Le traitement de l'air dans la maison

Le souci de respirer un air de qualité, plus sain, moins pollué, fait partie des préoccupations de confort, au même titre que de bénéficier du chauffage ou de la climatisation. C’est aujourd’hui possible grâce à divers équipements, dont il faut savoir apprécier l’efficacité. Sans ce renouvellement, l'air intérieur peut être de 5 à 10 fois plus pollué que l'air extérieur, même en ville. La règlementation sur le sujet est ancienne avec l'arrêté du 22 mars 1982 et celui du 24 mars 1983.

Flux et renouvellement d’air

Autrefois, le renouvellement de l'air se faisait de façon "naturelle", du fait du peu d'étanchéité des huisseries. Les ouïes de ventilation étaient très limitées. Dans une maison, il est désormais possible d’agir sur la qualité de l’air, la première des préoccupations étant son renouvellement. Les arrêtés de 1982 et 1983 stipulent que :

  • l'aération est générale et permanente au moins pendant la période de chauffage (fenêtres généralement fermées)
  • la circulation d'air doit se faire des pièces principales vers les pièces de service
  • des entrées d'air soient présentent dans chaque pièce principale
  • le positionnement des entrées d'air soit fait de manière à éviter tout inconfort…

L’’arrêté du 24 mars 1983 fixe les débits minimaux pour chaque pièce, quel que soit le type de ventilation, en fonction du nombre de pièces de l’habitation.
Il serait grand temps qu'une réglementation plus précise et plus stricte viennent encadrer la ventilation des logements, notamment en prenant en compte de la VMC, son fonctionnement et son entretien.

Le brassage de l'air

La rotation des pales d’un ventilateur de rafraîchissement, se substituant au mouvement saccadé de l’éventail, est la façon la plus simple de brasser l’air dans une maison. L’efficacité sur le plan thermique reste modeste, mais la sensation n’en est pas moins agréable.

La ventilation mécanique

La construction de maisons individuelles parfaitement isolées, pratiquement étanches à l’air au niveau des huisseries, a obligé à concevoir une véritable ventilation forcée de l’ensemble des pièces de la maison.

• La VMR (ventilation mécanique répartie ou décentralisée)
La méthode la plus simple consiste à réaliser une ventilation générale permanente de l’habitat à partir d’aérateurs individuels placés dans les pièces humides (cuisine, toilettes, salle de bains, laverie, etc.). C’est ce qu’on appelle la VMR (ventilation mécanique répartie) constituée d'une série d'extracteurs  pouvant être installés dans les différentes pièces humides du logement. Certains modèles bénéficient d'un hygrostat permettant leur déclenchement automatique à partir d'un taux d'humidité donné.  Il est possible aussi de réaliser un couplage avec l'éclairage de la pièce déterminant un fonctionnement à chaque fois qu'on allume la lumière (par exemple dans une salle de bains, des toilettes, etc.). Les modèles les plus évolués intègrent une filtration de l'air 

• La VMC (ventilation mécanique contrôlée)
Elle consiste à réaliser une ventilation forcée de l’ensemble de l’habitation grâce à une unité centralisée, placée généralement dans le grenier. Elle est aujourd’hui installée dans presque toutes les maisons neuves, la filtration en étant le complément logique.
On parle de VMC simple flux quand l'air est puisé à l'extérieur par des bouches et ouïes au niveau des fenêtres pour être évacuées via des bouches d'aspiration au niveau des pièces dites "techniques" (cuisine, salle-de-bains et WC) reliées par des gaines  au groupe d'aspiration. 
On parle de VMC double flux quand le groupe centralisé refoule l'air vicié et aspire l'air frais au niveau des combles. Pour éviter des déperditions de chaleur, un échangeur permet de réchauffer l'air introduit par l'air extrait de la maison.

• La VMI (ventilation mécanique répartie ou par insufflation)
Dans les maisons anciennes, il n'est pas toujours possible de faire passer les gaines nécessaires à l'installation d'une ventilation mécanique contrôlée. On place alors une centrale de traitement de l'air dans les combles, qui puise de l'air frais dans via des bouches percées dans la couverture, et l'insuffle dans la maison par un nombre de bouches limitées, au niveau de l'étage supérieur. L'air insufflé (ou en surpression) traverse les pièces et est évacué par des bouches dans les murs ou les fenêtres. 

