La toiture

Le toit d'une maison constitue la couverture de celle-ci : il la protège et abrite ses occupants des intempéries, à tel point que le mot a pris un sens figuré, au même titre d'ailleurs que "foyer", symbolisant le confort, sinon le réconfort que peut apporter la maison où l'on se sent "sous son toit".

C'est vraisemblablement par extension d'une telle signification que les toitures ont pris leur caractère propre, ajoutant à leur fonction première l'esthétique, reflet de |'âme des habitants, pour former, au fil des siècles, les paysages bien connus de nos régions. On a ici à l'esprit les toits normands, alsaciens, provençaux, savoyards, etc ; dont les signes particuliers répondent en outre aux contingences imposées par la rigueur du climat (neige, pluie, vent, etc.). Il est facile de comprendre, pour toutes ces raisons, combien il serait condamnable d'introduire des tuiles mécaniques ou pire, de la tôle ondulée au milieu d'un ensemble de tuiles canal, par exemple. Condamnable moralement, et heureusement maintenant interdit par une réglementation stricte visant à protéger les sites. Néanmoins, quel que soit son aspect extérieur, la toiture d'une maison est l'ensemble des éléments formant sa couverture C'est aussi le matériau et la technique de pose utilisés pour recouvrir la charpente, support de la couverture.

La charpente

La fonction de la charpente est de répartir le poids de la couverture sur les murs porteurs (murs de pignons et murs de refend). Généralement, du moins pour les constructions anciennes, les pièces de charpente sont faites de bois massif, de forte section, particulièrement résistantes. Cependant, au fil des ans, l'attaque des intempéries et des insectes peut entraîner un affaiblissement, qui risquerait d'être dangereux s'il se manifestait à un point d'assemblage de deux pièces de charpente. Aussi, avant d'entreprendre les travaux d'aménagement des combles ou de réfection de la couverture, examinez attentivement l'état des pannes, chevrons, liteaux, arbalétriers, entraits, etc., et pro- cédez à leur rénovation (élimination du vieux bois pourri, traitement fongicide et insecticide) et même, dans les cas extrêmes, à leur remplacement. Cette dernière opération est particulièrement délicate, surtout pour les pièces maîtresses, telles que les pannes ou les arbalétriers. Confiez de préférence ces travaux à des professionnels. En revanche, vous pourrez procéder vous- même au remplacement des liteaux ou des chevrons, dans le but de refaire une partie de la couverture.

La couverture

Tuiles, ardoises, plaques ondulées, matériaux de synthèse ou au contraire chaume naturel sont les matériaux utilisés pour assurer la protection de la maison contre la pluie et la neige : un défaut d étanchéité ne tarde pas à dégrader la charpente, puis à abîmer la maçonnerie et les planchers, d'où la nécessité de savoir intervenir en couverture.
Les couvertures traditionnelles sont généralement faites de tuiles ou d'ardoises. Les constructions plus récentes sont recouvertes de tuiles en béton, de bardeaux sur volige ou sur panneaux, d'ardoises artificielles. Des toitures moins décoratives sont faites en plaques ondulées d'amiante-ciment de tôle, de matière plastique, etc.

Le choix du matériau

Si vous refaites une toiture, employez un matériau semblable ou plus léger que celui d'origine: ceci, d'abord pour des raisons techniques. En effet, les pièces de charpente et l'épaisseur des murs porteurs sont fonction du poids de la couverture. Cela aussi pour rester en conformité avec le permis de construire d'origine: toute modification du matériau de couverture doit faire l'objet d'un nouveau permis. Ainsi, dans de nombreuses régions, l'utilisation des matériaux est sévèrement réglementée.
Par ailleurs, le type de couverture est aussi fonction du climat de la région (humidité, gel, vent, chute de neige, etc.). Il est déconseillé d'utiliser du fibro-ciment au-dessus de 1000 m d'altitude et de la tuile canal au-dessus de 800 m. La tuile "mécanique" convient jusqu'à 1200 m‚ la tuile plate jusqu'à 1500 m. Dans certaines régions de montagne on utilise du bardage en bois; dans d'autres, de larges plaques de pierres (lauzes).

