Ciment, chaux : les liants hyrauliques

Les liants hydrauliques (ainsi nommés parce qu'ils durcissent au contact de l'eau) doivent faire l’objet d’une sélection rigoureuse, en fonction de l’ouvrage à réaliser. Sachez accorder les matériaux avec l’environnement et utilisez, pour les constructions extérieures, la pierre de pays. Le plâtre est aussi considéré comme un liant dans certaines de ses utilisations : lorsque, par exemple, il sert à l’assemblage de panneaux ou de carreaux de brique ou de plâtre. Mais, à la différence du ciment et de la chaux, il peut être utilisé seul, pour sceller un objet ou pour former un enduit.

Le ciment

C’est un matériau très ancien, plus complexe que la chaux. Sa fabrication à grande échelle, mise au point au début du XIXème siècle, à Portland (d’où l’appellation “ciment Portland“), demande des moyens industriels. Le ciment est le produit du broyage d’une roche artificielle appelée “klinker”, résultant de la cuisson à très haute température d’un mélange de calcaire et de chaux. À la poudre de klinker, on ajoute 5 % de gypse. La résistance et la cohésion du ciment sont incomparablement supérieures à celles de la chaux, d’où son adoption quasi générale, ces qualités étant particulièrement adaptées aux exigences de la construction contemporaine.

La chaux hydraulique

C’est sans doute le liant le plus ancien, celui qui est utilisé depuis des siècles par les maçons. Ce matériau résulte de la cuisson d’un mélange de calcaire (plus de 90 %) et d’argile. Un matériau donc facile à obtenir en toutes régions, même sans moyen de transformation important.
La chaux constitue un liant de qualité, mais qui présente une résistance nettement moindre que celle du ciment, et qui convient surtout à l’association d’éléments de maçonnerie s’assemblant bien entre eux et offrant ainsi une certaine cohésion naturelle. C’est, par exemple, le cas des pierres non taillées, dont l’assemblage se fait parfois sans aucun liant, par simple empilement, avec uniquement un apport d’argile de calage.

Une normalisation précise

Le rôle essentiel joué par les liants dans la construction a conduit à l’établissement d’une normalisation très précise (découlant de la norme européenne EN-197-1) fondée sur les critères de résistance du béton ou du mortier que l’on obtient avec tel ou tel liant. La norme NF reste en vigueur, mais le marquage européen tend à s’imposer. Il est possible d’identifier les différents liants hydrauliques en fonction des informations présentées sur les sacs sous forme de lettres et de chiffres.
Le marquage CE signifie que le produit satisfait aux réglementations en matière de santé, de sécurité et de respect de l’environnement au plan européen.
Les lettres concernent la nature propre à chaque liant, révélant souvent également son mode de fabrication (exemples : CPA – ou CEM I – pour ciment Portland artificiel, CPJ – ou CEM II – pour ciment Portland composé). Le critère de résistance mécanique à la compression (mesuré à vingt-huit jours) est précisé par des chiffres (32,5 - 42,5 - 52,5), qui correspondent à la résistance en newton/mm2 (l’ancienne normalisation s’exprimait en bar/m2, soit 325 - 425- 525).
L’étiquette des sacs porte le label de norme NF et le label EN (exemple : NF - P 15-301 ou EN 197-1 pour le ciment courant) ; un label supplémentaire, attestant que le produit a été accrédité par un autre organisme de contrôle, est parfois associé au label de base (exemple : VP pour Ville de Paris, tel ciment ayant satisfait aux tests des services techniques de la capitale).

Présentation et stockage des liants

La chaux et le ciment sont livrés habituellement dans des sacs de 35 kg en papier fort. Cet emballage est suffisant pour contenir le liant en poudre, mais il ne garantit pas une étanchéité totale à l’air et à l’humidité. Après achat, le liant doit être utilisé assez vite, faute de quoi il risque de s’éventer, perdant tout pouvoir ou bien durcissant spontanément sous l’effet de l’humidité. Un sac ouvert doit être utilisé rapidement. Il faut, dans tous les cas, bien le refermer, si possible en le capuchonnant avec de la matière plastique.
Pour de petits travaux, vous trouverez dans le commerce de petits conditionnements (5  kg, par exemple) ; mais il faut savoir que le prix du liant au kilo est alors beaucoup plus élevé. Ne commandez pas trop de sacs à la fois. En attendant de les utiliser, disposez-les sur des claies en bois ou sur des planches, jamais directement en contact du sol, où se produisent souvent des remontées d’humidité. Pour les mêmes raisons, évitez que les sacs ne touchent un mur.

