Assembler les briques

Un maçon amateur voulant réaliser une construction en briques commence souvent son apprentissage par la réalisation d’un ouvrage en briques pleines : petit muret décoratif, construction d’un barbecue, etc. Il faut respecter des règles précises concernant la disposition des briques (appareillage), leur coupe et l’exécution des joints.

Les appareillages

L’organisation des briques dans un mur se nomme “appareillage”.

Une brique peut être posée :
• en panneresse (à plat en longueur),
• en boutisse (à plat en largeur) ou sur chant.

– Pour les petits murets, les constructions légères, on adopte généralement un appareillage à la grecque : les briques sont disposées en panneresse, et chaque brique recouvre la moitié de la précédente. On peut poser également à la grecque, mais en boutisse, pour obtenir une épaisseur un peu plus importante.
Pour construire un mur assez élevé, il faut adopter l’appareillage flamand, qui alterne les rangées en boutisse et les doubles rangées de panneresse.
D’autres systèmes sont possibles, en particulier l’appareillage croisé pour les murs porteurs (il combine boutisses et panneresses pour augmenter l’épaisseur).

La coupe des briques

Il est toujours nécessaire de procéder à la coupe d’un certain nombre de briques. On essaie le plus souvent de couper au milieu, car c’est plus simple (et l’on comble le vide avec du mortier). L’outil classique de coupe est le martelet, avec la panne duquel on entaille la brique en tapant à petits coups. On peut également utiliser le ciseau de briquetier (large) et la massette.
Avec un peu d’habitude, on peut couper une brique d’un coup sec avec une truelle à brique.

Les joints

Ils doivent être réguliers pour que la construction ait un bel aspect. Un joint doit avoir environ 2 cm. Pour obtenir un résultat satisfaisant, placez des petites baguettes de part et d’autre de la rangée de briques : elles serviront de gabarit pour mettre en place les éléments. Vous devrez les retirer avant que le mortier ne prenne. Le joint doit être égalisé avec un fer à joint, qui permet de lui donner le profil voulu.

La mise en œuvre

Les briques sont assez lourdes ; elles doivent reposer sur une base solide. Même pour une petite construction, il faut toujours réaliser une semelle de fondation en béton (en particulier pour le montage d’un muret).
Les briques sont posées sur une première couche de mortier placée sur la semelle. Donnez-leur de l’assise en les tapotant avec le manche de la truelle. Le mortier doit remonter de chaque côté des briques (bain soufflant).
Pour assembler les briques, utilisez de préférence un mortier bâtard ou un mortier de chaux. Le mortier de ciment ne doit pas être employé, sauf pour certains murs porteurs (il manque de souplesse).
Pour construire un mur, procédez par montage de sections de 2 m environ ; commencez toujours par les deux extrémités et construisez en remplissant vers le centre.

Les contrôles de verticalité, d’horizontalité et d’alignement

Ce sont les maîtres mots pour la maçonnerie en briques :
• l’alignement est obtenu grâce à un cordeau ; lorsque vous montez le mur, le cordeau doit être haussé au fur et à mesure ; vous pouvez, pour cela, le fixer sur deux hauts piquets aux extrémités du mur;
• la verticalité est essentielle pour la solidité de la construction. Il faut donc utiliser en permanence le fil à plomb – ou le niveau à bulles pour les petites réalisations, ou un niveau laser;
• l’horizontalité des rangées de briques est contrôlée au niveau à bulles ou, aujourd'hui, au niveau laser. Si l’une des briques est trop enfoncée, retirez-la et modifiez son assise en ajoutant un peu de mortier.

Les finitions

Les briques de parement doivent toujours recevoir un rejointoiement : les joints réalisés à la construction sont nettement en retrait. Le joint de finition est fait au fer à joint en utilisant éventuellement un liant coloré (ciment blanc, par exemple).

