La qualité de l'eau du robinet : calcaires, polluants, traitements

La qualité gustative et sanitaire de l’eau du robinet est devenue une réelle préoccupation. S’y ajoute le souci de disposer d’une eau qui ne risque pas de détériorer certains appareils de l’installation sanitaire par encrassement ou colmatage par le calcaire.

Calcaire, micro-polluants, bactéries, pesticides et herbicides, nitrates, plomb... Tous ces composants peuvent se retrouver dans l'eau du robinet. Les identifier permet de mieux les éliminer. 

La calcaire dans l'eau du robinet

Tout le monde connaît les conséquences d’une eau trop calcaire (c'est-à-dire trop chargée en carbonate de calcium) pour l’installation sanitaire et, en particulier, pour certains appareils faisant appel à des résistances tels que chauffe-eau et machines à laver. L’excès de calcaire est aussi redoutable pour les robinets modernes (mitigeurs thermostatiques) dont elles encrassent les boisseaux, mais sans effet sur la santé.

Identifier le calcaire dans l'eau du robinet

Par définition, le calcaire dissout dans l’eau est invisible. Vous en relèverez cependant les traces facilement, par exemple aux dépôts blancs qui s’accumulent dans une casserole où vous faites régulièrement chauffer ou bouillir de l’eau. Un simple examen visuel de la résistance du lave-vaisselle vous permettra aussi de vous faire une idée de la qualité physique de l’eau.

La dureté de l'eau du robinet

Elle est directement liée à la quantité de calcaire dissout dans l’eau, qui se dépose sous la forme de tartre, une couche épaisse et dure s'apparentant à de la roche.

  • Le TH (titre hydrotimétrique) est l’unité de mesure permettant d’apprécier la teneur de l’eau en calcaire : 1 TH correspond à 10 g de calcaire par litre d’eau, sachant qu’une valeur de 7 à 15 ° TH est optimale sur le plan sanitaire – l’absence totale de calcaire n’étant pas une bonne chose –, et sans risques pour les équipements. On parle aussi de "degré français".
  • Le tartre est un dépôt qui se forme sur les résistances et à l’intérieur des canalisations par combinaison du calcium avec l’hydrocarbonate qui se trouve dans l’eau de façon naturelle.

Attention : il faut noter qu'une eau trop douce peut se révéler agressive pour les soudures et peut entraîner des micro-fuites!

Les polluants  potentiels dans l'eau du robinet

Les problèmes sanitaires constituent aujourd’hui une préoccupation importante du consommateur qui, à raison d’un sur trois, ne fait plus confiance à l’eau du robinet et se tourne vers l’eau en bouteilles, ordinaire (dite "de source)  ou “minérale”. Un certain nombre d’éléments pathogènes pouvant être véhiculés par l’eau du robinet justifient ces craintes, sans fondement, pourtant, au regard du traitement subi par l'eau du robinet, qui est particulièrement surveillée et donc toujours potable.

  • Les micropolluants visibles à l’œil nu : ils colorent l’eau jusqu’à la rendre “chocolat”. Ce sont des boues, de la rouille, des algues, des hydrocarbures révélant le plus souvent des réseaux ou des installations vétustes. Ils seront éliminés par un filtrage efficace.
  • Les bactéries proviennent de contaminations accidentelles du système d’adduction d’eau potable (débordement de centrales d’épuration lors de gros orages ou de crues, fuites d’égouts, rejets non sécurisés ou fosses septiques défaillantes près de canalisations d’alimentation non étanches, rejets d’élevages intensifs, etc.) Quand les services des eaux détectent ce genre d’anomalies, ils suspendent la distribution et ils augmentent le taux de produit désinfectant à base de chlore rendant l’eau potable mais très dépréciée sur le plan gustatif.
  • Les pesticides et les herbicides résultant de l’agriculture intensive se retrouvent aujourd’hui en quantité dans les nappes phréatiques. Les pesticides sont recherchés au niveau des ressources en eau utilisées pour la production d’eau potable et à la sortie des installations de production d’eau potable.
  • Les nitrates sont dangereux à partir de 50 mg/l (le taux maximal conseillé par l’OMS étant de 15 mg/l pour les femmes enceintes et de 10 mg/l pour les nourrissons). Ils infestent de nombreuses régions françaises, notamment celles de l’Ouest.
  • Le plomb est devenu une grave menace du fait du vieillissement des installations sanitaires domestiques en plomb (aujourd’hui totalement interdit). Un traitement doit être appliqué si la teneur en plomb dans l'eau dépasse 10 microgrammes par litre. Il faut surtout entreprendre la rénovation des installations qui doivent impérativement être refaites en cuivre, en acier, en PER ou en multicouche.

