Choisir un insert pour se chauffer

L'insert permet de multiplier par 2 ou 3 le rendement d'une cheminée à foyer ouvert. Il concilie l'efficacité du chauffage au bois et le charme des bûches brulant sous nos yeux. Et surtout il pollue beaucoup moins qu'une cheminée à foyer ouvert (interdite désormais dans certaines zones urbaines ou vallées très polluées).

Les critères de choix d'un insert

L'encombrement d'un insert

C'est certainement le premier critère à prendre en compte : l'insert doit occuper tout le foyer et s'adapter au plus juste aux dimensions de celui-ci. C'est la condition essentielle pour éviter une dispersion des calories.

La bonne puissance de l'insert

On mesure la puissance d'un insert en watts, comme n'importe quel autre moyen de chauffage. On considère que dans un logement moyennement isolé, il faut compter 100 W / m2 avec une hauteur sous plafond de l'ordre de 2,50 m. Pour un logement très bien isolé, on peut descendre à 60 W / m2.

L'autonomie de l'insert

C'est un facteur de choix important. Plus l'autonomie est grande et moins vous aurez à recharger l'insert. L'autonomie est généralement d'une douzaine d'heures mais il existe des appareils à feu continu dont l'autonomie peut atteindre 24 h.

Le rendement de l'insert

Plus le rendement est élevé et plus l'insert est économique et performant. Comme la combustion est plus complète, il est aussi moins émissif en particules fines, donc moins polluant. Les appareils labellisés Flamme Verte (7 étoiles) affichent un rendement de 75% (à comparer aux 35% d'une cheminée à foyer ouvert). 

Les différentes énergies pour les inserts

Le bois bûche est évidemment le principal combustible utilisé dans un insert. Il existe cependant des appareils à granulé (encore plus performants que la bûche). On trouve aussi des inserts à gaz naturel dont l'effet est devenu très réaliste. Les appareils à éthanol ne doivent être considérés que comme décoratifs et des chauffage d'appoint. 

Les aides pour les inserts

Les inserts à bois et à granulé bénéficie des mêmes aide que les poêles et chaudières utilisant cette énergie : Maprimerénov', CEE et aides locales, TVA à 5,5%, prêt à taux zéro à condition d'être vendu et installés par un professionnel RGE. Seul les appareils labellisés Flamme Verte 7 étoiles sont accessibles aux aides.

Conduit de fumée pour les inserts

Le conduit sur lequel sera raccordé l'insert doit être en bon état. Compte tenu de la chaleur des fumées qu'il dégage (liée au rendement), le conduit doit pratiquement toujours être tubé, et ce sur toute la longueur du conduit, de la sortie de l'appareil à celle de la souche de cheminée.

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Cheminée à foyer ouvert : par quoi la remplacer?

Nous sommes propriétaires d'une maison de plus de 120 m 2 qui nous coûte une fortune en chauffage électrique. Nous pensons l'isoler mais, contrairement à vos conseils sur la radio, nous souhaitons commencer par autre moyen de chauffage. Comme vous le voyez sur la photo jointe, nous avons une cheminée ouverte et souhaiterions faire poser un insert. Quelles seraient vos recommandations? Ruddy

image

Cheminées à gaz et foyers à éthanol

Différentes solutions permettent de simuler les flammes des bûches sans utiliser de bois. Parmi celles-ci, les foyers à gaz et ceux à éthanol. Les premiers constituent un vrai moyen de chauffage, les second relèvent plus de l'effet décoratif. 

image

Chauffage au bois : faut-il tuber votre conduit de cheminée?

Les matériels de chauffage au bois bûche (poêles, inserts, foyers fermés voire chaudière) ou au granulés (pellets) étant de plus en plus  performants, leurs fumées sont aussi de plus en plus chaudes, ce que certains vieux conduits ne peuvent supporter. Il faut donc les tuber : une opération assez simple mais qui doit néanmoins être confiée à un professionnel.

image

Nettoyer la vitre d'un poêle ou d'un insert

Pour nettoyer la vitre de mon poêle Godin je vaporise finement sur la vitre froide ou à peine tiède un mélange avec pour 1 litre d'eau 1 doigt d'alcali (juste assez pour ne pas être incommodé) et 1/2 doigt de lessive de soude. Puis je frotte avec du journal que je mets après sur mes bûches. Hyper économique et super efficace, mais brûler ces journaux (2 petites feuilles), est-ce dangereux pour mon poêle ou son conduit ? Alban

Les dernieres vidéos maison

image

L'air, le meilleur des isolants

Pourquoi l'air isole-t'il ? Christian Pessey vous explique en quoi les propriétés de l'air lui confère un tel pouvoir isolant.

image

La qualité de l'air dans la maison

Il est souvent dit que l'air intérieur des maisons est très pollué. Dans cette vidéo, Christian PESSEY, avec l'aide de QUALITEL , vous explique comment identifier ces polluants et comment agir pour en réduire le nombre et donc leur impact sur la santé.

image

Accrocher dans la plaque de plâtre

Christian PESSEY et Eric BARNASSON, Responsable du Pôle marketing Produits & Systèmes chez PLACO® , vous donnent tous les conseils pour accrocher de lourdes charges dans de la plaque de plâtre, et notamment toutes les informations sur la plaque à haute résistance Habito®

image

La laine de verre et la santé

Dans cette interview, Christian PESSEY fait le point avec Florence GAUVIN, expert isolation chez ISOVER sur les risques que représenteraient l'utilisation de la laine de verre et pour en avoir le coeur net, ils ont fait appel à l'expertise du docteur Christian RECCHIA.

