Sécurité de la porte - les serrures multipoints

Un seul verrou ou même une serrure renforcée d’un verrou opposent une assez faible résistance aux cambrioleurs. La porte est beaucoup plus difficile à forcer lorsqu’elle comprend quatre ou cinq points de fermeture. Les cambrioleurs reconnaissent rapidement une porte qui comporte une serrure multipoint. Ils peuvent être dissuadés de la forcer, sachant que c’est une tâche difficile et bruyante, et qu’ils devront y passer plus de temps.

Les serrures multipoints

Ce système de fermeture présente un double avantage : il assure une condamnation de la porte en cinq points (et donc une bonne sécurité), et il n’est commandé que par une seule clé. La serrure à trois ou cinq points remplace généralement l’ancienne serrure (alors que la serrure à quatre points avec deux verrous vient souvent en complément d’une serrure classique).
Commencez par mettre en place la serrure à la place de l’ancienne. Il faut généralement agrandir le trou du canon. Coupez les tringles en fonction de la hauteur de la porte ; prenez les repères en mettant les tringles en position. Une fois les tringles coupées, percez leur extrémité pour les accrocher sur la serrure (le diamètre des trous à percer est indiqué dans la notice de pose). Les verrous intermédiaires doivent se situer en haut et en bas, à égale distance entre le bord de la porte et la serrure. La liaison entre les verrous et la tringlerie se fait au moyen de petites pièces métalliques (appelées “piliers de verrou”), qui se fixent après perçage de la tringle. Lorsqu’on tourne la clé, les pênes se déplacent en même temps pour ancrer la porte au chambranle, ainsi qu’au sol. Ce type de serrure ne convient qu’à des portes solides en bois massif. Le mécanisme de fermeture est à haute sécurité (le cylindre résiste au sciage et à l’arrachement, et il est incrochetable). La forme de la clé est très spéciale (elle est fournie avec une carte codifiée pour une éventuelle reproduction, en usine). Une certification A2P garantit une haute sécurité.

La protection des gonds

Il s’agit de dispositifs qui empêchent qu’en soulevant la porte on ne la fasse sortir de ses gonds, rendant illusoire la protection la plus élaborée, et, en particulier, les serrures multipoints décrites précédemment. 
Les dispositifs utilisés sont extrêmement bon marché et se posent sans difficulté. Le principe en est simple : deux ergots fixés sur le chant vertical de la porte, côté articulation, viennent s’engager dans deux trous percés dans une plaque vissée dans la feuillure de l’huisserie. Les trous percés dans cette plaque se prolongent bien sûr dans l’huisserie. Il faut autant de dispositifs que la porte a de gonds (soit deux ou trois).

Pose des protections de gonds

Tracez l’emplacement des plaques sur la feuillure de l’huisserie et sur le chant de la porte, en correspondance parfaite (le mieux est de se servir des plaques pour reporter leur contour). Les protections ne devant pas gêner la fermeture de la porte du fait de leur épaisseur, l’huisserie et le chant doivent être entaillés. Commencez par réaliser l’entaille avec un ciseau à bois dans le dormant de l’huisserie qui accueillera la plaque mâle du dispositif. Assurez-vous que la plaque mâle s’insère bien et affleure parfaitement le niveau du bois, puis vissez-la solidement en place. Procédez au traçage correspondant sur le chant de la porte, pour la plaque femelle.  Réalisez la même entaille que pour la plaque mâle et positionnez la plaque femelle à blanc. Tracez l’emplacement des alvéoles sur le chant de la porte. Déposez la plaque femelle placée provisoirement et percez les trous destinés à recevoir les ergots de la plaque mâle (ergots et trous doivent être en correspondance exacte). Vissez la plaque femelle en place.

Les cornières antipinces

Elles se fixent simplement en périphérie de la porte pour empêcher l’engagement d’une pince (pied-de-biche) entre la porte et l’huisserie. La validité du système n’est garantie que si les cornières sont inviolables. Elles doivent donc être fixées par des boulons à tête ronde et collet carré, la tête étant située vers l’extérieur, ou par rivetage en cas de blindage.

Le blindage

Il s’agit, ni plus ni moins, d’une feuille d’acier (le plus souvent anodisé) disposée contre la porte, généralement du côté intérieur. La pose d’un blindage est très difficile, car elle doit tenir compte de la serrurerie. Sa fixation doit être excellente, ce qui n’est pas à la portée de l’amateur. Plutôt que de blinder une porte, il vaut mieux remplacer la menuiserie existante par une porte blindée en usine.

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Couper le métal

Le métal en feuilles ne doit pas être scié, mais cisaillé . Ce procédé est appliqué aux tôles des différents métaux et alliages. Il est exécuté avec des outils fonctionnant selon le principe du levier (ciseaux). La coupe du métal est à distinguer de son sciage.

