Protéger sa maison contre les cambriolages : les précautions et équipements de base

La protection du domicile et le droit de propriété sont inscrits dans nos traditions et dans nos lois. Nous y sommes tous très attachés. Ils supposent des clôtures, des fermetures et des dispositifs particuliers. La protection contre les cambriolages passe tout à la fois par la qualité de ces fermetures et par une protection et une surveillance faisant largement appel à l’électronique. Que l’on soit locataire ou propriétaire, on a à cœur de protéger l’endroit où l’on vit et les meubles et objets que l’on possède.

Les limites de propriété

Les limites de propriété sont établies officiellement par l’acte de  propriété et, de façon fiscale, par le cadastre. Toutefois, elles n’ont pas forcément de matérialisation physique naturelle : autrement dit, il n’y a pas toujours un fossé, un talus, une rivière, etc. qui leur corresponde. Si l’on veut que la propriété soit protégée des intrusions, il est donc indispensable d’en fixer concrètement les limites par une clôture. Celle-ci peut être seulement symbolique pour que soit établi, éventuellement, le fameux délit de “pied” pouvant faire l’objet d’une poursuite.
Dans la pratique, on s’efforce d’opposer un obstacle physique à l’intrusion d’autrui, ce qui conduit à l’établissement de clôtures, de barrières, voire de véritables murs.

La protection de la maison

La maison constitue depuis toujours un refuge à l’intérieur duquel l’homme souhaite que soient protégés sa personne et ses biens. Le type de fermeture de la maison est donc directement lié au niveau de sécurité ou d’insécurité du milieu. Notre époque est à la fois celle d’une certaine insécurité et celle d’une accumulation de biens faciles à dérober et surtout négociables. D’où la fréquence des cambriolages (souvent limités en valeur) et, en conséquence, le développement des moyens de protection.

Les précautions élémentaires

Toutes les statistiques montrent que la plupart des vols et agressions à domicile pourraient être évités avec un minimum de précautions : les vols “à la tire” ou “à la sauvette” ne sont rendus possibles que par d’impardonnables imprudences (fenêtres ouvertes ou dépourvues de volets au rez-de-chaussée, portes simplement claquées, clefs sous le paillasson ou dans la boîte aux lettres, etc.). Il est établi aussi qu’un voleur “professionnel” qui sait pouvoir trouver quelque chose d’important dans une maison parviendra toujours à y pénétrer, quelles que soient les protections. Entre ces deux extrêmes, il faut trouver la protection qui convient le mieux au cas de chacun, car il est évident que l’on ne protège pas de la même façon un appartement en ville, un pavillon en banlieue et une maison de campagne isolée.

Équipements de base

Si le blindage de la porte et l'alarme électronique sont particulièrement efficaces, un certain nombre d'équipements basiques permettent de se protéger des intrusions indésirables :
– une grille solide (parfois une ou plusieurs simples barres en acier de forte section) au niveau des ouvertures secondaires comme les "fenestrons" au-dessus de la porte d'entrée, sur les soupiraux ou les vasistas accessibles. Dans certains cas, il peut être prudent d'équiper toutes les fenêtres du rez-de-chaussée
– des protections de gonds (rendant la porte indégondable)
– des cornières anti-pinces
– un éclairage à allumage automatique au-dessus de la porte palière ou en périphérie de la maison
– un dispositif d'allumage automatique aléatoire de l'éclairage intérieur ou de mise en fonctionnement des volets roulants (il en existe même pour les volets battants).
– un judas (il en existe aujourd'hui à transmission vidéo)
En cas d'absence prolongée, faites relever votre courrier par un voisin afin d'éviter le débordement de votre boîte à lettres qui signale votre absence.  