Les derniers conseils maison

image

Installer un détecteur de monoxyde carbone (CO) : une assurance sur la vie

Si l'installation d'au moins un détecteur de fumée (DAAF) par logement est devenu obligatoire (de haute lutte) en 2015, le détecteur de monoxyde de carbone reste facultatif. Pourtant ce gaz inodore et incolore tue chaque année une centaine de personnes en France et cause des invalidités souvent irréversibles, notamment neurologiques, à près de 3000 personnes. Les parlementaires ont mis la loi visant à les rendre obligatoire sur une voie de garage. C'est inacceptable.

image

La mention PAC HYBRIDE par LES PROFESSIONNELS DU GAZ (PG)

L’Association des Professionnels du Gaz (PG) lance la mention « PAC hybride ». Elle permettra aux particuliers d’identifier les professionnels de la PAC hybride gaz. Tous ceux qui souhaitent opter pour ce système de chauffage performant auront ainsi la garantie d’être accompagnés par des professionnels qualifiés. Cette nouveauté devrait contribuer à mettre en place un réseau d’experts et assurer le développement des ventes de PAC hybride gaz. La filière s’est fixée un objectif de 15 000 unités vendues à horizon 2024.

image

Comment lutter contre l'humidité dans la maison?

La bataille contre l’humidité est rarement définitivement gagnée au stade de la construction. Si vous êtes attentif à l'état de votre maison, surtout à la mauvaise saison, vous pourrez déceler à temps ses attaques et y remédier . Quand vous découvrez les traces du passage de l’eau, ne tentez pas d’en masquer les effets, mais cherchez  d’où elles proviennent, afin d’attaquer le mal à la "source".

image

Rénover un lavabo ou une baignoire

Avec le temps les appareils sanitaires finissent par s’abîmer : l’émail s’ébrèche, se ternit, voire jaunit sous l’effet du calcaire. Il existe aujourd’hui des produits faciles à utiliser, qui permettent de redonner une nouvelle jeunesse à vos baignoires et lavabos. On peut les utiliser bien entendu sur tous les appareils émaillés (cuisinière, par exemple), mais aussi sur le carrelage.

image

Comment bien limer le métal?

Limer semble une opération élémentaire. Pourtant, cela demande de la précision, de la force et une attention redoublée. 

image

Maisons individuelles : les solutions gaz font le pari de l’hybridation

La nouvelle réglementation environnementale des bâtiments neufs, la RE2020, entrera en vigueur au 1 er janvier 2022. Modernes et performantes, les solutions hybrides fonctionnant avec du gaz répondent aux exigences de cette règlementation qui a été renforcée. Elles contribuent également à diminuer l’impact carbone des bâtiments, et ce d’autant plus avec l’essor du gaz vert, une énergie respectueuse de l’environnement. La production de gaz vert représente aujourd’hui l’équivalent de la consommation de gaz d’1,4 million de logements neufs chauffés au biométhane.

image

Bois traités à la créosote : danger !

Les bois traités à la créosote sont très dangereux. Les traverses de chemin de fer sont en bois dur et généralement très sec. On est tenté de les récupérer pour en faire du bois de chauffage ou différentes utilisations dans le jardin. Il en est de même des poteaux téléphoniques en bois. Les faire brûler dans la cheminée ou les utiliser pour en faire des terrasses ou des piquets de clôture vous font courir de graves dangers : ces bois sont hautement cancérigènes.

image

Flambée dans la cheminée : faut-il s'en priver?

La cheminée à foyer ouvert, c'est-à-dire sans insert, est montrée du doigt comme polluante et peu efficace. Ce n'est pas faux, mais faut-il pour autant se priver d'une agréable flambée de bûches quand la maison elle-même est déjà chauffée par une chaudière ou une pompe à chaleur, par un plancher chauffant ou des radiateurs électriques? Un certain nombre de sécurités sont à prendre pour réunir toutes les conditions de sécurité.

Rénovation et entretien de votre logement

Rénover tous les secteurs de la maison

Tous les conseils pratiques et les informations dans tous les secteurs de l’habitat, pour entretenir, rénover, réparer, construire sa maison par Christian PESSEY, journaliste de la construction. L’entretien de la maison est crucial pour une utilisation optimale et quotidienne de votre logement, mais aussi pour maintenir la valeur de votre maison au plus haut niveau. 

Un entretien régulier de la maison

Faute d’entretien régulier, il faut souvent recourir à une rénovation globale, par des travaux de consolidation de la maçonnerie, par une restructuration du bâti, une mise à niveau de l’isolation et du chauffage pour une exploitation rationnelle de la maison, en économisant l’énergie, donc les dépenses de chauffage, dans le respect de l’environnement, par réduction des nuisances, des particules fines, mais aussi des gaz à effet de serre dans la perspective d’une optimisation du bilan carbone de l’habitat.