La qualité de l'eau du robinet : calcaires, polluants, traitements

La qualité gustative et sanitaire de l’eau du robinet est devenue une réelle préoccupation. S’y ajoute le souci de disposer d’une eau qui ne risque pas de détériorer certains appareils de l’installation sanitaire par encrassement ou colmatage par le calcaire.

Calcaire, micro-polluants, bactéries, pesticides et herbicides, nitrates, plomb... Tous ces composants peuvent se retrouver dans l'eau du robinet. Les identifier permet de mieux les éliminer. 

La calcaire dans l'eau du robinet

Tout le monde connaît les conséquences d’une eau trop calcaire (c'est-à-dire trop chargée en carbonate de calcium) pour l’installation sanitaire et, en particulier, pour certains appareils faisant appel à des résistances tels que chauffe-eau et machines à laver. L’excès de calcaire est aussi redoutable pour les robinets modernes (mitigeurs thermostatiques) dont elles encrassent les boisseaux, mais sans effet sur la santé.

Identifier le calcaire dans l'eau du robinet

Par définition, le calcaire dissout dans l’eau est invisible. Vous en relèverez cependant les traces facilement, par exemple aux dépôts blancs qui s’accumulent dans une casserole où vous faites régulièrement chauffer ou bouillir de l’eau. Un simple examen visuel de la résistance du lave-vaisselle vous permettra aussi de vous faire une idée de la qualité physique de l’eau.

La dureté de l'eau du robinet

Elle est directement liée à la quantité de calcaire dissout dans l’eau, qui se dépose sous la forme de tartre, une couche épaisse et dure s'apparentant à de la roche.

  • Le TH (titre hydrotimétrique) est l’unité de mesure permettant d’apprécier la teneur de l’eau en calcaire : 1 TH correspond à 10 g de calcaire par litre d’eau, sachant qu’une valeur de 7 à 15 ° TH est optimale sur le plan sanitaire – l’absence totale de calcaire n’étant pas une bonne chose –, et sans risques pour les équipements. On parle aussi de "degré français".
  • Le tartre est un dépôt qui se forme sur les résistances et à l’intérieur des canalisations par combinaison du calcium avec l’hydrocarbonate qui se trouve dans l’eau de façon naturelle.

Attention : il faut noter qu'une eau trop douce peut se révéler agressive pour les soudures et peut entraîner des micro-fuites!

Les polluants  potentiels dans l'eau du robinet

Les problèmes sanitaires constituent aujourd’hui une préoccupation importante du consommateur qui, à raison d’un sur trois, ne fait plus confiance à l’eau du robinet et se tourne vers l’eau en bouteilles, ordinaire (dite "de source)  ou “minérale”. Un certain nombre d’éléments pathogènes pouvant être véhiculés par l’eau du robinet justifient ces craintes, sans fondement, pourtant, au regard du traitement subi par l'eau du robinet, qui est particulièrement surveillée et donc toujours potable.

  • Les micropolluants visibles à l’œil nu : ils colorent l’eau jusqu’à la rendre “chocolat”. Ce sont des boues, de la rouille, des algues, des hydrocarbures révélant le plus souvent des réseaux ou des installations vétustes. Ils seront éliminés par un filtrage efficace.
  • Les bactéries proviennent de contaminations accidentelles du système d’adduction d’eau potable (débordement de centrales d’épuration lors de gros orages ou de crues, fuites d’égouts, rejets non sécurisés ou fosses septiques défaillantes près de canalisations d’alimentation non étanches, rejets d’élevages intensifs, etc.) Quand les services des eaux détectent ce genre d’anomalies, ils suspendent la distribution et ils augmentent le taux de produit désinfectant à base de chlore rendant l’eau potable mais très dépréciée sur le plan gustatif.
  • Les pesticides et les herbicides résultant de l’agriculture intensive se retrouvent aujourd’hui en quantité dans les nappes phréatiques. Les pesticides sont recherchés au niveau des ressources en eau utilisées pour la production d’eau potable et à la sortie des installations de production d’eau potable.
  • Les nitrates sont dangereux à partir de 50 mg/l (le taux maximal conseillé par l’OMS étant de 15 mg/l pour les femmes enceintes et de 10 mg/l pour les nourrissons). Ils infestent de nombreuses régions françaises, notamment celles de l’Ouest.
  • Le plomb est devenu une grave menace du fait du vieillissement des installations sanitaires domestiques en plomb (aujourd’hui totalement interdit). Un traitement doit être appliqué si la teneur en plomb dans l'eau dépasse 10 microgrammes par litre. Il faut surtout entreprendre la rénovation des installations qui doivent impérativement être refaites en cuivre, en acier, en PER ou en multicouche.

