Ciment, chaux : les liants hyrauliques

Les liants hydrauliques (ainsi nommés parce qu'ils durcissent au contact de l'eau) doivent faire l’objet d’une sélection rigoureuse, en fonction de l’ouvrage à réaliser. Sachez accorder les matériaux avec l’environnement et utilisez, pour les constructions extérieures, la pierre de pays. Le plâtre est aussi considéré comme un liant dans certaines de ses utilisations : lorsque, par exemple, il sert à l’assemblage de panneaux ou de carreaux de brique ou de plâtre. Mais, à la différence du ciment et de la chaux, il peut être utilisé seul, pour sceller un objet ou pour former un enduit.

Le ciment

C’est un matériau très ancien, plus complexe que la chaux. Sa fabrication à grande échelle, mise au point au début du XIXème siècle, à Portland (d’où l’appellation “ciment Portland“), demande des moyens industriels. Le ciment est le produit du broyage d’une roche artificielle appelée “klinker”, résultant de la cuisson à très haute température d’un mélange de calcaire et de chaux. À la poudre de klinker, on ajoute 5 % de gypse. La résistance et la cohésion du ciment sont incomparablement supérieures à celles de la chaux, d’où son adoption quasi générale, ces qualités étant particulièrement adaptées aux exigences de la construction contemporaine.

La chaux hydraulique

C’est sans doute le liant le plus ancien, celui qui est utilisé depuis des siècles par les maçons. Ce matériau résulte de la cuisson d’un mélange de calcaire (plus de 90 %) et d’argile. Un matériau donc facile à obtenir en toutes régions, même sans moyen de transformation important.
La chaux constitue un liant de qualité, mais qui présente une résistance nettement moindre que celle du ciment, et qui convient surtout à l’association d’éléments de maçonnerie s’assemblant bien entre eux et offrant ainsi une certaine cohésion naturelle. C’est, par exemple, le cas des pierres non taillées, dont l’assemblage se fait parfois sans aucun liant, par simple empilement, avec uniquement un apport d’argile de calage.

Une normalisation précise

Le rôle essentiel joué par les liants dans la construction a conduit à l’établissement d’une normalisation très précise (découlant de la norme européenne EN-197-1) fondée sur les critères de résistance du béton ou du mortier que l’on obtient avec tel ou tel liant. La norme NF reste en vigueur, mais le marquage européen tend à s’imposer. Il est possible d’identifier les différents liants hydrauliques en fonction des informations présentées sur les sacs sous forme de lettres et de chiffres.
Le marquage CE signifie que le produit satisfait aux réglementations en matière de santé, de sécurité et de respect de l’environnement au plan européen.
Les lettres concernent la nature propre à chaque liant, révélant souvent également son mode de fabrication (exemples : CPA – ou CEM I – pour ciment Portland artificiel, CPJ – ou CEM II – pour ciment Portland composé). Le critère de résistance mécanique à la compression (mesuré à vingt-huit jours) est précisé par des chiffres (32,5 - 42,5 - 52,5), qui correspondent à la résistance en newton/mm2 (l’ancienne normalisation s’exprimait en bar/m2, soit 325 - 425- 525).
L’étiquette des sacs porte le label de norme NF et le label EN (exemple : NF - P 15-301 ou EN 197-1 pour le ciment courant) ; un label supplémentaire, attestant que le produit a été accrédité par un autre organisme de contrôle, est parfois associé au label de base (exemple : VP pour Ville de Paris, tel ciment ayant satisfait aux tests des services techniques de la capitale).

Présentation et stockage des liants

La chaux et le ciment sont livrés habituellement dans des sacs de 35 kg en papier fort. Cet emballage est suffisant pour contenir le liant en poudre, mais il ne garantit pas une étanchéité totale à l’air et à l’humidité. Après achat, le liant doit être utilisé assez vite, faute de quoi il risque de s’éventer, perdant tout pouvoir ou bien durcissant spontanément sous l’effet de l’humidité. Un sac ouvert doit être utilisé rapidement. Il faut, dans tous les cas, bien le refermer, si possible en le capuchonnant avec de la matière plastique.
Pour de petits travaux, vous trouverez dans le commerce de petits conditionnements (5  kg, par exemple) ; mais il faut savoir que le prix du liant au kilo est alors beaucoup plus élevé. Ne commandez pas trop de sacs à la fois. En attendant de les utiliser, disposez-les sur des claies en bois ou sur des planches, jamais directement en contact du sol, où se produisent souvent des remontées d’humidité. Pour les mêmes raisons, évitez que les sacs ne touchent un mur.

