Installation électrique : les prises et les interrupteurs

Les prises permettent le raccordement et l'alimentation des appareils électriques mobiles par l'intermédiaire d'une fiche et d'un fil de liaison. Les interrupteurs, eux, permettent de laisser passer ou au contraire d'interrompre le passage du courant. 

Les prises électriques

Il s’agit de dispositifs permettant le raccordement sur un circuit électrique et donc, comme leur nom l’indique, la "prise" d’une certaine quantité d’électricité nécessaire au fonctionnement d’un matériel mobile (éclairage, chauffage, moteur, etc.). Une prise se compose donc de deux éléments. L’un fixe, relié directement au circuit de l’installation : le socle ; l’autre mobile, pouvant être raccordé et débranché du socle à volonté : la fiche. Cette distinction doit être parfaitement établie pour éviter toute confusion.
Une prise est normalement conçue pour le raccordement d’une seule fiche. Les barrettes ou “prises multiples”, qui permettent de brancher beaucoup de fiches de raccordement sont à utiliser avec discernement, car elles risquent d’aboutir à une surcharge du circuit pouvant entraîner une disjonction. Il ne faut surtout pas les utiliser en cascade (plusieurs barrettes successives branchées sur la même prise).

La norme NF C 15-100 prévoit :
- 5 prises de courant pour un circuit alimenté en 1,5 mm² et protégé par un disjoncteur de 16 A ;
- 8 
prises de courant pour un circuit alimenté en 2,5 mm² et protégé par un disjoncteur de 20 A.

Les prolongateurs doivent bénéficier d’une protection continue, sans aucun raccordement sur le parcours du câble ; en clair, un prolongateur coupé accidentellement ne peut être réparé par aucun moyen.  Il est seulement possible de le raccourcir.

Les socles de prise électrique

Ils se composent d’un boîtier destiné à être fixé au mur, soit de manière apparente, soit de façon encastrée, soit intégré à une plinthe ou à une goulotte. Ce boîtier a pour fonction de protéger et de maintenir le dispositif de raccordement au circuit constitué d’alvéoles métalliques. Ces dernières sont conçues pour recevoir les broches des fiches. Elles sont reliées en permanence au conducteur par des blocs métalliques à vis de blocage dont la structure rappelle celle des dés de raccordement. Il existe des matériels à raccordement rapide.

Il existe une gamme très étendue de socles de prise qui correspond à l’utilisation qui doit être faite du circuit en fonction du matériel à alimenter. La taille des alvéoles, notamment, est fonction de l’ampérage du circuit, et, surtout, du matériel à alimenter. 

Il est à noter que les socles de toutes les prises doivent intégrer un dispositif de raccordement au conducteur de protection (terre). Pour les prises de faible ampérage (10/16 A), le socle possède une broche ; pour les autres (20/32 A), le socle est doté d’une alvéole rectangulaire.

Les fiches électriques

Elles sont destinées à raccorder les conducteurs souples, alimentant un matériel consommateur de courant, aux conducteurs fixes de l’installation. Elles se composent toutes d’un certain nombre de broches correspondant à celui des conducteurs à alimenter (plus, dans certains cas, une broche ou une alvéole pour le conducteur de protection terre), ainsi que d’un corps isolant permettant leur maniement et garantissant, de ce fait, la continuité de l’isolation. À l'intérieur du corps de la fiche, le raccordement aux conducteurs souples se fait, comme dans le socle, par l’intermédiaire de blocs métalliques à vis de blocage, soit par des connecteurs rapides.

Les interrupteurs électriques

Pour les appareils raccordés en permanence à l’installation, tels que les éclairages fixes, les appareils consommateurs installés à demeure (éléments de chauffage, chauffe-eau, etc.), il est nécessaire de disposer, sur le circuit, un dispositif de commande permettant d’ouvrir ou de fermer le circuit à volonté : c’est l’interrupteur. Le commutateur n’est rien d’autre qu’un interrupteur spécialisé permettant, par le biais d’une installation particulière (va-et-vient), de commander un circuit depuis deux points différents.
Un interrupteur peut être défini comme un appareil permettant d’interrompre un circuit en coupant, momentanément, le courant sur l’un des conducteurs. Pour ce faire, l’interrupteur comporte deux bornes reliées par un dispositif métallique mobile, qui les met ou non en contact sous l’action d’un bouton.

