Les installations électriques encastrées

L’encastrement des circuits et des conducteurs qui les composent permet de réaliser des installations à la fois discrètes (seuls les capots des appareils sont apparents) et sûres (l’isolation et la protection des conducteurs étant mieux garanties).

La contrepartie des avantages des installations encastrées réside dans les travaux de creusement des saignées et dans la difficulté d’interventions ultérieures en cas de court-circuit ou de mauvais contact. Lorsque la nature du matériau de construction permet la réalisation de saignées, ce type d’installation est désormais préféré, surtout dans les constructions neuves. Dans l’aménagement de l’habitat ancien, les travaux de creusement et de rebouchage des saignées imposent, bien sûr, de refaire la décoration.

Traçage des saignées d’encastrement

Il faut commencer par tracer l’emplacement des saignées. Il n’est pas nécessaire, ici, de suivre les plinthes ou d’entourer les huisseries pour camoufler les lignes électriques. Le parcours des saignées sera d’abord guidé par le souci d’économiser conduits et conducteurs. La position obligatoire de certains appareils, et en particulier celle des interrupteurs, conduira cependant, dans certains cas, à longer les entourages de portes et les plinthes.
Tracez l’emplacement des saignées en tenant compte de la largeur nécessaire à l’encastrement d’un conduit donné. La profondeur de la saignée sera fonction de la grosseur du conduit et de la nature et de l’épaisseur du mur ou de la cloison.

Parcours des saignées d'encastrement

Des règles strictes concernent le parcours des saignées d'encastrement :
Les saignées obliques sont interdites.
Les saignées horizontales ne peuvent concerner qu'une seule face d'une cloison et elles ne peuvent être exécutées que sur une longueur de 0,50 m de part et d'autre d'un angle entre deux murs ou cloisons. Elles sont interdites au-dessus d'une porte ou d'une fenêtre.
Les saignées verticales ne peuvent être exécutées que sur 0,80 m à partir du plafond et 1,20 m du sol et à 0,20 m au moins d'un angle entre deux murs ou cloisons. Deux saignées parallèles doivent être distantes d'au moins 0,50 m.

Réalisation des saignées d'encastrement 

Creusement des saignées d’encastrement

Si le matériau le permet, le creusement s’effectuera avec un ciseau de maçon. Pour le béton, il existe des machines spéciales (rainureuses).
La saignée étant creusée, il est bon de l’évaser avec un grattoir triangulaire, le fond de la saignée devant être légèrement plus grand que son ouverture, cela afin de garantir un scellement parfait du conduit.
Les conducteurs étant passés dans le conduit, mettez-le en place ainsi que le boîtier encastrable des appareils. Mouillez la saignée à l’éponge ou à la brosse avant d’effectuer le scellement, cela afin d’éviter que le matériau constituant le mur ou la cloison ne “boive” l’eau de gâchage du plâtre ou du mortier. Rebouchez la saignée à l’aide d’une truelle.

Rebouchage des saignées et pose des appareils électriques

Enlevez l’excédent de plâtre ou de mortier avec une truelle Berthelet. Lissez, puis, éventuellement, enduisez.
Un soin particulier doit être apporté au scellement des boîtiers encastrables des appareils. Vous devez être attentif à leur positionnement, car celui-ci déterminera, dans bien des cas, celui des façades d’appareils. Certaines ne sont pas réglables et viennent se placer par vissage sur le boîtier. Si ce dernier n’a pas été scellé droit, l’appareil ne le sera pas non plus. Pour effectuer ce scellement, il est souvent nécessaire d’utiliser de petites cales en bois qui permettent une correction précise du positionnement.
Le raccordement des appareils, les différentes liaisons et dérivations n’interviendront qu’après la prise du scellement.

L’encastrement des conduits a pour corollaire celui des appareils, d’où l’utilisation d’un matériel spécifique. Interrupteurs et prises, boîtes de raccordement et de dérivation comprennent donc une partie encastrable qui doit être scellée dans la maçonnerie. La façade d’un appareil, qui inclut le mécanisme, vient se rapporter sur le boîtier ; le creusement doit être suffisant pour que l’appareil affleure le mur, le couvercle (doté du bouton de commande pour l’interrupteur) étant seul en saillie.

Des règles essentielles

• Les conducteurs doivent impérativement être protégés par des conduits qui prendront place dans les saignées.
• Les conduits orange, qui sont conducteurs de flamme, doivent être entièrement noyés, et recouverts au minimum d'un rebouchage de 4 mm (seule leur extrémité pouvant être à l’air libre sur une longueur maximale de 11 cm).
Les épissures sont interdites.
• Les conducteurs doivent être rigides et donc à âme massive ; ils doivent de préférence appartenir au même circuit.
• Les différents conducteurs passant dans un même conduit ne doivent pas occuper plus du tiers de celui-ci.
• Chaque saignée ne doit accueillir qu’un seul conduit ; celui-ci doit pouvoir être complètement recouvert de plâtre et d’enduit.

