Multiplier les vivaces et les bulbes en les divisant

C’est le mode de multiplication végétative le plus simple, car les pousses sectionnées possèdent déjà bourgeons et racines (même à l’état rudimentaire), ce qui permet une reprise facile. Il s’applique aux plantes dont la souche émet des rejets, ainsi qu’aux plantes rhizomateuses ou tubéreuses. La façon d’opérer et les exigences varient en fonction du type de plante, mais on procède presque toujours en automne, pendant la période de repos de la végétation. Ceci vaut surtout pour les plantes à fleurs qui ne peuvent refleurir au printemps que si la mise en place se fait à l’automne.

Séparation des rejets

Pendant la période de repos végétatif, séparez les rejets des arbres et arbustes à feuillage caduc. Cette période dépend de la date de floraison. Dans le cas des plantes à feuillage persistant, assez sensibles à la transplantation et de reprise plus délicate, les divisions se pratiquent à la fin de la période de végétation active (automne) ou dès sa reprise (printemps). Arrosez abondamment et placez éventuellement sous châssis si la température l’impose.

Division des touffes

Suivant la taille des plantes et la grosseur ou la dureté de la souche, vous devrez trancher à la bêche, diviser à la main ou sectionner au couteau.
Division à la bêche. Sectionnez par moitié les souches des plantes vivaces, à l’aide d’une bêche. Utilisez deux fourches-bêches placées dos à dos au centre de la touffe ; écartez-les en faisant levier pour séparer la touffe en deux. Éliminez du centre les rejets moins vigoureux ; repiquez très rapidement pour éviter le flétrissement.
Division à la main. Dans le cas de plantes de petite taille, à racines fibreuses délicates (aster nain, campanule, œillet mignardise), séparez la touffe à l’aide des deux mains.
Division au couteau. Utilisez un couteau bien tranchant ou un greffoir pour sectionner les souches dures et ligneuses (delphinium, lupin), les tubercules (dahlia) ou les rhizomes (iris).

Exemples :
• Séparez les souches de delphinium en éclats, dotés chacun de racines et de bourgeons. Divisez les tubercules de dahlia de façon à garder à chacun un fragment de la tige principale.
• Sectionnez les rhizomes d’iris en fragments de 7 à 8 cm de longueur. Gardez seulement ceux des extrémités possédant des pousses jeunes et vigoureuses ; sectionnez les feuilles à mi-hauteur avant de replanter.

Division des bulbes

L’époque de division des plantes bulbeuses dépend, de même que pour les arbustes ou les plantes vivaces, de leur cycle végétatif. Les bulbes des plantes à floraison printanière (la tulipe par exemple) arrivent à maturité en été. Après division, les plus gros sont replantés en automne. Les bulbes des plantes à floraison estivale, comme le glaïeul, se récoltent et se divisent dès les premières gelées.

La multiplication par fractionnement spontané des plantes bulbeuses revêt différentes apparences :
formation de petits bulbes à la base du bulbe principal (tulipe),
fragmentation du bulbe en caïeux (échalote),
division du bulbe en nombreuses écailles charnues (lis),
formation de cormus superposés (glaïeul).

Partager avec vos amis :

Les dernieres vidéos maison

image

PAC hybride gaz : Christian PESSEY témoigne !

Dans cette vidéo, Christian PESSEY fait le point sur la PAC hybride gaz et vous annonce notre future série de reportages consacrée à l'installation de ce système, du raccordement au gaz de ville jusqu'à sa mise en service ! 

image

Contrôler sa consommation électrique avec "Mon Pilotage Elec"

Le contrôle de la consommation électrique est plus que jamais à l'ordre du jour. Christian PESSEY et Farida RAFKANI, chef de marché chez ENGIE Particuliers , présentent le système pour rendre connecté votre chauffage : " Mon Pilotage Elec " Il vous permet de maîtriser au mieux votre consommation d'électricité et de piloter votre chauffage.

image

L'air, le meilleur des isolants

Pourquoi l'air isole-t'il ? Christian Pessey vous explique en quoi les propriétés de l'air lui confère un tel pouvoir isolant.

image

La qualité de l'air dans la maison

Il est souvent dit que l'air intérieur des maisons est très pollué. Dans cette vidéo, Christian PESSEY, avec l'aide de QUALITEL , vous explique comment identifier ces polluants et comment agir pour en réduire le nombre et donc leur impact sur la santé.

