Cultiver les fleurs du jardin

Il est passionnant, mais surtout économique, de multiplier soi-même les plants qui fleuriront le jardin, l’intérieur ou le balcon? Selon qu’il s’agit d’annuelles, de bisannuelles, de vivaces ou de bulbeuses, les plantes demandent des soins différents, depuis le semis jusqu’à la floraison.

Un beau jardin d’agrément ne peut être conçu sans un certain nombre de variétés de fleurs. En effet, les arbres et les arbustes constituent le squelette du jardin ; les massifs et bordures fleuris lui donnent vie et couleurs. Ce terme commun de “fleurs” désigne les plantes herbacées de consistance “molle”, par opposition aux tiges lignifiées des arbres ou arbustes, et dont le caractère ornemental réside principalement dans leur floraison. En plantant des espèces dont la floraison s’échelonne sur presque toute l’année, chaque partie du jardin devient source d’intérêt à son tour.

Le cycle végétatif des plantes

Toutes ces plantes herbacées à fleurs ne possèdent pas un cycle végétatif de même durée. Il faut distinguer, suivant cette durée, trois grands groupes :
• les annuelles ;
• les bisannuelles;
• les vivaces.

Dans certaines conditions climatiques défavorables, de nombreuses annuelles sont parfois traitées soit en annuelles soit comme des bisannuelles. Chacune de ces catégories possède des exigences particulières pour accomplir son cycle végétatif. Il faut donc connaître les modes de multiplication adaptés, et respecter leur période pour les effectuer et obtenir ainsi un beau jardin fleuri.

Plantes annuelles ou de culture annuelle

Les plantes herbacées annuelles germent le plus souvent au début du printemps. Elles se développent rapidement, fleurissent durant l’été ou l’automne et montent à graine. Puis elles dépérissent et meurent dès les premiers froids. Leur cycle végétatif dure une année et ne comporte pas de période de repos.

Les plantes herbacées bisannuelles

Elles germent le plus souvent à la fin du printemps. Elles se développent durant l’été et l’automne, fleurissent l’été suivant, montent en graine puis dépérissent. Leur cycle végétatif dure donc de douze à seize mois, répartis sur deux ans, d’où leur nom de “bisannuelles”. Ce cycle comporte une période de repos hivernal. Cet arrêt de végétation les fait parfois confondre avec les plantes vivaces, mais, contrairement à ces dernières qui persistent plusieurs années, les bisannuelles meurent à la fin du second été, après leur fructification. Les plantes de ce groupe sont très appréciées pour leur floraison printanière.

Les plantes vivaces.

Contrairement aux annuelles ou aux bisannuelles, durent plusieurs années. Elles germent le plus souvent en début d’été, développent tiges et feuilles qui meurent en hiver ; elles reparaissent au printemps, fleurissent puis disparaissent l’hiver suivant et ainsi de suite pendant plusieurs années en place. Quelques plantes vivaces gardent leurs feuilles l’hiver. D’autres plantes, dites “molles”, vivaces seulement dans les pays chauds dont elles proviennent, doivent être rentrées ou protégées des gelées sous peine de voir leur souche détruite. Cela explique que certaines d’entre elles, de reproduction facile, se cultivent en annuelles (impatiens, par exemple).

Plantes bulbeuses, tubéreuses ou rhizomateuses

Les plantes de cette catégorie sont bien entendu des vivaces, mais elles méritent d’être classées à part. En effet, leur mode de multiplication diffère, puisqu’il s’effectue à l’aide de bulbes. Le terme de “bulbe” s’emploie d’une façon très générale pour qualifier un organe souterrain renflé et charnu, qui accumule les réserves nutritives nécessaires au départ de la végétation, et assure ainsi la persistance d’une année sur l’autre. Il peut s’agir de bulbes véritables (tels ceux de la jacinthe, composés d’écailles charnues imbriquées) ou de bulbes solides (par exemple ceux du glaïeul, avec une tige renflée en forme de sphère aplatie), de tubercules (comme ceux de l’orchis ou du dahlia, tiges ou racines souterraines modifiées) et de rhizomes, tiges souterraines renflées et rampantes (ceux de l’iris, notamment). La culture des plantes bulbeuses ne présente aucune difficulté. Celles à floraison printanière se plantent en automne, et celles à floraison estivale se plantent généralement au printemps.

Partager avec vos amis :

Les dernieres vidéos maison

image

Quand faire remplacer sa chaudière gaz ?

