La plomberie en cuivre

Bien qu'il existe aujourd'hui d'autres produits que le cuivre pour réaliser les alimentations d'une installation sanitaire, le cuivre a toujours la préférence de bien des professionnels, qui ne jurent toujours que par lui, malgré un prix assez élevé.

Il y a bien sûr la tradition et les habitudes. Le cuivre a supplanté le plomb dans les années 1930, pour s’imposer définitivement une vingtaine d’années plus tard. Le plomb est désormais rigoureusement interdit dans les installations neuves et devrait être éradiqué des installations anciennes à court ou moyen terme, j’aurais l’occasion d’y revenir.

Les atouts du cuivre

Une résistance au vieillissement exceptionnelle et, de ce fait, une étanchéité à très long terme (il se corrode très peu et ne se perce pratiquement jamais) constituent certainement ses principaux atouts.
Une qualité sanitaire hors pair, liée au matériau lui-même, mais aussi de l’étanchéité de ses liaisons et raccords (s’ils sont bien faits), ce qui empêche la pénétration de l’air et d’agents contaminants extérieurs qui pourraient dégrader la qualité de l’eau dans les tuyaux sont aussi parmi ses avantages.
Enfin, le cuivre se prête bien à un assemblage des tubes, en pose apparente comme en pose encastrée, pour qui sait s’y prendre.

Les raccords brasés (soudés)

Il y a aujourd’hui plusieurs façons d’assembler des tubes cuivre. La principale et la plus orthodoxe se fait à chaud, en faisant fondre un métal d’apport généralement à base d’étain entre des tubes emboîtés ou reliés par des raccords à emboîtement. On parle de « soudure » bien qu’il s’agisse en fait d’une brasure puisqu’il y a l’apport de métal de liaison. Les assemblages par soudure (ou brasure) peuvent rester étanches sans problème des dizaines et des dizaines d’années. Ils sont aussi très solidement raccordés.

Les raccords mécaniques

On peut malgré tout assembler les tubes avec des raccords mécaniques vissants. On a longtemps parlé pour les désigner de raccords « américains » puisqu’ils nous sont venus des États-Unis, notamment après la Seconde Guerre mondiale. Avec ces raccords, la liaison des tubes se fait par un manchon fileté mâle des deux côtés et par une paire d’écrous percés en leur centre. L’étanchéité se fait par des joints (avec collets battus), des rondelles métalliques ou encore des bagues en forme d’olive. Ces raccords sont faciles à utiliser, il ne demandent pas l'usage d’un chalumeau ou d’une lampe à souder mais leur durée de vie n’est pas vraiment assurée à long terme. Ils grèvent aussi nettement le coût d’une installation. Et ils ne sont pas très esthétiques

Les raccords automatiques

Dernière innovation, apparue depuis quelques années : les raccords automatiques qui fonctionnent par simple emboîtement sans aucun outil. C’est rapide, pratique, à la portée de tous et de toutes, mais on manque de recul sur leur étanchéité à long terme. Et ils sont très chers, ce qui exclut de les utiliser pour tout une installation.

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Cintrer les tubes en cuivre

Une installation de plomberie ne comporte pas que des tubes droits ; pour réaliser des coudes,  le cintrage permet de plier les tubes selon un angle voulu, sans en écraser le diamètre (ce qui pourrait modifier le débit et créer des coups de buttoir au passage de l’eau). C'est une solution plus économique que l'utilisation de raccords coudés, à braser ou mécanique. Cette solution réduit également les risques de fuites.

image

Assembler des tubes de cuivre avec des raccords à rondelles

Quand on veut installer un appareil sanitaire en le raccordant à l’installation sans faire de gros travaux, on peut avoir recours à des éléments de raccordement qui se montent sans soudure ni brasure, ni travail d’usinage comme pour les collets battus. Il s’agit de raccords à rondelles qui assurent la jonction entre deux canalisations par simple vissage.