Solutions de traitement de l'eau du robinet

L’adoucissement de l'eau du robinet

C'est la réponse apportée à la dureté excessive de l’eau : une résine contenue dans un appareil retient le calcaire qui se trouve dans l’eau ; quand la résine est saturée, elle est régénérée par des sels spéciaux. Aucun des systèmes dits "électroniques" ou "magnétiques" supposés maintenir le calcaire en suspension n'est validé par les autorités. Dans tous les cas, il vaut mieux s'abstenir de boire une eau adoucie, l'idéal étant de mettre à disposition sur l'évier de la cuisine une eau non adoucie, éventuellement filtrée.

La filtration

Elle constitue une précaution sanitaire supplémentaire et permet d’éliminer tout à la fois le mauvais goût de l’eau, les micropolluants, les pesticides et herbicides ainsi que les bactéries. Il existe différents types et appareils de filtration.

  • La carafe filtrante et le filtre de robinet, pour la plupart, purifient l’eau par un filtre à charbon actif qu’il faut impérativement renouveler périodiquement.
  • L’osmose inverse, associée au charbon actif, élimine la majeure partie des impuretés microscopiques et des éléments chimiques dissous.
  • La microfiltration à fibres creuses (0,1 micron), jusqu’alors réservée au domaine médical, permet la filtration jusqu’au niveau de la bactérie ; associée à un filtre à charbon actif, elle présente de plus l’avantage d’éliminer le mauvais goût de chlore.
  • Les rayons ultraviolets C (associés à une filtration par fibres creuses) a pour résultat d’éliminer 99,9999 % des bactéries (une solution adoptée en milieu hospitalier).
  • Les capteurs de nitrate ou de plomb permettent de répondre aux problèmes spécifiques de pollution par ces agents pathogènes dans les régions ou installations sensibles.

Connaître la qualité de l'eau du robinet

La qualité de l'eau de votre commune est normalement affichée en mairie. Mais il est possible de l'obtenir également via internet, sur le site du Gouvernement : https://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/eaux/eau qui donne la possibilité d'obtenir un bilan extrêmement détaillé de la qualité de l'eau dans chaque commune.  Une situation doit vous être envoyée une fois par an. 

Vous trouverez aussi de précieuses informations sur la qualité de l'eau sur le site du Centre d'Information sur l'Eau .

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

La plomberie en cuivre

Bien qu'il existe aujourd'hui d'autres produits que le cuivre pour réaliser les alimentations d'une installation sanitaire, le cuivre a toujours la préférence de bien des professionnels, qui ne jurent toujours que par lui, malgré un prix assez élevé.

image

La robinetterie

Pendant longtemps, tous les robinets reposaient sur le même principe : un clapet doté d’un joint, obturant ou libérant un passage d’eau dans le corps du robinet sous l’effet de la rotation d’une poignée. Si ce système équipe encore beaucoup de robinets – vannes, robinets de puisage, mélangeurs –, des mécanismes plus sophistiqués permettent désormais un dosage précis, et certains mitigeurs thermostatiques sont réglables au degré près. Bien plus performants, ces robinets sont aussi beaucoup plus chers et pratiquement impossibles à entretenir par l’amateur. 

Les dernieres vidéos maison

image

L'air, le meilleur des isolants

Pourquoi l'air isole-t'il ? Christian Pessey vous explique en quoi les propriétés de l'air lui confère un tel pouvoir isolant.

image

La qualité de l'air dans la maison

Il est souvent dit que l'air intérieur des maisons est très pollué. Dans cette vidéo, Christian PESSEY, avec l'aide de QUALITEL , vous explique comment identifier ces polluants et comment agir pour en réduire le nombre et donc leur impact sur la santé.

image

Accrocher dans la plaque de plâtre

Christian PESSEY et Eric BARNASSON, Responsable du Pôle marketing Produits & Systèmes chez PLACO® , vous donnent tous les conseils pour accrocher de lourdes charges dans de la plaque de plâtre, et notamment toutes les informations sur la plaque à haute résistance Habito®

image

La laine de verre et la santé

Dans cette interview, Christian PESSEY fait le point avec Florence GAUVIN, expert isolation chez ISOVER sur les risques que représenteraient l'utilisation de la laine de verre et pour en avoir le coeur net, ils ont fait appel à l'expertise du docteur Christian RECCHIA.

