La plantation des bulbes à fleurs, rhizomes et tubercules

Un bulbe est une réserve de nourriture que la plante accumule après sa floraison pour pouvoir fleurir de nouveau à la saison suivante. La floraison, selon les espèces, intervient en différentes saisons : fin d'hiver, printemps, été et début d'automne. Seule la saison la plus froide et la moins lumineuse, la fin de l'automne et le cœur de l'hiver, s'oppose à cette floraison. Certains bulbes restent en terre constamment (crocus, perce-neige, par exemple), d'autres sont relevés (tulipes, dahlias, glaïeuls, par exemple) puis replantés quelques moins ou semaines avant la nouvelle floraison. Dans les régions à hiver doux, la plupart des bulbes peuvent rester en terre toute l'année, sauf pour leur division si le bulbe s'y prête.

Plantation des bulbes à floraison printanière

La période de plantation va d’octobre à décembre. La profondeur de la plantation et l’écartement entre chaque bulbe dépendent de la grosseur de ce dernier et de la taille du feuillage de la plante.  La floraison s’échelonne de février à juin.

Plantation des bulbes à floraison estivale et automnale

Plantez au printemps une fois tout risque de gelée écarté.
–En avril se plantent les bulbes dormants, c’est-à-dire ceux qui n’ont pas encore redémarré.
–Pour hâter la floraison, placez les bulbes sous châssis dès le mois de mars, puis plantez-les en mai quand ils ont repris leur végétation.
La profondeur de plantation, comme pour les bulbes à floraison printanière, et la distance entre chaque bulbe varient en fonction des espèces.

Techniques de plantation en pleine terre.

La méthode de plantation dépend étroitement de la forme du bulbe.

Bulbes plats : cas du bégonia tubéreux.
–Mettez en végétation en mars-avril, en posant le tubercule dans du terreau humide, à plat, partie concave vers le haut.
–Mettez en place en mai-juin, toujours à plat, à 5 cm de profondeur. Recouvrez de tourbe.

Bulbes aplatis : cas du glaïeul.
–Creusez une cavité à fond plat, à l’aide d’un transplantoir, de 5 à 10 cm de profondeur, d’avril à juin.
–Placez le tubercule à plat, bourgeon situé vers le haut.
–Recouvrez de terre, tassez puis arrosez.

Bulbes arrondis ou ovoïdes : cas de la tulipe et de la jacinthe.
–Creusez un trou d’environ 20 cm de profondeur à l’automne, avec un plantoir.
–Introduisez de la terre au fond de la cavité afin d’obtenir une surface plane : elle recevra la base du bulbe. Sans cette précaution, le bulbe serait suspendu dans la cavité ; il resterait une poche d’air dessous, nuisible au bon développement des racines. L’utilisation d’un plantoir à bulbe évite cet inconvénient.
–Placez le bulbe au fond du trou (en veillant à ne pas vous tromper de sens !).
–Recouvrez le bulbe de terre ; protégez, en cas d’hiver rigoureux, par une couche de 3 à 4 cm de tourbe.

Souches à plusieurs tubercules : cas du dahlia.
–Creusez une cavité d’environ 20 cm de profondeur et de 30 cm de large, en mai, à l’aide d’un transplantoir.
–Formez un petit dôme de terre au fond du trou, et posez la souche dessus. Les différents tubercules doivent tous reposer sur la terre.
–Arrosez et recouvrez de terre.

• Souches rhizomateuses : cas des iris.
–Posez les rhizomes à plat, les bourgeons tournés vers le haut, affleurant le sol, à l’automne.
–Recouvrez d’une fine couche de terre sablonneuse, et tassez.
–Si les rhizomes proviennent d’une division et possèdent encore des feuilles, réduisez-les des deux tiers pour diminuer la transpiration et éviter que le vent ne renverse le plant.

Partager avec vos amis :

Les dernieres vidéos maison

image

Contrôler sa consommation électrique avec "Mon Pilotage Elec"

Le contrôle de la consommation électrique est plus que jamais à l'ordre du jour. Christian PESSEY et Farida RAFKANI, chef de marché chez ENGIE Particuliers , présentent le système pour rendre connecté votre chauffage : " Mon Pilotage Elec " Il vous permet de maîtriser au mieux votre consommation d'électricité et de piloter votre chauffage.

image

L'air, le meilleur des isolants

Pourquoi l'air isole-t'il ? Christian Pessey vous explique en quoi les propriétés de l'air lui confère un tel pouvoir isolant.

image

La qualité de l'air dans la maison

Il est souvent dit que l'air intérieur des maisons est très pollué. Dans cette vidéo, Christian PESSEY, avec l'aide de QUALITEL , vous explique comment identifier ces polluants et comment agir pour en réduire le nombre et donc leur impact sur la santé.

image

Accrocher dans la plaque de plâtre

Christian PESSEY et Eric BARNASSON, Responsable du Pôle marketing Produits & Systèmes chez PLACO® , vous donnent tous les conseils pour accrocher de lourdes charges dans de la plaque de plâtre, et notamment toutes les informations sur la plaque à haute résistance Habito®

