Coffrage du béton

Plus particulièrement utilisés pour la réalisation d'ouvrages en béton armé, les coffrages serviront dès que l'on voudra donner au béton durci une forme très précise résultant d'un véritable moulage. Le moule utilisé ici sera en fait un simple coffrage, constitué d'éléments plats en bois, parfois en métal et même en matière plastique. Le coffrage permettra donc de limiter la coulée et de contenir le béton frais pendant la prise.

Le "bois" de coffrage

Le matériau le plus couramment utilisé pour le coffrage est le bois, mais le contreplaqué multiplis donne également de très bons résultats (plus grande finesse des surfaces au décoffrage). Il est en outre moins absorbant, et permet de nombreuses réutilisations, à condition, toutefois, de choisir une qualité résistant à l'eau (CTB-X). Nous mentionnons les coffrages métalliques, utilisés surtout pour la préfabrication, et les coffrages en matière plastique, ou plastifiés, qui donnent, après décoffrage, des parements très lisses, voire glacés, mais qui posent souvent des problèmes au démoulage.

Le matériau classique que vous utiliserez est la planche. Vous la choisirez solide (27 mm, 34 mm ou 40 mm d'épaisseur), rabotée au moins sur une face (celle qui sera à l'intérieur du coffrage). Vous veillerez à ce que les planches d'un coffrage soient bien jointives entre elles, de façon à assurer une bonne étanchéité, et à obtenir, après décoffrage, des joints aussi discrets que possible.

La réalisation du coffrage lui-même devra retenir toute votre attention, car de sa qualité dépendra celle de l'ouvrage fini. On estime ainsi sur les chantiers de construction que le temps consacré au coffrage et au décoffrage correspond à plus de la moitié du temps total nécessaire à la réalisation d'un ouvrage moyen en béton armé. On distingue en principe deux parties dans un coffrage : les parois du moule et les différentes pièces qui permettent de maintenir entre elles les pièces de ce moule (étais, renforts, serre-joints, etc.).

Le matériel et l'outillage

Outre le matériau de coffrage lui-même, vous devrez prévoir:
• du tasseau de bonne section qui vous servira à constituer des renforts,
• des piquets, des étais et des cales d'écartement.

De nombreuses pièces seront maintenues entre elles par clouage ; il vous faudra donc:
• des pointes proportionnées au bois utilisé; 
• un bon marteau de charpentier dont la panne sert d'arrache-clous;
• des serre-joints de maçon (parfois de menuisier pour de petites pièces) et des chevillettes vous seront également indispensables.
Tout ceci sans compter, évidemment, le matériel classique de maçonnerie : niveau, truelles, massette, etc.

Coffrage d'un pilier

Le coulage d'un pilier en béton armé se fait, dans toute la mesure du possible, à la verticale. Si l'on suppose la fondation déjà coulée, vous aurez à réaliser un coffrage à quatre côtés qui sera placé debout, sur cette fondation. Le coffrage sera préparé à l'horizontale, puis dressé une fois terminé. En supposant que vous disposiez de planches dont la largeur corresponde à celle du pilier projeté, chacune d'entre elles pourra constituer l'un des éléments du moule. La première sera posée au sol ; la seconde et la troisième seront placées perpendiculairement, maintenues avec des cales. Il ne restera plus qu'à fermer la "boîte" ainsi réalisée avec le quatrième côté et à clouer les planches. N'enfoncez les clous qu'aux deux tiers, de façon à les arracher sans difficulté au moment du décoffrage. Vous pouvez maintenant dresser le coffrage à la verticale. Il sera maintenu en place avec des piquets et des étais. En outre, des morceaux de tasseau, cloués transversalement aux côtés du coffrage constitueront des renforts supplémentaires qui renforceront la cohésion de l'ensemble et empêcheront les planches de gauchir sous la pression du béton. Au moment du coulage, frappez des coups de marteau sur les flancs du coffrage de façon à assurer le tassement du béton (le damage n'étant pas possible).

