Les installations électriques encastrées

L’encastrement des circuits et des conducteurs qui les composent permet de réaliser des installations à la fois discrètes (seuls les capots des appareils sont apparents) et sûres (l’isolation et la protection des conducteurs étant mieux garanties).

La contrepartie des avantages des installations encastrées réside dans les travaux de creusement des saignées et dans la difficulté d’interventions ultérieures en cas de court-circuit ou de mauvais contact. Lorsque la nature du matériau de construction permet la réalisation de saignées, ce type d’installation est désormais préféré, surtout dans les constructions neuves. Dans l’aménagement de l’habitat ancien, les travaux de creusement et de rebouchage des saignées imposent, bien sûr, de refaire la décoration.

Traçage des saignées d’encastrement

Il faut commencer par tracer l’emplacement des saignées. Il n’est pas nécessaire, ici, de suivre les plinthes ou d’entourer les huisseries pour camoufler les lignes électriques. Le parcours des saignées sera d’abord guidé par le souci d’économiser conduits et conducteurs. La position obligatoire de certains appareils, et en particulier celle des interrupteurs, conduira cependant, dans certains cas, à longer les entourages de portes et les plinthes.
Tracez l’emplacement des saignées en tenant compte de la largeur nécessaire à l’encastrement d’un conduit donné. La profondeur de la saignée sera fonction de la grosseur du conduit et de la nature et de l’épaisseur du mur ou de la cloison.

Parcours des saignées d'encastrement

Des règles strictes concernent le parcours des saignées d'encastrement :
Les saignées obliques sont interdites.
Les saignées horizontales ne peuvent concerner qu'une seule face d'une cloison et elles ne peuvent être exécutées que sur une longueur de 0,50 m de part et d'autre d'un angle entre deux murs ou cloisons. Elles sont interdites au-dessus d'une porte ou d'une fenêtre.
Les saignées verticales ne peuvent être exécutées que sur 0,80 m à partir du plafond et 1,20 m du sol et à 0,20 m au moins d'un angle entre deux murs ou cloisons. Deux saignées parallèles doivent être distantes d'au moins 0,50 m.

Réalisation des saignées d'encastrement 

Creusement des saignées d’encastrement

Si le matériau le permet, le creusement s’effectuera avec un ciseau de maçon. Pour le béton, il existe des machines spéciales (rainureuses).
La saignée étant creusée, il est bon de l’évaser avec un grattoir triangulaire, le fond de la saignée devant être légèrement plus grand que son ouverture, cela afin de garantir un scellement parfait du conduit.
Les conducteurs étant passés dans le conduit, mettez-le en place ainsi que le boîtier encastrable des appareils. Mouillez la saignée à l’éponge ou à la brosse avant d’effectuer le scellement, cela afin d’éviter que le matériau constituant le mur ou la cloison ne “boive” l’eau de gâchage du plâtre ou du mortier. Rebouchez la saignée à l’aide d’une truelle.

Rebouchage des saignées et pose des appareils électriques

Enlevez l’excédent de plâtre ou de mortier avec une truelle Berthelet. Lissez, puis, éventuellement, enduisez.
Un soin particulier doit être apporté au scellement des boîtiers encastrables des appareils. Vous devez être attentif à leur positionnement, car celui-ci déterminera, dans bien des cas, celui des façades d’appareils. Certaines ne sont pas réglables et viennent se placer par vissage sur le boîtier. Si ce dernier n’a pas été scellé droit, l’appareil ne le sera pas non plus. Pour effectuer ce scellement, il est souvent nécessaire d’utiliser de petites cales en bois qui permettent une correction précise du positionnement.
Le raccordement des appareils, les différentes liaisons et dérivations n’interviendront qu’après la prise du scellement.

L’encastrement des conduits a pour corollaire celui des appareils, d’où l’utilisation d’un matériel spécifique. Interrupteurs et prises, boîtes de raccordement et de dérivation comprennent donc une partie encastrable qui doit être scellée dans la maçonnerie. La façade d’un appareil, qui inclut le mécanisme, vient se rapporter sur le boîtier ; le creusement doit être suffisant pour que l’appareil affleure le mur, le couvercle (doté du bouton de commande pour l’interrupteur) étant seul en saillie.

Des règles essentielles

• Les conducteurs doivent impérativement être protégés par des conduits qui prendront place dans les saignées.
• Les conduits orange, qui sont conducteurs de flamme, doivent être entièrement noyés, et recouverts au minimum d'un rebouchage de 4 mm (seule leur extrémité pouvant être à l’air libre sur une longueur maximale de 11 cm).
Les épissures sont interdites.
• Les conducteurs doivent être rigides et donc à âme massive ; ils doivent de préférence appartenir au même circuit.
• Les différents conducteurs passant dans un même conduit ne doivent pas occuper plus du tiers de celui-ci.
• Chaque saignée ne doit accueillir qu’un seul conduit ; celui-ci doit pouvoir être complètement recouvert de plâtre et d’enduit.

