Isoler une toiture avec de laine de verre ou de la laine de roche

La toiture est à la fois la partie de la maison où la chaleur s’échappe le plus facilement et celle dont l’isolation est la plus simple et la moins onéreuse. Il existe, en effet, une large gamme de produits répondant à tous les cas de figure. Il s’agit, en général, de produits dont le prix garantit un amortissement rapide. Les isolants minéraux, laine de verre et laine de roche,  sont les plus utilisés.

La laine de verre, la laine de roche

Ces deux matériaux très proches sont largement utilisés pour l’isolation des sous-toitures. Il s’agit d’un enchevêtrement de fibres minérales présenté sous forme de rouleaux avec ou sans support papier, ou sous forme de panneaux à caractère semi-rigide. La laine de verre provient principalement de la fusion de verre recyclé, la laine de roche de celle de sables siliceux. 

La laine minérale en rouleau

Elle est revêtue, sur une face, d’une feuille de papier kraft ou d’aluminium lui servant de support et constituant un pare-vapeur. Celui-ci déborde parfois légèrement de part et d’autre de la bande de laine de verre, constituant deux languettes parallèles permettant son agrafage sur les chevrons de la couverture.
Il existe aussi des bandes de laine de verre sans pare-vapeur (on parle alors de feutre “nu”) destinées à constituer une sous-couche isolante. Les cotes des bandes de laine de verre sont standardisées, les épaisseurs les plus courantes étant 45, 60, 80, 90, 100 et 120 mm (cette dernière étant aujourd’hui la plus utilisée), mais elle peut atteindre jusqu'à 240 mm.

La laine minérale en panneau

Elle est de structure identique à celle disponible en rouleau, mais elle est présentée en panneau semi-rigide, l’une des faces étant couverte d’un voile rigidifiant a base de polyester.
Les panneaux sont soit bruts, soit revêtus sur une face d’un papier kraft ou aluminium servant de pare-vapeur. Le jointoiement entre les panneaux est assuré à l’aide de bandes spéciales autocollantes.

La classification des produits

La détermination des besoins d’isolation d’une maison se fait à partir de trois coefficients :
• le coefficient de conductivité (λ, lambda) du matériau de construction.
• le coefficient de résistance thermique (R) du matériau.
• le coefficient de transmission surfacique (K) du matériau.
Plus le lambda est faible, et plus le matériau est isolant. À l'inverse, plus le R est important et plus l'isolation est importante. 
L’épaisseur de l’isolation s’obtient en multipliant la résistance thermique par la conductivité thermique

La certification de l'efficacité des isolants est délivrée par l'association ACERMI.

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Isoler la toiture par l'intérieur

La mise en œuvre de l’isolant diffère selon la présentation de l’isolant lui-même, mais également selon le support contre lequel il est appliqué. La tendance est à la pose de panneaux semi-rigides par calage sous profilés métalliques (fourrures), mais l'isolation par l'extérieur gagne du terrain.

image

Les zones à isoler dans une maison

Isoler sa maison a pour but d’en améliorer le confort et de réduire les frais de chauffage. Les dépenses engendrées par les travaux d’isolation sont rapidement compensées, d'autant qu'ils bénéficient de soutiens financiers important de la part de l'États, des régions et divers acteurs locaux.

Les dernieres vidéos maison

image

Les aides pour le chauffage au bois

Saviez-vous que vous que le  # chauffage  au  # bois  bénéficiait d'aides telles que le  # CITE  ? Le point avec le label  Flamme Verte  et  Christian Pessey  !

Les derniers conseils maison

image

Faire du plâtre

Du fait de son temps de prise très bref, le plâtre est plus difficile à gâcher que le ciment ou la chaux. De plus, il suffit d’un rien (malaxage irrégulier, complément d’eau, etc.) pour faire “mourir” le plâtre qui, une fois mis en œuvre, ne prendra pas ou se révélera sans résistance. Le gâchage et l’application du plâtre sous forme d’enduit constituent de véritables spécialités.

image

La vermiculite (mica expansé) :

La vermiculite est adaptée à l'isolation du sol des combles : la méthode d’épandage des isolants en vrac est évidemment assez simple ; un minimum de méthode et un certain nombre de précautions sont cependant nécessaires pour obtenir de bons résultats.

image

Le bois : appellations

 Il n’est pas toujours facile de trouver du bois massif. Les revendeurs spécialisés ou les grandes surfaces se limitent souvent à la vente de dérivés (panneaux de particules ou de contreplaqué) et de bois blanc (sapin) pour les barres et les moulures. Pour commander du bois, il faut en connaître les différentes appellations.

image

Le matériel de peinture

Technique ancienne et restant très largement artisanale, la peinture fait appel à des outils classiques – les brosses, en particulier – dans des gammes importantes pour répondre à de multiples cas de figure.  

image

Poser un revêtement vinyle (PVC) en lé

Héritiers du traditionnel linoléum – toujours fabriqué –, les revêtements plastiques en lés occupent aujourd’hui une place prépondérante dans l’univers des revêtements de sol. Leur pose est simple à condition d'être précédée d'une bonne préparation.

image

Construire un mur en béton banché

Le béton peut servir à construire des murs ou des cloisons d'une grande solidité. C'est ainsi que sont construits nombre d'immeubles collectifs, mais aussi certaines maisons individuelles. Cette technique peut aussi être utilisée pour l'édification de mur de soutènement très solides.