Les installations électriques encastrées

L’encastrement des circuits et des conducteurs qui les composent permet de réaliser des installations à la fois discrètes (seuls les capots des appareils sont apparents) et sûres (l’isolation et la protection des conducteurs étant mieux garanties).

La contrepartie des avantages des installations encastrées réside dans les travaux de creusement des saignées et dans la difficulté d’interventions ultérieures en cas de court-circuit ou de mauvais contact. Lorsque la nature du matériau de construction permet la réalisation de saignées, ce type d’installation est désormais préféré, surtout dans les constructions neuves. Dans l’aménagement de l’habitat ancien, les travaux de creusement et de rebouchage des saignées imposent, bien sûr, de refaire la décoration.

Traçage des saignées d’encastrement

Il faut commencer par tracer l’emplacement des saignées. Il n’est pas nécessaire, ici, de suivre les plinthes ou d’entourer les huisseries pour camoufler les lignes électriques. Le parcours des saignées sera d’abord guidé par le souci d’économiser conduits et conducteurs. La position obligatoire de certains appareils, et en particulier celle des interrupteurs, conduira cependant, dans certains cas, à longer les entourages de portes et les plinthes.
Tracez l’emplacement des saignées en tenant compte de la largeur nécessaire à l’encastrement d’un conduit donné. La profondeur de la saignée sera fonction de la grosseur du conduit et de la nature et de l’épaisseur du mur ou de la cloison.

Parcours des saignées d'encastrement

Des règles strictes concernent le parcours des saignées d'encastrement :
Les saignées obliques sont interdites.
Les saignées horizontales ne peuvent concerner qu'une seule face d'une cloison et elles ne peuvent être exécutées que sur une longueur de 0,50 m de part et d'autre d'un angle entre deux murs ou cloisons. Elles sont interdites au-dessus d'une porte ou d'une fenêtre.
Les saignées verticales ne peuvent être exécutées que sur 0,80 m à partir du plafond et 1,20 m du sol et à 0,20 m au moins d'un angle entre deux murs ou cloisons. Deux saignées parallèles doivent être distantes d'au moins 0,50 m.

Réalisation des saignées d'encastrement 

Creusement des saignées d’encastrement

Si le matériau le permet, le creusement s’effectuera avec un ciseau de maçon. Pour le béton, il existe des machines spéciales (rainureuses).
La saignée étant creusée, il est bon de l’évaser avec un grattoir triangulaire, le fond de la saignée devant être légèrement plus grand que son ouverture, cela afin de garantir un scellement parfait du conduit.
Les conducteurs étant passés dans le conduit, mettez-le en place ainsi que le boîtier encastrable des appareils. Mouillez la saignée à l’éponge ou à la brosse avant d’effectuer le scellement, cela afin d’éviter que le matériau constituant le mur ou la cloison ne “boive” l’eau de gâchage du plâtre ou du mortier. Rebouchez la saignée à l’aide d’une truelle.

Rebouchage des saignées et pose des appareils électriques

Enlevez l’excédent de plâtre ou de mortier avec une truelle Berthelet. Lissez, puis, éventuellement, enduisez.
Un soin particulier doit être apporté au scellement des boîtiers encastrables des appareils. Vous devez être attentif à leur positionnement, car celui-ci déterminera, dans bien des cas, celui des façades d’appareils. Certaines ne sont pas réglables et viennent se placer par vissage sur le boîtier. Si ce dernier n’a pas été scellé droit, l’appareil ne le sera pas non plus. Pour effectuer ce scellement, il est souvent nécessaire d’utiliser de petites cales en bois qui permettent une correction précise du positionnement.
Le raccordement des appareils, les différentes liaisons et dérivations n’interviendront qu’après la prise du scellement.

L’encastrement des conduits a pour corollaire celui des appareils, d’où l’utilisation d’un matériel spécifique. Interrupteurs et prises, boîtes de raccordement et de dérivation comprennent donc une partie encastrable qui doit être scellée dans la maçonnerie. La façade d’un appareil, qui inclut le mécanisme, vient se rapporter sur le boîtier ; le creusement doit être suffisant pour que l’appareil affleure le mur, le couvercle (doté du bouton de commande pour l’interrupteur) étant seul en saillie.

Des règles essentielles

• Les conducteurs doivent impérativement être protégés par des conduits qui prendront place dans les saignées.
• Les conduits orange, qui sont conducteurs de flamme, doivent être entièrement noyés, et recouverts au minimum d'un rebouchage de 4 mm (seule leur extrémité pouvant être à l’air libre sur une longueur maximale de 11 cm).
Les épissures sont interdites.
• Les conducteurs doivent être rigides et donc à âme massive ; ils doivent de préférence appartenir au même circuit.
• Les différents conducteurs passant dans un même conduit ne doivent pas occuper plus du tiers de celui-ci.
• Chaque saignée ne doit accueillir qu’un seul conduit ; celui-ci doit pouvoir être complètement recouvert de plâtre et d’enduit.

Une norme précise définit les possibilités d’encastrement en fonction de l’épaisseur et de la nature des murs et cloisons.