Solutions de traitement de l'eau du robinet

L’adoucissement de l'eau du robinet

C'est la réponse apportée à la dureté excessive de l’eau : une résine contenue dans un appareil retient le calcaire qui se trouve dans l’eau ; quand la résine est saturée, elle est régénérée par des sels spéciaux. Aucun des systèmes dits "électroniques" ou "magnétiques" supposés maintenir le calcaire en suspension n'est validé par les autorités. Dans tous les cas, il vaut mieux s'abstenir de boire une eau adoucie, l'idéal étant de mettre à disposition sur l'évier de la cuisine une eau non adoucie, éventuellement filtrée.

La filtration

Elle constitue une précaution sanitaire supplémentaire et permet d’éliminer tout à la fois le mauvais goût de l’eau, les micropolluants, les pesticides et herbicides ainsi que les bactéries. Il existe différents types et appareils de filtration.

  • La carafe filtrante et le filtre de robinet, pour la plupart, purifient l’eau par un filtre à charbon actif qu’il faut impérativement renouveler périodiquement.
  • L’osmose inverse, associée au charbon actif, élimine la majeure partie des impuretés microscopiques et des éléments chimiques dissous.
  • La microfiltration à fibres creuses (0,1 micron), jusqu’alors réservée au domaine médical, permet la filtration jusqu’au niveau de la bactérie ; associée à un filtre à charbon actif, elle présente de plus l’avantage d’éliminer le mauvais goût de chlore.
  • Les rayons ultraviolets C (associés à une filtration par fibres creuses) a pour résultat d’éliminer 99,9999 % des bactéries (une solution adoptée en milieu hospitalier).
  • Les capteurs de nitrate ou de plomb permettent de répondre aux problèmes spécifiques de pollution par ces agents pathogènes dans les régions ou installations sensibles.

Connaître la qualité de l'eau du robinet

La qualité de l'eau de votre commune est normalement affichée en mairie. Mais il est possible de l'obtenir également via internet, sur le site du Gouvernement : https://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/eaux/eau qui donne la possibilité d'obtenir un bilan extrêmement détaillé de la qualité de l'eau dans chaque commune.  Une situation doit vous être envoyée une fois par an. 

Vous trouverez aussi de précieuses informations sur la qualité de l'eau sur le site du Centre d'Information sur l'Eau .

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

La plomberie en cuivre

Bien qu'il existe aujourd'hui d'autres produits que le cuivre pour réaliser les alimentations d'une installation sanitaire, le cuivre a toujours la préférence de bien des professionnels, qui ne jurent toujours que par lui, malgré un prix assez élevé.

image

La robinetterie

Pendant longtemps, tous les robinets reposaient sur le même principe : un clapet doté d’un joint, obturant ou libérant un passage d’eau dans le corps du robinet sous l’effet de la rotation d’une poignée. Si ce système équipe encore beaucoup de robinets – vannes, robinets de puisage, mélangeurs –, des mécanismes plus sophistiqués permettent désormais un dosage précis, et certains mitigeurs thermostatiques sont réglables au degré près. Bien plus performants, ces robinets sont aussi beaucoup plus chers et pratiquement impossibles à entretenir par l’amateur. 

