Les zones à isoler dans une maison

Isoler sa maison a pour but d’en améliorer le confort et de réduire les frais de chauffage. Les dépenses engendrées par les travaux d’isolation sont rapidement compensées, d'autant qu'ils bénéficient de soutiens financiers important de la part de l'États, des régions et divers acteurs locaux.

Les principes de base

La pratique systématique de l’isolation remonte au début des années 1970, au lendemain du premier choc pétrolier. Obligatoire en construction neuve, elle concerne aussi largement la rénovation. L’isolation a pour but de limiter les déperditions de chaleur, mais aussi d’empêcher le froid d’entrer. Les photographies prises à l’infrarouge montrent les zones principales par lesquelles la chaleur s’échappe d’une maison : toiture, surfaces vitrées, portes, parois, planchers, etc. Les travaux d’isolation vous permettront, en outre, de procéder à l’amélioration et, éventuellement, à la réfection des éléments de la construction.

Le zones à isoler

Les deux faces d’un mur, d’un sol ou d’un pan de toiture sont soumises à des températures différentes. Les matériaux de construction, conductibles de la chaleur, sont à l’origine de la fuite des calories, quand la température extérieure est plus basse. C’est ce que l’on appelle la transmission de chaleur par conduction. La capacité d’un isolant à résister à ce phénomène est donnée par le coefficient λ (lambda). Les fuites de chaleur se produisent également à la jonction des éléments de maçonnerie (murs, sol, toiture) et de celle des composants telles que les portes ou les fenêtres. On parle ponts thermiques, qui sont autant de zone de déperdition de chaleur.

Les principales zones de déperdition sont :
• la toiture (30 %)
• les murs (20%)
• les portes et fenêtres (15%)
• Les planchers bas (10%) 
• la ventilation (20%)
• les ponts thermiques (5%)

Les priorités

Comme l’air chaud monte, s’il n’est pas contenu, il tend à s’échapper par la toiture. Ce mouvement de l’air chaud peut donc entraîner une perte considérable de calories si un barrage thermique n’est pas mis en place au niveau de la toiture ou du plancher du grenier. L'isolation de la couverture est donc une priorité. La seconde priorité est l'isolation des murs, avec en complémentarité celle des fenêtres, par installation de menuiseries isolantes.

Les techniques d'isolation

• Le soufflage d'isolant en vrac dans les combles perdus se fait très facilement et à peu de frais, par soufflage de flocon d'isolant directement sur le sol de ceux-ci. Une couche de 35 cm permet d'obtenir une excellente isolation.
• Le déroulage de laine minérale ou végétale sur le sol de combles aménageables mais non utilisés, ou de combles perdus est une bonne solution également. 
• L'isolation de la couverture peut se faire par l'intérieur, par fixation de l'isolant aux chevronnage, mais aussi par l'extérieur (sarking) à l'occasion d'une réfection de la toiture.
• L'isolation  des murs peut se faire par l'intérieur (ITI), par ajout d'un isolant collé ou placé derrière une ossature, ou par l'extérieur (ITE) par le placage en façade de différents isolants, sous bardage ou sous enduit rapporté.
• L'isolation des planchers bas est facile à réaliser en présence d'un sous-sol ou d'un vide sanitaire, par agrafage d'un isolant en sous-face (ou par projection).
• Le remplacement des fenêtres constitue le complément logique des différents travaux d'isolation.
• L'adoption d'une ventilation mécanique contrôlée double-flux règle la question des fuites de calories par manque d'étanchéité à l'air, celle-ci étant obtenue par une membrane à l'occasion de l'isolation des combles ou de la couverture, et des murs et fenêtres.

Les zones climatiques

Les besoins en isolation ne sont pas les mêmes à Nancy et à Menton. En France, on distingue sept zones de températures et trois zones climatiques : le climat doux, qui correspond aux bordures océaniques et méditerranéennes ; le climat moyen, qui règne sur la plus grande partie du territoire ; le climat rude, qui concerne les régions montagneuses et les plaines sous influence continentale.