Les interrupteurs fixes

Faisant partie de l’installation, ils sont fixés dans des boîtiers apparents ou encastrés.
Si le principe de fonctionnement est resté le même depuis les débuts de l’électricité, la forme des interrupteurs et leur mode de fonctionnement ont beaucoup évolué. On est ainsi passé de l’interrupteur rotatif à oreille en porcelaine à l’interrupteur à bascule rond, à capot métallique et bouton en forme de boule, qui a évolué vers le modèle rectangulaire ou carré moderne, à bouton plat basculant ou à poussoir. Ce type d’interrupteur peut être soit encastré, soit posé de façon apparente, en applique.
La technique moderne a permis de faire encore évoluer ce matériel, d’où un certain nombre de modèles très sophistiqués :
interrupteur variateur permettant de moduler l’intensité du courant (et donc de la lumière) ;
– interrupteur programmable, ou temporisé (matériel dérivé de la minuterie traditionnelle) ;
– interrupteur connecté pouvant être commandé  à distance ;
–interrupteur crépusculaire, etc.

Quant au commutateur, il tend à disparaître au profit du télérupteur, interrupteur intégrant un électro-aimant commandé à distance par une série d’interrupteurs séquentiels de type bouton de sonnette. Dans ce genre d’appareil, le circuit est en permanence coupé, le contact n’étant établi que lorsqu’on appuie sur le bouton.

Les interrupteurs de fils souples

Ils permettent d’interrompre, sur un fil méplat souple, l’alimentation d’un appareil, sans qu’il soit besoin de débrancher à chaque fois la fiche du socle de prise. Les formes sont variées : olive à bouton traversant ou bascule, pédale, etc.

 

 

 

 

 

 

 

Partager avec vos amis :


Cet article peut vous intéresser :

image

Les principes d'une installation électrique

La vocation d’une installation est d’alimenter des appareils fixes ou des points d’alimentation (prises) pour des appareils mobiles. Pour cela, un certain nombre de conducteurs partent du tableau de répartition, situé après le compteur. Ils permettent de répartir le courant mis ainsi à disposition par le distributeur d'énergie.

Les dernieres vidéos maison

image

L'air, le meilleur des isolants

Pourquoi l'air isole-t'il ? Christian Pessey vous explique en quoi les propriétés de l'air lui confère un tel pouvoir isolant.

image

La qualité de l'air dans la maison

Il est souvent dit que l'air intérieur des maisons est très pollué. Dans cette vidéo, Christian PESSEY, avec l'aide de QUALITEL , vous explique comment identifier ces polluants et comment agir pour en réduire le nombre et donc leur impact sur la santé.

image

Accrocher dans la plaque de plâtre

Christian PESSEY et Eric BARNASSON, Responsable du Pôle marketing Produits & Systèmes chez PLACO® , vous donnent tous les conseils pour accrocher de lourdes charges dans de la plaque de plâtre, et notamment toutes les informations sur la plaque à haute résistance Habito®

Les derniers conseils maison

image

Faire un forage soi-même dans son jardin : taper un puits

Autrefois, chaque jardin avait son puits, qui permettait son arrosage en toutes saisons (ou presque) et souvent l'alimentation en eau de la maison. La nappe phréatique se trouvant généralement à quelques mètres sous le niveau du sol, il était possible de récupérer l'eau avec un seau ou avec une pompe de surface. Les puits ont souvent été bouchés. Il existe une solution simple pour aller chercher l'eau, sans forage important: il est possible de "taper" un puits chez soi, sans grand équipement.  

image

Le lait de chaux : c'est quoi? ça sert à quoi?

