Poser du carrelage de sol

La pose du carrelage n’est pas très difficile si le sol a été bien préparé. Elle demande seulement du soin et de la méthode et un minimum d'outils spécialisés.

Il existe deux grands types de pose du carrelage :
• la pose scellée qui consiste à faire adhérer les carreaux sur le mortier de la chape encore frais;
• la pose collée, qui consiste comme son nom l'indique à poser le carrelage sur n'importe quel support rigide et sain : chape de mortier, vieux carrelage, vieux parquet, etc. 

La pose  scellée (à bain soufflant)

C’est la pose classique, assez compliquée à réussir. Les carreaux sont posés directement sur la chape de mortier frais et jointoyés ensuite avec de la barbotine. Si vous faites réaliser la pose, c'est la seule technique qui entre dans la garantie décennale et donc dans la garantie dommages ouvrage puisque le carrelage est considéré dès lors comme partie intégrante du bâti.

La chape

Elle est dressée à l’aide d’une règle de bois ou d'aluminium tenue à deux mains. Le niveau de la chape doit être tracé sur les murs, en prenant comme point de repère une ligne courant sur tout le périmètre des murs à 1 m de hauteur environ.
Les repères, définis à l’aide d’un niveau à fioles, permettent d’obtenir une horizontalité parfaite. L’épaisseur de la chape ajoutée à celle du carrelage doit mettre le sol au niveau de celui des pièces voisines.
Pour faciliter le dressage de la chape, mélangez au ciment un plastifiant qui rendra le mortier plus onctueux et plus facile à travailler.

Les joints

Les carreaux sont posés directement sur la chape de mortier encore frais. Placez une règle de bois le long de l’axe horizontal de la pièce et alignez dessus la première rangée de carreaux. Poursuivez la pose, rangée par rangée.
Pour que les carreaux soient tous au même niveau et qu’ils possèdent une bonne assise, utilisez une large cale de bois ou une batte de carreleur à semelle de caoutchouc. Pour obtenir des joints réguliers entre les carreaux, utilisez des croix d’écartement. Pour vous déplacer sur la surface fraîchement carrelée, placez dessus de larges planches.

La pose au ciment-colle

C’est la technique la plus simple et, en conséquence, la plus utilisée par les amateurs. Les carreaux sont posés sur une chape de mortier bien sec, parfaitement nettoyée et dépoussiérée. Il peuvent l'être aussi sur toute autre surfaces plane, saine et solide, telle qu'un ancien carrelage, un plancher, etc. Un ragréage est généralement nécessaire pour préparer la surface en la rendant lisse et régulière. et La colle est appliquée à l’aide d’une spatule ou d’une truelle crantée (une seule passe). Les carreaux sont posés et enfoncés dans la colle à l’aide d’une cale ou du manche du marteau. Pour la régularité des joints, employez des croix d’écartement.

Les coupes

Procédez au coupe-carreau, manuel (Carrelette) ou électrique ou à la pince de carreleur, de la même façon que pour les carreaux de faïence. Pour dissimuler la jonction sol-mur (parfois irrégulière), vous pouvez poser une plinthe en carreau sur tout le périmètre.

Les joints

La barbotine (mortier liquide spécifique) est appliquée dans les joints à l’aide d’une raclette de caoutchouc ; elle doit être préparée liquide pour bien pénétrer les interstices. Après séchage, enlevez l’excès de barbotine à l'éponge et recouvrez de poudre de barbotine pour une bonne finition. Nettoyez et lustrez avec un chiffon humide ou une éponge.

Par où commencer, par où finir ?

N’entreprenez jamais la pose du carrelage à partir d’un mur, vous risqueriez de ne pas obtenir un résultat harmonieux si les murs de la pièce n’étaient pas absolument d’équerre. Il est beaucoup plus sûr de prendre comme base de départ une perpendiculaire tracée à l’axe de la pièce qui est défini à partir d’une porte. La pièce étant partagée en deux de part et d’autre de cette ligne, recouvrez tout un côté, puis l’autre, en progressant vers les murs pour effectuer les coupes à ce niveau. Laissez un espace de 8 mm en périphérie de la pose.

 

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Choisir un revêtement de sol

Carrelages, revêtements plastiques, moquettes ou parquets : le choix des revêtements de sol peut paraître limité. En fait, la gamme des produits, très étendue, comprend des matériaux qui trouvent leur origine dans les débuts de l’habitat (dalles, terre cuite, etc.) et d’autres résultant des techniques modernes (vinyles, parquets lamellés, etc.).

image

Les outils du carreleur

Héritier des dalles de pierre et de marbre, le carrelage a connu une expansion considérable avec le développement des céramiques, et cela dès l’Antiquité.

