Réaliser des scellements au plâtre ou au mortier

La réalisation de scellement est l'une des opérations basique en maçonnerie. C’est souvent en scellant que l’on se familiarise avec les produits de maçonnerie. Les scellements peuvent être réalisés avec du plâtre, avec du mortier ordinaire ou avec des produits spécifiques, spécialement formulés pour ce type de réalisation.

Il faut sceller pour accrocher au mur un objet assez lourd qui ne tiendrait pas au vissage. On distingue le scellement au plâtre, destiné aux objets assez légers, du scellement au mortier de ciment, réservé aux poids importants (on peut, par exemple, sceller au mortier un profilé métallique destiné à supporter un lavabo ou une paillasse d’évier).

Scellement au plâtre

On scelle un taquet de bois dans lequel sera vissé l’objet à suspendre. Le taquet joue donc le rôle de “super cheville”. Il faut creuser un trou assez grand pour recevoir le cube de bois hérissé de gros clous, ces derniers étant plantés dans le taquet pour assurer une meilleure accroche du scellement dans le mur. Le trou est creusé au ciseau et à la massette.
Le plâtre doit être gâché assez épais (il ne doit pas couler). Avant tout, mouillez abondamment la maçonnerie avec une éponge, afin que le mur n’absorbe pas l’eau du plâtre (ce qui gênerait la prise).
Procédez à une première application de plâtre en le projetant au fond du trou du revers de la truelle. Placez ensuite le taquet, qui doit être fixé sur un tasseau pour être immobilisé en place durant le séchage du plâtre.
Effectuez ensuite le scellement des taquets en bourrant au plâtre avec la truelle. Ces opérations doivent être menées rapidement, si vous ne voulez pas être obligé de préparer le plâtre en deux fois (vous pouvez effectuer des petits scellements avec les enduits de rebouchage vendus en poudre, à ne pas confondre avec les enduits de lissage).
En séchant, pendant la prise, le volume du plâtre augmente, ce qui favorise sa pénétration dans tous les interstices, améliorant ainsi l’adhérence à la maçonnerie (le plâtre accroche bien dans la pierre ou dans la brique).
Si vous posez des appareils électriques encastrés, vous serez amené à réaliser des petits scellements au plâtre pour noyer les boîtiers.

Scellement au mortier de ciment

C’est la bonne solution pour accrocher tous les objets lourds. Lorsqu’une patte métallique est fixée dans le mur, il est pratiquement impossible de la retirer sans démolir une partie de la maçonnerie. On utilise un mortier de ciment ordinaire ou un produit spécifique du commerce, livré en poudre prête à gâcher, de façon assez fluide, à retrait compensé, ce qui évite le fendillement à l'issue de la prise. Ce type de produit, en conditionnements réduits, est très utile pour un nombre de scellements limités. 
Commencez par faire un trou assez important (de section carrée) avec le ciseau et la massette. La maçonnerie doit être abondamment mouillée à l’éponge.
Préparez le mortier. Mettez la patte métallique en place. Faites une première application de mortier en le projetant au fond du trou. Calez la patte métallique avec des cailloux ou des gravats de béton (pas de gravats de plâtre). 
La patte métallique doit être immobilisée en place. Vérifiez son horizontalité à l’aide d’un niveau à bulles. Bloquez-la à l’aide de pièces de bois, elles-mêmes fixées contre la maçonnerie par une chevillette. Rebouchez le trou avec le mortier.
Tassez fortement à la truelle pour que les cailloux soient noyés et qu’il ne reste pas de bulles d’air. Utilisez une truelle langue-de-chat, plus maniable pour ce type d’opération.

Les précautions pour sceller

Sur un mur plâtré, il faut faire un scellement au plâtre, car le mortier ne tient pas. S’il y a de la maçonnerie sous le plâtre, vous pouvez creuser profondément, faire un scellement au mortier et recouvrir avec un enduit.
Lorsque la cloison est creuse, toutes les fixations d’objet doivent être faites à l’aide de chevilles extensibles, et non par scellement.
Les pattes métalliques utilisées pour sceller présentent une fourche à leur extrémité, qui leur assure une bonne tenue. Ces pattes sont généralement traitées spécialement pour résister à la corrosion.
Si vous souhaitez fixer une simple barre de fer dans le mur, il faut d’abord la peindre avec une peinture antirouille pour lui permettre de résister à la corrosion.

Partager avec vos amis :


Cet article peut vous intéresser :

image

Faire du mortier (dosage et gâchage)

On distingue trois types de mortier. Dans la construction, on utilise souvent les mortiers bâtards qui combinent deux liants, le ciment et la chaux (généralement en parts égales) ; ces produits allient une bonne solidité à une plasticité qui les rend faciles à utiliser. Les mortiers de ciment sont plus résistants, mais ils durcissent très vite et présentent des risques de fissuration. Les mortiers de chaux sont assez fragiles, mais très onctueux.

