Monter un abri de jardin

De la simple cabane à outils jusqu’au chalet d’été doté d’une installation électrique, bien isolé, voire chauffé, la gamme des abris de jardin est très vaste. Ils se distinguent par l’épaisseur des planches (pré-assemblées ou non), la surface, le type et le nombre d’ouvertures, la présence ou non d’un plancher, la nature de la couverture. Tous doivent bénéficier d’un bon traitement du bois. 

Structure de l'abri de jardin

Le modèle présenté ici est constitué de panneaux pré-assemblés constituant les 4 "murs", d'un plancher en OSB posé sur des traverses et d'une toiture en panneaux (également en OSB), avec étanchéité en feutre asphalté en rouleau.

Montage de l'abri de jardin  

L’abri est monté sur des traverses, qui doivent reposer soit sur des parpaings permettant de le décoller du sol, soit sur une dalle en béton lui assurant une parfaite stabilité. Donnez-lui une petite pente (1 à 2 cm / m) pour drainer l’eau.

Centrez le plancher, ici en OSB, par rapport à la dalle en béton, avec un débord de 25 mm de tous les côtés. Mesurez et repérez le centre de chaque côté, ainsi que celui de chacune des traverses inférieures des panneaux latéraux. Le plancher peut aussi être constitué de lames de parquet.

Montez le pignon aveugle (sans ouverture) et calez-le en place par un bastaing en biais. Placez l’un des côtés sur le bord du plancher. Assemblez le pignon aveugle avec le côté, par leurs montants adjacents, au moyen de vis galvanisées de 50 mm insérées dans des avant-trous, 3 en haut, 3 en bas et 3 au milieu.

Assemblez l’autre panneau de côté de la même manière. Montez et fixez ensuite le pignon comportant les ouvertures. Mais ne fixez pas encore les murs avec le plancher.

Posez la panne faîtière, insérée dans les encoches aménagées au sommet de chaque pignon. Vérifiez que l’abri repose parfaitement sur ses quatre côtés et que la porte s’ouvre sans forcer. Fixez alors la panne faîtière sur les pignons par des équerres métalliques et des vis de 30 mm. L’un après l’autre, posez les panneaux de toiture au sol, rives (bordées d’une baguette) placées en dessous. Mesurez et tracez 6 points de fixation équidistants entre eux. Percez des avant-trous et enfoncez les pointes pour solidariser chaque panneau avec sa panne sablière.

Couverture de l'abri de jardin

Amenez chaque panneau de toit (également en OSB)en place. Alignez les côtés sur le plancher au moyen des repères tracés au début avant de fixer les panneaux sur la panne faîtière par des vis de 30 mm. Fixez-les sur les côtés et les pignons avec des pointes de 40 mm, ou de 30 mm sur le linteau des fenêtres. Vérifiez à nouveau l’équerrage avant de fixer définitivement les côtés et les pignons au plancher avec des pointes de 50 mm.

L’étanchéité de la toiture de l’abri est assurée soit par du feutre asphalté présenté en rouleau, soit par des bardeaux constitués d'une armature en fibres de verre imprégnée de bitumes oxydés, et surfacée par des granulés minéraux de couleur, imitant les tuiles ou les ardoises. Le feutre asphalté se coupe assez facilement avec un cutter à forte lame. Déroulez le feutre asphalté et découpez-le en trois pièces : une pour chaque pente du toit et une bande à cheval sur le faîte. Les pièces couvrant les pentes doivent déborder de 50 mm sur les côtés de rive et de pignon. La bande de faîte doit recouvrir les pièces des pentes sur 75 mm au minimum.

Fixation du feutre de couverture

Posez une première pièce sur l’une des pentes, avec un débord de 50 mm. Clouez son bord au faîte avec des pointes (semences galvanisées ou Inox) espacées d’environ 30 cm. Clouez les bords sur les pignons et la rive tous les 10 cm. Répétez l’opération sur l’autre pente. Placez la bande de faîte et clouez ses bords tous les 10 cm. Moulez le feutre sur les coins : fendez la diagonale et rabattez franchement les bords. Clouez les planches sur le rabat du feutre avec quatre pointes de 40 mm pour chaque côté. Arrêtez le rabat dans chaque coin avec trois pointes de 30 mm équidistantes.

Finitions de l'abri de jardin

Les vitrages des abris, généralement en polyacrylate ou polycarbonate, se glissent aisément dans le cadre des fenêtres.  Depuis l’extérieur, glissez les traverses métalliques d’appui des fenêtres en position sur la base de l’ouverture. Toujours depuis l’extérieur, clouez avec des pointes de 40 mm les lattes qui maintiendront en place les traverses métalliques. Passez à l’intérieur pour glisser le vitrage reposant sur la traverse. Les parcloses sont clouées par des pointes de 25 mm. Pointez-les d’abord, puis présentez-les contre les bords du vitrage et clouez-les en place. Ôtez ensuite le film qui protège le vitrage.

Pour finir, fixez le verrou de porte par des vis insérées dans des avant-trous. Montez un verrou pouvant être bloqué par un cadenas. Après pose du verrou, il ne reste plus qu’à décorer l’intérieur. Vous pouvez traiter l’extérieur avec une lasure.

Partager avec vos amis :


Cet article peut vous intéresser :

Les dernieres vidéos maison

image

PAC hybride gaz : Christian PESSEY témoigne !

