine mesure, de cailloux et de pierres de faible grosseur. Un mélange de liant, de sable et d'eau donne du mortier . En ajoutant au mélange des graviers, des cailloux, des morceaux de pierre on obtient du béton.

image

Les maladies et les traitements du bois

Omniprésent dans la construction et dans l'aménagement intérieur des maison, le bois est issu d’un végétal : l'arbre. À ce titre, il est vulnérable aux effets de l’humidité, qui favorisent le développement des moisissures, de champignons, ainsi qu’à celles des insectes et de leurs larves et de parasites divers. 

image

Déboucher les canalisations

Les eaux usées des appareils sanitaires (évier, lavabo, baignoire, douche) entraînent des déchets solides qui s’accumulent dans les siphons, au niveau des coudes ou des manchons de prolongation, et qui, au bout d'un certain temps, bouchent la canalisation d’évacuation. Le mal peut être bénin et le débouchage réalisé rapidement ; mais si la pente des canalisations d’évacuation est faible, si celles-ci sont anciennes et mal entretenues, il peut y avoir entartrage et encrassement importants sur une grande longueur de tuyau. Dans ce cas, il faut résoudre le problème en utilisant des appareils puissants, surtout lorsqu’il n’y a pas de regard sur les canalisations permettant une intervention au point précis du bouchon.

image

Béton armé

Lorsqu’on veut réaliser un ouvrage en béton (piliers, poteaux, poutres, linteaux, dalles) ayant une bonne résistance à la traction et à la flexion (par exemple un linteau, une dalle autoporteuse, chaînage en sommet de murs porteurs, etc.), il faut le "ferrailler" pour que la pièce ne casse pas. On utilise des fers (tiges d'acier) ronds, lisses ou tréfilés, de différents diamètres,  qu’il faut noyer dans le béton.

image

Parpaings en béton et blocs de béton cellulaire

Pendant longtemps la pierre et la brique ont été les seuls éléments pour construire “en dur”. Les parpaings de béton et plus récemment les blocs de béton cellulaire ont facilité considérablement les techniques de construction. Si les premiers constituent aujourd'hui le matériau de construction le plus utilisé, les second restent confidentiels en France alors qu'ils sont très utilisés et Europe du Nord.

image

Le chauffage électrique par le sol

L’idée de placer des résistances ou des câbles chauffant dans le sol n’est pas nouvelle, mais sa mise en œuvre est récente. Des fabricants développent même aujourd’hui des solutions intéressantes permettant de constituer des systèmes de confort – plus que de vrais chauffages – dans le sol au cours d’une rénovation.

image

Le chauffage électrique par le sol

L’idée de placer des résistances ou des câbles chauffant dans le sol n’est pas nouvelle, mais sa mise en œuvre est récente. Des fabricants développent même aujourd’hui des solutions intéressantes permettant de constituer des systèmes de confort – plus que de vrais chauffages – dans le sol au cours d’une rénovation.

image

Installer une pompe à chaleur en conservant sa chaudière : la PAC hybride

La pompe à chaleur peut remplacer une vieille chaudière. Il est possible aussi de combiner une PAC avec l'énergie initialement utilisée (gaz ou fioul) : on parle alors de "pompe à chaleur hybride". Comment ça marche? Est-ce intéressant économiquement? Peut-on bénéficier d'aides comme le CITE? Valérie LAPLAGNE, vice-présidente de l' AFPAC (Association Française pour les Pompes à Chaleur), répond aux questions de Christian PESSEY, journaliste de la construction, en charge de l'émission VOTRE MAISON sur RMC.