Coffrage du béton

Plus particulièrement utilisés pour la réalisation d'ouvrages en béton armé, les coffrages serviront dès que l'on voudra donner au béton durci une forme très précise résultant d'un véritable moulage. Le moule utilisé ici sera en fait un simple coffrage, constitué d'éléments plats en bois, parfois en métal et même en matière plastique. Le coffrage permettra donc de limiter la coulée et de contenir le béton frais pendant la prise.

Le "bois" de coffrage

Le matériau le plus couramment utilisé pour le coffrage est le bois, mais le contreplaqué multiplis donne également de très bons résultats (plus grande finesse des surfaces au décoffrage). Il est en outre moins absorbant, et permet de nombreuses réutilisations, à condition, toutefois, de choisir une qualité résistant à l'eau (CTB-X). Nous mentionnons les coffrages métalliques, utilisés surtout pour la préfabrication, et les coffrages en matière plastique, ou plastifiés, qui donnent, après décoffrage, des parements très lisses, voire glacés, mais qui posent souvent des problèmes au démoulage.

Le matériau classique que vous utiliserez est la planche. Vous la choisirez solide (27 mm, 34 mm ou 40 mm d'épaisseur), rabotée au moins sur une face (celle qui sera à l'intérieur du coffrage). Vous veillerez à ce que les planches d'un coffrage soient bien jointives entre elles, de façon à assurer une bonne étanchéité, et à obtenir, après décoffrage, des joints aussi discrets que possible.

La réalisation du coffrage lui-même devra retenir toute votre attention, car de sa qualité dépendra celle de l'ouvrage fini. On estime ainsi sur les chantiers de construction que le temps consacré au coffrage et au décoffrage correspond à plus de la moitié du temps total nécessaire à la réalisation d'un ouvrage moyen en béton armé. On distingue en principe deux parties dans un coffrage : les parois du moule et les différentes pièces qui permettent de maintenir entre elles les pièces de ce moule (étais, renforts, serre-joints, etc.).

Le matériel et l'outillage

Outre le matériau de coffrage lui-même, vous devrez prévoir:
• du tasseau de bonne section qui vous servira à constituer des renforts,
• des piquets, des étais et des cales d'écartement.

De nombreuses pièces seront maintenues entre elles par clouage ; il vous faudra donc:
• des pointes proportionnées au bois utilisé; 
• un bon marteau de charpentier dont la panne sert d'arrache-clous;
• des serre-joints de maçon (parfois de menuisier pour de petites pièces) et des chevillettes vous seront également indispensables.
Tout ceci sans compter, évidemment, le matériel classique de maçonnerie : niveau, truelles, massette, etc.

Coffrage d'un pilier

Le coulage d'un pilier en béton armé se fait, dans toute la mesure du possible, à la verticale. Si l'on suppose la fondation déjà coulée, vous aurez à réaliser un coffrage à quatre côtés qui sera placé debout, sur cette fondation. Le coffrage sera préparé à l'horizontale, puis dressé une fois terminé. En supposant que vous disposiez de planches dont la largeur corresponde à celle du pilier projeté, chacune d'entre elles pourra constituer l'un des éléments du moule. La première sera posée au sol ; la seconde et la troisième seront placées perpendiculairement, maintenues avec des cales. Il ne restera plus qu'à fermer la "boîte" ainsi réalisée avec le quatrième côté et à clouer les planches. N'enfoncez les clous qu'aux deux tiers, de façon à les arracher sans difficulté au moment du décoffrage. Vous pouvez maintenant dresser le coffrage à la verticale. Il sera maintenu en place avec des piquets et des étais. En outre, des morceaux de tasseau, cloués transversalement aux côtés du coffrage constitueront des renforts supplémentaires qui renforceront la cohésion de l'ensemble et empêcheront les planches de gauchir sous la pression du béton. Au moment du coulage, frappez des coups de marteau sur les flancs du coffrage de façon à assurer le tassement du béton (le damage n'étant pas possible).

Coffrage d'une dalle

Le coffrage d'une dalle est une opération délicate qui nécessite une quantité importante de bois et un étaiement très sérieux. Vous le réaliserez en juxtaposant un certain nombre de planches de bonne épaisseur (27 mm), soutenues par des madriers de 8 x 22 cm de section placés à plat perpendiculairement aux planches, dans le sens de la plus petite largeur de la dalle. Les planches seront avantageusement remplacées par des plaques de contreplaqué ou de panneau de particules d'épaisseur comparable, dont la rigidité est suffisante, et qui permettent d'obtenir au décoffrage une surface beaucoup plus lisse, pratiquement dépourvue de joints, qui, dans certains cas, permettra même de supprimer l'enduit au plafond. Ces plaques limitent de surcroît le nombre des étais. Dans un coffrage en planches, ils seront espacés les uns des autres de 1 m au maximum ; dans les deux cas, ils seront soutenus par des rondins de bois d'une quinzaine de centimètres de diamètre, soigneusement calés au pied, ou par des étais métalliques à vérin. Le calage de ces étais permettra de régler avec précision le niveau du coffrage.

On comprendra combien il est nécessaire de réaliser un coffrage extrêmement résistant pour ce genre de réalisation lorsqu'on saura qu'il lui faudra supporter un poids de 200 à 800 kg/m2 au moment du coulage de la dalle.