image

Accrocher dans la plaque de plâtre

Christian PESSEY et Eric BARNASSON, Responsable du Pôle marketing Produits & Systèmes chez PLACO® , vous donnent tous les conseils pour accrocher de lourdes charges dans de la plaque de plâtre, et notamment toutes les informations sur la plaque à haute résistance Habito®

Les derniers conseils maison

image

La purge des radiateurs de chauffage central

Il faut purger les radiateurs de chauffage central quand de l'air s'est introduit dans le circuit, pour différentes cause. Cela crée des poches d'air dans les radiateurs réduisant voire neutralisant leur capacité de chauffage : il faut les purger.

image

Faire des économie sur l'abonnement d'électricité

La puissance électrique souscrite est généralement supérieure à celle nécessaire, par souci de confort et pour ne pas être ennuyé par une coupure subite lorsqu’un appareil de forte puissance (souvent le soir, en plein milieu du repas) se met en marche et fait “sauter” le disjoncteur. En calculant plus précisément la puissance nécessaire et en adoptant certains dispositif, on peut faire des économie sur le coût de l'abonnement.

image

Brumisation : avantages et inconvénients

La brumisaton est incontestablement un moyen de rafraichissement extérieur très agréable : l'évaporation des fines gouttelettes d'eau sur la peau y abaisse la température et procure une sensation de fraîcheur. L'air ambiant, bien sûr, reste à la même température et l'effet s'arrête immédiatement quand la brumisation s'arrête. Ce dispositif, parfaitement contrôle sur les équipements professionnels, n'est pas sans risque sur ceux proposés au grand public. 

image

Air trop sec, air trop humide : comment y remédier

Un air trop sec (en dessous de 40 %) est aussi préjudiciable qu'un air trop humide (au-dessus de 60%), surtout lors des fortes chaleurs. Il existe des moyens d'y remédier. Un hygromètre permet de mesurer en permanence l'humidité ou la sécheresse de l'air intérieur.

image

Fuites sur robinet mélangeur

Les robinets mélangeurs à col de cygne équipent encore beaucoup de lavabos de salles de bains et d'éviers de cuisine. Leur fonctionnement est simple et les sources de problèmes faciles à résoudre. Différents joints peuvent faire "goutter" ou faire fuir le robinet.

image

Les frises décoratives en papier, intissé et vinyle expansé

Longtemps rangées au rayon des accessoires décoratifs oubliés, les frises décoratives sont redevenues à la mode en même temps que le papier peint. Il faut dire que les fabricants rivalisent d’imagination et d’originalité et que leur utilisation ne se limite plus à border le plafond comme autrefois.

image

Eau calcaire : la reconnaître et la traiter

Le calcaire est un fléau pour l’installation sanitaire de la maison : il colmate les canalisations, abîme les robinets, entartre les appareils, notamment ceux où l’eau est chauffée. Rien ne démontre cependant, à ce jour, que le tartre soit dangereux pour la santé.

image

Installations électriques à l'extérieur : des règles strictes

L'électricité à l'extérieur est indispensable pour éclairer les abords de la maison. C'est un facteur de sécurité, tant contre les intrus que pour guider les pas dans les allées. Une prise extérieure rend aussi bien des services, surtout depuis la multiplication des outils électroportatifs et tondeuses à gazon électriques. Il faut pour cela une installation réaliser dans les règles de sécurité optimale, l'humidité étant un facteur de risque plus important que dans la maison.Les risques électriques sont aggravés par l’eau, plus ou moins ruisselante et les possibilités de contact brutal avec des objets métalliques tels qu’outils de jardinage, vélos, jeux d’enfants, étendoirs, etc.

Connaissances de base pour jardiner

Méthode basique de jardinage

Le jardinage est une activité complexe, qui fait appel à des connaissances pratiques, des connaissances techniques et un savoir botanique. Le travail de la terre (défoncement, labour, affinage du sol), la réalisation des planches de culture, le semis des graines, la multiplication des vivaces, le bouturage des plantes, le marcottage, la greffe des végétaux, mais aussi la taille des arbustes décoratifs ou des arbres fruitiers, la tonte de la pelouse, demandent un savoir-faire qui s’acquiert avec le temps. 

Outils et produits pour bien jardiner

Il faut pour cela des bons outils de jardinage, des machines, des équipements, adaptés à chaque action. Culture en pleine terre, culture sous abri en serre ou sous châssis, permettent d’obtenir des récoltes pendant presque toute l’année. Les amendement et enrichissements de la terre se font désormais avec des produits bios pour le respect de la nature et la production de légumes et de fruits sains.