Les adjuvants

Tous ces produits très simples font l’objet de modifications par adjonction d’adjuvants qui en améliorent les qualités en fonction d’utilisations données : rapidité de prise, augmentation de la résistance, amélioration de la plasticité pour la mise en œuvre, etc. Il ne faut donc pas hésiter à demander au vendeur les additifs qui facilitent le travail et renforcent les qualités de la maçonnerie.

 

 

 

 

 

 

Partager avec vos amis :


Cet article peut vous intéresser :

image

Mortier et béton : les agrégats (granulats : sable, gravier, etc.)

Également appelés “granulats”, les agrégats constituent pour ainsi dire la charpente des mortiers et des bétons. Le mot désigne tous les éléments qui peuvent être assemblés par un liant. En maçonnerie, il s’agit essentiellement de sable et de gravillons, mais aussi, dans une certaine mesure, de cailloux et de pierres de faible grosseur. Un mélange de liant, de sable et d'eau donne du mortier . En ajoutant au mélange des graviers, des cailloux, des morceaux de pierre on obtient du béton.

Les dernieres vidéos maison

image

L'air, le meilleur des isolants

Pourquoi l'air isole-t'il ? Christian Pessey vous explique en quoi les propriétés de l'air lui confère un tel pouvoir isolant.

image

La qualité de l'air dans la maison

Il est souvent dit que l'air intérieur des maisons est très pollué. Dans cette vidéo, Christian PESSEY, avec l'aide de QUALITEL , vous explique comment identifier ces polluants et comment agir pour en réduire le nombre et donc leur impact sur la santé.

image

Accrocher dans la plaque de plâtre

Christian PESSEY et Eric BARNASSON, Responsable du Pôle marketing Produits & Systèmes chez PLACO® , vous donnent tous les conseils pour accrocher de lourdes charges dans de la plaque de plâtre, et notamment toutes les informations sur la plaque à haute résistance Habito®

image

La laine de verre et la santé

Dans cette interview, Christian PESSEY fait le point avec Florence GAUVIN, expert isolation chez ISOVER sur les risques que représenteraient l'utilisation de la laine de verre et pour en avoir le coeur net, ils ont fait appel à l'expertise du docteur Christian RECCHIA.

Les derniers conseils maison

image

Pose d'une fenêtre PVC en rénovation

On trouve désormais dans le commerce des “blocs-fenêtres” en PVC pouvant se substituer facilement à l’ancienne fenêtre. Si l'on conserve le dormant (cadre fixe) existant, comme ici, on parle de remplacement en "rénovation".

image

Chats et chiens : êtes-vous bien assuré?

Les accidents causés par les chiens, les chats, les chiens et autres animaux de compagnie peuvent vous coûter cher. Votre assurance multirisques habitation ne vous couvre peut-être pas suffisamment. La Fédération Française de l'assurance vient de le rappeler.

image

Un isolant pour toiture-terrasse photovoltaïque

Fabricant d’isolants en laine de roche, ROCKWOOL innove en proposant sa nouvelle solution pour les toitures-terrasses photovoltaïques. Plus performant avec son lambda 38, Rockacier C nu Energy garantit une meilleure isolation, des qualités incombustibles et une parfaite stabilité dimensionnelle.

image

La nouvelle pince multifonctions PST Leatherman

Véritable couteau suisse du bricoleur, cette pince multifonctions est un outil étonnant qui combine 14 outils. Le Bond, petit dernier du génial Tim Leatherman, est une véritable boîte à outil de poche.

image

La pompe à chaleur : l'équipement de chauffage le plus économique

Après son étude sur le chauffage électrique en 2020, l’Association Promotelec publie une étude* relative à la perception des Français sur la pompe à chaleur. Dans un contexte sociétal et énergétique marqué de plus en plus par la pression des contraintes écologiques, la pompe à chaleur apparaît comme un dispositif particulièrement en phase avec les attentes des propriétaires.

image

Éviter les remontées capillaires : caniveau, bande d'arase, drainage, étanchéité, injections

Au-delà des phénomènes phréatiques, les grosses pluies sont la cause principale es remontées capillaires qui humidifient l’intérieur des murs du rez-de-chaussée. C’est un grand classique et si l'on en est victimes on risque de se lancer dans des palliatifs dont la plupart sont des cautères sur une jambe de bois et vont coûter une fortune. Un certain nombre d'opération techniques permettent d'éviter d'en arriver là.