Les dernieres vidéos maison

image

PAC hybride gaz : Christian PESSEY témoigne !

Dans cette vidéo, Christian PESSEY fait le point sur la PAC hybride gaz et vous annonce notre future série de reportages consacrée à l'installation de ce système, du raccordement au gaz de ville jusqu'à sa mise en service ! 

image

Contrôler sa consommation électrique avec "Mon Pilotage Elec"

Le contrôle de la consommation électrique est plus que jamais à l'ordre du jour. Christian PESSEY et Farida RAFKANI, chef de marché chez ENGIE Particuliers , présentent le système pour rendre connecté votre chauffage : " Mon Pilotage Elec " Il vous permet de maîtriser au mieux votre consommation d'électricité et de piloter votre chauffage.

image

L'air, le meilleur des isolants

Pourquoi l'air isole-t'il ? Christian Pessey vous explique en quoi les propriétés de l'air lui confère un tel pouvoir isolant.

Les derniers conseils maison

image

Comment se chauffer : les bonnes options

Beaucoup d’installations de chauffage central sont anciennes, consomment trop et mal. Le combustible n’est pas toujours bien choisi en fonction des besoins de la maison et des ressources locales. L’isolation des habitations est souvent insuffisante, et l’on ne prend pas toujours en compte l’intérêt qu’elle représente (en voyant les choses à moyen et à long terme). Les chaudières sont souvent trop puissantes pour le volume à chauffer ; la régulation est mal faite, les pièces sont trop chauffées, d’où un gaspillage d’énergie.

image

Radiateurs de chauffage électriques optimisés : comment les choisir?

Les radiateurs électriques ont été largement répandus dans les années "tout-électriques". Ils n'ont pas toujours bonne réputation, car ils sont considérés comme énergivores, d'utilisation coûteuse et synonymes d'inconfort. Pourtant, si les convecteurs peuvent aujourd'hui être "oubliés" (sauf dans des cas très précis), trois catégories de radiateurs peuvent être considérés comme "optimisés".  

image

Mesures et traçages sur le bois

En menuiserie, beaucoup d’opérations, en particulier le sciage (et accessoirement le perçage), imposent une prise de mesures précise, suivie d’un traçage bien net, avec des outils de qualité . 

image

Installez et entretenez votre bassin

La présence d'un jardin dans votre propriété est un véritable atout, car il vous permet de profiter de votre extérieur durant les beaux jours. Si vous avez la chance d'en disposer, pensez à optimiser son aménagement afin de créer un lieu de vie propice à la détente et à la relaxation. Créer un bassin est un excellent moyen d'embellir votre espace et de lui donner du cachet. Cependant, son installation doit être réalisée avec soin, et il est important de bien l'entretenir régulièrement.

image

Quels sont les choix de positionnement et l'orientation d'une maison

Le positionnement et l’orientation de leur maison ont préoccupé les hommes de toute éternité, mais pas toujours pour les mêmes raisons. La multiplication des constructions pavillonnaires ces dernières années a malheureusement souvent fait oublier ces préoccupations.

image

Qu’est-ce qu’un produit « biosourcé » ?

Le mot « biosourcé », souvent galvaudé, confondu avec le caractère écologique d’un matériau ou d’un produit répond à une définition officielle. Les pouvoirs publics définissent les matériaux biosourcés comme «  issus de la matière organique renouvelable (biomasse), d’origine végétale ou animale. Ils peuvent être utilisés comme matière première dans des produits de construction et de décoration, de mobilier fixe et comme matériau de construction dans un bâtiment  »

image

Installer un lavabo dans une salle de bains

La technique de pose dépend de l’appareil et aussi de la nature de la cloison ou du mur dans laquelle il doit éventuellement se fixer. Elle est différente suivant que le lavabo est sur suspendu sur console, sur colonne ou encastré. Il existe des kits de raccordement proposés en grande surface de bricolage ou magasins de sanitaires, qui permettent de gagner du temps et d’obtenir un résultat esthétique sans soudures.

La maçonnerie à la base des constructions

Composants et outils de maçonnerie

Les travaux de maçonnerie sont à la base de la construction des maisons maçonnées, mais aussi des murs de clôture, des piliers, des dalles de béton pour la terrasse ou l’assise de la maison. Ils font appel à des matériels spécialisés comme l’auge pour le mortier, la bétonnière, et des outils spécifiques comme la massette, le ciseau de maçon, la truelle, le niveau, la taloche, le plâtoir.  

Des matériaux de maçonnerie spécifiques

Briques pleines, briques creuses, briques alvéolaires (Monomur), briques plâtrières, mais aussi parpaings (blocs) de béton, blocs de béton cellulaire, mortier de ciment et béton armé sont les matériaux les plus utilisés en construction.