Coffrage d'une dalle

Le coffrage d'une dalle est une opération délicate qui nécessite une quantité importante de bois et un étaiement très sérieux. Vous le réaliserez en juxtaposant un certain nombre de planches de bonne épaisseur (27 mm), soutenues par des madriers de 8 x 22 cm de section placés à plat perpendiculairement aux planches, dans le sens de la plus petite largeur de la dalle. Les planches seront avantageusement remplacées par des plaques de contreplaqué ou de panneau de particules d'épaisseur comparable, dont la rigidité est suffisante, et qui permettent d'obtenir au décoffrage une surface beaucoup plus lisse, pratiquement dépourvue de joints, qui, dans certains cas, permettra même de supprimer l'enduit au plafond. Ces plaques limitent de surcroît le nombre des étais. Dans un coffrage en planches, ils seront espacés les uns des autres de 1 m au maximum ; dans les deux cas, ils seront soutenus par des rondins de bois d'une quinzaine de centimètres de diamètre, soigneusement calés au pied, ou par des étais métalliques à vérin. Le calage de ces étais permettra de régler avec précision le niveau du coffrage.

On comprendra combien il est nécessaire de réaliser un coffrage extrêmement résistant pour ce genre de réalisation lorsqu'on saura qu'il lui faudra supporter un poids de 200 à 800 kg/m2 au moment du coulage de la dalle.

Coffrage pour éléments préfabriqués

La réalisation d'objets préfabriqués en béton (poteaux de clôture par exemple) impose la construction de coffrages simples dont il est souhaitable de pouvoir réutiliser les éléments plusieurs fois.

La solution la plus simple consiste évidemment à utiliser des moules métalliques (que l'on peut louer) et qui peuvent servir pratiquement indéfiniment, à condition d'être soigneusement nettoyés et graissés après usage. À défaut de ce genre de moule, vous réaliserez un coffrage en planche qui éliminera le plus possible l'usage des clous, qui s'opposent dans les faits à la réutilisation des éléments de coffrage. C'est ainsi que vous ferez alors largement usage des serre-joints qui, suffisamment rapprochés, maintiendront les planches et éviteront les flexions. A l'intérieur du moule, vous placerez des cales qui, en regard de chaque serre-joint, maintiendront l'écartement des côtés du moule. De cette façon, seules les extrémités du coffrage seront constituées de pièces de bois clouées.

Pour faciliter le décoffrage (ici comme pour tous les coffrages en bois d'ailleurs), vous pourrez utiliser des huiles spécialement conçues pour cet usage, en veillant cependant à ce qu'elles ne tachent pas le béton.

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Le béton armé : ferraillage des poteaux, des poutres, des linteaux et des dalles

Matériau à haute résistance, le béton est néanmoins cassant sitôt que s'exerce sur lui des tensions importantes. Il est particulièrement sensible à la traction. Le remède à cette relative fragilité consiste à placer dans la pièce en béton une armature métallique qui, en la renforçant dans d'appréciables proportions, en fera un matériau de construction idéal, pratiquement inaltérable, permettant de véritables prouesses architecturales, et possédant des qualités de résistance au feu bien supérieures à celles du fer et du bois.  

image

Le gâchage du béton à la bétonnière

L'emploi d'une bétonnière (que vous pouvez louer) s'impose sitôt qu'il est nécessaire de gâcher une quantité relativement importante de béton (coulage d'une petite chape par exemple).

image

Faire du béton (dosage et gâchage)

La fabrication du béton est proche de celle du mortier. On peut gâcher à la main pour les faibles quantités, mais on utilise le plus souvent une bétonnière, qui facilite grandement les opérations lorsqu’il s’agit de couler une dalle ou de réaliser des travaux de coffrage importants. Pour une grosse quantité de béton, on aura recours à une livraison par camion-toupie.

image

Les outils de maçonnerie pour le mortier et le béton

Le gâchage du mortier et du béton (c'est-à-dire le mélange du ciment, des agrégats et de l'eau) exige l’utilisation d’instruments appropriés, tant pour la préparation des composants que pour le gâchage proprement dit. Cette opération demande beaucoup de soin car dépend en grande partie la solidité des ouvrages.

Les dernieres vidéos maison

image

Chauffage: le suivi à distance

Dans cette vidéo, Christian PESSEY et Camille MAINGUENAUD, chef de projet marketing chez ENGIE Home Service , vous expliquent comment fonctionne le suivi à distance de votre chaudière et en quoi il représente un avantage certain pour son entretien.

image

Comment isoler sa maison ?

