Cultiver les fleurs du jardin

Il est passionnant, mais surtout économique, de multiplier soi-même les plants qui fleuriront le jardin, l’intérieur ou le balcon? Selon qu’il s’agit d’annuelles, de bisannuelles, de vivaces ou de bulbeuses, les plantes demandent des soins différents, depuis le semis jusqu’à la floraison.

Un beau jardin d’agrément ne peut être conçu sans un certain nombre de variétés de fleurs. En effet, les arbres et les arbustes constituent le squelette du jardin ; les massifs et bordures fleuris lui donnent vie et couleurs. Ce terme commun de “fleurs” désigne les plantes herbacées de consistance “molle”, par opposition aux tiges lignifiées des arbres ou arbustes, et dont le caractère ornemental réside principalement dans leur floraison. En plantant des espèces dont la floraison s’échelonne sur presque toute l’année, chaque partie du jardin devient source d’intérêt à son tour.

Le cycle végétatif des plantes

Toutes ces plantes herbacées à fleurs ne possèdent pas un cycle végétatif de même durée. Il faut distinguer, suivant cette durée, trois grands groupes :
• les annuelles ;
• les bisannuelles;
• les vivaces.

Dans certaines conditions climatiques défavorables, de nombreuses annuelles sont parfois traitées soit en annuelles soit comme des bisannuelles. Chacune de ces catégories possède des exigences particulières pour accomplir son cycle végétatif. Il faut donc connaître les modes de multiplication adaptés, et respecter leur période pour les effectuer et obtenir ainsi un beau jardin fleuri.

Plantes annuelles ou de culture annuelle

Les plantes herbacées annuelles germent le plus souvent au début du printemps. Elles se développent rapidement, fleurissent durant l’été ou l’automne et montent à graine. Puis elles dépérissent et meurent dès les premiers froids. Leur cycle végétatif dure une année et ne comporte pas de période de repos.

Les plantes herbacées bisannuelles

Elles germent le plus souvent à la fin du printemps. Elles se développent durant l’été et l’automne, fleurissent l’été suivant, montent en graine puis dépérissent. Leur cycle végétatif dure donc de douze à seize mois, répartis sur deux ans, d’où leur nom de “bisannuelles”. Ce cycle comporte une période de repos hivernal. Cet arrêt de végétation les fait parfois confondre avec les plantes vivaces, mais, contrairement à ces dernières qui persistent plusieurs années, les bisannuelles meurent à la fin du second été, après leur fructification. Les plantes de ce groupe sont très appréciées pour leur floraison printanière.

Les plantes vivaces.

Contrairement aux annuelles ou aux bisannuelles, durent plusieurs années. Elles germent le plus souvent en début d’été, développent tiges et feuilles qui meurent en hiver ; elles reparaissent au printemps, fleurissent puis disparaissent l’hiver suivant et ainsi de suite pendant plusieurs années en place. Quelques plantes vivaces gardent leurs feuilles l’hiver. D’autres plantes, dites “molles”, vivaces seulement dans les pays chauds dont elles proviennent, doivent être rentrées ou protégées des gelées sous peine de voir leur souche détruite. Cela explique que certaines d’entre elles, de reproduction facile, se cultivent en annuelles (impatiens, par exemple).

Plantes bulbeuses, tubéreuses ou rhizomateuses

Les plantes de cette catégorie sont bien entendu des vivaces, mais elles méritent d’être classées à part. En effet, leur mode de multiplication diffère, puisqu’il s’effectue à l’aide de bulbes. Le terme de “bulbe” s’emploie d’une façon très générale pour qualifier un organe souterrain renflé et charnu, qui accumule les réserves nutritives nécessaires au départ de la végétation, et assure ainsi la persistance d’une année sur l’autre. Il peut s’agir de bulbes véritables (tels ceux de la jacinthe, composés d’écailles charnues imbriquées) ou de bulbes solides (par exemple ceux du glaïeul, avec une tige renflée en forme de sphère aplatie), de tubercules (comme ceux de l’orchis ou du dahlia, tiges ou racines souterraines modifiées) et de rhizomes, tiges souterraines renflées et rampantes (ceux de l’iris, notamment). La culture des plantes bulbeuses ne présente aucune difficulté. Celles à floraison printanière se plantent en automne, et celles à floraison estivale se plantent généralement au printemps.

Partager avec vos amis :

Les dernieres vidéos maison

image

PAC hybride gaz : Christian PESSEY témoigne !