Si le mortier a taché le parement des briques, vous pouvez avoir des difficultés à le nettoyer. Utilisez des produits spéciaux, à base d’acide dilué.
Au cours du séchage, des traces blanches (efflorescences) peuvent apparaître sur les briques. Enlevez-les à l’eau claire ou légèrement acide.

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Les briques

Utilisée depuis l'Antiquité, la brique de terre cuite reste un matériau de construction très intéressant pour les maçons. Elle est à la fois assez décorative et facile à mettre en œuvre. Les caractéristiques du produit, les différentes finitions et les accessoires proposés permettent de l’utiliser pour toutes les espèces d’ouvrages, intérieurs ou extérieurs.

image

Maçonner un mur en pierres

Les principes qui président aux constructions en pierres sont les mêmes que pour celles en briques. Il faut toutefois soigner particulièrement les fondations (semelle pour un muret), à cause du poids du matériau.

Les dernieres vidéos maison

image

Fin de crédit d'impôt au profit d'une prime unique

Mis en place au début des années 1980, le crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE) a vécu. Il sera remplacé au 1er janvier 2020 par un système de prime versé directement aux bénéficiaires.

image

Qu'est-ce qu'une pompe à chaleur

La pompe à chaleur, c'est quoi ? François Deroche de l' AFPAC  nous explique tout ce qui se cache derrière une pompe à chaleur, ses différentes versions et l' économie  d' énergie  qu'elle représente. Plus d'informations sur :   

image

Installer une pompe à chaleur en conservant sa chaudière : la PAC hybride

La pompe à chaleur peut remplacer une vieille chaudière. Il est possible aussi de combiner une PAC avec l'énergie initialement utilisée (gaz ou fioul) : on parle alors de "pompe à chaleur hybride". Comment ça marche? Est-ce intéressant économiquement? Peut-on bénéficier d'aides comme le CITE? Valérie LAPLAGNE, vice-présidente de l' AFPAC (Association Française pour les Pompes à Chaleur), répond aux questions de Christian PESSEY, journaliste de la construction, en charge de l'émission VOTRE MAISON sur RMC. 

image

Bien apprécier la lumière dans les combles

Modélisez rapidement vos combles et imaginez les possibilités d'aménagement pour créer de nouveaux espaces de vie depuis votre smartphone. L'application gratuite My Daylight vous révèle les bénéfices de l'éclairage naturel. Obtenez facilement des pièces plus grandes et plus confortables à vivre. Catherine JUILLARD, Responsable Prescription Lumière et Thomas BERGE, Chef de Produit Digital, tous deux chez VELUX®, répondent aux questions de Christian PESSEY, Journaliste de la Construction, en charge de l'émission VOTRE MAISON sur RMC. 

image

Quels travaux entreprendre à l'arrivée du printemps?

Les jours rallongent et les températures sont plus clémentes : le printemps constitue une belle opportunité d’entreprendre des travaux de rénovation à la maison. Quels que soient les travaux entrepris, la luminosité, l’ouverture sur l’extérieur et le renouvellement de l’air intérieur sont des éléments clés à considérer pour gagner en qualité de vie. De simples ajustements aux projets de rénovation permettront de prioriser ces éléments pour une maison confortable et agréable à vivre pour tous les membres de la famille. Prisca Pellerin, architecte et designer d'intérieur donne des conseils.

Les derniers conseils maison

image

La CAPEB et BUTAGAZ lancent leur nouvelle offre packagée FACILIPASS Chaudière bois

La Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment ( CAPEB ) et Butagaz, fournisseur de solutions multi-énergies, lancent aujourd’hui une nouvelle offre packagée « Chaudière Bois FACILIPASS ». Dans le prolongement des « Pack Chaudière » et « Pack Pompe à Chaleur », cette offre permet le financement par mensualisation sur 60 mois, de travaux d’installation et d’entretien de chaudières à granulés de bois pour les clients particuliers. Parallèlement, l’intégration de l’aide « Habiter Mieux Agilité » de l’ANAH vient compléter les différentes offres FACILIPASS, afin de favoriser les travaux de rénovation énergétique des ménages les plus modestes.

