Mortier et béton : les agrégats (granulats : sable, gravier, etc.)

Également appelés “granulats”, les agrégats constituent pour ainsi dire la charpente des mortiers et des bétons. Le mot désigne tous les éléments qui peuvent être assemblés par un liant. En maçonnerie, il s’agit essentiellement de sable et de gravillons, mais aussi, dans une certaine mesure, de cailloux et de pierres de faible grosseur. Un mélange de liant, de sable et d'eau donne du mortier. En ajoutant au mélange des graviers, des cailloux, des morceaux de pierre on obtient du béton.

Le sable

Il doit provenir exclusivement d’une rivière ou d'un plan d'eau douce, le sel contenu dans le sable de mer nuisant à la prise du liant et donc à la solidité du mortier ou du béton. Il faut également qu’il soit propre, les impuretés telles que la boue ou la terre pouvant, elles aussi, nuire à la qualité de l’ouvrage. Vous pourrez contrôler cette propreté d’abord à l’œil, puis en frottant le sable entre vos mains (sur lesquelles il laissera une trace s’il est très sale). Pour une sécurité absolue, vous pourrez faire un test plus approfondi : remplissez de sable un bocal en verre sur 7 cm et ajoutez de l’eau salée sur 5 cm. Agitez le tout, puis laissez reposer. Au bout de quelques heures, les impuretés se déposeront sur la couche de sable, vous permettant d’apprécier le degré de propreté du matériau.
L’humidité du sable que vous emploierez est également importante, car elle peut modifier de façon très sensible les proportions lors du gâchage ; en effet, l’eau mêlée au sable entraîne une augmentation de volume (on dit que le sable "foisonne"). On considère que le foisonnement est en moyenne, de l’ordre de 20 %.

Test de foisonnement

Une méthode simple permet de connaître le pourcentage de foisonnement : on sait que le sable occupe exactement le même volume dans l’air que dans l’eau. Pour apprécier le  foisonnement d’un sable, réalisez l’expérience suivante:
• Prenez un récipient (un seau) gradué en litres (au-delà de 10 l) 
• Versez-y 10 l de sable foisonné 
• Versez plus d’eau que de sable 
• Mélangez l’eau et le sable 
• Laissez reposer jusqu’à ce que le sable se dépose au-dessous du niveau des 10 l 
• Rajoutez du sable jusqu’à ce que le niveau des 10 l soit de nouveau atteint ; la quantité de sable ajoutée correspond au foisonnement.

Ainsi, si vous avez ajouté 3 l de matériau, cela signifie que 13 l de votre sable correspondent à 10 l du même sable sec ; le foisonnement de votre agrégat est donc de 30 %. Vous pourrez ainsi corriger vos proportions au moment du gâchage.

Les graviers, les cailloux et les pierres

La haute résistance du béton est obtenue par la liaison de particules rocheuses plus grosses que le sable. Les graviers, les cailloux et même les pierres concassées entrent dans cette catégorie, les premiers étant, bien sûr, les plus utilisés.
On trouve des graviers de rivière et des graviers de mer (préalablement lavés à l'eau douce). Les premiers sont généralement plus ronds et plus polis, d’où un meilleur calage spontané lors du coulage. De nombreux graviers résultent du concassage de roches. Cela leur donne une meilleure homogénéité physique (ils ont forcément à peu près la même origine), et leur calibrage est constant.

Graviers, cailloux et pierres concassées constituent trois grandes catégories à l’intérieur desquelles on trouve encore trois classes : gros, moyens, petits. Ce classement est important, car il permet d’établir la granulométrie de l’agrégat, un élément qu’il faut connaître lorsqu’on veut, par exemple, un béton correspondant à une charge et à une résistance précises – il faut en effet avoir une granulométrie continue, les différentes grosseurs d’agrégats devant être représentées. En fait, l’amateur n’emploie généralement que deux agrégats pour préparer son béton : du sable et des gravillons. La granulométrie est alors considérée comme discontinue. La solidité du béton obtenu est le plus souvent largement suffisante.

