Plomberie : les outils pour souder et braser

Un certain nombre de travaux de plomberie peuvent être réalisés par tous les bricoleurs avec un outillage très accessible, les matériels les plus importants (poste à souder) pouvant être facilement loués. Une certaine expérience du maniement de ces outils (du chalumeau, en particulier) est nécessaire ; il est donc indispensable de s’entraîner en commençant par de petites réalisations, notamment pour les brasures à l’étain, sur des morceaux de tube.

Pour chauffer le métal, on utilise des fers à souder, des lampes à souder et des chalumeaux ; on peut également se servir d’un poste à souder bi-gaz et d'un poste à souder électrique.

Le fer à souder

Le fer à souder électrique, généralement à chauffe instantanée (par une résistance), sert pour les petits travaux de soudure à l’étain, notamment en électronique. 
Le fer à souder à gaz est réservé aux travaux de zinguerie : la chaleur est obtenue par la flamme d’une lance.

La lampe à souder

Appareil simple, léger et très maniable, car autonome (il est alimenté par une petite cartouche de gaz butane jetable), la lampe à souder est utilisée pour la brasure de tubes de faible section. Elle peut être employée avec différentes buses (brûleurs de différentes formes), concentrant plus ou moins la flamme.

Le chalumeau à gaz

Il fonctionne comme la lampe à souder, avec du gaz butane, mais il se présente sous la forme d’une lance terminée par une buse, raccordée à un tube souple alimenté par une grosse bouteille de gaz, du même type que celle utilisée pour les appareils de chauffage et de cuisson. Un détendeur est nécessaire. La durée d’utilisation de ce type de matériel est beaucoup plus importante que celle de la lampe à souder. La puissance de chauffe est également, nettement supérieure (2 000 °C, environ).
Il existe différentes buses, correspondant à des températures différentes et, de ce fait, adaptées aux différents travaux:
les buses à embout cylindrique produisent une flamme linéaire. Elles sont plus particulièrement adaptées au brasage des pièces plates;
les buses enveloppantes entourent les pièces à chauffer. Il n’y a ainsi aucune perte de chaleur. Ce type de lance permet notamment de recuire rapidement le cuivre que l’on veut cintrer ou battre.

Les chalumeaux pour soudobraser et souder

Ces appareils produisent une flamme à haute température par la combustion du mélange de deux gaz : l’oxygène, d’une part, et un combustible (butane, propane, acétylène, etc.), d’autre part. Ils sont vendus en coffret comprenant une bouteille d’oxygène et une cartouche de gaz combustible, un chalumeau avec une lance, un support de chalumeau, deux détendeurs pour les deux bouteilles et deux tuyaux de raccordement, des lunettes de sécurité, souvent un chariot de transport.

Au moment de l’achat, il faut prendre plusieurs facteurs en considération:
Le pouvoir de chauffe : 2 845 °C pour les chalumeaux à combustion sous pression de butane et d’oxygène, 3 400 °C pour l’appareil à combustion d'acétylène et d’oxygène. Des chaleurs plus intenses sont obtenues avec les différents types de chalumeaux oxyacétyléniques.
• La simplicité d’utilisation : il est préférable d’avoir un seul robinet de commande sur les deux gaz, pour passer de plein feu à veilleuse sans avoir à modifier le réglage du détendeur de butane.
• Le dispositif de sécurité : la flamme doit être coupée instantanément lorsqu’on pousse le robinet du chalumeau ; l’appareil doit être muni d’une soupape de sécurité et d’un clapet antiretour intégré aux détendeurs. Sur certains appareils, les lances sont indémontables (les buses sont calibrées en fonction des injecteurs).
• La durée d’autonomie : elle dépend, bien sûr, de la dimension des bouteilles et des lances utilisées.

À titre indicatif, un chalumeau oxybutane à 2 845 °C permet de couper (oxycoupage) des tôles jusqu’à 20 mm ; il peut braser le cuivre, le laiton, le bronze, l’acier inoxydable. La soudure autogène (sans métal d’apport) est possible avec un chalumeau oxyacétylénique à plus de 3000 °C. 

