La plomberie en cuivre

Bien qu'il existe aujourd'hui d'autres produits que le cuivre pour réaliser les alimentations d'une installation sanitaire, le cuivre a toujours la préférence de bien des professionnels, qui ne jurent toujours que par lui, malgré un prix assez élevé.

Il y a bien sûr la tradition et les habitudes. Le cuivre a supplanté le plomb dans les années 1930, pour s’imposer définitivement une vingtaine d’années plus tard. Le plomb est désormais rigoureusement interdit dans les installations neuves et devrait être éradiqué des installations anciennes à court ou moyen terme, j’aurais l’occasion d’y revenir.

Les atouts du cuivre

Une résistance au vieillissement exceptionnelle et, de ce fait, une étanchéité à très long terme (il se corrode très peu et ne se perce pratiquement jamais) constituent certainement ses principaux atouts.
Une qualité sanitaire hors pair, liée au matériau lui-même, mais aussi de l’étanchéité de ses liaisons et raccords (s’ils sont bien faits), ce qui empêche la pénétration de l’air et d’agents contaminants extérieurs qui pourraient dégrader la qualité de l’eau dans les tuyaux sont aussi parmi ses avantages.
Enfin, le cuivre se prête bien à un assemblage des tubes, en pose apparente comme en pose encastrée, pour qui sait s’y prendre.

Les raccords brasés (soudés)

Il y a aujourd’hui plusieurs façons d’assembler des tubes cuivre. La principale et la plus orthodoxe se fait à chaud, en faisant fondre un métal d’apport généralement à base d’étain entre des tubes emboîtés ou reliés par des raccords à emboîtement. On parle de « soudure » bien qu’il s’agisse en fait d’une brasure puisqu’il y a l’apport de métal de liaison. Les assemblages par soudure (ou brasure) peuvent rester étanches sans problème des dizaines et des dizaines d’années. Ils sont aussi très solidement raccordés.

Les raccords mécaniques

On peut malgré tout assembler les tubes avec des raccords mécaniques vissants. On a longtemps parlé pour les désigner de raccords « américains » puisqu’ils nous sont venus des États-Unis, notamment après la Seconde Guerre mondiale. Avec ces raccords, la liaison des tubes se fait par un manchon fileté mâle des deux côtés et par une paire d’écrous percés en leur centre. L’étanchéité se fait par des joints (avec collets battus), des rondelles métalliques ou encore des bagues en forme d’olive. Ces raccords sont faciles à utiliser, il ne demandent pas l'usage d’un chalumeau ou d’une lampe à souder mais leur durée de vie n’est pas vraiment assurée à long terme. Ils grèvent aussi nettement le coût d’une installation. Et ils ne sont pas très esthétiques

Les raccords automatiques

Dernière innovation, apparue depuis quelques années : les raccords automatiques qui fonctionnent par simple emboîtement sans aucun outil. C’est rapide, pratique, à la portée de tous et de toutes, mais on manque de recul sur leur étanchéité à long terme. Et ils sont très chers, ce qui exclut de les utiliser pour tout une installation.

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Cintrer les tubes en cuivre

Une installation de plomberie ne comporte pas que des tubes droits ; pour réaliser des coudes,  le cintrage permet de plier les tubes selon un angle voulu, sans en écraser le diamètre (ce qui pourrait modifier le débit et créer des coups de buttoir au passage de l’eau). C'est une solution plus économique que l'utilisation de raccords coudés, à braser ou mécanique. Cette solution réduit également les risques de fuites.

image

Raccorder des tubes de cuivre par manchonnage

Cette technique d'assemblage des tubes cuivres consiste à évaser l’un des tubes, après l’avoir recuit, pour y introduire l’autre tube (manchonnage) avant de procéder à la brasure. C'est la méthode la plus employée par les professionnels pour son efficacité (supérieure aux raccords mécaniques ), sa simplicité (une seule brasure par raccordement) et son économie (pas de raccord à acheter, moindre utilisation de brasure, rapidité d'exécution.

image

Assembler des tubes de cuivre avec des raccords à rondelles

Quand on veut installer un appareil sanitaire en le raccordant à l’installation sans faire de gros travaux, on peut avoir recours à des éléments de raccordement qui se montent sans soudure ni brasure, ni travail d’usinage comme pour les collets battus. Il s’agit de raccords à rondelles qui assurent la jonction entre deux canalisations par simple vissage.

Les dernieres vidéos maison

image

PAC hybride gaz : Christian PESSEY témoigne !