Les adjuvants

Tous ces produits très simples font l’objet de modifications par adjonction d’adjuvants qui en améliorent les qualités en fonction d’utilisations données : rapidité de prise, augmentation de la résistance, amélioration de la plasticité pour la mise en œuvre, etc. Il ne faut donc pas hésiter à demander au vendeur les additifs qui facilitent le travail et renforcent les qualités de la maçonnerie.

 

 

 

 

 

 

Partager avec vos amis :


Cet article peut vous intéresser :

image

Mortier et béton : les agrégats (granulats : sable, gravier, etc.)

Également appelés “granulats”, les agrégats constituent pour ainsi dire la charpente des mortiers et des bétons. Le mot désigne tous les éléments qui peuvent être assemblés par un liant. En maçonnerie, il s’agit essentiellement de sable et de gravillons, mais aussi, dans une certaine mesure, de cailloux et de pierres de faible grosseur. Un mélange de liant, de sable et d'eau donne du mortier . En ajoutant au mélange des graviers, des cailloux, des morceaux de pierre on obtient du béton.

Les dernieres vidéos maison

image

Lutter contre les problèmes de bruit

Christian PESSEY et  Nicolas BALANANT, expert Qualitel en acoustique, vous apportent leur conseils sur tous les problèmes sonores que vous pouvez rencontrer dans votre logement.

Les derniers conseils maison

image

Isolation des parois : la fin des ossatures?

Dans une conférence de presse commune, confirmant le rapprochement entre Placo et Isover, les représentants des marques du groupe Saint-Gobain ont annoncé jeudi 23/01/2020 une innovation capitale associant deux de leurs produits phares : la plaque Habito pour Placo (plaque haute densité à rigidité et densité renforcée) et l a laine de verre GR 32 ou GR 30 aux performances thermiques élevées et aux propriétés mécaniques qui facilitent la mise en œuvre. L'innovation réside dans la suppression des ossatures métalliques rendue possible par l’association d’une plaque de plâtre ultra résistante et d'accessoires de pose brevetés, inspirés du système Optima. D'où l'appellation du système : Optimax Habito®.  

image

Faire du plâtre

Du fait de son temps de prise très bref, le plâtre est plus difficile à gâcher que le ciment ou la chaux. De plus, il suffit d’un rien (malaxage irrégulier, complément d’eau, etc.) pour faire “mourir” le plâtre qui, une fois mis en œuvre, ne prendra pas ou se révélera sans résistance. Le gâchage et l’application du plâtre sous forme d’enduit constituent de véritables spécialités.

image

La vermiculite (mica expansé) :

La vermiculite est adaptée à l'isolation du sol des combles : la méthode d’épandage des isolants en vrac est évidemment assez simple ; un minimum de méthode et un certain nombre de précautions sont cependant nécessaires pour obtenir de bons résultats.

image

Le bois : appellations

 Il n’est pas toujours facile de trouver du bois massif. Les revendeurs spécialisés ou les grandes surfaces se limitent souvent à la vente de dérivés (panneaux de particules ou de contreplaqué) et de bois blanc (sapin) pour les barres et les moulures. Pour commander du bois, il faut en connaître les différentes appellations.

image

Le matériel de peinture

Technique ancienne et restant très largement artisanale, la peinture fait appel à des outils classiques – les brosses, en particulier – dans des gammes importantes pour répondre à de multiples cas de figure.  

image

Poser un revêtement vinyle (PVC) en lé

Héritiers du traditionnel linoléum – toujours fabriqué –, les revêtements plastiques en lés occupent aujourd’hui une place prépondérante dans l’univers des revêtements de sol. Leur pose est simple à condition d'être précédée d'une bonne préparation.

image

Construire un mur en béton banché

Le béton peut servir à construire des murs ou des cloisons d'une grande solidité. C'est ainsi que sont construits nombre d'immeubles collectifs, mais aussi certaines maisons individuelles. Cette technique peut aussi être utilisée pour l'édification de mur de soutènement très solides.