Coffrage du béton

Plus particulièrement utilisés pour la réalisation d'ouvrages en béton armé, les coffrages serviront dès que l'on voudra donner au béton durci une forme très précise résultant d'un véritable moulage. Le moule utilisé ici sera en fait un simple coffrage, constitué d'éléments plats en bois, parfois en métal et même en matière plastique. Le coffrage permettra donc de limiter la coulée et de contenir le béton frais pendant la prise.

Le "bois" de coffrage

Le matériau le plus couramment utilisé pour le coffrage est le bois, mais le contreplaqué multiplis donne également de très bons résultats (plus grande finesse des surfaces au décoffrage). Il est en outre moins absorbant, et permet de nombreuses réutilisations, à condition, toutefois, de choisir une qualité résistant à l'eau (CTB-X). Nous mentionnons les coffrages métalliques, utilisés surtout pour la préfabrication, et les coffrages en matière plastique, ou plastifiés, qui donnent, après décoffrage, des parements très lisses, voire glacés, mais qui posent souvent des problèmes au démoulage.

Le matériau classique que vous utiliserez est la planche. Vous la choisirez solide (27 mm, 34 mm ou 40 mm d'épaisseur), rabotée au moins sur une face (celle qui sera à l'intérieur du coffrage). Vous veillerez à ce que les planches d'un coffrage soient bien jointives entre elles, de façon à assurer une bonne étanchéité, et à obtenir, après décoffrage, des joints aussi discrets que possible.

La réalisation du coffrage lui-même devra retenir toute votre attention, car de sa qualité dépendra celle de l'ouvrage fini. On estime ainsi sur les chantiers de construction que le temps consacré au coffrage et au décoffrage correspond à plus de la moitié du temps total nécessaire à la réalisation d'un ouvrage moyen en béton armé. On distingue en principe deux parties dans un coffrage : les parois du moule et les différentes pièces qui permettent de maintenir entre elles les pièces de ce moule (étais, renforts, serre-joints, etc.).

Le matériel et l'outillage

Outre le matériau de coffrage lui-même, vous devrez prévoir:
• du tasseau de bonne section qui vous servira à constituer des renforts,
• des piquets, des étais et des cales d'écartement.

De nombreuses pièces seront maintenues entre elles par clouage ; il vous faudra donc:
• des pointes proportionnées au bois utilisé; 
• un bon marteau de charpentier dont la panne sert d'arrache-clous;
• des serre-joints de maçon (parfois de menuisier pour de petites pièces) et des chevillettes vous seront également indispensables.
Tout ceci sans compter, évidemment, le matériel classique de maçonnerie : niveau, truelles, massette, etc.

Coffrage d'un pilier

Le coulage d'un pilier en béton armé se fait, dans toute la mesure du possible, à la verticale. Si l'on suppose la fondation déjà coulée, vous aurez à réaliser un coffrage à quatre côtés qui sera placé debout, sur cette fondation. Le coffrage sera préparé à l'horizontale, puis dressé une fois terminé. En supposant que vous disposiez de planches dont la largeur corresponde à celle du pilier projeté, chacune d'entre elles pourra constituer l'un des éléments du moule. La première sera posée au sol ; la seconde et la troisième seront placées perpendiculairement, maintenues avec des cales. Il ne restera plus qu'à fermer la "boîte" ainsi réalisée avec le quatrième côté et à clouer les planches. N'enfoncez les clous qu'aux deux tiers, de façon à les arracher sans difficulté au moment du décoffrage. Vous pouvez maintenant dresser le coffrage à la verticale. Il sera maintenu en place avec des piquets et des étais. En outre, des morceaux de tasseau, cloués transversalement aux côtés du coffrage constitueront des renforts supplémentaires qui renforceront la cohésion de l'ensemble et empêcheront les planches de gauchir sous la pression du béton. Au moment du coulage, frappez des coups de marteau sur les flancs du coffrage de façon à assurer le tassement du béton (le damage n'étant pas possible).

Coffrage d'une dalle

Le coffrage d'une dalle est une opération délicate qui nécessite une quantité importante de bois et un étaiement très sérieux. Vous le réaliserez en juxtaposant un certain nombre de planches de bonne épaisseur (27 mm), soutenues par des madriers de 8 x 22 cm de section placés à plat perpendiculairement aux planches, dans le sens de la plus petite largeur de la dalle. Les planches seront avantageusement remplacées par des plaques de contreplaqué ou de panneau de particules d'épaisseur comparable, dont la rigidité est suffisante, et qui permettent d'obtenir au décoffrage une surface beaucoup plus lisse, pratiquement dépourvue de joints, qui, dans certains cas, permettra même de supprimer l'enduit au plafond. Ces plaques limitent de surcroît le nombre des étais. Dans un coffrage en planches, ils seront espacés les uns des autres de 1 m au maximum ; dans les deux cas, ils seront soutenus par des rondins de bois d'une quinzaine de centimètres de diamètre, soigneusement calés au pied, ou par des étais métalliques à vérin. Le calage de ces étais permettra de régler avec précision le niveau du coffrage.

