Poser du carrelage mural

La pose du carrelage mural se fait avec de la colle et ne présente pas réellement de difficultés autres que celle de la coupe des carreaux, toujours délicate. 

Par où commencer la pose du carrelage ?

Ne vous alignez pas sur l’angle formé entre deux murs. Tracez un axe vertical et un axe horizontal (avec le fil à plomb et le niveau à bulles ou le niveau laser) au milieu du support. Dans une salle de bains, le mieux est de s’aligner sur le bord de la baignoire. Si vous ne posez pas de carreaux jusqu’au plafond, il est préférable d’éviter d’avoir à effectuer des coupes au ras des plinthes (ou du sol). Effectuez donc un montage “à blanc” (sans colle) pour calculer la position de l’axe horizontal. N’oubliez pas de tenir compte de l’épaisseur des joints (2 mm environ) pour effectuer ce calcul.

La préparation des murs

Il est déconseillé de poser les carreaux sur une peinture ancienne, qui risque de mal adhérer au mur et de causer la chute d’un carreau. Si la peinture semble en bon état, griffez l’ensemble du mur avec un papier de verre à gros grain pour que la colle adhère bien. Bien sûr, il ne faut jamais poser de carrelage sur du papier peint. On peut se permettre de ne pas reboucher les petits trous laissés par des clous ou des vis, car ils seront dissimulés par le revêtement. Ne posez jamais de carrelage sur un mur humide : il faut d’abord trouver la cause de l’humidité et effectuer un traitement approprié.

La pose des premières rangées de carrelage

La colle utilisée est vendue prête à l’emploi dans des récipients de matière plastique. Le fabricant indique la surface de carrelage pouvant être couverte avec un seau de colle. Ce produit a une consistance pâteuse. Il adhère bien sur le support.

Appliquez la colle à l’aide de la spatule crantée (peigne). Effectuez un seul passage avec la spatule crantée, afin que la pellicule de colle laissée sur le mur permette aux carreaux d’avoir une assise correcte et donne une bonne adhérence. Un double passage croisé à la spatule enlève l’excédent de colle.

Mettez en place la première rangée de carreaux, par exemple au bord de la baignoire ou en vous alignant sur l’axe horizontal. Chaque carreau adhère sans difficulté : effectuez une légère pression avec la main ou une cale de bois, pour qu’il s’enfonce bien dans la colle. Il faut que l’écartement entre les carreaux soit constant, afin que la pose soit régulière. Le moyen le plus simple consiste à utiliser des cales (en croix) pour carreaux de faïence, en matière plastique (vendues en sachets de 250 ou de 500). Ces cales sont placées aux angles ; elles doivent être retirées lorsque le ciment-colle a commencé à prendre et avant qu’il ne soit sec. On peut également utiliser une mince cordelette que l’on enfonce entre les carreaux. Ce moyen a l’avantage de laisser creux l’intervalle lorsque l’on retire la cordelette, ce qui permet de faire des joints parfaits (autrement, il faut enlever les éventuelles remontées de colle).

Les coupes

Pour les angles des murs, il faut réaliser des coupes. Elles doivent être nettes et droites : les mesures doivent être précises pour que l’ensemble soit esthétique. Il faut aussi réaliser des coupes droites ou courbes pour assurer la liaison entre le revêtement mural et les divers éléments sanitaires montés en applique (lavabo, par exemple).

La prise des mesures


Il est déconseillé de mesurer la distance entre le dernier carreau posé et l’angle pour la reporter sur le carreau à couper, car on commet souvent des erreurs.
Pour obtenir la plus grande précision, adoptez une méthode simple : posez un carreau A sur le dernier carreau posé (il doit exactement coïncider). Placez un autre carreau B contre le mur. Avec un crayon, tracez sur A en suivant le bord de B. Coupez A en suivant ce trait et mettez le carreau en place.

La coupe à la pointe à tracer

La manière la plus simple de couper les carreaux est d’utiliser une pointe à tracer pour carreleur, au carbure de tungstène. Cette pointe, très dure, permet de rayer (d’émailler) le parement du carreau (côté décoratif). On peut aussi utiliser la roulette d’une pince. Il suffit, ensuite, de placer le carreau en porte-à-faux et d’effectuer une pression pour qu’il se produise une cassure. Il faut appuyer suffisamment pour que le carreau soit entaillé. Pour placer le carreau en porte-à-faux, il faut le poser sur la pointe à tracer elle-même et appuyer de chaque côté pour casser.

La coupe à la pince de carreleur

Cet outil permet de couper facilement toutes les sortes de carreaux. Il s’agit d’une pince à branches robustes et galbées. Elle est pourvue d’une molette de tungstène (interchangeable) destinée à rayer le parement du carreau. On place ensuite le carreau entre les deux mors, pour le casser selon le tracé. Un ressort de rappel permet de travailler sans fatigue. La difficulté consiste à tracer droit avec la molette ; il existe des pinces de carreleur pourvues d’un guide gradué et d’un curseur réglable : on s’appuie sur le bord du carreau pour tirer le trait de coupe à la molette (même principe que pour le trusquin).