Les dernieres vidéos maison

image

Contrôler sa consommation électrique avec "Mon Pilotage Elec"

Le contrôle de la consommation électrique est plus que jamais à l'ordre du jour. Christian PESSEY et Farida RAFKANI, chef de marché chez ENGIE Particuliers , présentent le système pour rendre connecté votre chauffage : " Mon Pilotage Elec " Il vous permet de maîtriser au mieux votre consommation d'électricité et de piloter votre chauffage.

image

L'air, le meilleur des isolants

Pourquoi l'air isole-t'il ? Christian Pessey vous explique en quoi les propriétés de l'air lui confère un tel pouvoir isolant.

image

La qualité de l'air dans la maison

Il est souvent dit que l'air intérieur des maisons est très pollué. Dans cette vidéo, Christian PESSEY, avec l'aide de QUALITEL , vous explique comment identifier ces polluants et comment agir pour en réduire le nombre et donc leur impact sur la santé.

image

Accrocher dans la plaque de plâtre

Christian PESSEY et Eric BARNASSON, Responsable du Pôle marketing Produits & Systèmes chez PLACO® , vous donnent tous les conseils pour accrocher de lourdes charges dans de la plaque de plâtre, et notamment toutes les informations sur la plaque à haute résistance Habito®

Les derniers conseils maison

image

Les insectes du bois : une menace pour la maison

Les insectes du bois menacent peut-être votre maison ! Les termites, les capricornes s'attaquent à certains éléments structurels de votre maison, d'autres comme les vrillettes s'intéressent plutôt à votre mobilier, à vos parquets. Pour lutter contre eux, il faut déjà les connaître et les identifier. Les traitements passent le plus souvent par des professionnels agréés (attention aux arnaques !).

image

Les détecteurs de qualité de l'air : CO2, HCHO, TVOC, humidité, température

La qualité de l'air est un enjeu sanitaire majeur. On sait que l'air intérieur de nos maison est beaucoup plus pollué que l'extérieur. L'accumulation des polluants et notamment des virus constitue un enjeu majeur pour notre santé. D'où la nécessité d'une bonne ventilation par les systèmes mécanique ( VMC, VMI, VMR ), ce qui n'empêche pas de devoir ouvrir les fenêtres régulièrement. Pour savoir quand il faut le faire, il est nécessaire de posséder un détecteur qui mesure différents facteurs sanitaires et de confort. Encore faut-il qu'il donne des informations claires et fiables et que l'on sache les interpréter. La ventilation, le chauffage et l'action sur l'humidité sont les actions permettant d'améliorer la qualité de l'air et de se prémunir contre certain désagréments (inconfort) et pathologies.

image

Les adjuvants du mortier et du béton : à quoi ça sert?

Les adjuvants sont des produits qui, ajoutés en faible dose au moment du gâchage modifient et améliorent les mortiers et béton. la pratique n'est pas nouvelle pusique déjà dans l'antiquité, on ajoutait du sang de bœuf au mortier pour accélérer sa prise.

image

Sol froid au pied : comment l'éviter?

Un sol froid est désagréable mais aussi mauvais pour la santé. Il n'est rien de plus désagréable que de mettre le pied sur un sol froid au réveil, mais aussi dans la journée ou le soir quand on se détend dans un fauteuil. Pour éviter cela il y a des solutions basiques : des tapis, de bons chaussons. Mais il est possible aussi de revoir l'équipement de la maison, et d'installer une trame électrique chauffante.

image

France-Rénov : un service public pour mieux rénover votre logement

Annoncé le vendredi 22 octobre par Emmanuelle Wargon, ministre du Logement, aux côtés de Thierry Repentin, président de l'Anah, le lancement de France Rénov’, le service public de la rénovation de l'habitat entre en vigueur en 2022. Ce nouveau service public unique facilite l'information, l'orientation et l'accompagnement de tous les ménages dans leur projet de rénovation.

image

Remboursement du Crédit d'Impôt (CITE) : l'Administration fiscale répond

Nombreux sont les particuliers qui, ayant bénéficié du CITE (crédit d'impôt pour la transition énergétique), se demandent s'ils devront le rembourser s'ils vendent leur maison après l'avoir touché, et si oui pendant combien de temps pourrait peser ce risque.  RÉNO-INFO-MAISON a consulté la Direction Générale des Finances Publiques (DGFIP) qui a apporté sa réponse officiellement.

image

Puits bouché dans une maison : faut-il le déboucher?

J'ai acheté une maison de village ancienne, et j'ai découvert la présence d'un puits dans la maison qui n'était pas déclaré, ni même dans l'acte de vente. Le problème c'est que ce puits a été bouché par les anciens propriétaires avec des gravats... J'imagine donc qu'il doit y avoir de l'humidité sous les gravats qui n'arrive pas à s'évacuer et qui remonte du coup dans les murs, ce qui apporte de l'humidité à la maison. Nous avons donc commencé à déboucher le puits, nous en sommes à environ 2,50 mètres de profondeur mais j'ignore toujours la profondeur totale... Et au début c'était des gravats, mais là nous arrivons à de la terre... (en sachant que ce puits a été creusé à même la roche). Bref, du coup étant novice dans les puits je me pose plusieurs questions : - je voulais savoir si un puits bouché représente effectivement un risque d'humidité pour les murs de la maison ? - savoir si c'est normal qu'il y ait autant de terre ? - savoir par expérience en moyenne la profondeur de puits dans les maisons ? Je ne l'ai pas précisé aussi mais je n'ai pas l'intention d'utiliser ce puits, je ne veux juste pas avoir de problème d'humidité. Rémi

Pour la décoration et le confort : les revêtements de sol

Les revêtements de sol décoratifs et isolants

Les revêtements de sol comme la moquette, le parquet, le stratifié ou encore le carrelage et le dallage (travertin, pierre, marbre) ont une fonction à la fois technique et décorative. Le parquet sépare dans certains cas les étages mais le plus souvent ils habillent les sols existants, participant à leur isolation et à leur finition. 

Revêtements de sol naturels

La moquette de laine, les revêtements textiles naturels comme le sisal, le coco, le jonc de mer ou le jonc de montagne sont des revêtements de sol (souvent sur une dalle béton) intéressants car respectueux de l’environnement.