Le contreplaqué multiplis et le latté

Ces deux formes de contreplaqués répondent à des utilisations variées. Le multiplis se révèle plus massif et se travaille pratiquement comme du bois massif ou du panneau de fibres tel que le MDF. On l'utilise couramment pour la réalisation de meubles ou équipements de la maison. Le panneau latté bénéficie d'une grande rigidité. Il est difficile à travailler en ameublement du fait des vides pouvant apparaître dans sa structure. En revanche, il est idéal pour la réalisation d'étagères ayant à supporter de fortes charges.

Définitions

Le contreplaqué multiplis : il résulte de la superposition et du collage de feuilles de bois déroulées. Le nombre de plis est toujours impair, et les fibres de bois sont perpendiculaires à celles du pli précédent et du pli suivant.

Le latté : bien qu’appartenant à la catégorie des contreplaqués, le latté s’en distingue radicalement par sa structure. Il s’agit d’un panneau dont l’âme est constituée par des lattes de bois (en une ou plusieurs couches) dont l’épaisseur est comprise entre 7 et 30 mm, disposées sur chant, collées entre elles. Les parements sont constitués d'une feuille de bois déroulé ou d'un pli en MDF ou en HDF

Le contreplaqué multiplis

Qualités et défauts du multiplis

Disponible en grandes dimensions, solide, assez facile à travailler et décoratif après finition, le contreplaqué multiplis sert à tous les travaux de menuiserie courante et pour l’ameublement. Ce matériau peut être utilisé à peu près comme le bois massif. Il peut être scié, percé et assemblé (par feuillure ou par rainure avec fausse languette). Il tient bien les clous et les vis. Il se colle facilement et supporte le cintrage. Cependant, compte tenu de sa structure, il faut éviter d’utiliser le rabot.
Il existe une large gamme de contreplaqués de différentes épaisseurs et de qualités de parement. Il faut donc choisir la qualité correspondant au travail à réaliser. Les techniques modernes ont permis de mettre au point des contreplaqués de haute qualité pour l’extérieur et la construction.

Labels des contreplaqués multiplis

Le Centre technique du bois donne un label aux panneaux conformes aux normes pour en garantir les caractéristiques. Les contreplaqués destinés à l’extérieur sont marqués CTB-X ou CTB-C s’ils sont prévus pour le coffrage du béton.
Ils se caractérisent tous par une grande stabilité dimensionnelle, meilleure que celle du bois brut. Exposés à des variations normales d’humidité et de chaleur, ils ne bougent presque pas (variation inférieure à 0,2 % en largeur et en longueur).

Le latté

Qualités et défauts du contreplaqué latté

Les deux faces sont en bois dur et mince. On utilise très souvent l’okoumé, facile à débiter en feuilles, et qui présente une finition décorative. Les lattes centrales sont en bois tendre, du peuplier ou du pin ; elles sont disposées à plat, le fil étant perpendiculaire à celui des feuillets. La technique de fabrication est semblable à celle du contreplaqué. Les bois sont encollés et pressés à chaud. Le latté est plus cher que les contreplaqués ordinaires. Ses qualités tiennent à sa structure : il est plus proche du bois brut que les autres dérivés du bois ; il est facile à scier, à raboter et à percer. Il tient très bien les vis et les clous.
Les panneaux de latté sont légers et épais. Ils conviennent bien à l’ameublement. On les utilise souvent pour réaliser des étagères, des tablettes et des plans de travail, parfois des meubles , armoires ou des buffets. Ils servent aussi à faire des portes planes.
La stabilité dimensionnelle du latté est remarquable ; il se caractérise également par une très bonne tenue à l’humidité. Sa légèreté et sa stabilité en font un support privilégié pour le replacage (finition d’ébénisterie). Les épaisseurs de latté sont assez diverses : 15, 19, 22 et parfois 25 mm. Son seul défaut réside dans la présence occasionnelle de vides entre les blocs, qui peuvent compromettre les assemblages cloués-vissés.

Le panneauté

C'est une variante de ce type de contreplaqué : il est constitué de pièces de bois collées sur leurs chants et s’ils sont multicouches, sur leurs faces. L’âme est faite de planchettes de bois dont la largeur est supérieure à 30 mm.

Attention : présent dans les colles utilisées pour la fabrication des panneaux, le formaldéhyde fait craindre des risques d’allergies, voire de cancers. Il est donc important de veiller à n’utiliser que des panneaux répondant à la norme NF EN 1084 définissant la teneur maximale de formaldéhyde dans les produits. L'étiquette environnementale est une source d'information du public sur le sujet.

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Les outils du menuisier

Le bois est un matériau agréable à travailler. Tous les menuisiers amateurs ont éprouvé du plaisir à façonner une pièce de bois pour en faire un meuble ou un objet. N’importe qui croit savoir scier, clouer ou manier la râpe. Mais le travail du bois s’apprend, a fortiori lorsqu’il s’agit de réalisations un peu compliquées qui exigent des traçages et des coupes très précis, un rabotage et des assemblages résistants.

image

Le panneau de particules (ou aggloméré)

On désigne, sous cette appellation, un matériau en plaque, fabriqué sous pression, essentiellement à partir de particules de bois (grands copeaux, copeaux de rabotage, sciure, etc.), avec apport d’un liant (colle) organique ou minéral. Proposés en différents formats et épaisseurs, les panneaux de particules peuvent être plaqués sur toutes leurs faces pour constituer des tablettes, des meubles, des plans de travail pour la cuisine.

Les dernieres vidéos maison

image

Lutter contre les problèmes de bruit

Christian PESSEY et  Nicolas BALANANT, expert Qualitel en acoustique, vous apportent leur conseils sur tous les problèmes sonores que vous pouvez rencontrer dans votre logement.

Les derniers conseils maison

image

Faire du plâtre

Du fait de son temps de prise très bref, le plâtre est plus difficile à gâcher que le ciment ou la chaux. De plus, il suffit d’un rien (malaxage irrégulier, complément d’eau, etc.) pour faire “mourir” le plâtre qui, une fois mis en œuvre, ne prendra pas ou se révélera sans résistance. Le gâchage et l’application du plâtre sous forme d’enduit constituent de véritables spécialités.

image

La vermiculite (mica expansé) :

La vermiculite est adaptée à l'isolation du sol des combles : la méthode d’épandage des isolants en vrac est évidemment assez simple ; un minimum de méthode et un certain nombre de précautions sont cependant nécessaires pour obtenir de bons résultats.

image

Le bois : appellations

 Il n’est pas toujours facile de trouver du bois massif. Les revendeurs spécialisés ou les grandes surfaces se limitent souvent à la vente de dérivés (panneaux de particules ou de contreplaqué) et de bois blanc (sapin) pour les barres et les moulures. Pour commander du bois, il faut en connaître les différentes appellations.

image

Le matériel de peinture

Technique ancienne et restant très largement artisanale, la peinture fait appel à des outils classiques – les brosses, en particulier – dans des gammes importantes pour répondre à de multiples cas de figure.  

image

Poser un revêtement vinyle (PVC) en lé

Héritiers du traditionnel linoléum – toujours fabriqué –, les revêtements plastiques en lés occupent aujourd’hui une place prépondérante dans l’univers des revêtements de sol. Leur pose est simple à condition d'être précédée d'une bonne préparation.

image

Construire un mur en béton banché

Le béton peut servir à construire des murs ou des cloisons d'une grande solidité. C'est ainsi que sont construits nombre d'immeubles collectifs, mais aussi certaines maisons individuelles. Cette technique peut aussi être utilisée pour l'édification de mur de soutènement très solides.