Mortier et béton : les agrégats (granulats : sable, gravier, etc.)

Également appelés “granulats”, les agrégats constituent pour ainsi dire la charpente des mortiers et des bétons. Le mot désigne tous les éléments qui peuvent être assemblés par un liant. En maçonnerie, il s’agit essentiellement de sable et de gravillons, mais aussi, dans une certaine mesure, de cailloux et de pierres de faible grosseur. Un mélange de liant, de sable et d'eau donne du mortier. En ajoutant au mélange des graviers, des cailloux, des morceaux de pierre on obtient du béton.

Le sable

Il doit provenir exclusivement d’une rivière ou d'un plan d'eau douce, le sel contenu dans le sable de mer nuisant à la prise du liant et donc à la solidité du mortier ou du béton. Il faut également qu’il soit propre, les impuretés telles que la boue ou la terre pouvant, elles aussi, nuire à la qualité de l’ouvrage. Vous pourrez contrôler cette propreté d’abord à l’œil, puis en frottant le sable entre vos mains (sur lesquelles il laissera une trace s’il est très sale). Pour une sécurité absolue, vous pourrez faire un test plus approfondi : remplissez de sable un bocal en verre sur 7 cm et ajoutez de l’eau salée sur 5 cm. Agitez le tout, puis laissez reposer. Au bout de quelques heures, les impuretés se déposeront sur la couche de sable, vous permettant d’apprécier le degré de propreté du matériau.
L’humidité du sable que vous emploierez est également importante, car elle peut modifier de façon très sensible les proportions lors du gâchage ; en effet, l’eau mêlée au sable entraîne une augmentation de volume (on dit que le sable "foisonne"). On considère que le foisonnement est en moyenne, de l’ordre de 20 %.

Test de foisonnement

Une méthode simple permet de connaître le pourcentage de foisonnement : on sait que le sable occupe exactement le même volume dans l’air que dans l’eau. Pour apprécier le  foisonnement d’un sable, réalisez l’expérience suivante:
• Prenez un récipient (un seau) gradué en litres (au-delà de 10 l) 
• Versez-y 10 l de sable foisonné 
• Versez plus d’eau que de sable 
• Mélangez l’eau et le sable 
• Laissez reposer jusqu’à ce que le sable se dépose au-dessous du niveau des 10 l 
• Rajoutez du sable jusqu’à ce que le niveau des 10 l soit de nouveau atteint ; la quantité de sable ajoutée correspond au foisonnement.

Ainsi, si vous avez ajouté 3 l de matériau, cela signifie que 13 l de votre sable correspondent à 10 l du même sable sec ; le foisonnement de votre agrégat est donc de 30 %. Vous pourrez ainsi corriger vos proportions au moment du gâchage.

Les graviers, les cailloux et les pierres

La haute résistance du béton est obtenue par la liaison de particules rocheuses plus grosses que le sable. Les graviers, les cailloux et même les pierres concassées entrent dans cette catégorie, les premiers étant, bien sûr, les plus utilisés.
On trouve des graviers de rivière et des graviers de mer (préalablement lavés à l'eau douce). Les premiers sont généralement plus ronds et plus polis, d’où un meilleur calage spontané lors du coulage. De nombreux graviers résultent du concassage de roches. Cela leur donne une meilleure homogénéité physique (ils ont forcément à peu près la même origine), et leur calibrage est constant.

Graviers, cailloux et pierres concassées constituent trois grandes catégories à l’intérieur desquelles on trouve encore trois classes : gros, moyens, petits. Ce classement est important, car il permet d’établir la granulométrie de l’agrégat, un élément qu’il faut connaître lorsqu’on veut, par exemple, un béton correspondant à une charge et à une résistance précises – il faut en effet avoir une granulométrie continue, les différentes grosseurs d’agrégats devant être représentées. En fait, l’amateur n’emploie généralement que deux agrégats pour préparer son béton : du sable et des gravillons. La granulométrie est alors considérée comme discontinue. La solidité du béton obtenu est le plus souvent largement suffisante.

Granulométrie des différents agrégats
Type d'agrégat Classe Calibre maximal (en mm)
Sable petits 0,08
moyens 0,30
gros 1,25
Gravillons petits 5,00
moyens 8,00
gros 12,50
Cailloux, pierres concassées petits 20
moyens 30
gros 50

 

 

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Réaliser des scellements au plâtre ou au mortier

La réalisation de scellement est l'une des opérations basique en maçonnerie. C’est souvent en scellant que l’on se familiarise avec les produits de maçonnerie. Les scellements peuvent être réalisés avec du plâtre, avec du mortier ordinaire ou avec des produits spécifiques, spécialement formulés pour ce type de réalisation.

image

Faire du béton (dosage et gâchage)

Le béton est proche du mortier, la seule différence étant l'ajout de graviers lors du gâchage. On peut gâcher à la main pour les faibles quantités, mais on utilise le plus souvent une bétonnière, qui facilite grandement les opérations lorsqu’il s’agit de couler une dalle ou de réaliser des travaux de coffrage importants. Pour une grosse quantité de béton, on aura recours à une livraison par camion-toupie.