Granulométrie des différents agrégats
Type d'agrégat Classe Calibre maximal (en mm)
Sable petits 0,08
moyens 0,30
gros 1,25
Gravillons petits 5,00
moyens 8,00
gros 12,50
Cailloux, pierres concassées petits 20
moyens 30
gros 50

 

 

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Réaliser des scellements au plâtre ou au mortier

La réalisation de scellement est l'une des opérations basique en maçonnerie. C’est souvent en scellant que l’on se familiarise avec les produits de maçonnerie. Les scellements peuvent être réalisés avec du plâtre, avec du mortier ordinaire ou avec des produits spécifiques, spécialement formulés pour ce type de réalisation.

image

Faire du béton (dosage et gâchage)

La fabrication du béton est proche de celle du mortier. On peut gâcher à la main pour les faibles quantités, mais on utilise le plus souvent une bétonnière, qui facilite grandement les opérations lorsqu’il s’agit de couler une dalle ou de réaliser des travaux de coffrage importants. Pour une grosse quantité de béton, on aura recours à une livraison par camion-toupie.

Les dernieres vidéos maison

image

L'air, le meilleur des isolants

Pourquoi l'air isole-t'il ? Christian Pessey vous explique en quoi les propriétés de l'air lui confère un tel pouvoir isolant.

image

La qualité de l'air dans la maison

Il est souvent dit que l'air intérieur des maisons est très pollué. Dans cette vidéo, Christian PESSEY, avec l'aide de QUALITEL , vous explique comment identifier ces polluants et comment agir pour en réduire le nombre et donc leur impact sur la santé.

image

Accrocher dans la plaque de plâtre

Christian PESSEY et Eric BARNASSON, Responsable du Pôle marketing Produits & Systèmes chez PLACO® , vous donnent tous les conseils pour accrocher de lourdes charges dans de la plaque de plâtre, et notamment toutes les informations sur la plaque à haute résistance Habito®

image

La laine de verre et la santé

Dans cette interview, Christian PESSEY fait le point avec Florence GAUVIN, expert isolation chez ISOVER sur les risques que représenteraient l'utilisation de la laine de verre et pour en avoir le coeur net, ils ont fait appel à l'expertise du docteur Christian RECCHIA.

Les derniers conseils maison

image

Pose d'une fenêtre PVC en rénovation

On trouve désormais dans le commerce des “blocs-fenêtres” en PVC pouvant se substituer facilement à l’ancienne fenêtre. Si l'on conserve le dormant (cadre fixe) existant, comme ici, on parle de remplacement en "rénovation".

image

Chats et chiens : êtes-vous bien assuré?

Les accidents causés par les chiens, les chats, les chiens et autres animaux de compagnie peuvent vous coûter cher. Votre assurance multirisques habitation ne vous couvre peut-être pas suffisamment. La Fédération Française de l'assurance vient de le rappeler.

image

Un isolant pour toiture-terrasse photovoltaïque

Fabricant d’isolants en laine de roche, ROCKWOOL innove en proposant sa nouvelle solution pour les toitures-terrasses photovoltaïques. Plus performant avec son lambda 38, Rockacier C nu Energy garantit une meilleure isolation, des qualités incombustibles et une parfaite stabilité dimensionnelle.

image

La nouvelle pince multifonctions PST Leatherman

Véritable couteau suisse du bricoleur, cette pince multifonctions est un outil étonnant qui combine 14 outils. Le Bond, petit dernier du génial Tim Leatherman, est une véritable boîte à outil de poche.

image

La pompe à chaleur : l'équipement de chauffage le plus économique

Après son étude sur le chauffage électrique en 2020, l’Association Promotelec publie une étude* relative à la perception des Français sur la pompe à chaleur. Dans un contexte sociétal et énergétique marqué de plus en plus par la pression des contraintes écologiques, la pompe à chaleur apparaît comme un dispositif particulièrement en phase avec les attentes des propriétaires.

image

Éviter les remontées capillaires : caniveau, bande d'arase, drainage, étanchéité, injections

Au-delà des phénomènes phréatiques, les grosses pluies sont la cause principale es remontées capillaires qui humidifient l’intérieur des murs du rez-de-chaussée. C’est un grand classique et si l'on en est victimes on risque de se lancer dans des palliatifs dont la plupart sont des cautères sur une jambe de bois et vont coûter une fortune. Un certain nombre d'opération techniques permettent d'éviter d'en arriver là.