Les dernieres vidéos maison

image

Chauffage: le suivi à distance

Dans cette vidéo, Christian PESSEY et Camille MAINGUENAUD, chef de projet marketing chez ENGIE Home Service , vous expliquent comment fonctionne le suivi à distance de votre chaudière et en quoi il représente un avantage certain pour son entretien.

image

Comment isoler sa maison ?

Dans cette vidéo, Christian PESSEY et Pierre-Guillaume VUILLECARD, responsable de la communication chez Les ECO-Isolateurs se sont interrogés sur ce qui fait une bonne isolation. 

image

Entretenir son logement: le carnet numérique du logement

Le carnet numérique du logement – CLEA – est-il le carnet de santé de la maison? Dans cette interview, Christian PESSEY et Bertrand LECLERCQ, Directeur de la stratégie numérique chez Qualitel , vous présentent CLEA , véritable outil numérique pour connaître et entretenir votre logement. Il est destiné aussi bien aux professionnels du bâtiment qu'aux habitants des logements.

image

Rénovation énergétique: quel parcours travaux ?

Dans cette interview de Christian PESSEY, Florian CHEVALLIER, directeur marketing "offres" chez ENGIE, nous présente un simulateur de rénovation énergétique qui permet d'évaluer le coup des travaux mais également de trouver un artisan RGE (Reconnue Garant de l'Environnement) afin de concrétiser vos travaux et de bénéficier des aides à la rénovation auxquelles vous avez le droit.

Les derniers conseils maison

image

L'humidité dans la maison en hiver

C’est l’un des principaux problèmes que l’on peut rencontrer dans une maison en cette saison. D’abord parce que c’est la période où le taux d’humidité dans l’air est le plus élevé, mais aussi parce que quand il ne neige pas, il  pleut beaucoup . 

image

Isolation des combles perdus : les conseils de l'AQC (l'Agence Qualité Construction).

L'AQC, la très sérieuse AGENCE QUALITÉ CONSTRUCTION, a sorti un "mémo de chantier" à la demande du Ministère de la Transition Énergétique. Il s’agit de bien identifier les points importants du soufflage de laine dans les combles. L'initiative est d’autant plus importante qu’une grande majorité des isolations des combles se fait de cette façon.

image

Maprimerenov : le barème et mode d'emploi des aides par travaux

Le dispositif MAPRIMERENOV est désormais en place. Le barème d'accès aux aides est formulé sous la forme de 4 catégories pour les particuliers et une 5e pour les copropriétés. Cela va du bleu (pour les foyers les plus modestes, au jaune, violet et rose en montant dans l'échelle des revenus.  Restait à connaître le montant des aides pour les différents travaux et équipements pour les différentes "couleurs" de revenu. Vous les trouverez dans cet article.

image

Dalle en béton ou vide sanitaire?

Tout d'abord je tiens a vous dire mon regret concernant la suppression de votre émission sur RMC que je suivais régulièrement. Je me rabats sur votre site pour avoir des infos bricolage!. Je souhaite rénover une maison ancienne (pierres/chaux) notamment le sol composé actuellement de pierre sur terre battue surmonté d'un plancher en bois. Faut-il mieux couler une dalle béton sur l'ensemble de la surface ou de créer un nouveau vide sanitaire en dur mais avec quels matériaux? Jean-Pierre

image

Se chauffer avec des pellets (granulés)

Je me chauffe actuellement avec chauffage central gaz citerne (500 kg). Ma chaudière, qui a 18 ans, donne des signes de fatigue et le remplissage de la citerne me coute cher (550€ les 200 kg dernièrement). Je souhaitais votre avis sur un chauffage à pellets (granulés) avec chauffage centra (l'eau sanitaire est fournie par un ballon électrique). Le poêle serait poser au centre de la maison (120 m2 habitable bien isolée 30 cm Siporex – 30 cm laine en comble – fenêtre PVC double vitrage... et je suis dans les le 13) Sachant que j'ai déjà les conduits ventilés pour chauffer les pièces éloignées du poêle. Je souhaite votre avis sur mon projet? Si cette énergie me fera faire des économies? Si vous pouvez m'orienter vers une marque, un type de poêle ou un professionnel?  Maurice