On comprendra combien il est nécessaire de réaliser un coffrage extrêmement résistant pour ce genre de réalisation lorsqu'on saura qu'il lui faudra supporter un poids de 200 à 800 kg/m2 au moment du coulage de la dalle.

Coffrage pour éléments préfabriqués

La réalisation d'objets préfabriqués en béton (poteaux de clôture par exemple) impose la construction de coffrages simples dont il est souhaitable de pouvoir réutiliser les éléments plusieurs fois.

La solution la plus simple consiste évidemment à utiliser des moules métalliques (que l'on peut louer) et qui peuvent servir pratiquement indéfiniment, à condition d'être soigneusement nettoyés et graissés après usage. À défaut de ce genre de moule, vous réaliserez un coffrage en planche qui éliminera le plus possible l'usage des clous, qui s'opposent dans les faits à la réutilisation des éléments de coffrage. C'est ainsi que vous ferez alors largement usage des serre-joints qui, suffisamment rapprochés, maintiendront les planches et éviteront les flexions. A l'intérieur du moule, vous placerez des cales qui, en regard de chaque serre-joint, maintiendront l'écartement des côtés du moule. De cette façon, seules les extrémités du coffrage seront constituées de pièces de bois clouées.

Pour faciliter le décoffrage (ici comme pour tous les coffrages en bois d'ailleurs), vous pourrez utiliser des huiles spécialement conçues pour cet usage, en veillant cependant à ce qu'elles ne tachent pas le béton.

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Le béton armé : ferraillage des poteaux, des poutres, des linteaux et des dalles

Matériau à haute résistance, le béton est néanmoins cassant sitôt que s'exerce sur lui des tensions importantes. Il est particulièrement sensible à la traction. Le remède à cette relative fragilité consiste à placer dans la pièce en béton une armature métallique qui, en la renforçant dans d'appréciables proportions, en fera un matériau de construction idéal, pratiquement inaltérable, permettant de véritables prouesses architecturales, et possédant des qualités de résistance au feu bien supérieures à celles du fer et du bois.  

image

Le gâchage du béton à la bétonnière

L'emploi d'une bétonnière (que vous pouvez louer) s'impose sitôt qu'il est nécessaire de gâcher une quantité relativement importante de béton (coulage d'une petite chape par exemple).

image

Faire du béton (dosage et gâchage)

La fabrication du béton est proche de celle du mortier. On peut gâcher à la main pour les faibles quantités, mais on utilise le plus souvent une bétonnière, qui facilite grandement les opérations lorsqu’il s’agit de couler une dalle ou de réaliser des travaux de coffrage importants. Pour une grosse quantité de béton, on aura recours à une livraison par camion-toupie.

image

Les outils de maçonnerie pour le mortier et le béton

Le gâchage du mortier et du béton (c'est-à-dire le mélange du ciment, des agrégats et de l'eau) exige l’utilisation d’instruments appropriés, tant pour la préparation des composants que pour le gâchage proprement dit. Cette opération demande beaucoup de soin car dépend en grande partie la solidité des ouvrages.

Les dernieres vidéos maison

image

C'est quoi un bon artisan ?

Jean-Christophe REPON a été élu , le 2 juillet 2020,  Président de la CAPEB , la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment, succédant ainsi au président Patrick LIÉBUS. Il est maître électricien à la tête d’une entreprise à Toulon dans le Var.

image

Une initiative collective de production et d'autoconsommation d'électricité entre voisins : HARMON'YEU

Au printemps 2020, ENGIE, en partenariat avec la mairie de l’Île d’Yeu et 3 institutions locales, a lancé cette expérimentation innovante d’autoconsommation collective baptisée Harmon’Yeu. Né grâce à la volonté de ses habitants et des autorités locales de s’inscrire dans la transition énergétique, ce projet constitue une première en France dans le fait qu’il intègre plusieurs maisons individuelles productrices d’énergie et une batterie de stockage commune, à l’échelle d’un quartier. Un logiciel intelligent développé spécifiquement par ENGIE pour le projet permet de piloter la répartition de l’énergie produite entre les utilisateurs.

image

Doublage isolant des murs sans ossature : Optimax Habito®

La sortie d'un système de doublage isolant des murs sans ossature combinant le savoir-faire de Placo et d'Isover sans ossature a été accueilli avec enthousiasme tant par les professionnels que par les particuliers intéressé par la rénovation thermique des logement. Le détail du dispositif permet d'en mesurer le caractère révolutionnaire.  

image

La climatisation réversible

Dans cette vidéo, christian PESSEY fait le point sur la climatisation réversible et sur les offres de mensualisation proposées par ENGIE

image

Améliorer le confort d'été dans votre logement

Comment éviter la surchauffe de votre maison avec un isolant réflecteur alvéolaire (type Hybris de chez ACTIS ). Christian Pessey et Thomas Thierry répondent à cette question dans cette interview.

image

Une solution solaire pour la maison : MYPOWER par Engie

MYPOWER est un dispositif mis en place par ENGIE afin de calculer le potentiel solaire de votre maison en y inscrivant simplement votre adresse.  Dans cette vidéo, Christian PESSEY vous explique tout ce qu'il y a à savoir sur ce dispositif et en quoi il peut représenter un grand pas vers la transition énergétique tout en étant économique pour votre foyer.

