Faire du béton (dosage et gâchage)

La fabrication du béton est proche de celle du mortier. On peut gâcher à la main pour les faibles quantités, mais on utilise le plus souvent une bétonnière, qui facilite grandement les opérations lorsqu’il s’agit de couler une dalle ou de réaliser des travaux de coffrage importants. Pour une grosse quantité de béton, on aura recours à une livraison par camion-toupie.

Comme le mortier, le béton se fabrique à l'aide d'un liant, le ciment, mélangé à du sable et des graviers (les agrégats). Le ciment est un liant hydraulique, c'est-à-dire qu'il durcit au contact de l'eau. Pour faire du béton, le liant employé est un ciment résistant (CEM I ou II – CPA – 32,5). Avec un liant de ce type, la durée de prise s’étend sur 2 à 5 heures. On a donc assez de temps pour gâcher et utiliser une quantité importante de béton. On peut toutefois ajouter des produits qui retardent ou accélèrent la prise. On utilise également d’autres adjuvants qui rendent le béton plus onctueux et plus facile d’emploi (plastifiant). Il est aussi possible de teinter celui-ci dans la masse.

Le dosage

Les proportions de sable, de gravier, de liants et d’eau dépendent de la destination du matériau. Il faut noter que le béton utilisé dans la construction (ou livré par les camions-toupies) présente une granulométrie continue : on y trouve des gravillons et des cailloux de tous calibrages. Le béton gâché par le maçon amateur a une granulométrie discontinue puisqu’il contient des gravillons calibrés d’une seule grosseur.
La proportion d’eau du mélange peut varier.
Comme pour le mortier, il convient de tenir compte du foisonnement du sable. Il faut de 140 à 200 l d’eau pour 1 m3 de béton. Si on a besoin d’un mélange très fluide, on peut légèrement surdoser l’eau.
Après préparation, on peut rectifier la plasticité du béton par un ajout d’eau ou de ciment, selon les cas. Toutefois, lorsqu’on verse un surplus d’eau, il faut toujours y mettre un peu de ciment pour que le matériau soit résistant.

Le gâchage

On utilise le plus souvent une bétonnière. Cette machine, montée sur roues, peut être installée sur les lieux mêmes des travaux, ce qui évite le transport du béton. Si elle est actionnée par un moteur thermique ou électrique (il faut prendre dans ce cas des précautions concernant le cheminement du câble de raccordement, qui doit passer en hauteur et non au sol).
La bétonnière permet de malaxer environ 125 l de béton en 3 minutes (pour les modèles  courants). Le chargement de la cuve doit se faire avec méthode : d’abord le sable et les graviers, puis le ciment, et l’eau en dernier. On charge à l’aide d’une pelle après avoir effectué les dosages.
Après le malaxage, on vide la cuve par basculement à l’aide du volant. Le béton frais doit être recueilli sur une surface propre (directement dans la brouette ou dans un bac à béton).

La mise en œuvre

Le béton doit être versé en place avec la brouette, le seau ou la pelle. Il peut être amené directement sur site par un tuyau dans le cas d'une livraison par un camion-toupie. Pour obtenir un bon accrochage, mouillez la maçonnerie en contact avec le béton. Tassez énergiquement la couche à l’aide d’une dame. Pendant le séchage (une huitaine de jours), le matériau doit être protégé des intempéries et surtout du soleil par une feuille de plastique ou une bâche.

DOSAGE
UTILISATION SABLE (en litres) GRAVIERS (en litres) CIMENT (kg)
Fondation d'un mur 600 600 250
Allée 400 800 300
Muret 400 800 350
DALLE EXTÉRIEURE 250 950 350
BÉTON ARMÉ
DALLE 800 400 350
MUR DE SOUTÈNEMENT 400 800 350
PILE 450 750 400

Partager avec vos amis :


Cet article peut vous intéresser :

image

Faire du mortier (dosage et gâchage)

On distingue trois types de mortier. Dans la construction, on utilise souvent les mortiers bâtards qui combinent deux liants, le ciment et la chaux (généralement en parts égales) ; ces produits allient une bonne solidité à une plasticité qui les rend faciles à utiliser. Les mortiers de ciment sont plus résistants, mais ils durcissent très vite et présentent des risques de fissuration. Les mortiers de chaux sont assez fragiles, mais très onctueux.

Les dernieres vidéos maison

image

Lutter contre les problèmes de bruit

Christian PESSEY et  Nicolas BALANANT, expert Qualitel en acoustique, vous apportent leur conseils sur tous les problèmes sonores que vous pouvez rencontrer dans votre logement.

Les derniers conseils maison

image

Faire du plâtre

Du fait de son temps de prise très bref, le plâtre est plus difficile à gâcher que le ciment ou la chaux. De plus, il suffit d’un rien (malaxage irrégulier, complément d’eau, etc.) pour faire “mourir” le plâtre qui, une fois mis en œuvre, ne prendra pas ou se révélera sans résistance. Le gâchage et l’application du plâtre sous forme d’enduit constituent de véritables spécialités.

image

La vermiculite (mica expansé) :

La vermiculite est adaptée à l'isolation du sol des combles : la méthode d’épandage des isolants en vrac est évidemment assez simple ; un minimum de méthode et un certain nombre de précautions sont cependant nécessaires pour obtenir de bons résultats.

image

Le bois : appellations

 Il n’est pas toujours facile de trouver du bois massif. Les revendeurs spécialisés ou les grandes surfaces se limitent souvent à la vente de dérivés (panneaux de particules ou de contreplaqué) et de bois blanc (sapin) pour les barres et les moulures. Pour commander du bois, il faut en connaître les différentes appellations.

image

Le matériel de peinture

Technique ancienne et restant très largement artisanale, la peinture fait appel à des outils classiques – les brosses, en particulier – dans des gammes importantes pour répondre à de multiples cas de figure.  

image

Poser un revêtement vinyle (PVC) en lé

Héritiers du traditionnel linoléum – toujours fabriqué –, les revêtements plastiques en lés occupent aujourd’hui une place prépondérante dans l’univers des revêtements de sol. Leur pose est simple à condition d'être précédée d'une bonne préparation.

image

Construire un mur en béton banché

Le béton peut servir à construire des murs ou des cloisons d'une grande solidité. C'est ainsi que sont construits nombre d'immeubles collectifs, mais aussi certaines maisons individuelles. Cette technique peut aussi être utilisée pour l'édification de mur de soutènement très solides.