Dans cette interview, Christian PESSEY et Fabien MARGUERON de ENGIE Home Services évoquent les raisons qui peuvent vous pousser à faire remplacer votre chaudière gaz mais aussi le tour des offres vous permettant son remplacement.

image

Quand faut-il remplacer son poêle à bois ?

Avec Gilles MATRULLO du label flamme verte , Christian Pessey fait le tour des raisons qui peuvent vous pousser à faire remplacer votre poêle à bois. Certes la raison esthétique prime souvent, mais les performances et les économies sont également au rendez-vous.

image

Qu'est-ce que la laine de roche ?

Dans cette interview, christian PESSEY interroge Frédéric-Jérôme Cardona, responsable Développement chez ROCKWOOL sur les propriétés isolantes de la laine de roche ! 

image

La laine de verre, qu'est-ce que c'est ?

Dans cette interview, Christian PESSEY et Florence GAUVIN, expert isolation chez ISOVER vous expliquent ce qu'est la laine de verre et font le tour des priorités d'isolation dans la maison.

image

Pourquoi choisir la laine de verre ?

Dans cette interview, Christian PESSEY et Florence GAUVIN, expert isolation chez ISOVER , font le point sur les qualités de la laine de verre et expliquent en quoi elle constitue un très bon isolant. 

Les derniers conseils maison

image

Le chauffage solaire : comment ça marche?

Le solaire photovoltaïque est beaucoup moins connu que le solaire photovoltaïque, qui permet de produire de l’électricité gratuitement : il permet de chauffer l’eau sanitaire et d'assurer le chauffage de la maison. Les déconvenues du chauffe-eau solaire y sont sans doute pour beaucoup bien que le système soit particulièrement intéressant.

image

La sécurité électrique de votre logement

On sait l’importance de la qualité d’une installation électrique mais vous me demandez souvent ce que c’est qu’une installation « aux normes » ? Je réponds régulièrement que seule une installation neuve, ou le jour de la réception d’un logement est véritablement « aux normes » et qu’elle peut très bien ne plus l’être dans les jours ou les semaines qui suivent du fait d’un changement de la réglementation. La question importante n’est donc pas de la conformité avec la norme, la fameuse NF C 15-100, qui régit les installations domestiques, mais de savoir si une installation répond aux standards de sécurité auxquels on est en droit de s’attendre. En clair est-ce que notre installation est sûre ?

image

Le thermostat d'ambiance : indispensable pour beaucoup de chauffages

Petit rappel sur ce qu’est un thermostat c’est un petit équipement qui met en route ou interrompt le fonctionnement d’un appareil électrique, notamment de chauffage, en fonction de la température. Tous les radiateurs en ont, et même le four de votre cuisine. Les chaudières, quel que soit leur type et leur énergie en ont un.

image

Chauffage : comment l'entretenir

L'entretien du chauffage est une nécessité, surtout après un été très chaud et un automne assez clément: la perspective d’un hiver froid est à prendre en compte. Quel que soit votre système de chauffage, il faut l’entretenir. 

Abandon de chantier : que faire?

L'entreprise ne termine pas les travaux d'extension de mon garage commencés en octobre 2019 : il reste a faire plomberie, électricité, gouttières, mezzanine, porte du garage, enduit extérieure... Je n'ai pas de nouvelles du courtier de travaux ; je suis inquiet. Quels recours puis-je avoir ?  Bernard

image

Pourquoi choisir la laine de verre ?

Dans cette interview, Christian PESSEY et Florence GAUVIN, expert isolation chez ISOVER , font le point sur les qualités de la laine de verre et expliquent en quoi elle constitue un très bon isolant. 

image

Maprimerenov : le barème des aides par travaux

Le dispositif MAPRIMERENOV est désormais en place. Le barème d'accès aux aides est formulé sous la forme de 4 catégories pour les particuliers et une 5e pour les copropriétés. Cela va du bleu (pour les foyers les plus modestes, au jaune, violet et rose en montant dans l'échelle des revenus.  Restait à connaître le montant des aides pour les différents travaux et équipements pour les différentes "couleurs" de revenu. Vous les trouverez dans cet article.

image

MAPRIMERENOV : LE BARÈME POUR BÉNÉFICIER DES AIDES

Jusqu’à présent réservée aux propriétaires occupants aux revenus modestes,   MaPrimeRénov' est désormais ouverte à l'ensemble des propriétaires depuis le 1 er  octobre 2020, et ce quels que soient vos revenus, que vous occupiez votre logement ou que vous le mettiez en location. MaPrimeRénov' est aussi accessible aux copropriétés pour les travaux dans les parties communes.