Le lait de chaux est l'un des produits les plus anciens pour peindre et assainir les granges, les écuries et les bergeries. De là à en faire une peinture décorative , il n'y avait qu'un pas. Le produit a séduit les décorateurs mais aussi tous ceux et celles qui l'apprécient pour ses nombreuses qualités, notamment naturelles.

image

Chauffage au bois : faut-il tuber votre conduit de cheminée?

Les matériels de chauffage au bois bûche (poêles, inserts, foyers fermés voire chaudière) ou au granulés (pellets) étant de plus en plus  performants, leurs fumées sont aussi de plus en plus chaudes, ce que certains vieux conduits ne peuvent supporter. Il faut donc les tuber : une opération assez simple mais qui doit néanmoins être confiée à un professionnel.

image

Le seul podcast sur la maison !

La Maison de Christian : retrouvez tous les podcasts ! Près de 40 émissions LA MAISON DE CHRISTIAN ont été produites et diffusées sur notre site . Mais vos pouvez aussi vous abonner pour les recevoir en PODCAST dès leur mise en ligne. N'hésitez pas à en faire profiter votre entourage et vos amis : : https://soundcloud.com/reno-info-maison

image

Installer un store à enrouleur

La gamme des stores à enrouleur est très vaste, on en trouve de toutes sortes et de toutes dimensions. Ils présentent l'avantage de la discrétion puisqu'une fois enroulés, ils libèrent la totalité de la baie. Ils sont aussi très économiques. Ils peuvent être tamisants ou plus ou moins occultants, blancs ou de différentes couleurs. Il en existe aussi pour fenêtres de toit .

image

Les Français et la rénovation énergétique: baromètre Monexpert-renovation-energie

Le 7ème baromètre 2021 Monexpert-renovation-energie.fr réalisé avec OpinionWay montre que la rénovation énergétique est une préoccupation de plus en plus forte pour les Français, convaincus massivement que l’enjeu doit s’inscrire dans le programme des candidats à la présidentielle. Malgré ce fort intérêt, les Français restent perdus devant la complexité du fléchage des aides et disposent d’un budget en baisse par rapport à 2020 pour financer les travaux dans leur logement. Pour faciliter leurs démarches, ils plébiscitent l’accompagnement à travers un prestataire unique et, en prérequis, l’audit énergétique de leur logement.

image

Faire entretenir sa chaudière avant l'hiver

Toutes les chaudières doivent être entretenue un fois par an, par une entreprise qualifiée qui vous remettra une attestation dans les 15 jours de l’intervention, à conserver 2 ans. Si vous êtes locataire, regardez votre bail : dans certains cas, cette obligation revient au propriétaire. Si ce n’est pas le cas, c’est à vous de faire faire l’ entretien et vous devrez produire cette attestation au bailleur.  

image

Alimentation électrique d'un lave-linge dans une salle d'eau

L'installation d'un lave-linge pose souvent un réel problème dans les immeubles relativement ancien. S'ils sont la plupart du temps conçu pour recevoir un lave-vaisselle dans la cuisine, rien n'est généralement prévu pour le lave-linge, qu'on retrouve souvent de ce fait dans la salle de bains, la salle de douche ou le cabinet de toilette. Si l'alimentation et l'évacuation ne présente pas de difficulté du fait de la présence des appareils sanitaire, l'alimentation électrique doit généralement être créée dans le le respect des règles de sécurité liées à cet endroit spécifique.

Une installation électrique sûre et confortable

La sécurité électrique

L’installation électrique d’une maison doit assurer la sécurité et le confort du logement en conformité avec la norme NF-C 15-100 en vigueur.  Conducteurs électriques, gaines électriques, interrupteurs et prises de courant, tableau de répartition, disjoncteurs et coupe-circuits, prise de terre doivent y être installés dans les règles de l’art, à partir d’un tableau d’abonné constitué d’un nombre suffisant de coupe-circuits et de disjoncteurs. 

Une maison bien éclairée

La qualité de l’installation électrique est essentielle pour garantir un bon éclairage des pièces de la maison, mais aussi le bon fonctionnement du chauffage, de la climatisation, de la ventilation et la production de l’eau sanitaire dans le logement.