Les dernieres vidéos maison

image

Les atouts de la PAC hybride gaz

Quels sont les atouts d'une pompe à chaleur hybride gaz ? Christian pessey fait le tour de la question dans cette nouvelle vidéo.

image

Isolation : les tests en situation réelle

Pour mesurer les performances de leurs isolants, Actis pratique ce que l'on appelle des "tests en situation réelle" ! Christian PESSEY et Maxime DURAN, directeur de l'innovation chez Actis vous expliquent de quoi il s'agit.

image

La qualité de l'air dans la maison

Il est souvent dit que l'air intérieur des maisons est très pollué. Dans cette vidéo, Christian PESSEY, avec l'aide de QUALITEL , vous explique comment identifier ces polluants et comment agir pour en réduire le nombre et donc leur impact sur la santé.

image

Accrocher dans la plaque de plâtre

Christian PESSEY et Eric BARNASSON, Responsable du Pôle marketing Produits & Systèmes chez PLACO® , vous donnent tous les conseils pour accrocher de lourdes charges dans de la plaque de plâtre, et notamment toutes les informations sur la plaque à haute résistance Habito®

image

La laine de verre et la santé

Dans cette interview, Christian PESSEY fait le point avec Florence GAUVIN, expert isolation chez ISOVER sur les risques que représenteraient l'utilisation de la laine de verre et pour en avoir le coeur net, ils ont fait appel à l'expertise du docteur Christian RECCHIA.

Les derniers conseils maison

image

Un lit en forme de cabane pour vos enfants

Créé en 2017, Mon Lit Cabane est né de l’idée de deux parents en quête d’inspiration et de designs originaux pour choyer leurs deux enfants avec des chambres créatives, ludiques et où il fait bon grandir.

image

Nouveau diagnostic de performance énergétique (DPE)

L'arrivée prochaine d'un nouveau Diagnostic de Performance Énergétique obligatoire ne laisse pas indifférents les professionnels de l'immobilier comme le montre la réaction de la FNAIM, qui salue "un outil plus fiable et plus lisible" au service de la rénovation énergétique Emmanuelle Wargon, ministre déléguée au Logement a précisé les grandes lignes du nouveau diagnostic de performance énergétique (DPE) -obligatoire lors d’une vente ou d’une mise en location d’un logement- qui sera applicable au 1er juillet 2021. Principal changement, l’estimation de la facture énergétique annuelle ainsi que celles des émissions de gaz à effet de serre vont figurer sur le diagnostic. Voici son décryptage.

image

La tendance JAPANDI

Subtile rencontre entre le Japon et la Scandinavie, la tendance Japandi souffle un vent de sérénité et de bien-être dans les intérieurs.

image

Acheter une maison ou un appartement : les conseils de Christian

Compte tenu de la valeur actuelle des appartements et des maisons, l’achat dans l’immobilier ancien mérite de prendre un certain nombre de précautions, souvent de pur bon sens… Les taux de crédit sont très bas : ce n'est pas une raison pour acheter n'importe quoi n'importe où !

image

Les différents types de plafonds

Dans les maisons anciennes, les plafonds sont en plâtre sur lattis (bacula). Dans les habitations modernes, ils sont le plus souvent en plaque de plâtre. Si le plancher est à structure bois, les deux types de plafond sont fixés sur les solives qui supportent le plancher de la pièce supérieure. Beaucoup de maisons ont des sols et planchers d’étage en béton : dalle auto-porteuse, mais plus souvent encore plancher en hourdis béton (ou entrevous), posés entre des poutrelles en béton précontraint, des plaques de plâtre assurant la finition du plafond.

image

Poser de la mosaïque murale en plaque

La pose des tesselles de mosaïque est facilitée par leur assemblage en plaques contrecollées sur une toile Nylon, parfois sur papier kraft. On peut ainsi couvrir toute une surface ou insérer des motifs entre des carreaux classiques.