La coupe à la carrelette (coupe-carreau)

C’est l’outil le plus adapté pour réaliser des coupes droites sur tous les types de carreaux (pour le sol et pour les murs). Il existe différents modèles qui se caractérisent par leur capacité en longueur de coupe (ainsi qu’en épaisseur).
La carrelette est dotée d’un socle en bois ou métallique sur lequel on pose le carreau à couper. Un chariot mobile porte une molette interchangeable, au carbure de tungstène, que l’on peut presser contre le carreau à l’aide d’une poignée. L’outil est pourvu de pattes de casse qui s’appuient sur le carrelage par pression de la poignée. Avec les modèles récents, on raye et on casse sans avoir à déplacer le carreau. Pour la coupe des carreaux de faïence, il faut exercer une pression légère sur la poignée, afin de ne pas endommager le parement (alors qu’il faut une pression forte pour les carreaux durs).

Si vous avez beaucoup de carreaux à couper, utilisez un coupe-carreau électrique.

Les joints

La barbotine est vendue sous forme de poudre. Il faut préparer le produit en le délayant dans de l’eau : suivez les dosages préconisés par le fabricant. Il existe des barbotines teintées pour harmoniser ou au contraire mettre en évidence les joints par rapport aux carreaux.

Appliquez le produit sur le support à l’aide d’une raclette en caoutchouc ou d’une éponge. Attendez une demi-heure pour que le ciment-colle ait le temps de prendre. Nettoyez le surplus de barbotine à l’aide d’une éponge mouillée, en rinçant souvent celle-ci. Travaillez en diagonale pour ne pas abîmer les joints. Lustrez en frottant énergiquement avec du papier ou des chiffons (lorsque la barbotine est sèche).

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Les outils du carreleur

Héritier des dalles de pierre et de marbre, le carrelage a connu une expansion considérable avec le développement des céramiques, et cela dès l’Antiquité.

image

Poser du carrelage : préparation des supports

Les carreaux de carrelage sont souvent assez lourds. Il faut donc les poser sur une surface solide. Le plus souvent, le carrelage est collé sur une chape spécialement coulée ou sur une chape ancienne ragréée. Assurez-vous que la construction peut supporter sans problème le poids des carreaux. Pour carreler, il faut normalement déposer l’ancien revêtement de sol, mais il n'est pas impossible de coller un nouveau carrelage sur un ancien.

Les dernieres vidéos maison

image

Faire des économies d'énergie

Christian PESSEY et Francis TIFFANNEAU, expert chez QUALITEL , font le point de toutes ces règles et habitudes de vie, simples mais efficaces, qui permettent d'économiser l'énergie dans son logement.

image

Isolation des parois : la fin des ossatures?

Dans une conférence de presse commune, confirmant le rapprochement entre Placo et Isover, les représentants des marques du groupe Saint-Gobain ont annoncé jeudi 23/01/2020 une innovation capitale associant deux de leurs produits phares : la plaque Habito pour Placo (plaque haute densité à rigidité et densité renforcée) et l a laine de verre GR 32 ou GR 30 aux performances thermiques élevées et aux propriétés mécaniques qui facilitent la mise en œuvre. L'innovation réside dans la suppression des ossatures métalliques rendue possible par l’association d’une plaque de plâtre ultra résistante et d'accessoires de pose brevetés, inspirés du système Optima. D'où l'appellation du système : Optimax Habito®.  

Les derniers conseils maison

image

Bricolage en toute sécurité

Le bricolage n’est pas en soi une activité dangereuse. Mais l’emploi de machines électroportatives ou à poste fixe, l’intervention sur un circuit électrique ou les travaux de soudure, par exemple, exigent le respect de précautions élémentaires, sans lesquelles vous risqueriez de mettre en jeu votre sécurité, ainsi que celle de vos proches.

image

Sécurité électrique dans l'atelier de bricolage

La multiplication des machine électroportatives ou à poste fixe impose une large utilisation de l'électricité dans l'atelier de bricolage. Il faut donc prendre un certain nombre de précautions pour l'utiliser en toute sécurité.

image

Assembler le métal à froid

Les pièces de métal peuvent être assemblées à chaud, mais aussi à froid. Les différentes techniques utilisées dépendent de la destination des pièces, de la résistance souhaitée et du métal travaillé. On assemble à froid par collage, vissage et rivetage

image

Le placage des chants

C’est le moyen de donner à un simple panneau de particules ou de contreplaqué l’aspect d’un panneau de bois noble.

image

Protéger sa maison contre les cambriolages : les précautions et équipements de base

La protection du domicile et le droit de propriété sont inscrits dans nos traditions et dans nos lois. Nous y sommes tous très attachés. Ils supposent des clôtures, des fermetures et des dispositifs particuliers. La protection contre les cambriolages passe tout à la fois par la qualité de ces fermetures et par une protection et une surveillance faisant largement appel à l’électronique. Que l’on soit locataire ou propriétaire, on a à cœur de protéger l’endroit où l’on vit et les meubles et objets que l’on possède.