Caractéristiques des produits de couverture

Pour les tuiles, les ardoises ou les bardeaux, le fabricant précise le nombre d'éléments au m2. Il doit également indiquer le poids du matériau, ainsi que l'écartement des liteaux et la pente minimale nécessaire à sa pose. Ces deux dernières données sont précisées en fonction de la zone et du site.

Zones et sites

Pour les couvreurs, la.France est divisée en 3 zones:
• zone 1 : intérieur et côte méditerranéenne au-dessous de 200 m.
• zone 2 : de Lorient à la frontière belge, bande située entre 20 et 40 km de la mer; de Lorient à la frontière espagnole, bande côtière sur 20 km de profondeur; altitudes de 200 à 500 m.
• zone 3 : de Lorient à la frontière belge, bande côtière sur 20 km de profondeur; altitudes supérieure à 500 m.

Sites : à l'intérieur de ces zones, on distingue 3 types de sites :
• protégé: en fond de cuvette et protégé pour toutes les directions du vent; protégé par des collines des vents dominants.
• normal: plaines ou plateaux pouvant présenter des vallonnements et des ondulations.
• exposé: bord de mer (sur 5 km de profondeur), îles et presqu'îles, sommets des falaises; vallées étroites; montagnes: hauteurs isolées et cols venteux. La pente minimale est plus élevée pour la zone 3 et les sites exposés.

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Les bardeaux et plaques ondulées

Il existe aussi d'autres façons de couvrir une toiture. Ces deux matériaux sont plutôt réservés aux petits bâtiments annexes qu'aux maisons d'habitation.

image

Les tuiles

La tuile traditionnelle résulte de la cuisson de l'argile. Elle est rouge vif ou jaune orangé selon le gisement. Depuis la seconde guerre mondiale est apparue la tuile "béton", teintée dans la masse, qui concurrence sérieusement la tuile traditionnelle en raison de ses qualités (non gélive, non poreuse, facile à trancher, de format régulier, etc.) et de son coût légèrement moindre.

Les dernieres vidéos maison

image

Installer une pompe à chaleur en conservant sa chaudière : la PAC hybride

La pompe à chaleur peut remplacer une vieille chaudière. Il est possible aussi de combiner une PAC avec l'énergie initialement utilisée (gaz ou fioul) : on parle alors de "pompe à chaleur hybride". Comment ça marche? Est-ce intéressant économiquement? Peut-on bénéficier d'aides comme le CITE? Valérie LAPLAGNE, vice-présidente de l' AFPAC (Association Française pour les Pompes à Chaleur), répond aux questions de Christian PESSEY, journaliste de la construction, en charge de l'émission VOTRE MAISON sur RMC. 

image

Bien apprécier la lumière dans les combles

Modélisez rapidement vos combles et imaginez les possibilités d'aménagement pour créer de nouveaux espaces de vie depuis votre smartphone. L'application gratuite My Daylight vous révèle les bénéfices de l'éclairage naturel. Obtenez facilement des pièces plus grandes et plus confortables à vivre. Catherine JUILLARD, Responsable Prescription Lumière et Thomas BERGE, Chef de Produit Digital, tous deux chez VELUX®, répondent aux questions de Christian PESSEY, Journaliste de la Construction, en charge de l'émission VOTRE MAISON sur RMC. 

image

Quels travaux entreprendre à l'arrivée du printemps?

Les jours rallongent et les températures sont plus clémentes : le printemps constitue une belle opportunité d’entreprendre des travaux de rénovation à la maison. Quels que soient les travaux entrepris, la luminosité, l’ouverture sur l’extérieur et le renouvellement de l’air intérieur sont des éléments clés à considérer pour gagner en qualité de vie. De simples ajustements aux projets de rénovation permettront de prioriser ces éléments pour une maison confortable et agréable à vivre pour tous les membres de la famille. Prisca Pellerin, architecte et designer d'intérieur donne des conseils.

image

Le remplacement des fenêtres et le crédit d'impôt (CITE) en 2019

Le remplacement des fenêtres est réintroduit dans le périmètre du Crédit d'Impôt Transition Énergétique en 2019. Mais dans des conditions si restrictives que le bénéfice en est très limité. La conversion en prime pour les ménages défavorisés n'interviendra qu'en 2020. 

image

Réparer les WC

La réparation des WC passe très souvent par le remplacement du robinet flotteur. Tuto pour tout vous expliquer

Les derniers conseils maison

image

Mortier et béton : les agrégats (granulats : sable, gravier, etc.)