Dans cette vidéo, Christian PESSEY et Pierre-Guillaume VUILLECARD, responsable de la communication chez Les ECO-Isolateurs se sont interrogés sur ce qui fait une bonne isolation. 

image

Entretenir son logement: le carnet numérique du logement

Le carnet numérique du logement – CLEA – est-il le carnet de santé de la maison? Dans cette interview, Christian PESSEY et Bertrand LECLERCQ, Directeur de la stratégie numérique chez Qualitel , vous présentent CLEA , véritable outil numérique pour connaître et entretenir votre logement. Il est destiné aussi bien aux professionnels du bâtiment qu'aux habitants des logements.

image

Rénovation énergétique: quel parcours travaux ?

Dans cette interview de Christian PESSEY, Florian CHEVALLIER, directeur marketing "offres" chez ENGIE, nous présente un simulateur de rénovation énergétique qui permet d'évaluer le coup des travaux mais également de trouver un artisan RGE (Reconnue Garant de l'Environnement) afin de concrétiser vos travaux et de bénéficier des aides à la rénovation auxquelles vous avez le droit.

image

Quand faire remplacer sa chaudière gaz ?

Dans cette interview, Christian PESSEY et Fabien MARGUERON de ENGIE Home Services évoquent les raisons qui peuvent vous pousser à faire remplacer votre chaudière gaz mais aussi le tour des offres vous permettant son remplacement.

image

Quand faut-il remplacer son poêle à bois ?

Avec Gilles MATRULLO du label flamme verte , Christian Pessey fait le tour des raisons qui peuvent vous pousser à faire remplacer votre poêle à bois. Certes la raison esthétique prime souvent, mais les performances et les économies sont également au rendez-vous.

Les derniers conseils maison

image

L'humidité dans la maison en hiver

C’est l’un des principaux problèmes que l’on peut rencontrer dans une maison en cette saison. D’abord parce que c’est la période où le taux d’humidité dans l’air est le plus élevé, mais aussi parce que quand il ne neige pas, il  pleut beaucoup . 

image

Isolation des combles perdus : les conseils de l'AQC (l'Agence Qualité Construction).

L'AQC, la très sérieuse AGENCE QUALITÉ CONSTRUCTION, a sorti un "mémo de chantier" à la demande du Ministère de la Transition Énergétique. Il s’agit de bien identifier les points importants du soufflage de laine dans les combles. L'initiative est d’autant plus importante qu’une grande majorité des isolations des combles se fait de cette façon.

image

Maprimerenov : le barème et mode d'emploi des aides par travaux

Le dispositif MAPRIMERENOV est désormais en place. Le barème d'accès aux aides est formulé sous la forme de 4 catégories pour les particuliers et une 5e pour les copropriétés. Cela va du bleu (pour les foyers les plus modestes, au jaune, violet et rose en montant dans l'échelle des revenus.  Restait à connaître le montant des aides pour les différents travaux et équipements pour les différentes "couleurs" de revenu. Vous les trouverez dans cet article.

image

Dalle en béton ou vide sanitaire?

Tout d'abord je tiens a vous dire mon regret concernant la suppression de votre émission sur RMC que je suivais régulièrement. Je me rabats sur votre site pour avoir des infos bricolage!. Je souhaite rénover une maison ancienne (pierres/chaux) notamment le sol composé actuellement de pierre sur terre battue surmonté d'un plancher en bois. Faut-il mieux couler une dalle béton sur l'ensemble de la surface ou de créer un nouveau vide sanitaire en dur mais avec quels matériaux? Jean-Pierre

image

Se chauffer avec des pellets (granulés)

Je me chauffe actuellement avec chauffage central gaz citerne (500 kg). Ma chaudière, qui a 18 ans, donne des signes de fatigue et le remplissage de la citerne me coute cher (550€ les 200 kg dernièrement). Je souhaitais votre avis sur un chauffage à pellets (granulés) avec chauffage centra (l'eau sanitaire est fournie par un ballon électrique). Le poêle serait poser au centre de la maison (120 m2 habitable bien isolée 30 cm Siporex – 30 cm laine en comble – fenêtre PVC double vitrage... et je suis dans les le 13) Sachant que j'ai déjà les conduits ventilés pour chauffer les pièces éloignées du poêle. Je souhaite votre avis sur mon projet? Si cette énergie me fera faire des économies? Si vous pouvez m'orienter vers une marque, un type de poêle ou un professionnel?  Maurice

image

Le plomb dans les peintures : diagnostic immobilier obligatoire

Le plomb est susceptible d’être présent dans les logements anciens notamment dans les veilles peintures. Son dépistage fait partie des diagnostics obligatoires avant la vente ou la location. Il peut se révéler très dangereux pour la santé.