Dans cette vidéo, Christian PESSEY fait le point sur la PAC hybride gaz et vous annonce notre future série de reportages consacrée à l'installation de ce système, du raccordement au gaz de ville jusqu'à sa mise en service ! 

image

Contrôler sa consommation électrique avec "Mon Pilotage Elec"

Le contrôle de la consommation électrique est plus que jamais à l'ordre du jour. Christian PESSEY et Farida RAFKANI, chef de marché chez ENGIE Particuliers , présentent le système pour rendre connecté votre chauffage : " Mon Pilotage Elec " Il vous permet de maîtriser au mieux votre consommation d'électricité et de piloter votre chauffage.

image

L'air, le meilleur des isolants

Pourquoi l'air isole-t'il ? Christian Pessey vous explique en quoi les propriétés de l'air lui confère un tel pouvoir isolant.

image

La qualité de l'air dans la maison

Il est souvent dit que l'air intérieur des maisons est très pollué. Dans cette vidéo, Christian PESSEY, avec l'aide de QUALITEL , vous explique comment identifier ces polluants et comment agir pour en réduire le nombre et donc leur impact sur la santé.

image

Accrocher dans la plaque de plâtre

Christian PESSEY et Eric BARNASSON, Responsable du Pôle marketing Produits & Systèmes chez PLACO® , vous donnent tous les conseils pour accrocher de lourdes charges dans de la plaque de plâtre, et notamment toutes les informations sur la plaque à haute résistance Habito®

Les derniers conseils maison

image

La purge des radiateurs de chauffage central

Il faut purger les radiateurs de chauffage central quand de l'air s'est introduit dans le circuit, pour différentes cause. Cela crée des poches d'air dans les radiateurs réduisant voire neutralisant leur capacité de chauffage : il faut les purger.

image

Faire des économie sur l'abonnement d'électricité

La puissance électrique souscrite est généralement supérieure à celle nécessaire, par souci de confort et pour ne pas être ennuyé par une coupure subite lorsqu’un appareil de forte puissance (souvent le soir, en plein milieu du repas) se met en marche et fait “sauter” le disjoncteur. En calculant plus précisément la puissance nécessaire et en adoptant certains dispositif, on peut faire des économie sur le coût de l'abonnement.

image

Brumisation : avantages et inconvénients

La brumisaton est incontestablement un moyen de rafraichissement extérieur très agréable : l'évaporation des fines gouttelettes d'eau sur la peau y abaisse la température et procure une sensation de fraîcheur. L'air ambiant, bien sûr, reste à la même température et l'effet s'arrête immédiatement quand la brumisation s'arrête. Ce dispositif, parfaitement contrôle sur les équipements professionnels, n'est pas sans risque sur ceux proposés au grand public. 

image

Air trop sec, air trop humide : comment y remédier

Un air trop sec (en dessous de 40 %) est aussi préjudiciable qu'un air trop humide (au-dessus de 60%), surtout lors des fortes chaleurs. Il existe des moyens d'y remédier. Un hygromètre permet de mesurer en permanence l'humidité ou la sécheresse de l'air intérieur.

image

Fuites sur robinet mélangeur

Les robinets mélangeurs à col de cygne équipent encore beaucoup de lavabos de salles de bains et d'éviers de cuisine. Leur fonctionnement est simple et les sources de problèmes faciles à résoudre. Différents joints peuvent faire "goutter" ou faire fuir le robinet.

image

Les frises décoratives en papier, intissé et vinyle expansé

Longtemps rangées au rayon des accessoires décoratifs oubliés, les frises décoratives sont redevenues à la mode en même temps que le papier peint. Il faut dire que les fabricants rivalisent d’imagination et d’originalité et que leur utilisation ne se limite plus à border le plafond comme autrefois.

image

Eau calcaire : la reconnaître et la traiter

Le calcaire est un fléau pour l’installation sanitaire de la maison : il colmate les canalisations, abîme les robinets, entartre les appareils, notamment ceux où l’eau est chauffée. Rien ne démontre cependant, à ce jour, que le tartre soit dangereux pour la santé.

image

Installations électriques à l'extérieur : des règles strictes

L'électricité à l'extérieur est indispensable pour éclairer les abords de la maison. C'est un facteur de sécurité, tant contre les intrus que pour guider les pas dans les allées. Une prise extérieure rend aussi bien des services, surtout depuis la multiplication des outils électroportatifs et tondeuses à gazon électriques. Il faut pour cela une installation réaliser dans les règles de sécurité optimale, l'humidité étant un facteur de risque plus important que dans la maison.Les risques électriques sont aggravés par l’eau, plus ou moins ruisselante et les possibilités de contact brutal avec des objets métalliques tels qu’outils de jardinage, vélos, jeux d’enfants, étendoirs, etc.

Jardiner pour valoriser la maison

Jardiner : une école de patience

Les conseils pour créer, entretenir, fleurir et arborer votre jardin et pour produire des légumes sains et naturels pendant toute l’année, grâce aux informations et aux suggestions de Christian spécialiste de la construction mais aussi du jardinage. Une connaissance de l’alternance des saisons et de leurs conséquences sur la vie des plantes est souhaitable. Le jardinage demande de la patience, mais aussi une attention permanente, par exemple dans l’arrosage des plantes, le tuteurage, mais aussi le désherbage des mauvaises herbes, aujourd’hui baptisées « plantes indésirables ». 

Jardiner en préservant la nature

Le traitement des plantes doit exclure les pesticides et privilégier des produits naturels, admissibles en agriculture biologique. On préfèrera par exemple un paillage à un désherbant.