Les primes et les avantages fiscaux

Les travaux ayant pour but des économies d’énergie peuvent faire bénéficier, dans certaines conditions, de déductions d’impôts, de subventions ou de prêts à taux zéro. Ces dispositions variant au gré des politiques gouvernementales et des lois de finance. Il est bon de se renseigner auprès de l’ADEME (Agence pour la maîtrise de l’énergie), qui vous fournira toutes les informations actualisées.

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Calfeutrer les fenêtres et les portes

Une bonne partie des déperditions de chaleur est due au mauvais état des ouvertures et notamment des portes d'entrée. Cela est vrai, en particulier, dans les habitations anciennes, où le bois des fenêtres et des portes est en mauvais état ou a joué. À défaut de pouvoir les remplacer, il est nécessaire de les calfeutrer.

image

Isoler un mur intérieur ou une cloison

L'isolation intérieure des parois présente l'avantage de la simplicité des travaux, mais l'inconvénient de prendre de la place en surface et de devoir refaire la décoration intérieure. Les isolants sont soit collés directement sur le mur à isoler, soit intégrés à des doublages avec ossatures métalliques.

image

Isoler la toiture par l'intérieur

La mise en œuvre de l’isolant diffère selon la présentation de l’isolant lui-même, mais également selon le support contre lequel il est appliqué. La tendance est à la pose de panneaux semi-rigides par calage sous profilés métalliques (fourrures), mais l'isolation par l'extérieur gagne du terrain.

Les dernieres vidéos maison

image

Installer une pompe à chaleur en conservant sa chaudière : la PAC hybride

La pompe à chaleur peut remplacer une vieille chaudière. Il est possible aussi de combiner une PAC avec l'énergie initialement utilisée (gaz ou fioul) : on parle alors de "pompe à chaleur hybride". Comment ça marche? Est-ce intéressant économiquement? Peut-on bénéficier d'aides comme le CITE? Valérie LAPLAGNE, vice-présidente de l' AFPAC (Association Française pour les Pompes à Chaleur), répond aux questions de Christian PESSEY, journaliste de la construction, en charge de l'émission VOTRE MAISON sur RMC. 

image

Bien apprécier la lumière dans les combles

Modélisez rapidement vos combles et imaginez les possibilités d'aménagement pour créer de nouveaux espaces de vie depuis votre smartphone. L'application gratuite My Daylight vous révèle les bénéfices de l'éclairage naturel. Obtenez facilement des pièces plus grandes et plus confortables à vivre. Catherine JUILLARD, Responsable Prescription Lumière et Thomas BERGE, Chef de Produit Digital, tous deux chez VELUX®, répondent aux questions de Christian PESSEY, Journaliste de la Construction, en charge de l'émission VOTRE MAISON sur RMC. 

image

Quels travaux entreprendre à l'arrivée du printemps?

Les jours rallongent et les températures sont plus clémentes : le printemps constitue une belle opportunité d’entreprendre des travaux de rénovation à la maison. Quels que soient les travaux entrepris, la luminosité, l’ouverture sur l’extérieur et le renouvellement de l’air intérieur sont des éléments clés à considérer pour gagner en qualité de vie. De simples ajustements aux projets de rénovation permettront de prioriser ces éléments pour une maison confortable et agréable à vivre pour tous les membres de la famille. Prisca Pellerin, architecte et designer d'intérieur donne des conseils.

image

Le remplacement des fenêtres et le crédit d'impôt (CITE) en 2019

Le remplacement des fenêtres est réintroduit dans le périmètre du Crédit d'Impôt Transition Énergétique en 2019. Mais dans des conditions si restrictives que le bénéfice en est très limité. La conversion en prime pour les ménages défavorisés n'interviendra qu'en 2020. 

image

Réparer les WC

La réparation des WC passe très souvent par le remplacement du robinet flotteur. Tuto pour tout vous expliquer

Les derniers conseils maison

image

Mortier et béton : les agrégats (granulats : sable, gravier, etc.)