La purification de l’air

Le sentiment que l’air est de plus en plus vicié et porteur de particules nocives est aujourd’hui largement répandu. Tous ceux qui souffrent d’allergies savent que nombre d’entre elles sont causées par des particules de toutes natures en suspension dans l’air, et notamment les pollens qui sont les plus redoutables, d’où l’apparition récente de véritables purificateurs d’air agissant par filtration très fine (filtres HEPA), complétée par des filtres électrostatiques et à charbon actif éliminant les mauvaises odeurs. On peut aussi utiliser un générateur d’ions négatifs assurant une neutralisation et une conversion des particules de pollution en vapeur d'eau et en CO2  et éliminant également les mauvaises odeurs. Ce genre d’appareil bénéficie d’un indicateur de colmatage de filtre, d’une programmation et même, pour certains modèles, d’une télécommande. 

La régulation de l’humidité

L’hygrométrie de l’air, c’est-à-dire son taux d’humidité, est un facteur de confort souvent négligé. C’est aussi un paramètre sanitaire important, notamment pour toutes les personnes qui souffrent de problèmes respiratoires. Si la VMC peut être équipée d’un système d’hygrorégulation et si les climatiseurs assèchent l’air ambiant, un contrôle et un traitement plus actifs peuvent être obtenus grâce à des appareils spécifiques.

L’excès d’humidité, qui se traduit par des taches noires sur le papier peint, autour des fenêtres et au plafond, qui salit les peintures et abîme les boiseries, peut être éliminé par un déshumidificateur électrique. Le phénomène est aggravé en l'absence d'une isolation thermique correcte. Un ventilateur aspire l’air ambiant, qui passe au contact de tubes réfrigérants condensant l’excès d’humidité ; l’eau est alors recueillie dans un réservoir, qu’il suffit de vider périodiquement ou qui peut être raccordé à une évacuation d'eau. L’air, filtré et séché, est légèrement réchauffé avant d’être renvoyé vers la pièce. Un hygrostat électronique permet de choisir et de sélectionner le degré d’humidité entre 45 et 99 % (selon les modèles). 

La sécheresse excessive de l’air peut aussi être résolue avec des appareils humidifiant par génération de vapeur (humidificateur) dont l’autonomie est en principe de 24 h. Certains modèles possèdent un réservoir pour des huiles essentielles rendant l’atmosphère plus agréable (mais que l'on suspecte d'une potentielle pollution par les COV).

 

Partager avec vos amis :

Les dernieres vidéos maison

image

Faire des économies d'énergie

Christian PESSEY et Francis TIFFANNEAU, expert chez QUALITEL , font le point de toutes ces règles et habitudes de vie, simples mais efficaces, qui permettent d'économiser l'énergie dans son logement.

image

Isolation des parois : la fin des ossatures?

Dans une conférence de presse commune, confirmant le rapprochement entre Placo et Isover, les représentants des marques du groupe Saint-Gobain ont annoncé jeudi 23/01/2020 une innovation capitale associant deux de leurs produits phares : la plaque Habito pour Placo (plaque haute densité à rigidité et densité renforcée) et l a laine de verre GR 32 ou GR 30 aux performances thermiques élevées et aux propriétés mécaniques qui facilitent la mise en œuvre. L'innovation réside dans la suppression des ossatures métalliques rendue possible par l’association d’une plaque de plâtre ultra résistante et d'accessoires de pose brevetés, inspirés du système Optima. D'où l'appellation du système : Optimax Habito®.  

Les derniers conseils maison

image

Bricolage en toute sécurité

Le bricolage n’est pas en soi une activité dangereuse. Mais l’emploi de machines électroportatives ou à poste fixe, l’intervention sur un circuit électrique ou les travaux de soudure, par exemple, exigent le respect de précautions élémentaires, sans lesquelles vous risqueriez de mettre en jeu votre sécurité, ainsi que celle de vos proches.

image

Sécurité électrique dans l'atelier de bricolage

La multiplication des machine électroportatives ou à poste fixe impose une large utilisation de l'électricité dans l'atelier de bricolage. Il faut donc prendre un certain nombre de précautions pour l'utiliser en toute sécurité.

image

Assembler le métal à froid

Les pièces de métal peuvent être assemblées à chaud, mais aussi à froid. Les différentes techniques utilisées dépendent de la destination des pièces, de la résistance souhaitée et du métal travaillé. On assemble à froid par collage, vissage et rivetage

image

Le placage des chants

C’est le moyen de donner à un simple panneau de particules ou de contreplaqué l’aspect d’un panneau de bois noble.

image

Protéger sa maison contre les cambriolages : les précautions et équipements de base

La protection du domicile et le droit de propriété sont inscrits dans nos traditions et dans nos lois. Nous y sommes tous très attachés. Ils supposent des clôtures, des fermetures et des dispositifs particuliers. La protection contre les cambriolages passe tout à la fois par la qualité de ces fermetures et par une protection et une surveillance faisant largement appel à l’électronique. Que l’on soit locataire ou propriétaire, on a à cœur de protéger l’endroit où l’on vit et les meubles et objets que l’on possède.