Les derniers conseils maison

image

Quel type de fenêtre pour votre maison ?

Les fenêtres jouent un rôle à la fois esthétique et fonctionnel. Conçues pour éclairer l’intérieur des pièces à la lumière du jour, elles limitent le passage du froid, de la chaleur et des bruits. Ces dernières fonctions ont pris une importance croissante à cause du coût de l’énergie et de l’intensité des bruits en agglomération et près des routes, voies ferrées et aéroports à fort trafic.

image

Remplacer sa chaudière gaz, passer à la PAC ou à la PAC hybride gaz? Une priorité : l'isolation.

Nous avons une chaudière gaz de plus de 20 ans qu'il faut changer. Après renseignements et devis sur les chaudières gaz THPE nous avons des devis allant du simple au double , pour la même chaudière. Puis nous apprenons l’existence des PAC Air -Eau avec une entreprise qui nous dit que c'est intéressant financièrement , au delà de l'aspect écologique. Une autre entreprise nous dit que cela ne vaut pas la peine de passer du gaz à une PAC air -eau.  Puis en regardant sur votre site , nous prenons connaissance de la chaudière hybride.  Pourriez -vous nous éclairer car nous sommes dans le flou le plus total et ne savons plus à qui nous fier ? C'est une maison individuelle (de 1954) de 80m2, en région parisienne, non mitoyenne, sur 2 niveaux + sous-sol. Une douche, 4 personnes. Isolation intérieure faible épaisseur et double vitrage de + de 10 ans. Nous avons une facture gaz de 1400€ par an pour Chauffage et ECS. Greg

image

Eau de javel sur les tuiles : quels risques?

J'ai une une toiture en tuiles terre cuite et j ai appliqué de la javel dessus pour la première fois. Y a-t-il un risque pour ma toiture et si oui quelle solution appliquer? Nicolas

image

La ouate de cellulose : un isolant à base de papier

La ouate de cellulose est l'un des isolants les plus appréciés pour son caractère biosourcé et ses qualités isolantes, proches de celles des isolants minéraux. On l'utilise principalement en soufflage en vrac dans les combles perdus, mais aussi en panneaux semi-rigides à loger entre les chevrons de la toiture. Elle peut aussi être projetée sur des parois verticales ou sous des rampants.

image

Ouvrages en béton : conception et dosage selon les cas

Le béton est un mélange de ciment et d’agrégats (gravier et sable). L’eau ajoutée pendant le gâchage déclenche des réactions chimiques qui le transforment en un matériau solide, très résistant. Le degré de résistance peut être modulé en agissant sur le dosage des ingrédients, en fonction de l’utilisation prévue. Celui-ci doit être extrêmement précis : un excès d’agrégats compromet la qualité de la finition ; avec trop de sable, la surface du béton résiste mal aux agressions. Le mélange commence à prendre en 2 h, et on ne peut plus le travailler. Toutefois, le béton n’atteint réellement toute sa résistance qu’au bout de plusieurs jours, et continue de durcir tant qu’il contient de l’eau. Le coffrage doit être réalisé avec soin.

image

Se chauffer au bois ou au granulé

Parmi tous les combustibles utilisés pour chauffer une maison actuellement, seul le bois (et le granulé) est considéré comme une énergie renouvelable, c’est-à-dire susceptible de se renouveler en une génération : les appareils actuels affichent des rendements spectaculaires qui participent, en plus, à une limitation des rejets de CO et de particules.

image

Isolation phonique : comment lutter contre le bruit

L’isolation acoustique concerne le degré de performance des matériaux et méthodes de mise en   oeuvre ; la correction acoustique concerne l’énergie sonore émise et reçue à l’intérieur d’un local. C’est la réduction de la puissance acoustique résultant de la propagation du son qui exprime l’absorption acoustique. Elle se mesure par un coefficient : alpha. Plus le  coefficient alpha est proche de 1, plus le matériau est absorbant phoniquement.

image

Construire un muret de jardin en pierres

La construction d’un mur en pierres de pays nécessite une certaine habitude des travaux de maçonnerie. On a utilisé ici des pierres moyennes et quelques grosses pierres à maçonner. Une méthode plus simple, donnant le même effet, consiste à ériger deux parois accolées, avec du mortier seulement au centre, de façon à créer l’illusion d’un muret en pierres sèches.