Multiplier les vivaces et les bulbes en les divisant

C’est le mode de multiplication végétative le plus simple, car les pousses sectionnées possèdent déjà bourgeons et racines (même à l’état rudimentaire), ce qui permet une reprise facile. Il s’applique aux plantes dont la souche émet des rejets, ainsi qu’aux plantes rhizomateuses ou tubéreuses. La façon d’opérer et les exigences varient en fonction du type de plante, mais on procède presque toujours en automne, pendant la période de repos de la végétation. Ceci vaut surtout pour les plantes à fleurs qui ne peuvent refleurir au printemps que si la mise en place se fait à l’automne.

Séparation des rejets

Pendant la période de repos végétatif, séparez les rejets des arbres et arbustes à feuillage caduc. Cette période dépend de la date de floraison. Dans le cas des plantes à feuillage persistant, assez sensibles à la transplantation et de reprise plus délicate, les divisions se pratiquent à la fin de la période de végétation active (automne) ou dès sa reprise (printemps). Arrosez abondamment et placez éventuellement sous châssis si la température l’impose.

Division des touffes

Suivant la taille des plantes et la grosseur ou la dureté de la souche, vous devrez trancher à la bêche, diviser à la main ou sectionner au couteau.
Division à la bêche. Sectionnez par moitié les souches des plantes vivaces, à l’aide d’une bêche. Utilisez deux fourches-bêches placées dos à dos au centre de la touffe ; écartez-les en faisant levier pour séparer la touffe en deux. Éliminez du centre les rejets moins vigoureux ; repiquez très rapidement pour éviter le flétrissement.
Division à la main. Dans le cas de plantes de petite taille, à racines fibreuses délicates (aster nain, campanule, œillet mignardise), séparez la touffe à l’aide des deux mains.
Division au couteau. Utilisez un couteau bien tranchant ou un greffoir pour sectionner les souches dures et ligneuses (delphinium, lupin), les tubercules (dahlia) ou les rhizomes (iris).

Exemples :
• Séparez les souches de delphinium en éclats, dotés chacun de racines et de bourgeons. Divisez les tubercules de dahlia de façon à garder à chacun un fragment de la tige principale.
• Sectionnez les rhizomes d’iris en fragments de 7 à 8 cm de longueur. Gardez seulement ceux des extrémités possédant des pousses jeunes et vigoureuses ; sectionnez les feuilles à mi-hauteur avant de replanter.

Division des bulbes

L’époque de division des plantes bulbeuses dépend, de même que pour les arbustes ou les plantes vivaces, de leur cycle végétatif. Les bulbes des plantes à floraison printanière (la tulipe par exemple) arrivent à maturité en été. Après division, les plus gros sont replantés en automne. Les bulbes des plantes à floraison estivale, comme le glaïeul, se récoltent et se divisent dès les premières gelées.

La multiplication par fractionnement spontané des plantes bulbeuses revêt différentes apparences :
formation de petits bulbes à la base du bulbe principal (tulipe),
fragmentation du bulbe en caïeux (échalote),
division du bulbe en nombreuses écailles charnues (lis),
formation de cormus superposés (glaïeul).

Partager avec vos amis :

Les dernieres vidéos maison

image

L'air, le meilleur des isolants

Pourquoi l'air isole-t'il ? Christian Pessey vous explique en quoi les propriétés de l'air lui confère un tel pouvoir isolant.

image

La qualité de l'air dans la maison

Il est souvent dit que l'air intérieur des maisons est très pollué. Dans cette vidéo, Christian PESSEY, avec l'aide de QUALITEL , vous explique comment identifier ces polluants et comment agir pour en réduire le nombre et donc leur impact sur la santé.

image

Accrocher dans la plaque de plâtre

Christian PESSEY et Eric BARNASSON, Responsable du Pôle marketing Produits & Systèmes chez PLACO® , vous donnent tous les conseils pour accrocher de lourdes charges dans de la plaque de plâtre, et notamment toutes les informations sur la plaque à haute résistance Habito®

image

La laine de verre et la santé

Dans cette interview, Christian PESSEY fait le point avec Florence GAUVIN, expert isolation chez ISOVER sur les risques que représenteraient l'utilisation de la laine de verre et pour en avoir le coeur net, ils ont fait appel à l'expertise du docteur Christian RECCHIA.

Les derniers conseils maison

image

Pose d'une fenêtre PVC en rénovation

On trouve désormais dans le commerce des “blocs-fenêtres” en PVC pouvant se substituer facilement à l’ancienne fenêtre. Si l'on conserve le dormant (cadre fixe) existant, comme ici, on parle de remplacement en "rénovation".

image

Chats et chiens : êtes-vous bien assuré?

Les accidents causés par les chiens, les chats, les chiens et autres animaux de compagnie peuvent vous coûter cher. Votre assurance multirisques habitation ne vous couvre peut-être pas suffisamment. La Fédération Française de l'assurance vient de le rappeler.

image

Un isolant pour toiture-terrasse photovoltaïque

Fabricant d’isolants en laine de roche, ROCKWOOL innove en proposant sa nouvelle solution pour les toitures-terrasses photovoltaïques. Plus performant avec son lambda 38, Rockacier C nu Energy garantit une meilleure isolation, des qualités incombustibles et une parfaite stabilité dimensionnelle.

image

La nouvelle pince multifonctions PST Leatherman

Véritable couteau suisse du bricoleur, cette pince multifonctions est un outil étonnant qui combine 14 outils. Le Bond, petit dernier du génial Tim Leatherman, est une véritable boîte à outil de poche.

image

La pompe à chaleur : l'équipement de chauffage le plus économique

Après son étude sur le chauffage électrique en 2020, l’Association Promotelec publie une étude* relative à la perception des Français sur la pompe à chaleur. Dans un contexte sociétal et énergétique marqué de plus en plus par la pression des contraintes écologiques, la pompe à chaleur apparaît comme un dispositif particulièrement en phase avec les attentes des propriétaires.

image

Éviter les remontées capillaires : caniveau, bande d'arase, drainage, étanchéité, injections

Au-delà des phénomènes phréatiques, les grosses pluies sont la cause principale es remontées capillaires qui humidifient l’intérieur des murs du rez-de-chaussée. C’est un grand classique et si l'on en est victimes on risque de se lancer dans des palliatifs dont la plupart sont des cautères sur une jambe de bois et vont coûter une fortune. Un certain nombre d'opération techniques permettent d'éviter d'en arriver là.