image

La CAPEB et BUTAGAZ lancent leur nouvelle offre packagée FACILIPASS Chaudière bois

La Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment ( CAPEB ) et Butagaz, fournisseur de solutions multi-énergies, lancent aujourd’hui une nouvelle offre packagée « Chaudière Bois FACILIPASS ». Dans le prolongement des « Pack Chaudière » et « Pack Pompe à Chaleur », cette offre permet le financement par mensualisation sur 60 mois, de travaux d’installation et d’entretien de chaudières à granulés de bois pour les clients particuliers. Parallèlement, l’intégration de l’aide « Habiter Mieux Agilité » de l’ANAH vient compléter les différentes offres FACILIPASS, afin de favoriser les travaux de rénovation énergétique des ménages les plus modestes.

image

Le contreplaqué multiplis et le latté

Ces deux formes de contreplaqués répondent à des utilisations variées. Le multiplis se révèle plus massif et se travaille pratiquement comme du bois massif ou du panneau de fibres tel que le MDF. On l'utilise couramment pour la réalisation de meubles ou équipements de la maison. Le panneau latté bénéficie d'une grande rigidité. Il est difficile à travailler en ameublement du fait des vides pouvant apparaître dans sa structure. En revanche, il est idéal pour la réalisation d'étagères ayant à supporter de fortes charges.

image

Baguettes électriques, profilés et goulottes d'atelier

Dans la catégorie des conduits électriques entrent également les baguettes, qui permettent la protection et le cheminement des conducteurs à âme rigide (fils pleins), de façon semi-apparente. Elles sont très utilisées en rénovation.

image

Braser, soudo-braser, souder

 La terminologie concernant l’assemblage à chaud de deux pièces métalliques n’est pas des plus claires, ce qui conduit parfois à des confusions, voire à des erreurs. Tout assemblage par voie thermique de pièces métalliques doit, en principe, être appelé soudage. S’il se fait avec l’apport d’un alliage ou celui d’un métal fusible différent de celui des pièces à assembler, on doit parler de brasage jusqu’à 400 °C, de soudo-brasage au-delà. Dans la pratique, le vocabulaire est beaucoup moins précis et révèle un certain décalage par rapport à cette terminologie. C’est ainsi qu’on parle de soudage à l’étain (ce qui implique l’apport d’un métal) aussi bien que de soudage à l’arc (obtenu sans métal d’apport, à plus de 3 000 °C), de brasage de tubes de cuivre (alors que la température nécessaire est de l’ordre de 1 000 °C) et de soudo-brasage des tubes d’acier (à une température proche de 3 000 °C).

image

Réguler le chauffage central

Toutes les pièces d’une maison ne doivent pas être chauffées à la même température. Les chambres peuvent être moins chaudes que la salle de séjour ou la salle de bains. Certaines pièces peuvent être temporairement moins chauffées. Différentes solutions sont possibles pour arriver à ce résultat.

image

Maçonnerie : les outils de frappe

En maçonnerie, il existe un grand nombre d'outils de frappe. Ils sont lourds et doivent être de bonne qualité. Vous devez être vigilants et ne pas les lâcher lorsque vous travaillez en hauteur ! On comprend ici l'intérêt du casque... 

image

Plomberie : les outils pour souder et braser

Un certain nombre de travaux de plomberie peuvent être réalisés par tous les bricoleurs avec un outillage très accessible, les matériels les plus importants (poste à souder) pouvant être facilement loués. Une certaine expérience du maniement de ces outils (du chalumeau, en particulier) est nécessaire ; il est donc indispensable de s’entraîner en commençant par de petites réalisations, notamment pour les brasures à l’étain, sur des morceaux de tube.