Les dernieres vidéos maison

image

Immobilier : l'impact du confinement

Près de 3 mois de confinement ont fait prendre conscience aux Français des qualités et, plus souvent encore, des carences de leur logement. Manque de surface, de pièces, de balcon ou de terrasse, de jardin... suscitent de nouvelles envies. Le déconfinement les libère. C'est ce que nous explique Éric ALLOUCHE, le directeur général exécutif du réseau ERA 

image

A quel point le bois de chauffage est-il économique ?

Dans cette interview, Christian PESSEY et Jean-Louis BAL, président du label flamme verte vous expliquent en quoi le bois de chauffage représente encore aujourd'hui l'un des combustibles les plus économiques. 

image

Les isolants naturels : qu'est-ce que c'est?

Les isolants naturels ont le vent en poupe. Christian PESSEY fait le point sur le sujet avec Joël PACCANELLI, gérant de ECO-LOGIS, entreprise de distribution d’éco-matériaux pour la maison et notamment de matériaux d’isolation biosourcés et de peintures écocertifiés.

image

Pompe à chaleur et confort d'été

Dans cette interview, Christian PESSEY et Christel MOLLÉ de l' AFPAC , font le point sur l'utilisation d'une pompe à chaleur réversible pour améliorer le confort d'été dans votre logement. 

image

Les conseils de la semaine du 4 au 10 mai

Isoler les combles  contre la chaleur, tout savoir sur  les prises et les interrupteurs , entretenir une  terrasse en terre cuite , rénover les  meubles de jardin , insonoriser une  pompe de piscine , choisir un  chauffe-eau électrique , rénover la pierre, nettoyer un  crépis monocouche , réparer les  fuites de chasse-d’eau  : retrouvez tous les conseils publiés pendant la semaine.

Les derniers conseils maison

image

Faire du bois de chauffage

Le bois est une énergie renouvelable dont la qualité n’est plus à démontrer. L’évolution des poêles, inserts, foyers fermés et même chaudières l’ont replacé en bonne position parmi les différents combustibles. Si vous possédez une parcelle boisée ou si vous pouvez acheter du bois sur pied, il est très intéressant de pouvoir “faire son bois” soi-même, bien sûr dans le respect des règles d’exploitation raisonnée de la forêt.

image

Une initiative collective de production et d'autoconsommation d'électricité entre voisins : HARMON'YEU

Au printemps 2020, ENGIE, en partenariat avec la mairie de l’Île d’Yeu et 3 institutions locales, a lancé cette expérimentation innovante d’autoconsommation collective baptisée Harmon’Yeu. Né grâce à la volonté de ses habitants et des autorités locales de s’inscrire dans la transition énergétique, ce projet constitue une première en France dans le fait qu’il intègre plusieurs maisons individuelles productrices d’énergie et une batterie de stockage commune, à l’échelle d’un quartier. Un logiciel intelligent développé spécifiquement par ENGIE pour le projet permet de piloter la répartition de l’énergie produite entre les utilisateurs.

image

Faire une terrasse en bois ou en composite

C’est toujours le moment de s’intéresser à la terrasse, que vous soyez en maison individuelle ou en logement avec un grand balcon ou une terrasse. Souvent le sol est en béton ou en carrelage. La tendance est à les recouvrir de lames en bois ou en bois composite, parfois en dalles de caillebotis.

image

Dégradation maison bois : peut-on faire jouer la garantie décennale?

J'ai une maison ossature bois construite entre septembre 2010 et août 2011. J'ai remarqué l'année dernière l'apparition de moisissures/champignons sur l'un des cadres de fenêtre. En février de cette année, un charpentier et un expert en bâtiment m'ont dit que cela venait de l'eau stagnante sur l'appui de fenêtre dû à la coulisse du volet roulant qui descend trop bas et du fait que l'appui de fenêtre n'est pas de bavette contre les parois verticales. Pour eux, il est certain que le constructeur de la maison doit intervenir et faire fonctionner la garantie décennale. L'avis du constructeur est le suivant: l'eau s'est infiltrée car les peintures n'ont pas été entretenues. Je joins des photos afin d'avoir votre avis sur le sujet. Cela fait- il partie de la garantie décennale ou est-ce un problème d'entretien ? Laurent

image

La prise de terre : ça sert à quoi?

Tout le monde a entendu parler de la prise de terre, mais on ne sait pas toujours ce que c’est et surtout à quoi ça sert. Élément essentiel de la protection de l'installation électrique, de celle des biens et surtout des personnes, la prise de terre doit aujourd'hui être disponible dans tous les logements, ce qui n'est malheureusement pas le cas partout.

image

Humidité dans la maison : d'où vient-elle?

L’humidité est l’un des problèmes les plus désagréables mais aussi les plus préoccupants dans la maison, aussi bien pour ceux qui y habitent que pour la maison elle-même. Elle peut avoir différentes origines et causes.   

image

Les isolants naturels : qu'est-ce que c'est?

Les isolants naturels ont le vent en poupe. Christian PESSEY fait le point sur le sujet avec Joël PACCANELLI, gérant de ECO-LOGIS, entreprise de distribution d’éco-matériaux pour la maison et notamment de matériaux d’isolation biosourcés et de peintures écocertifiés.