Une norme précise définit les possibilités d’encastrement en fonction de l’épaisseur et de la nature des murs et cloisons.

 

Partager avec vos amis :


Cet article peut vous intéresser :

image

Les installations électriques apparentes sous baguettes ou goulottes

La nature de la maçonnerie ne permet pas toujours de réaliser des encastrements. De plus, les différentes installations apparentes (câbles multiconducteurs ou baguettes) sont toujours plus faciles à réaliser pour l’amateur. Il est en effet plus commode de répartir les circuits de cette façon. Les interventions ultérieures (dépannages, prolongations) seront aussi plus aisées.

Les dernieres vidéos maison

image

Les atouts de la PAC hybride gaz

Quels sont les atouts d'une pompe à chaleur hybride gaz ? Christian pessey fait le tour de la question dans cette nouvelle vidéo.

image

Isolation : les tests en situation réelle

Pour mesurer les performances de leurs isolants, Actis pratique ce que l'on appelle des "tests en situation réelle" ! Christian PESSEY et Maxime DURAN, directeur de l'innovation chez Actis vous expliquent de quoi il s'agit.

image

La qualité de l'air dans la maison

Il est souvent dit que l'air intérieur des maisons est très pollué. Dans cette vidéo, Christian PESSEY, avec l'aide de QUALITEL , vous explique comment identifier ces polluants et comment agir pour en réduire le nombre et donc leur impact sur la santé.

image

Accrocher dans la plaque de plâtre

Christian PESSEY et Eric BARNASSON, Responsable du Pôle marketing Produits & Systèmes chez PLACO® , vous donnent tous les conseils pour accrocher de lourdes charges dans de la plaque de plâtre, et notamment toutes les informations sur la plaque à haute résistance Habito®

image

La laine de verre et la santé

Dans cette interview, Christian PESSEY fait le point avec Florence GAUVIN, expert isolation chez ISOVER sur les risques que représenteraient l'utilisation de la laine de verre et pour en avoir le coeur net, ils ont fait appel à l'expertise du docteur Christian RECCHIA.

Les derniers conseils maison

image

Un lit en forme de cabane pour vos enfants

Créé en 2017, Mon Lit Cabane est né de l’idée de deux parents en quête d’inspiration et de designs originaux pour choyer leurs deux enfants avec des chambres créatives, ludiques et où il fait bon grandir.

image

Nouveau diagnostic de performance énergétique (DPE)

L'arrivée prochaine d'un nouveau Diagnostic de Performance Énergétique obligatoire ne laisse pas indifférents les professionnels de l'immobilier comme le montre la réaction de la FNAIM, qui salue "un outil plus fiable et plus lisible" au service de la rénovation énergétique Emmanuelle Wargon, ministre déléguée au Logement a précisé les grandes lignes du nouveau diagnostic de performance énergétique (DPE) -obligatoire lors d’une vente ou d’une mise en location d’un logement- qui sera applicable au 1er juillet 2021. Principal changement, l’estimation de la facture énergétique annuelle ainsi que celles des émissions de gaz à effet de serre vont figurer sur le diagnostic. Voici son décryptage.

image

La tendance JAPANDI

Subtile rencontre entre le Japon et la Scandinavie, la tendance Japandi souffle un vent de sérénité et de bien-être dans les intérieurs.

image

Acheter une maison ou un appartement : les conseils de Christian

Compte tenu de la valeur actuelle des appartements et des maisons, l’achat dans l’immobilier ancien mérite de prendre un certain nombre de précautions, souvent de pur bon sens… Les taux de crédit sont très bas : ce n'est pas une raison pour acheter n'importe quoi n'importe où !

image

Les différents types de plafonds

Dans les maisons anciennes, les plafonds sont en plâtre sur lattis (bacula). Dans les habitations modernes, ils sont le plus souvent en plaque de plâtre. Si le plancher est à structure bois, les deux types de plafond sont fixés sur les solives qui supportent le plancher de la pièce supérieure. Beaucoup de maisons ont des sols et planchers d’étage en béton : dalle auto-porteuse, mais plus souvent encore plancher en hourdis béton (ou entrevous), posés entre des poutrelles en béton précontraint, des plaques de plâtre assurant la finition du plafond.

image

Poser de la mosaïque murale en plaque

La pose des tesselles de mosaïque est facilitée par leur assemblage en plaques contrecollées sur une toile Nylon, parfois sur papier kraft. On peut ainsi couvrir toute une surface ou insérer des motifs entre des carreaux classiques.