Construire un mur en béton banché

Le béton peut servir à construire des murs ou des cloisons d'une grande solidité. C'est ainsi que sont construits nombre d'immeubles collectifs, mais aussi certaines maisons individuelles. Cette technique peut aussi être utilisée pour l'édification de mur de soutènement très solides.

Le coffrage bois d'un mur en béton banché

La réalisation d'une cloison ou d'un mur en béton appelle l'exécution d'un coffrage très soigné, capable de résister à la pression très importante qui s'exerce sur les parois du moule lors du coulage d'une quantité importante de béton. Vous utiliserez, là encore, des planches rabotées de 27 mm d'épaisseur, d'une vingtaine de centimètres de large. Vous les assemblerez à l'aide de tasseaux d'au moins 8 cm de section (chevrons) qui constitueront les montants du palissage ainsi réalisé. Des tasseaux de même section seront placés perpendiculairement aux premiers (horizontalement par rapport au sol) sur lesquels ils seront cloués (écartement idéal : 1 m). Les éléments de coffrage peuvent désormais être dressés. Leur écartement sera maintenu à l'aide de morceaux de tasseaux, cloués de l'extérieur, et qui seront ôtés après le bétonnage ; la cohésion des deux palissages sera obtenue par haubanage, les fils de fer prenant appui sur les tasseaux horizontaux, et étant tendus par torsadage depuis l'intérieur du coffrage. Reste désormais à étayer le tout à l'aide de contre-boutants en rondin, qui seront calés au sol avec des piquets. Les moules en bois doivent être mouillés avant le coulage du béton.

Le coffrage métallique d'un mur en béton banché

Pour les murs les plus importants et notamment pour la construction d'immeubles, on utilise des coffrages en métal, en acier et parfois en aluminium. On parle de "banches".  Ils permettent de réaliser des murs, des murets, des longrines. Le coffrages métalliques présentent pour principaux avantages le fait de n'être pas poreux et d'être très rigides. L'assemblage des éléments du moule est aussi très sûr et parfaitement étanche. Le décoffrage est aussi grandement facilité.  La surface de l'ouvrage est très régulière et peut même être structurée en fonction de besoins architecturaux décoratifs.

Dosage et coulage du béton banché

Pour les petits ouvrages, vous pouvez gâcher le béton à la bétonnière,  dosé de la façon suivante :

Ciment CE MI / 42,5)

Sable sec

Gravier

Volume obtenu

400 kg

450 l

750 l

1 000 l

Pour des murs porteurs, on utilise du béton pré-dosé livré par camion toupie. Il s'agit généralement de béton "auto-plaçant" dit BAP,  beaucoup plus fluide que le béton classique pour mieux enrober le ferraillage. 

Un ferraillage ne s'impose que si le mur est important et surtout s'il est porteur. Au moment du coulage, fouillez avec une barre de fer pour éviter que ne se forment des poches d'air, et frappez sur les flancs avec un marteau, sans excès cependant, car ceci aboutirait à une ségrégation des granulats, les plus lourds étant alors entraînés vers le fond du coffrage. Pour les murs porteurs, on vibre le béton avec une aiguille vibrante, le remplissage du coffrage se faisant en couches de 30 cm (en veillant à éviter une chute de plus de 80 cm). Cette opération est inutile avec le béton BAP.

Attendez environ 3 jours au minimum pour le décoffrage (une huitaine de jours si vous n'avez aucun impératif de temps). Mouillez périodiquement les planches du coffrage en bois si, pendant cette durée, elles sont soumises aux effets du vent ou du soleil, et dans tous les cas couvrez le sommet s'il pleut.

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Coffrage du béton

Plus particulièrement utilisés pour la réalisation d'ouvrages en béton armé, les coffrages serviront dès que l'on voudra donner au béton durci une forme très précise résultant d'un véritable moulage. Le moule utilisé ici sera en fait un simple coffrage, constitué d'éléments plats en bois, parfois en métal et même en matière plastique. Le coffrage permettra donc de limiter la coulée et de contenir le béton frais pendant la prise.

image

Le béton armé : ferraillage des poteaux, des poutres, des linteaux et des dalles

Matériau à haute résistance, le béton est néanmoins cassant sitôt que s'exerce sur lui des tensions importantes. Il est particulièrement sensible à la traction. Le remède à cette relative fragilité consiste à placer dans la pièce en béton une armature métallique qui, en la renforçant dans d'appréciables proportions, en fera un matériau de construction idéal, pratiquement inaltérable, permettant de véritables prouesses architecturales, et possédant des qualités de résistance au feu bien supérieures à celles du fer et du bois.  

image

Le béton prêt à l'emploi et les bétons pré-dosés

Si vous avez besoin d'un quantité importante de béton vous pouvez vous en faire livrer "prêt à l'emploi", par un camion toupie. À l'inverse, pour de petites qualités, vous pouvez recourir à du béton pré-dosé, en sac de 2 à 30 kg.

Les dernieres vidéos maison

image

Lutter contre les problèmes de bruit

Christian PESSEY et  Nicolas BALANANT, expert Qualitel en acoustique, vous apportent leur conseils sur tous les problèmes sonores que vous pouvez rencontrer dans votre logement.

Les derniers conseils maison

image

Isolation des parois : la fin des ossatures?

Dans une conférence de presse commune, confirmant le rapprochement entre Placo et Isover, les représentants des marques du groupe Saint-Gobain ont annoncé jeudi 23/01/2020 une innovation capitale associant deux de leurs produits phares : la plaque Habito pour Placo (plaque haute densité à rigidité et densité renforcée) et l a laine de verre GR 32 ou GR 30 aux performances thermiques élevées et aux propriétés mécaniques qui facilitent la mise en œuvre. L'innovation réside dans la suppression des ossatures métalliques rendue possible par l’association d’une plaque de plâtre ultra résistante et d'accessoires de pose brevetés, inspirés du système Optima. D'où l'appellation du système : Optimax Habito®.  

image

Faire du plâtre

Du fait de son temps de prise très bref, le plâtre est plus difficile à gâcher que le ciment ou la chaux. De plus, il suffit d’un rien (malaxage irrégulier, complément d’eau, etc.) pour faire “mourir” le plâtre qui, une fois mis en œuvre, ne prendra pas ou se révélera sans résistance. Le gâchage et l’application du plâtre sous forme d’enduit constituent de véritables spécialités.

image

La vermiculite (mica expansé) :

La vermiculite est adaptée à l'isolation du sol des combles : la méthode d’épandage des isolants en vrac est évidemment assez simple ; un minimum de méthode et un certain nombre de précautions sont cependant nécessaires pour obtenir de bons résultats.

image

Le bois : appellations

 Il n’est pas toujours facile de trouver du bois massif. Les revendeurs spécialisés ou les grandes surfaces se limitent souvent à la vente de dérivés (panneaux de particules ou de contreplaqué) et de bois blanc (sapin) pour les barres et les moulures. Pour commander du bois, il faut en connaître les différentes appellations.

image

Le matériel de peinture

Technique ancienne et restant très largement artisanale, la peinture fait appel à des outils classiques – les brosses, en particulier – dans des gammes importantes pour répondre à de multiples cas de figure.  

image

Poser un revêtement vinyle (PVC) en lé

Héritiers du traditionnel linoléum – toujours fabriqué –, les revêtements plastiques en lés occupent aujourd’hui une place prépondérante dans l’univers des revêtements de sol. Leur pose est simple à condition d'être précédée d'une bonne préparation.