Les dernieres vidéos maison

image

PAC hybride gaz : Christian PESSEY témoigne !

Dans cette vidéo, Christian PESSEY fait le point sur la PAC hybride gaz et vous annonce notre future série de reportages consacrée à l'installation de ce système, du raccordement au gaz de ville jusqu'à sa mise en service ! 

image

Contrôler sa consommation électrique avec "Mon Pilotage Elec"

Le contrôle de la consommation électrique est plus que jamais à l'ordre du jour. Christian PESSEY et Farida RAFKANI, chef de marché chez ENGIE Particuliers , présentent le système pour rendre connecté votre chauffage : " Mon Pilotage Elec " Il vous permet de maîtriser au mieux votre consommation d'électricité et de piloter votre chauffage.

image

L'air, le meilleur des isolants

Pourquoi l'air isole-t'il ? Christian Pessey vous explique en quoi les propriétés de l'air lui confère un tel pouvoir isolant.

Les derniers conseils maison

image

Comment se chauffer : les bonnes options

Beaucoup d’installations de chauffage central sont anciennes, consomment trop et mal. Le combustible n’est pas toujours bien choisi en fonction des besoins de la maison et des ressources locales. L’isolation des habitations est souvent insuffisante, et l’on ne prend pas toujours en compte l’intérêt qu’elle représente (en voyant les choses à moyen et à long terme). Les chaudières sont souvent trop puissantes pour le volume à chauffer ; la régulation est mal faite, les pièces sont trop chauffées, d’où un gaspillage d’énergie.

image

Radiateurs de chauffage électriques optimisés : comment les choisir?

Les radiateurs électriques ont été largement répandus dans les années "tout-électriques". Ils n'ont pas toujours bonne réputation, car ils sont considérés comme énergivores, d'utilisation coûteuse et synonymes d'inconfort. Pourtant, si les convecteurs peuvent aujourd'hui être "oubliés" (sauf dans des cas très précis), trois catégories de radiateurs peuvent être considérés comme "optimisés".  

image

Mesures et traçages sur le bois

En menuiserie, beaucoup d’opérations, en particulier le sciage (et accessoirement le perçage), imposent une prise de mesures précise, suivie d’un traçage bien net, avec des outils de qualité . 

image

Installez et entretenez votre bassin

La présence d'un jardin dans votre propriété est un véritable atout, car il vous permet de profiter de votre extérieur durant les beaux jours. Si vous avez la chance d'en disposer, pensez à optimiser son aménagement afin de créer un lieu de vie propice à la détente et à la relaxation. Créer un bassin est un excellent moyen d'embellir votre espace et de lui donner du cachet. Cependant, son installation doit être réalisée avec soin, et il est important de bien l'entretenir régulièrement.

image

Quels sont les choix de positionnement et l'orientation d'une maison

Le positionnement et l’orientation de leur maison ont préoccupé les hommes de toute éternité, mais pas toujours pour les mêmes raisons. La multiplication des constructions pavillonnaires ces dernières années a malheureusement souvent fait oublier ces préoccupations.

image

Qu’est-ce qu’un produit « biosourcé » ?

Le mot « biosourcé », souvent galvaudé, confondu avec le caractère écologique d’un matériau ou d’un produit répond à une définition officielle. Les pouvoirs publics définissent les matériaux biosourcés comme «  issus de la matière organique renouvelable (biomasse), d’origine végétale ou animale. Ils peuvent être utilisés comme matière première dans des produits de construction et de décoration, de mobilier fixe et comme matériau de construction dans un bâtiment  »

image

Installer un lavabo dans une salle de bains

La technique de pose dépend de l’appareil et aussi de la nature de la cloison ou du mur dans laquelle il doit éventuellement se fixer. Elle est différente suivant que le lavabo est sur suspendu sur console, sur colonne ou encastré. Il existe des kits de raccordement proposés en grande surface de bricolage ou magasins de sanitaires, qui permettent de gagner du temps et d’obtenir un résultat esthétique sans soudures.

La maçonnerie à la base des constructions

Composants et outils de maçonnerie

Les travaux de maçonnerie sont à la base de la construction des maisons maçonnées, mais aussi des murs de clôture, des piliers, des dalles de béton pour la terrasse ou l’assise de la maison. Ils font appel à des matériels spécialisés comme l’auge pour le mortier, la bétonnière, et des outils spécifiques comme la massette, le ciseau de maçon, la truelle, le niveau, la taloche, le plâtoir.  

Des matériaux de maçonnerie spécifiques

Briques pleines, briques creuses, briques alvéolaires (Monomur), briques plâtrières, mais aussi parpaings (blocs) de béton, blocs de béton cellulaire, mortier de ciment et béton armé sont les matériaux les plus utilisés en construction.