Une norme précise définit les possibilités d’encastrement en fonction de l’épaisseur et de la nature des murs et cloisons.

 

Partager avec vos amis :


Cet article peut vous intéresser :

image

Les installations électriques apparentes sous baguettes ou goulottes

La nature de la maçonnerie ne permet pas toujours de réaliser des encastrements. De plus, les différentes installations apparentes (câbles multiconducteurs ou baguettes) sont toujours plus faciles à réaliser pour l’amateur. Il est en effet plus commode de répartir les circuits de cette façon. Les interventions ultérieures (dépannages, prolongations) seront aussi plus aisées.

Les dernieres vidéos maison

image

Immobilier : l'impact du confinement

Près de 3 mois de confinement ont fait prendre conscience aux Français des qualités et, plus souvent encore, des carences de leur logement. Manque de surface, de pièces, de balcon ou de terrasse, de jardin... suscitent de nouvelles envies. Le déconfinement les libère. C'est ce que nous explique Éric ALLOUCHE, le directeur général exécutif du réseau ERA 

image

A quel point le bois de chauffage est-il économique ?

Dans cette interview, Christian PESSEY et Jean-Louis BAL, président du label flamme verte vous expliquent en quoi le bois de chauffage représente encore aujourd'hui l'un des combustibles les plus économiques. 

image

Les isolants naturels : qu'est-ce que c'est?

Les isolants naturels ont le vent en poupe. Christian PESSEY fait le point sur le sujet avec Joël PACCANELLI, gérant de ECO-LOGIS, entreprise de distribution d’éco-matériaux pour la maison et notamment de matériaux d’isolation biosourcés et de peintures écocertifiés.

image

Pompe à chaleur et confort d'été

Dans cette interview, Christian PESSEY et Christel MOLLÉ de l' AFPAC , font le point sur l'utilisation d'une pompe à chaleur réversible pour améliorer le confort d'été dans votre logement. 

image

Les conseils de la semaine du 4 au 10 mai

Isoler les combles  contre la chaleur, tout savoir sur  les prises et les interrupteurs , entretenir une  terrasse en terre cuite , rénover les  meubles de jardin , insonoriser une  pompe de piscine , choisir un  chauffe-eau électrique , rénover la pierre, nettoyer un  crépis monocouche , réparer les  fuites de chasse-d’eau  : retrouvez tous les conseils publiés pendant la semaine.

Les derniers conseils maison

image

Les différents métaux utilisés en bricolage

Par le mot “métallerie”, on entend le travail d’un certain nombre de métaux usuels, que l’on trouve dans le commerce sous forme de plaques (tôle), de barres plates ou rondes, de tubes et de profilés. Un certain nombre d'entre eux peuvent être utilisés dans la maison pour sa construction, pour sa rénovation et quand vous bricolez. Il est bon de la connaître.

image

Faire du bois de chauffage

Le bois est une énergie renouvelable dont la qualité n’est plus à démontrer. L’évolution des poêles, inserts, foyers fermés et même chaudières l’ont replacé en bonne position parmi les différents combustibles. Si vous possédez une parcelle boisée ou si vous pouvez acheter du bois sur pied, il est très intéressant de pouvoir “faire son bois” soi-même, bien sûr dans le respect des règles d’exploitation raisonnée de la forêt.

image

Une initiative collective de production et d'autoconsommation d'électricité entre voisins : HARMON'YEU

Au printemps 2020, ENGIE, en partenariat avec la mairie de l’Île d’Yeu et 3 institutions locales, a lancé cette expérimentation innovante d’autoconsommation collective baptisée Harmon’Yeu. Né grâce à la volonté de ses habitants et des autorités locales de s’inscrire dans la transition énergétique, ce projet constitue une première en France dans le fait qu’il intègre plusieurs maisons individuelles productrices d’énergie et une batterie de stockage commune, à l’échelle d’un quartier. Un logiciel intelligent développé spécifiquement par ENGIE pour le projet permet de piloter la répartition de l’énergie produite entre les utilisateurs.

image

Faire une terrasse en bois ou en composite

C’est toujours le moment de s’intéresser à la terrasse, que vous soyez en maison individuelle ou en logement avec un grand balcon ou une terrasse. Souvent le sol est en béton ou en carrelage. La tendance est à les recouvrir de lames en bois ou en bois composite, parfois en dalles de caillebotis.