Les derniers conseils maison

image

Les insectes du bois : une menace pour la maison

Les insectes du bois menacent peut-être votre maison ! Les termites, les capricornes s'attaquent à certains éléments structurels de votre maison, d'autres comme les vrillettes s'intéressent plutôt à votre mobilier, à vos parquets. Pour lutter contre eux, il faut déjà les connaître et les identifier. Les traitements passent le plus souvent par des professionnels agréés (attention aux arnaques !).

image

Les détecteurs de qualité de l'air : CO2, HCHO, TVOC, humidité, température

La qualité de l'air est un enjeu sanitaire majeur. On sait que l'air intérieur de nos maison est beaucoup plus pollué que l'extérieur. L'accumulation des polluants et notamment des virus constitue un enjeu majeur pour notre santé. D'où la nécessité d'une bonne ventilation par les systèmes mécanique ( VMC, VMI, VMR ), ce qui n'empêche pas de devoir ouvrir les fenêtres régulièrement. Pour savoir quand il faut le faire, il est nécessaire de posséder un détecteur qui mesure différents facteurs sanitaires et de confort. Encore faut-il qu'il donne des informations claires et fiables et que l'on sache les interpréter. La ventilation, le chauffage et l'action sur l'humidité sont les actions permettant d'améliorer la qualité de l'air et de se prémunir contre certain désagréments (inconfort) et pathologies.

image

Les adjuvants du mortier et du béton : à quoi ça sert?

Les adjuvants sont des produits qui, ajoutés en faible dose au moment du gâchage modifient et améliorent les mortiers et béton. la pratique n'est pas nouvelle pusique déjà dans l'antiquité, on ajoutait du sang de bœuf au mortier pour accélérer sa prise.

image

Sol froid au pied : comment l'éviter?

Un sol froid est désagréable mais aussi mauvais pour la santé. Il n'est rien de plus désagréable que de mettre le pied sur un sol froid au réveil, mais aussi dans la journée ou le soir quand on se détend dans un fauteuil. Pour éviter cela il y a des solutions basiques : des tapis, de bons chaussons. Mais il est possible aussi de revoir l'équipement de la maison, et d'installer une trame électrique chauffante.

image

France-Rénov : un service public pour mieux rénover votre logement

Annoncé le vendredi 22 octobre par Emmanuelle Wargon, ministre du Logement, aux côtés de Thierry Repentin, président de l'Anah, le lancement de France Rénov’, le service public de la rénovation de l'habitat entre en vigueur en 2022. Ce nouveau service public unique facilite l'information, l'orientation et l'accompagnement de tous les ménages dans leur projet de rénovation.

image

Remboursement du Crédit d'Impôt (CITE) : l'Administration fiscale répond

Nombreux sont les particuliers qui, ayant bénéficié du CITE (crédit d'impôt pour la transition énergétique), se demandent s'ils devront le rembourser s'ils vendent leur maison après l'avoir touché, et si oui pendant combien de temps pourrait peser ce risque.  RÉNO-INFO-MAISON a consulté la Direction Générale des Finances Publiques (DGFIP) qui a apporté sa réponse officiellement.

image

Puits bouché dans une maison : faut-il le déboucher?

J'ai acheté une maison de village ancienne, et j'ai découvert la présence d'un puits dans la maison qui n'était pas déclaré, ni même dans l'acte de vente. Le problème c'est que ce puits a été bouché par les anciens propriétaires avec des gravats... J'imagine donc qu'il doit y avoir de l'humidité sous les gravats qui n'arrive pas à s'évacuer et qui remonte du coup dans les murs, ce qui apporte de l'humidité à la maison. Nous avons donc commencé à déboucher le puits, nous en sommes à environ 2,50 mètres de profondeur mais j'ignore toujours la profondeur totale... Et au début c'était des gravats, mais là nous arrivons à de la terre... (en sachant que ce puits a été creusé à même la roche). Bref, du coup étant novice dans les puits je me pose plusieurs questions : - je voulais savoir si un puits bouché représente effectivement un risque d'humidité pour les murs de la maison ? - savoir si c'est normal qu'il y ait autant de terre ? - savoir par expérience en moyenne la profondeur de puits dans les maisons ? Je ne l'ai pas précisé aussi mais je n'ai pas l'intention d'utiliser ce puits, je ne veux juste pas avoir de problème d'humidité. Rémi

Le jardin pour fleurir la maison

Connaissance des différents types de fleurs

Les fleurs constituent le décor coloré du jardin d’agrément. Fleurs annuelles, fleurs bisannuelles, fleurs vivaces, bulbeuses, roses et rosiers, plantes grimpantes ne se multiplient pas de la même façon. Celles qui se sèment, doivent être semées en place ou au contraire semées en terrine ou en godet pour ensuite être repiquées en pépinière ou plantées en place.  Des techniques spécifiques comme le bouturage, le marcottage ou la greffe permettent la multiplication de certaines fleurs. Certaines possèdent un bulbe comme la tulipe ou la jacinthe, d’autres un rhizome, qui doivent être mis en terre à la bonne époque, laissés en place ou relevés après floraison. 

Les roses : des fleurs à part pour la maison

Les rosiers occupent une place à part dans le jardin d’agrément par l’abondance de leur floraison. La taille des rosiers fait appel à une technique particulière. Certains rosiers doivent être palissés ou tuteurés.