Les derniers conseils maison

image

La mention PAC HYBRIDE par LES PROFESSIONNELS DU GAZ (PG)

L’Association des Professionnels du Gaz (PG) lance la mention « PAC hybride ». Elle permettra aux particuliers d’identifier les professionnels de la PAC hybride gaz. Tous ceux qui souhaitent opter pour ce système de chauffage performant auront ainsi la garantie d’être accompagnés par des professionnels qualifiés. Cette nouveauté devrait contribuer à mettre en place un réseau d’experts et assurer le développement des ventes de PAC hybride gaz. La filière s’est fixée un objectif de 15 000 unités vendues à horizon 2024.

image

Comment lutter contre l'humidité dans la maison?

La bataille contre l’humidité est rarement définitivement gagnée au stade de la construction. Si vous êtes attentif à l'état de votre maison, surtout à la mauvaise saison, vous pourrez déceler à temps ses attaques et y remédier . Quand vous découvrez les traces du passage de l’eau, ne tentez pas d’en masquer les effets, mais cherchez  d’où elles proviennent, afin d’attaquer le mal à la "source".

image

Rénover un lavabo ou une baignoire

Avec le temps les appareils sanitaires finissent par s’abîmer : l’émail s’ébrèche, se ternit, voire jaunit sous l’effet du calcaire. Il existe aujourd’hui des produits faciles à utiliser, qui permettent de redonner une nouvelle jeunesse à vos baignoires et lavabos. On peut les utiliser bien entendu sur tous les appareils émaillés (cuisinière, par exemple), mais aussi sur le carrelage.

image

Comment bien limer le métal?

Limer semble une opération élémentaire. Pourtant, cela demande de la précision, de la force et une attention redoublée. 

image

Maisons individuelles : les solutions gaz font le pari de l’hybridation

La nouvelle réglementation environnementale des bâtiments neufs, la RE2020, entrera en vigueur au 1 er janvier 2022. Modernes et performantes, les solutions hybrides fonctionnant avec du gaz répondent aux exigences de cette règlementation qui a été renforcée. Elles contribuent également à diminuer l’impact carbone des bâtiments, et ce d’autant plus avec l’essor du gaz vert, une énergie respectueuse de l’environnement. La production de gaz vert représente aujourd’hui l’équivalent de la consommation de gaz d’1,4 million de logements neufs chauffés au biométhane.

image

Bois traités à la créosote : danger !

Les bois traités à la créosote sont très dangereux. Les traverses de chemin de fer sont en bois dur et généralement très sec. On est tenté de les récupérer pour en faire du bois de chauffage ou différentes utilisations dans le jardin. Il en est de même des poteaux téléphoniques en bois. Les faire brûler dans la cheminée ou les utiliser pour en faire des terrasses ou des piquets de clôture vous font courir de graves dangers : ces bois sont hautement cancérigènes.

image

Flambée dans la cheminée : faut-il s'en priver?

La cheminée à foyer ouvert, c'est-à-dire sans insert, est montrée du doigt comme polluante et peu efficace. Ce n'est pas faux, mais faut-il pour autant se priver d'une agréable flambée de bûches quand la maison elle-même est déjà chauffée par une chaudière ou une pompe à chaleur, par un plancher chauffant ou des radiateurs électriques? Un certain nombre de sécurités sont à prendre pour réunir toutes les conditions de sécurité.

image

Une cuisine en kit : avantages et inconvénients

On trouve des éléments en kit pour les cuisines et les salles de bains. Ils se sont régulièrement améliorés et modernisés, et l’on dispose aujourd’hui d’un choix très étendu d’éléments aussi bien sur le style, les fonctions et les dimensions. Les prix son imbattables par rapport aux produits des cuisinistes

L’installation de plomberie

Les canalisations de plomberie

L’installation sanitaire d’une maison ou d’un appartement comprend des canalisations d’alimentation en eau sous pression. Si les canalisations en plomb ont aujourd’hui disparue, les tubes en acier, les tubes en cuivre, assemblés par des raccords de plomberie mécanique ou soudés sont largement utilisés. Les tubes métalliques sont remplacés largement par des canalisations en polyéthylène (PER) ou par des canalisations multicouches. 

Les évacuations sanitaires

L’évacuation des eaux usées est assurée au niveau de l’installation intérieure par des tubes en PVC de différentes sections, en fonction du volume d’eau des appareils (évier, lavabo, baignoire, douche, bidet, W.-C.) assemblés par collage. Elles dirigent l’eau vers les installations d’assainissement : réseau public, fosse septique ou micro-station d’épuration.