Également appelés “granulats”, les agrégats constituent pour ainsi dire la charpente des mortiers et des bétons. Le mot désigne tous les éléments qui peuvent être assemblés par un liant. En maçonnerie, il s’agit essentiellement de sable et de gravillons, mais aussi, dans une certaine mesure, de cailloux et de pierres de faible grosseur. Un mélange de liant, de sable et d'eau donne du mortier . En ajoutant au mélange des graviers, des cailloux, des morceaux de pierre on obtient du béton.

image

Les maladies et les traitements du bois

Omniprésent dans la construction et dans l'aménagement intérieur des maison, le bois est issu d’un végétal : l'arbre. À ce titre, il est vulnérable aux effets de l’humidité, qui favorisent le développement des moisissures, de champignons, ainsi qu’à celles des insectes et de leurs larves et de parasites divers. 

image

Déboucher les canalisations

Les eaux usées des appareils sanitaires (évier, lavabo, baignoire, douche) entraînent des déchets solides qui s’accumulent dans les siphons, au niveau des coudes ou des manchons de prolongation, et qui, au bout d'un certain temps, bouchent la canalisation d’évacuation. Le mal peut être bénin et le débouchage réalisé rapidement ; mais si la pente des canalisations d’évacuation est faible, si celles-ci sont anciennes et mal entretenues, il peut y avoir entartrage et encrassement importants sur une grande longueur de tuyau. Dans ce cas, il faut résoudre le problème en utilisant des appareils puissants, surtout lorsqu’il n’y a pas de regard sur les canalisations permettant une intervention au point précis du bouchon.

image

Béton armé

Lorsqu’on veut réaliser un ouvrage en béton (piliers, poteaux, poutres, linteaux, dalles) ayant une bonne résistance à la traction et à la flexion (par exemple un linteau, une dalle autoporteuse, chaînage en sommet de murs porteurs, etc.), il faut le "ferrailler" pour que la pièce ne casse pas. On utilise des fers (tiges d'acier) ronds, lisses ou tréfilés, de différents diamètres,  qu’il faut noyer dans le béton.

image

Parpaings en béton et blocs de béton cellulaire

Pendant longtemps la pierre et la brique ont été les seuls éléments pour construire “en dur”. Les parpaings de béton et plus récemment les blocs de béton cellulaire ont facilité considérablement les techniques de construction. Si les premiers constituent aujourd'hui le matériau de construction le plus utilisé, les second restent confidentiels en France alors qu'ils sont très utilisés et Europe du Nord.

image

Le chauffage électrique par le sol

L’idée de placer des résistances ou des câbles chauffant dans le sol n’est pas nouvelle, mais sa mise en œuvre est récente. Des fabricants développent même aujourd’hui des solutions intéressantes permettant de constituer des systèmes de confort – plus que de vrais chauffages – dans le sol au cours d’une rénovation.

image

Le chauffage électrique par le sol

L’idée de placer des résistances ou des câbles chauffant dans le sol n’est pas nouvelle, mais sa mise en œuvre est récente. Des fabricants développent même aujourd’hui des solutions intéressantes permettant de constituer des systèmes de confort – plus que de vrais chauffages – dans le sol au cours d’une rénovation.

image

Installer une pompe à chaleur en conservant sa chaudière : la PAC hybride

La pompe à chaleur peut remplacer une vieille chaudière. Il est possible aussi de combiner une PAC avec l'énergie initialement utilisée (gaz ou fioul) : on parle alors de "pompe à chaleur hybride". Comment ça marche? Est-ce intéressant économiquement? Peut-on bénéficier d'aides comme le CITE? Valérie LAPLAGNE, vice-présidente de l' AFPAC (Association Française pour les Pompes à Chaleur), répond aux questions de Christian PESSEY, journaliste de la construction, en charge de l'émission VOTRE MAISON sur RMC.