Également appelés “granulats”, les agrégats constituent pour ainsi dire la charpente des mortiers et des bétons. Le mot désigne tous les éléments qui peuvent être assemblés par un liant. En maçonnerie, il s’agit essentiellement de sable et de gravillons, mais aussi, dans une certaine mesure, de cailloux et de pierres de faible grosseur. Un mélange de liant, de sable et d'eau donne du mortier . En ajoutant au mélange des graviers, des cailloux, des morceaux de pierre on obtient du béton.

image

Les maladies et les traitements du bois

Omniprésent dans la construction et dans l'aménagement intérieur des maison, le bois est issu d’un végétal : l'arbre. À ce titre, il est vulnérable aux effets de l’humidité, qui favorisent le développement des moisissures, de champignons, ainsi qu’à celles des insectes et de leurs larves et de parasites divers. 

image

Déboucher les canalisations

Les eaux usées des appareils sanitaires (évier, lavabo, baignoire, douche) entraînent des déchets solides qui s’accumulent dans les siphons, au niveau des coudes ou des manchons de prolongation, et qui, au bout d'un certain temps, bouchent la canalisation d’évacuation. Le mal peut être bénin et le débouchage réalisé rapidement ; mais si la pente des canalisations d’évacuation est faible, si celles-ci sont anciennes et mal entretenues, il peut y avoir entartrage et encrassement importants sur une grande longueur de tuyau. Dans ce cas, il faut résoudre le problème en utilisant des appareils puissants, surtout lorsqu’il n’y a pas de regard sur les canalisations permettant une intervention au point précis du bouchon.

image

Béton armé

Lorsqu’on veut réaliser un ouvrage en béton (piliers, poteaux, poutres, linteaux, dalles) ayant une bonne résistance à la traction et à la flexion (par exemple un linteau, une dalle autoporteuse, chaînage en sommet de murs porteurs, etc.), il faut le "ferrailler" pour que la pièce ne casse pas. On utilise des fers (tiges d'acier) ronds, lisses ou tréfilés, de différents diamètres,  qu’il faut noyer dans le béton.

image

Parpaings en béton et blocs de béton cellulaire

Pendant longtemps la pierre et la brique ont été les seuls éléments pour construire “en dur”. Les parpaings de béton et plus récemment les blocs de béton cellulaire ont facilité considérablement les techniques de construction. Si les premiers constituent aujourd'hui le matériau de construction le plus utilisé, les second restent confidentiels en France alors qu'ils sont très utilisés et Europe du Nord.

image

Le chauffage électrique par le sol

L’idée de placer des résistances ou des câbles chauffant dans le sol n’est pas nouvelle, mais sa mise en œuvre est récente. Des fabricants développent même aujourd’hui des solutions intéressantes permettant de constituer des systèmes de confort – plus que de vrais chauffages – dans le sol au cours d’une rénovation.

image

Le chauffage électrique par le sol

L’idée de placer des résistances ou des câbles chauffant dans le sol n’est pas nouvelle, mais sa mise en œuvre est récente. Des fabricants développent même aujourd’hui des solutions intéressantes permettant de constituer des systèmes de confort – plus que de vrais chauffages – dans le sol au cours d’une rénovation.

image

Installer une pompe à chaleur en conservant sa chaudière : la PAC hybride

La pompe à chaleur peut remplacer une vieille chaudière. Il est possible aussi de combiner une PAC avec l'énergie initialement utilisée (gaz ou fioul) : on parle alors de "pompe à chaleur hybride". Comment ça marche? Est-ce intéressant économiquement? Peut-on bénéficier d'aides comme le CITE? Valérie LAPLAGNE, vice-présidente de l' AFPAC (Association Française pour les Pompes à Chaleur), répond aux questions de Christian PESSEY, journaliste de la construction, en charge de l'émission VOTRE MAISON sur RMC.