Assembler les briques

Un maçon amateur voulant réaliser une construction en briques commence souvent son apprentissage par la réalisation d’un ouvrage en briques pleines : petit muret décoratif, construction d’un barbecue, etc. Il faut respecter des règles précises concernant la disposition des briques (appareillage), leur coupe et l’exécution des joints.

Les appareillages

L’organisation des briques dans un mur se nomme “appareillage”.

Une brique peut être posée :
• en panneresse (à plat en longueur),
• en boutisse (à plat en largeur) ou sur chant.

– Pour les petits murets, les constructions légères, on adopte généralement un appareillage à la grecque : les briques sont disposées en panneresse, et chaque brique recouvre la moitié de la précédente. On peut poser également à la grecque, mais en boutisse, pour obtenir une épaisseur un peu plus importante.
Pour construire un mur assez élevé, il faut adopter l’appareillage flamand, qui alterne les rangées en boutisse et les doubles rangées de panneresse.
D’autres systèmes sont possibles, en particulier l’appareillage croisé pour les murs porteurs (il combine boutisses et panneresses pour augmenter l’épaisseur).

La coupe des briques

Il est toujours nécessaire de procéder à la coupe d’un certain nombre de briques. On essaie le plus souvent de couper au milieu, car c’est plus simple (et l’on comble le vide avec du mortier). L’outil classique de coupe est le martelet, avec la panne duquel on entaille la brique en tapant à petits coups. On peut également utiliser le ciseau de briquetier (large) et la massette.
Avec un peu d’habitude, on peut couper une brique d’un coup sec avec une truelle à brique.

Les joints

Ils doivent être réguliers pour que la construction ait un bel aspect. Un joint doit avoir environ 2 cm. Pour obtenir un résultat satisfaisant, placez des petites baguettes de part et d’autre de la rangée de briques : elles serviront de gabarit pour mettre en place les éléments. Vous devrez les retirer avant que le mortier ne prenne. Le joint doit être égalisé avec un fer à joint, qui permet de lui donner le profil voulu.

La mise en œuvre

Les briques sont assez lourdes ; elles doivent reposer sur une base solide. Même pour une petite construction, il faut toujours réaliser une semelle de fondation en béton (en particulier pour le montage d’un muret).
Les briques sont posées sur une première couche de mortier placée sur la semelle. Donnez-leur de l’assise en les tapotant avec le manche de la truelle. Le mortier doit remonter de chaque côté des briques (bain soufflant).
Pour assembler les briques, utilisez de préférence un mortier bâtard ou un mortier de chaux. Le mortier de ciment ne doit pas être employé, sauf pour certains murs porteurs (il manque de souplesse).
Pour construire un mur, procédez par montage de sections de 2 m environ ; commencez toujours par les deux extrémités et construisez en remplissant vers le centre.

Les contrôles de verticalité, d’horizontalité et d’alignement

Ce sont les maîtres mots pour la maçonnerie en briques :
• l’alignement est obtenu grâce à un cordeau ; lorsque vous montez le mur, le cordeau doit être haussé au fur et à mesure ; vous pouvez, pour cela, le fixer sur deux hauts piquets aux extrémités du mur;
• la verticalité est essentielle pour la solidité de la construction. Il faut donc utiliser en permanence le fil à plomb – ou le niveau à bulles pour les petites réalisations, ou un niveau laser;
• l’horizontalité des rangées de briques est contrôlée au niveau à bulles ou, aujourd'hui, au niveau laser. Si l’une des briques est trop enfoncée, retirez-la et modifiez son assise en ajoutant un peu de mortier.

Les finitions

Les briques de parement doivent toujours recevoir un rejointoiement : les joints réalisés à la construction sont nettement en retrait. Le joint de finition est fait au fer à joint en utilisant éventuellement un liant coloré (ciment blanc, par exemple).

Si le mortier a taché le parement des briques, vous pouvez avoir des difficultés à le nettoyer. Utilisez des produits spéciaux, à base d’acide dilué.
Au cours du séchage, des traces blanches (efflorescences) peuvent apparaître sur les briques. Enlevez-les à l’eau claire ou légèrement acide.

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Les briques

Utilisée depuis l'Antiquité, la brique de terre cuite reste un matériau de construction très intéressant pour les maçons. Elle est à la fois assez décorative et facile à mettre en œuvre. Les caractéristiques du produit, les différentes finitions et les accessoires proposés permettent de l’utiliser pour toutes les espèces d’ouvrages, intérieurs ou extérieurs.

image

Maçonner un mur en pierres

Les principes qui président aux constructions en pierres sont les mêmes que pour celles en briques. Il faut toutefois soigner particulièrement les fondations (semelle pour un muret), à cause du poids du matériau.

Les dernieres vidéos maison

image

Lutter contre les problèmes de bruit

Christian PESSEY et  Nicolas BALANANT, expert Qualitel en acoustique, vous apportent leur conseils sur tous les problèmes sonores que vous pouvez rencontrer dans votre logement.

Les derniers conseils maison

image

Isolation des parois : la fin des ossatures?

Dans une conférence de presse commune, confirmant le rapprochement entre Placo et Isover, les représentants des marques du groupe Saint-Gobain ont annoncé jeudi 23/01/2020 une innovation capitale associant deux de leurs produits phares : la plaque Habito pour Placo (plaque haute densité à rigidité et densité renforcée) et l a laine de verre GR 32 ou GR 30 aux performances thermiques élevées et aux propriétés mécaniques qui facilitent la mise en œuvre. L'innovation réside dans la suppression des ossatures métalliques rendue possible par l’association d’une plaque de plâtre ultra résistante et d'accessoires de pose brevetés, inspirés du système Optima. D'où l'appellation du système : Optimax Habito®.  

image

Faire du plâtre

Du fait de son temps de prise très bref, le plâtre est plus difficile à gâcher que le ciment ou la chaux. De plus, il suffit d’un rien (malaxage irrégulier, complément d’eau, etc.) pour faire “mourir” le plâtre qui, une fois mis en œuvre, ne prendra pas ou se révélera sans résistance. Le gâchage et l’application du plâtre sous forme d’enduit constituent de véritables spécialités.

image

La vermiculite (mica expansé) :

La vermiculite est adaptée à l'isolation du sol des combles : la méthode d’épandage des isolants en vrac est évidemment assez simple ; un minimum de méthode et un certain nombre de précautions sont cependant nécessaires pour obtenir de bons résultats.

image

Le bois : appellations

 Il n’est pas toujours facile de trouver du bois massif. Les revendeurs spécialisés ou les grandes surfaces se limitent souvent à la vente de dérivés (panneaux de particules ou de contreplaqué) et de bois blanc (sapin) pour les barres et les moulures. Pour commander du bois, il faut en connaître les différentes appellations.

image

Le matériel de peinture

Technique ancienne et restant très largement artisanale, la peinture fait appel à des outils classiques – les brosses, en particulier – dans des gammes importantes pour répondre à de multiples cas de figure.  

image

Poser un revêtement vinyle (PVC) en lé

Héritiers du traditionnel linoléum – toujours fabriqué –, les revêtements plastiques en lés occupent aujourd’hui une place prépondérante dans l’univers des revêtements de sol. Leur pose est simple à condition d'être précédée d'une bonne préparation.

image

Construire un mur en béton banché

Le béton peut servir à construire des murs ou des cloisons d'une grande solidité. C'est ainsi que sont construits nombre d'immeubles collectifs, mais aussi certaines maisons individuelles. Cette technique peut aussi être utilisée pour l'édification de mur de soutènement très solides.