Coffrage pour éléments préfabriqués

La réalisation d'objets préfabriqués en béton (poteaux de clôture par exemple) impose la construction de coffrages simples dont il est souhaitable de pouvoir réutiliser les éléments plusieurs fois.

La solution la plus simple consiste évidemment à utiliser des moules métalliques (que l'on peut louer) et qui peuvent servir pratiquement indéfiniment, à condition d'être soigneusement nettoyés et graissés après usage. À défaut de ce genre de moule, vous réaliserez un coffrage en planche qui éliminera le plus possible l'usage des clous, qui s'opposent dans les faits à la réutilisation des éléments de coffrage. C'est ainsi que vous ferez alors largement usage des serre-joints qui, suffisamment rapprochés, maintiendront les planches et éviteront les flexions. A l'intérieur du moule, vous placerez des cales qui, en regard de chaque serre-joint, maintiendront l'écartement des côtés du moule. De cette façon, seules les extrémités du coffrage seront constituées de pièces de bois clouées.

Pour faciliter le décoffrage (ici comme pour tous les coffrages en bois d'ailleurs), vous pourrez utiliser des huiles spécialement conçues pour cet usage, en veillant cependant à ce qu'elles ne tachent pas le béton.

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Le béton armé : ferraillage des poteaux, des poutres, des linteaux et des dalles

Matériau à haute résistance, le béton est néanmoins cassant sitôt que s'exerce sur lui des tensions importantes. Il est particulièrement sensible à la traction. Le remède à cette relative fragilité consiste à placer dans la pièce en béton une armature métallique qui, en la renforçant dans d'appréciables proportions, en fera un matériau de construction idéal, pratiquement inaltérable, permettant de véritables prouesses architecturales, et possédant des qualités de résistance au feu bien supérieures à celles du fer et du bois.  

image

Le gâchage du béton à la bétonnière

L'emploi d'une bétonnière (que vous pouvez louer) s'impose sitôt qu'il est nécessaire de gâcher une quantité relativement importante de béton (coulage d'une petite chape par exemple).

image

Faire du béton (dosage et gâchage)

La fabrication du béton est proche de celle du mortier. On peut gâcher à la main pour les faibles quantités, mais on utilise le plus souvent une bétonnière, qui facilite grandement les opérations lorsqu’il s’agit de couler une dalle ou de réaliser des travaux de coffrage importants. Pour une grosse quantité de béton, on aura recours à une livraison par camion-toupie.

image

Les outils de maçonnerie pour le mortier et le béton

Le gâchage du mortier et du béton (c'est-à-dire le mélange du ciment, des agrégats et de l'eau) exige l’utilisation d’instruments appropriés, tant pour la préparation des composants que pour le gâchage proprement dit. Cette opération demande beaucoup de soin car dépend en grande partie la solidité des ouvrages.

Les dernieres vidéos maison

image

Lutter contre les problèmes de bruit

Christian PESSEY et  Nicolas BALANANT, expert Qualitel en acoustique, vous apportent leur conseils sur tous les problèmes sonores que vous pouvez rencontrer dans votre logement.

Les derniers conseils maison

image

Isolation des parois : la fin des ossatures?

Dans une conférence de presse commune, confirmant le rapprochement entre Placo et Isover, les représentants des marques du groupe Saint-Gobain ont annoncé jeudi 23/01/2020 une innovation capitale associant deux de leurs produits phares : la plaque Habito pour Placo (plaque haute densité à rigidité et densité renforcée) et l a laine de verre GR 32 ou GR 30 aux performances thermiques élevées et aux propriétés mécaniques qui facilitent la mise en œuvre. L'innovation réside dans la suppression des ossatures métalliques rendue possible par l’association d’une plaque de plâtre ultra résistante et d'accessoires de pose brevetés, inspirés du système Optima. D'où l'appellation du système : Optimax Habito®.  

image

Faire du plâtre

Du fait de son temps de prise très bref, le plâtre est plus difficile à gâcher que le ciment ou la chaux. De plus, il suffit d’un rien (malaxage irrégulier, complément d’eau, etc.) pour faire “mourir” le plâtre qui, une fois mis en œuvre, ne prendra pas ou se révélera sans résistance. Le gâchage et l’application du plâtre sous forme d’enduit constituent de véritables spécialités.

image

La vermiculite (mica expansé) :

La vermiculite est adaptée à l'isolation du sol des combles : la méthode d’épandage des isolants en vrac est évidemment assez simple ; un minimum de méthode et un certain nombre de précautions sont cependant nécessaires pour obtenir de bons résultats.

image

Le bois : appellations

 Il n’est pas toujours facile de trouver du bois massif. Les revendeurs spécialisés ou les grandes surfaces se limitent souvent à la vente de dérivés (panneaux de particules ou de contreplaqué) et de bois blanc (sapin) pour les barres et les moulures. Pour commander du bois, il faut en connaître les différentes appellations.

image

Le matériel de peinture

Technique ancienne et restant très largement artisanale, la peinture fait appel à des outils classiques – les brosses, en particulier – dans des gammes importantes pour répondre à de multiples cas de figure.  

image

Poser un revêtement vinyle (PVC) en lé

Héritiers du traditionnel linoléum – toujours fabriqué –, les revêtements plastiques en lés occupent aujourd’hui une place prépondérante dans l’univers des revêtements de sol. Leur pose est simple à condition d'être précédée d'une bonne préparation.