 

Partager avec vos amis :

Les dernieres vidéos maison

image

Bien apprécier la lumière dans les combles

Modélisez rapidement vos combles et imaginez les possibilités d'aménagement pour créer de nouveaux espaces de vie depuis votre smartphone. L'application gratuite My Daylight vous révèle les bénéfices de l'éclairage naturel. Obtenez facilement des pièces plus grandes et plus confortables à vivre. Catherine JUILLARD, Responsable Prescription Lumière et Thomas BERGE, Chef de Produit Digital, tous deux chez VELUX®, répondent aux questions de Christian PESSEY, Journaliste de la Construction, en charge de l'émission VOTRE MAISON sur RMC. 

image

La rénovation énergétique en questions avec la députée Marjolaine Meynier-Millefert

Retrouvez dans cette vidéo les acteurs majeurs de la filière et la députée Marjolaine Meynier-Millefert , co-animatrice du plan de rénovation énergétique pour le gouvernement. Cette conférence-débat, animée par Christian Pessey sur le Salon de la Rénovation et Décoration 2019, a permis aux acteurs majeurs de la filière de dialoguer et d'échanger avec la députée sur tous les thèmes touchant à la rénovation énergétique. Voici la synthèse de ce débat

image

Quels travaux entreprendre à l'arrivée du printemps?

Les jours rallongent et les températures sont plus clémentes : le printemps constitue une belle opportunité d’entreprendre des travaux de rénovation à la maison. Quels que soient les travaux entrepris, la luminosité, l’ouverture sur l’extérieur et le renouvellement de l’air intérieur sont des éléments clés à considérer pour gagner en qualité de vie. De simples ajustements aux projets de rénovation permettront de prioriser ces éléments pour une maison confortable et agréable à vivre pour tous les membres de la famille. Prisca Pellerin, architecte et designer d'intérieur donne des conseils.

image

Le remplacement des fenêtres et le crédit d'impôt (CITE) en 2019

Le remplacement des fenêtres est réintroduit dans le périmètre du Crédit d'Impôt Transition Énergétique en 2019. Mais dans des conditions si restrictives que le bénéfice en est très limité. La conversion en prime pour les ménages défavorisés n'interviendra qu'en 2020. 

image

Réparer les WC

La réparation des WC passe très souvent par le remplacement du robinet flotteur. Tuto pour tout vous expliquer

image

Hivernage de la piscine

L’hivernage de votre piscine, indispensable et très simple à réaliser met la piscine en sommeil et garantit sa remise en service dans les meilleures conditions et rapidement  dès les premières chaleurs du printemps

Les derniers conseils maison

image

Isolant à base d'herbe de prairie

Toutes les fibres végétales peuvent servir à faire des isolants thermiques : pourquoi pas l'herbe de prairie (autrement dit le foin) dont l'une des vertus est évidemment d'être renouvelable et d'offrir un bilan carbone négatif. Un nouvel isolant fait de fibres d'herbe de prairie, mis au point et fabriqué en Suisse fait son apparition.

image

Isolant à base d'herbe de prairie

Toutes les fibres végétales peuvent servir à faire des isolants thermiques : pourquoi pas l'herbe de prairie (autrement dit le foin) dont l'une des vertus est évidemment d'être renouvelable et d'offrir un bilan carbone négatif. Un nouvel isolant fait de fibres d'herbe de prairie, mis au point et fabriqué en Suisse fait son apparition.

image

La laine verre peut-elle être écologique?

Depuis de nombreuses années, le débat fait rage pour savoir ce qu'est un isolant "écologique". Si la matière d'origine elle-même de la laine de verre (le sable ou le verre recyclé) n'est pas en cause, le liant qui assure la cohésion des fibres peut être mis sur la sellette. Un optant pour un liant à base végétale, un fabricant ( Knauf Insulation ) permet d'apporter une réponse à ce débat.  

image

La laine verre peut-elle être écologique?

Depuis de nombreuses années, le débat fait rage pour savoir ce qu'est un isolant "écologique". Si la matière d'origine elle-même de la laine de verre (le sable ou le verre recyclé) n'est pas en cause, le liant qui assure la cohésion des fibres peut être mis sur la sellette. Un optant pour un liant à base végétale, un fabricant ( Knauf Insulation ) permet d'apporter une réponse à ce débat.  

image

Les solutions de doublage dans la salle de bains

La salle de bains est devenue l’une des pièces à vivre préférée des Français.  Synonyme de bien-être, elle nécessite une vigilance optimale en matière de protection contre l’humidité. Générée par les projections d’eau et les dégagements de vapeur , cette humidité altère la qualité et la durabilité des installations, et peut devenir néfaste pour la santé. Il existe une gamme complète de solutions de doublage (Placo ®)  pour préserver ce lieu de l'humidité.

image

Les solutions de doublage dans la salle de bains

La salle de bains est devenue l’une des pièces à vivre préférée des Français.  Synonyme de bien-être, elle nécessite une vigilance optimale en matière de protection contre l’humidité. Générée par les projections d’eau et les dégagements de vapeur , cette humidité altère la qualité et la durabilité des installations, et peut devenir néfaste pour la santé. Il existe une gamme complète de solutions de doublage (Placo ®)  pour préserver ce lieu de l'humidité.

image

Les solutions de doublage dans la salle de bains

La salle de bains est devenue l’une des pièces à vivre préférée des Français.  Synonyme de bien-être, elle nécessite une vigilance optimale en matière de protection contre l’humidité. Générée par les projections d’eau et les dégagements de vapeur , cette humidité altère la qualité et la durabilité des installations, et peut devenir néfaste pour la santé. Il existe une gamme complète de solutions de doublage (Placo ®)  pour préserver ce lieu de l'humidité.

image

Remplacement des chaudières : les artisans de la CAPEB et Butagaz propose FACILIPASS

La Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment ( CAPEB ) et Butagaz, fournisseur de solutions multi-énergies, annoncent le déploiement national de leur «  Pack Chaudière  ». Cette offre va également permettre de s’adresser au plus grand nombre. Objectif : rendre plus efficace et accessible leur offre packagée, une formule gagnante pour le client comme pour l’entreprise installatrice.