Dans cette vidéo, Christian PESSEY fait le point sur la PAC hybride gaz et vous annonce notre future série de reportages consacrée à l'installation de ce système, du raccordement au gaz de ville jusqu'à sa mise en service ! 

image

Contrôler sa consommation électrique avec "Mon Pilotage Elec"

Le contrôle de la consommation électrique est plus que jamais à l'ordre du jour. Christian PESSEY et Farida RAFKANI, chef de marché chez ENGIE Particuliers , présentent le système pour rendre connecté votre chauffage : " Mon Pilotage Elec " Il vous permet de maîtriser au mieux votre consommation d'électricité et de piloter votre chauffage.

image

L'air, le meilleur des isolants

Pourquoi l'air isole-t'il ? Christian Pessey vous explique en quoi les propriétés de l'air lui confère un tel pouvoir isolant.

image

La qualité de l'air dans la maison

Il est souvent dit que l'air intérieur des maisons est très pollué. Dans cette vidéo, Christian PESSEY, avec l'aide de QUALITEL , vous explique comment identifier ces polluants et comment agir pour en réduire le nombre et donc leur impact sur la santé.

Les derniers conseils maison

image

Le chauffe-eau solaire : à redécouvrir

Le chauffe-eau solaire a été la star des années 1970-1980, et puis, au pays de l'électricité pas chère, on l'a oublié. La mauvaise intégration des panneaux en toiture, À l'origine de problèmes d'étanchéité, y a été pour beaucoup. La concurrence du chauffe-eau thermodynamique aussi. Et puis, on le redécouvre. 1 ou 2 panneaux solaires thermiques sur la toiture d'une annexe suffisent pour couvrir gratuitement 50 à 80 % des besoins d'un maison en eau chaude sanitaire ! De quoi faire réfléchir !

image

Pose de tissu mural tendue avec anglésage

A priori, la pose du tissu tendu en grande largeur semble difficile ; c’est pourtant la seule méthode qui permet d’obtenir une véritable tenture murale de qualité. La technique de pose classique, sur baguette bois et avec carton à angléser, n’est d’ailleurs pas très difficile et elle ne demande qu’un outillage réduit. La pose de tissu sur baguettes crée en outre une couche d'air entre le revêtement et le support, assurant ainsi une certaine isolation phonique et thermique. Elle dispense de gros travaux de rénovation du mur s’il est abîmé ; il faut cependant le traiter contre l’humidité.

image

Décaper pour repeindre

Le décapage d’une surface peinte est nécessaire chaque fois qu’on veut la repeindre ou la vernir. On a le choix entre des méthodes chimique ou thermique. La première, plus simple, demande aussi des précautions, le produit étant très corrosif.

image

Réparer une fuite d'eau avec du mastic époxy

Le colmatage d'une fuite , notamment au niveau d'un raccord, peut être réalisé avec du mastic expoxy, deux composants. Il faut bien sûr couper l'eau et essuyer l'endroit de la fuite pour une adhérence optimale du mastic. 

image

Économiser l'eau : les 5 bons conseils du Centre d'Information sur l'Eau

Quelques bons réflexes éco-responsables participent à préserver des quantités importantes d’eau. Pensez aux stop-douches, mitigeurs thermostatiques, chasses d’eau économiques, systèmes de récupération d’eau de pluie sur gouttière, etc. pour éviter la surconsommation et préserver nos ressources naturelles.

image

Voile d'ombrage : mieux qu'un parasol ou qu'un store

La voile d'ombrage est, comme son nom l'indique, une toile triangulaire rappelant une voile de bateau, tendue pour se protéger du soleil et de la chaleur. Elle conviendra notamment pour ombrer efficacement une terrasse. Quand elle es imperméable elle peut aussi protéger d'une averse.

image

Scier le bois : quels outils?

Le bois est le matériaux préféré des bricoleurs pour réaliser différents équipement. Plus noble que le contreplaqué ou le panneau de particules, il demande des outils spécifiques qu'il faut connaître en fonction de la technique pratiquée.

image

Fuite d'eau dans la maison : réparation de fortune?

Les fuites d'eau dans l' installation de plomberie peuvent avoir des conséquences importantes sur la construction elle-même. Elles peuvent se produire à tous les niveaux de celle-ci et se manifester de façon plus ou moins importante, du simple suintement insidieux qui ne se révèle qu'après de mois d'imprégnation, au torrent d'eau qui inonde tout sur son passage. Dans le second cas, une réparation de fortune permet de limiter les dégâts en attente de la réparation par un plombier professionnel. 

Les outils pour jardiner

Les outils à main du jardinier

Les outils du jardinier sont nombreux. Les outils à main sont issus d’une longue tradition et de pratiques agricoles ancestrales. Bêche, louchet, fourche-bêche, serfouette, râteau, houe font partie de la panoplie de base du bon jardinier. 

Des machines pour jardiner sans effort

Des machines de jardinage sont venues alléger la tâche. Ainsi la faux a-t-elle disparu de son équipement au profit de la tondeuse, tondeuse à rouleau à pousser ou tondeuse à lame rotative, tondeuse à pousser, tondeuse tractée voire micro-tracteur de tonte. Il existe même des robots de tonte qui font le travail sans aucune assistance humaine autre que le branchement d’une borne de rechargement. Pour labourer, on utilise aujourd’hui un motoculteur avec une charrue et différents accessoires et pour affiner la terre un moto-bêche (ou moto-houe).