Le poste à souder électrique

Il repose sur l’utilisation de l’arc électrique qui se produit lorsqu’on approche un pôle sous tension d’un autre pôle relié à la masse. L’arc électrique engendre une température de l’ordre de 5 000 °C, permettant la soudure autogène. Ce type de matériel n’est guère employé en plomberie, mais plutôt en métallerie. Cependant, il peut remplacer avantageusement un chalumeau de soudobrasage pour l’assemblage des tubes d’acier galvanisé. Il existe aujourd’hui des postes d’un poids réduit, faciles à utiliser ; les garanties de sécurité données par les constructeurs sont très satisfaisantes : une prise de terre n’est pas nécessaire.

Le pare-flamme

Quand on brase “sur site”, il est nécessaire d’interposer un pare-flamme (désormais sans amiante ni fibres toxiques) entre la flamme et le mur pour protéger les surfaces (carrelage, notamment) se trouvant derrière le tube, lors de l’action du chalumeau.

Le flux et les décapants

Avant de chauffer le métal et d’apporter la brasure (métal d’appoint), il faut le dégraisser en appliquant un décapant (ou flux).
Pour la soudure à l’étain, on utilise une pâte décapante que l’on applique sur les parties à assembler. Il peut s’agir de flux acides qui conviennent particulièrement bien pour le soudage du cuivre en plomberie.
Après soudage, il faut nettoyer les pièces avec un chiffon humide pour éliminer toutes les traces de flux. Si l’on travaille avec un fer à souder, il faut frotter la pane sur une pierre ammoniacale et étamer le fer en faisant fondre dessus une petite quantité de brasure.
Pour le brasage, on utilise un flux (ou fondant) présenté en poudre (on y ajoute alors de l’eau) ou sous forme liquide. Le flux fond lorsque l’on chauffe la pièce et forme un film d’émail qui, en empêchant l’oxydation du métal pendant l’opération, permet une meilleure diffusion par capillarité du métal d’apport. Quand on utilise des baguettes de brasure au phosphore pour souder le cuivre, il n’est pas besoin de passer de flux (mais c’est indispensable sur les tubes d’acier).
Il existe des fils de soudure à l’étain, spécialement conçus pour le soudage des tuyaux de cuivre, qui contiennent un décapant. Dans ce cas, l’application de flux est inutile.

Les fils de soudure et de brasure

• La soudure tendre et la brasure (ou soudure forte) exigent un métal d’apport pour coller les pièces (seule la soudure autogène ne nécessite aucun métal d’apport, puisque les pièces sont assemblées par fusion).
La soudure à l’étain : on utilise du fil d’étain, alliage d’étain et de plomb. Il est préférable d’employer un fil de soudure autodécapant sans résine (car la présence de résine peut, à la longue, provoquer des fuites). L’utilisation de ce fil de soudure tendre à basse température n’est pas recommandée pour les installations sanitaires importantes.
La brasure : les baguettes de brasure utilisées sont le plus souvent des baguettes cuivre-argent (avec poudre décapante), mais aussi ce peut être cuivre-phosphore ou cuivre-phosphore-argent (sans poudre décapante). Les baguettes de soudobrasure sont en laiton.

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Le brasage à flamme nue (ou soudure douce)

La liaison entre deux tubes en cuivre peut s’effectuer par brasage , appelé aussi parfois " soudure douce ". C’est la solution la plus économique, et donc la plus utilisée par les professionnels et par les amateurs avertis. Elle fait appel à une technique simple : le brasage par capillarité , qui s’obtient en chauffant fortement des pièces de métal (ici, en cuivre) jointives et en remplissant le très faible interstice compris entre les pièces avec un métal d’apport, au point de fusion supérieur à celui des pièces à assembler.

image

Les raccords de plomberie

Tous les tubes doivent être raccordés, qu’ils soient en cuivre, en PER ou en multicouche ou, pour les évacuations, en PVC. Les liaisons directes sont rares, et l’on utilise le plus souvent des manchons à braser ou à visser. Certains de ces raccords permettent une réduction ou la liaison avec des canalisations de nature et matériaux différents.