Dans cette vidéo, Christian PESSEY fait le point sur la PAC hybride gaz et vous annonce notre future série de reportages consacrée à l'installation de ce système, du raccordement au gaz de ville jusqu'à sa mise en service ! 

image

Contrôler sa consommation électrique avec "Mon Pilotage Elec"

Le contrôle de la consommation électrique est plus que jamais à l'ordre du jour. Christian PESSEY et Farida RAFKANI, chef de marché chez ENGIE Particuliers , présentent le système pour rendre connecté votre chauffage : " Mon Pilotage Elec " Il vous permet de maîtriser au mieux votre consommation d'électricité et de piloter votre chauffage.

image

L'air, le meilleur des isolants

Pourquoi l'air isole-t'il ? Christian Pessey vous explique en quoi les propriétés de l'air lui confère un tel pouvoir isolant.

Les derniers conseils maison

image

Comment se chauffer : les bonnes options

Beaucoup d’installations de chauffage central sont anciennes, consomment trop et mal. Le combustible n’est pas toujours bien choisi en fonction des besoins de la maison et des ressources locales. L’isolation des habitations est souvent insuffisante, et l’on ne prend pas toujours en compte l’intérêt qu’elle représente (en voyant les choses à moyen et à long terme). Les chaudières sont souvent trop puissantes pour le volume à chauffer ; la régulation est mal faite, les pièces sont trop chauffées, d’où un gaspillage d’énergie.

image

Radiateurs de chauffage électriques optimisés : comment les choisir?

Les radiateurs électriques ont été largement répandus dans les années "tout-électriques". Ils n'ont pas toujours bonne réputation, car ils sont considérés comme énergivores, d'utilisation coûteuse et synonymes d'inconfort. Pourtant, si les convecteurs peuvent aujourd'hui être "oubliés" (sauf dans des cas très précis), trois catégories de radiateurs peuvent être considérés comme "optimisés".  

image

Mesures et traçages sur le bois

En menuiserie, beaucoup d’opérations, en particulier le sciage (et accessoirement le perçage), imposent une prise de mesures précise, suivie d’un traçage bien net, avec des outils de qualité . 

image

Installez et entretenez votre bassin

La présence d'un jardin dans votre propriété est un véritable atout, car il vous permet de profiter de votre extérieur durant les beaux jours. Si vous avez la chance d'en disposer, pensez à optimiser son aménagement afin de créer un lieu de vie propice à la détente et à la relaxation. Créer un bassin est un excellent moyen d'embellir votre espace et de lui donner du cachet. Cependant, son installation doit être réalisée avec soin, et il est important de bien l'entretenir régulièrement.

image

Quels sont les choix de positionnement et l'orientation d'une maison

Le positionnement et l’orientation de leur maison ont préoccupé les hommes de toute éternité, mais pas toujours pour les mêmes raisons. La multiplication des constructions pavillonnaires ces dernières années a malheureusement souvent fait oublier ces préoccupations.

image

Qu’est-ce qu’un produit « biosourcé » ?

Le mot « biosourcé », souvent galvaudé, confondu avec le caractère écologique d’un matériau ou d’un produit répond à une définition officielle. Les pouvoirs publics définissent les matériaux biosourcés comme «  issus de la matière organique renouvelable (biomasse), d’origine végétale ou animale. Ils peuvent être utilisés comme matière première dans des produits de construction et de décoration, de mobilier fixe et comme matériau de construction dans un bâtiment  »

image

Installer un lavabo dans une salle de bains

La technique de pose dépend de l’appareil et aussi de la nature de la cloison ou du mur dans laquelle il doit éventuellement se fixer. Elle est différente suivant que le lavabo est sur suspendu sur console, sur colonne ou encastré. Il existe des kits de raccordement proposés en grande surface de bricolage ou magasins de sanitaires, qui permettent de gagner du temps et d’obtenir un résultat esthétique sans soudures.

L’installation de plomberie

Les canalisations de plomberie

L’installation sanitaire d’une maison ou d’un appartement comprend des canalisations d’alimentation en eau sous pression. Si les canalisations en plomb ont aujourd’hui disparue, les tubes en acier, les tubes en cuivre, assemblés par des raccords de plomberie mécanique ou soudés sont largement utilisés. Les tubes métalliques sont remplacés largement par des canalisations en polyéthylène (PER) ou par des canalisations multicouches. 

Les évacuations sanitaires

L’évacuation des eaux usées est assurée au niveau de l’installation intérieure par des tubes en PVC de différentes sections, en fonction du volume d’eau des appareils (évier, lavabo, baignoire, douche, bidet, W.-C.) assemblés par collage. Elles dirigent l’eau vers les installations d’assainissement : réseau public, fosse septique ou micro-station d’épuration.