Les différents types de plafonds

Dans les maisons anciennes, les plafonds sont en plâtre sur lattis (bacula). Dans les habitations modernes, ils sont le plus souvent en plaque de plâtre. Si le plancher est à structure bois, les deux types de plafond sont fixés sur les solives qui supportent le plancher de la pièce supérieure. Beaucoup de maisons ont des sols et planchers d’étage en béton : dalle auto-porteuse, mais plus souvent encore plancher en hourdis béton (ou entrevous), posés entre des poutrelles en béton précontraint, des plaques de plâtre assurant la finition du plafond.

Plafond en lattis et plâtre (bacula)

Cette méthode de construction des plafonds (également utilisée pour certaines cloisons) était très longue, puisqu’il fallait clouer côte-à-côte des lattes sous les solives et recouvrir le tout avec du plâtre (souvent même avec plusieurs couches) lissé en finition. Avec le temps, la mince couche de plâtre se fendille, voire se perce. Inutile de chercher à réparer ce genre de plafond dans les règles. Mieux vaut fixer dessous une ossature métallique sur laquelle vous pourrez visser des plaques de plâtre.

Plafond en plaque de plâtre sous plancher bois

Même sous un plancher bois récent, la plupart des plafonds modernes sont faits en plaques de plâtre fixées sous les solives. Les plaques peuvent être clouées ou vissées sous celles-ci, et les joints sont recouverts d’un calicot avant l’application d’un enduit de jointoyage. Toutes les plaques actuelles sont prêtes à peindre, ce qui réduit les travaux de préparation. L’utilisation de plaques à bords amincis (BA 13) facilite la réalisation des joints, sachant cependant qu’ils risquent toujours de réapparaître si la pièce située au-dessus est habitée, ce qui entraîne des vibrations et des mouvements du plancher. Pour éviter cela, on pose les plaques sous une ossature métallique, ce qui présente l'avantage de permettre une isolation thermo-acoustique avec une forte épaisseur d'isolant minéral. Les joints, désolidarisés du plancher risque beaucoup moins de se fissurer.

Plafond en plaque de plâtre sous hourdis béton

Cette configuration est très fréquente dans les constructions pavillonnaires récentes : des éléments préfabriqués en béton (hourdis) sont posés entre des poutrelles en béton armé précontraint et forment une surface stable et solide pour constituer un sol d’étage. Le plafond lui-même est constitué de plaques de plâtre vissées sur une ossature en acier galvanisé. Les éléments d’ossature sont généralement clipsés sur des suspentes, elles-mêmes glissées et enfoncées entre les hourdis et les poutrelles. Une isolation peut être réalisée entre les plaques de plâtre et les hourdis quand ceux-ci ne sont pas en polystyrène.

Plafond tendu

Lorsqu’un plafond est très dégradé et que, de surcroît, la hauteur sous celui-ci est importante (plus de 2,70 m), il peut être intéressant de faire poser un plafond tendu. Il s’agit d’une mince feuille de vinyle très lisse et très résistante, fixée par des baguettes d’ancrage entre les murs. La feuille est chauffée juste avant la pose pour qu’elle se tende en refroidissant. Il n’est même pas nécessaire de déménager les meubles pour réaliser ce genre de réfection. Il est possible d’intégrer des spots d’éclairage dans le plafond.

Partager avec vos amis :

Les dernieres vidéos maison

image

L'air, le meilleur des isolants

Pourquoi l'air isole-t'il ? Christian Pessey vous explique en quoi les propriétés de l'air lui confère un tel pouvoir isolant.

image

La qualité de l'air dans la maison

Il est souvent dit que l'air intérieur des maisons est très pollué. Dans cette vidéo, Christian PESSEY, avec l'aide de QUALITEL , vous explique comment identifier ces polluants et comment agir pour en réduire le nombre et donc leur impact sur la santé.

image

Accrocher dans la plaque de plâtre

Christian PESSEY et Eric BARNASSON, Responsable du Pôle marketing Produits & Systèmes chez PLACO® , vous donnent tous les conseils pour accrocher de lourdes charges dans de la plaque de plâtre, et notamment toutes les informations sur la plaque à haute résistance Habito®

image

La laine de verre et la santé

Dans cette interview, Christian PESSEY fait le point avec Florence GAUVIN, expert isolation chez ISOVER sur les risques que représenteraient l'utilisation de la laine de verre et pour en avoir le coeur net, ils ont fait appel à l'expertise du docteur Christian RECCHIA.

Les derniers conseils maison

image

Pose d'une fenêtre PVC en rénovation

On trouve désormais dans le commerce des “blocs-fenêtres” en PVC pouvant se substituer facilement à l’ancienne fenêtre. Si l'on conserve le dormant (cadre fixe) existant, comme ici, on parle de remplacement en "rénovation".

image

Chats et chiens : êtes-vous bien assuré?

Les accidents causés par les chiens, les chats, les chiens et autres animaux de compagnie peuvent vous coûter cher. Votre assurance multirisques habitation ne vous couvre peut-être pas suffisamment. La Fédération Française de l'assurance vient de le rappeler.

image

Un isolant pour toiture-terrasse photovoltaïque

Fabricant d’isolants en laine de roche, ROCKWOOL innove en proposant sa nouvelle solution pour les toitures-terrasses photovoltaïques. Plus performant avec son lambda 38, Rockacier C nu Energy garantit une meilleure isolation, des qualités incombustibles et une parfaite stabilité dimensionnelle.

image

La nouvelle pince multifonctions PST Leatherman

Véritable couteau suisse du bricoleur, cette pince multifonctions est un outil étonnant qui combine 14 outils. Le Bond, petit dernier du génial Tim Leatherman, est une véritable boîte à outil de poche.

image

La pompe à chaleur : l'équipement de chauffage le plus économique

Après son étude sur le chauffage électrique en 2020, l’Association Promotelec publie une étude* relative à la perception des Français sur la pompe à chaleur. Dans un contexte sociétal et énergétique marqué de plus en plus par la pression des contraintes écologiques, la pompe à chaleur apparaît comme un dispositif particulièrement en phase avec les attentes des propriétaires.

image

Éviter les remontées capillaires : caniveau, bande d'arase, drainage, étanchéité, injections

Au-delà des phénomènes phréatiques, les grosses pluies sont la cause principale es remontées capillaires qui humidifient l’intérieur des murs du rez-de-chaussée. C’est un grand classique et si l'on en est victimes on risque de se lancer dans des palliatifs dont la plupart sont des cautères sur une jambe de bois et vont coûter une fortune. Un certain nombre d'opération techniques permettent d'éviter d'en arriver là.