Les dernieres vidéos maison

image

Pompe à chaleur et confort d'été

Dans cette interview, Christian PESSEY et Christel MOLLÉ de l' AFPAC , font le point sur l'utilisation d'une pompe à chaleur réversible pour améliorer le confort d'été dans votre logement. 

image

Les conseils de la semaine du 4 au 10 mai

Isoler les combles  contre la chaleur, tout savoir sur  les prises et les interrupteurs , entretenir une  terrasse en terre cuite , rénover les  meubles de jardin , insonoriser une  pompe de piscine , choisir un  chauffe-eau électrique , rénover la pierre, nettoyer un  crépis monocouche , réparer les  fuites de chasse-d’eau  : retrouvez tous les conseils publiés pendant la semaine.

image

Faire des économies d'énergie

Christian PESSEY et Francis TIFFANNEAU, expert chez QUALITEL , font le point de toutes ces règles et habitudes de vie, simples mais efficaces, qui permettent d'économiser l'énergie dans son logement.

Les derniers conseils maison

image

Entretenir le carrelage, la pierre, le marbre, le travertin, les tomettes

Le carrelage, le marbre, le travertin ou encore les tomettes, autrement dit, les revêtements de surface durs, présentent l’avantage de se nettoyer facilement. Sur le plan sanitaire, en période d'épidémie virale,  il peut y avoir un revers de la médaille : les virus y vivraient plus longtemps et y seraient plus facilement accessibles à l’homme. Il faut donc redoubler d'attention pour l'entretien de ces surfaces.

image

L'atelier : l'établi et les rangements

On ne peut prétendre effectuer un travail de qualité sans disposer d’un emplacement réservé au bricolage. Évidemment, la place dont on dispose conditionne l’agencement de l’atelier. Celui-ci peut se limiter à un placard ou une armoire, dans un petit appartement, ou occuper un bâtiment annexe dans une grande propriété. L'établi en est l'équipement central.

image

Clôture en bois ou en PVC

La classique clôture en forme de “barrière” présente un aspect rustique qui lui vaut bien des adeptes, dans les lotissements pavillonnaires comme à la campagne. Elle reste la plus appréciée dans les régions rurales, où elle est parfois la seule acceptée (notamment en montagne) par les services de l'urbanisme. Néanmoins, le PVC (généralement blanc) gagne des adeptes car il dispense de tout entretien (autre qu'un coup de jet de temps en temps). Les clôtures en PVC se montent comme un jeu de construction. Ces clôtures peuvent être fixées directement au sol ou sur un muret.

image

Rénovation des volets en bois

La remise en état régulière des volets en bois tient de la corvée. Impossible d’y échapper tous les deux ou trois ans, surtout en site exposé, par exemple au bord de la mer. C’est pourquoi beaucoup préfèrent le PVC, l’aluminium, voire la résine. 

image

Motorisation de portail

Motoriser l’ouverture du portail d’entrée apporte un élément de confort évident, auquel s’ajoute un aspect de sécurité, dans la mesure où ces systèmes peuvent être commandés à distance par télécommande ou par un dispositif à code sur clavier et/ou une clé de sécurité. Les éléments de motorisation assurent aussi une grande solidité à la fermeture du portail.

image

Installer une baignoire ou une douche

Baignoire ou douche? La compétition semble devoir être remportée par la douche, même si la baignoire reste l'équipement sanitaire le plus efficace pour l'hygiène comme pour le confort et la relaxation. Les conditions d'installation sont assez différentes.

image

Réaliser un pavage extérieur : allée et terrasse

À l’extérieur, le revêtement du sol doit être réalisé sur un terrain bien préparé, avec des matériaux capables de supporter les agressions du temps. Les briques, les pavés autobloquants, les pavés constituent des matériaux solides et durables.

image

Pose des volets roulants : choix et installation

Le volet roulant est composé de lames horizontales articulées entre elles, qui s’enroulent à l’intérieur d’un coffre placé en partie haute de l’ouverture. Leur maniement peut être manuel ou motorisé.