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Sécurité de la porte - les serrures multipoints

Un seul verrou ou même une serrure renforcée d’un verrou opposent une assez faible résistance aux cambrioleurs. La porte est beaucoup plus difficile à forcer lorsqu’elle comprend quatre ou cinq points de fermeture. Les cambrioleurs reconnaissent rapidement une porte qui comporte une serrure multipoint. Ils peuvent être dissuadés de la forcer, sachant que c’est une tâche difficile et bruyante, et qu’ils devront y passer plus de temps.

Les dernieres vidéos maison

image

Accrocher dans la plaque de plâtre

Christian PESSEY et Eric BARNASSON, Responsable du Pôle marketing Produits & Systèmes chez PLACO® , vous donnent tous les conseils pour accrocher de lourdes charges dans de la plaque de plâtre, et notamment toutes les informations sur la plaque à haute résistance Habito®

image

Améliorer son confort acoustique

Dans cette vidéo, Christian PESSEY interroge Pascal OZOUF,  responsable Innovations et Acoustique chez Placo® , sur les dernières innovations permettant d'améliorer votre confort acoustique.

image

La laine de verre et la santé

Dans cette interview, Christian PESSEY fait le point avec Florence GAUVIN, expert isolation chez ISOVER sur les risques que représenteraient l'utilisation de la laine de verre et pour en avoir le coeur net, ils ont fait appel à l'expertise du docteur Christian RECCHIA.

image

Chauffage: le suivi à distance

Dans cette vidéo, Christian PESSEY et Camille MAINGUENAUD, chef de projet marketing chez ENGIE Home Service , vous expliquent comment fonctionne le suivi à distance de votre chaudière et en quoi il représente un avantage certain pour son entretien.

image

Comment isoler sa maison ?

Dans cette vidéo, Christian PESSEY et Pierre-Guillaume VUILLECARD, responsable de la communication chez Les ECO-Isolateurs se sont interrogés sur ce qui fait une bonne isolation. 

Les derniers conseils maison

image

Cloisons légères de séparation : quel matériau choisir?

Monter une cloison permet de réaliser différents aménagements : séparer un grand espace en plusieurs pièces, créer une séparation dans une pièce ou installer un coin bureau ou toilettes. Suivant votre besoin et l’emplacement de la cloison, il est important de faire le bon choix.  

image

Isoler la toiture de combles aménageables

Quand on veut conserver la possibilité d’utiliser les combles, notamment pour en faire des pièces à vivre, on isole la sous-toiture et non le sol du grenier. On utilise pour cela de la laine minérale ou végétale de forte épaisseur. La solution la plus simple est de l’embrocher sur des suspentes et de la maintenir par des profilés (appelés aussi fourrures) métalliques sur lesquels sont ensuite fixées des plaques de plâtre ou encore du lambris. Ce type d’isolant (ici IBR Contact) très performant est gainé d’un voile de protection limitant les risques d’irritation de la peau quand on le manie.

image

Confinement : aménager la maison pour le télétravail

Les confinements successifs révèlent la place prépondérante qu'est en train de prendre le télétravail, autrement dit, le travail à la maison, encouragé, voire imposé par les Pouvoirs publics et donc par les entreprises. L'expérience démontre la nécessité d'organiser voire d'aménager les lieux pour être efficace et pour ne pas déranger le reste de la famille.

image

Couler une dalle en béton extérieure

Le béton commence à prendre 2 h environ après avoir été gâché. Il faut donc le couler, le tasser et en lisser la surface pendant cette durée. Divisez les grandes surfaces en sections pouvant être finies sans difficulté dans ce laps de temps. Vous pouvez marcher sur le béton au bout de 3 jours, mais attendez 5 jours avant de le décoffrer et au moins 10 avant de rouler dessus avec une voiture.  

image

L'humidité dans la maison en hiver

C’est l’un des principaux problèmes que l’on peut rencontrer dans une maison en cette saison. D’abord parce que c’est la période où le taux d’humidité dans l’air est le plus élevé, mais aussi parce que quand il ne neige pas, il  pleut beaucoup .