Poser du lambris

La pose des lames de lambris ne se fait pas directement sur la maçonnerie, mais sur des tasseaux pour ménager une ventilation entre les deux. On trouve des lames en bois, en composite ou en PVC.

Pour mettre les lambris en place, on fixe le plus souvent des tasseaux horizontalement contre le mur (ou verticalement si l'on souhaite une orientation horizontale de lames ), de haut en bas, pour constituer le châssis sur lequel seront fixées les lames.

La préparation des fonds

Il n’est pas nécessaire que le mur soit en parfait état. Il suffit que les tasseaux horizontaux soient solidement fixés. Cette méthode est intéressante, car elle permet de placer les lames sans avoir à refaire les plâtres et les enduits.
Vérifiez la verticalité du mur à l’aide du fil à plomb. Si le mur n’est pas droit, corrigez ce défaut au moment de la fixation des tasseaux en jouant sur leur épaisseur.

Mise en place des tasseaux

Les tasseaux sont soit cloués, soit vissés contre le support. Ils peuvent aussi être fixés avec une colle-mastic murale.
Sur les parois en béton, en pierre, il est nécessaire de percer avant de cheviller pour visser. Il faut percer des trous traversants dans les tasseaux, pour y passer les vis. Utilisez des pointes tête homme que vous chasserez dans le bois, ou des vis à tête fraisée, afin qu’elles ne gênent pas la mise en place des lames. L’écartement des tasseaux doit être prévu en fonction de la longueur des lames ; chacune d’entre elles doit reposer sur au moins deux tasseaux. Si le mur est irrégulier ou pas d’aplomb, des cales glissées sous les tasseaux corrigeront les défauts d’alignement. Placez le fil à plomb contre le tasseau supérieur et repérez la distance entre le fil et le support au milieu et en bas du mur, pour déterminer l’épaisseur des autres tasseaux. Vous pouvez aussi utiliser un niveau laser.
Une distance importante entre le lambris et le mur garantit une bonne isolation (elle permet en plus d’ajouter de l’isolant, si on le souhaite).

La fixation des lames

On peut commencer la pose dans l’angle du mur, après avoir vérifié et éventuellement rectifié la verticalité. On peut également s’aligner sur l’huisserie d’un mur ou d’une porte. On procède soit par clouage, soit par agrafage avec des clips, parfois par collage.

Clouage

Utilisez des pointes tête homme spécialement calibrées et vendues par les fabricants avec les lames. Les pointes sont enfoncées à l’aide d’un marteau léger, de biais, dans la languette et non dans la rainure.
À l'aide du chasse-pointe, noyez la tête, afin qu’elle ne gêne pas la mise en place de la lame suivante.

Pose avec des clips ou crochets à lambris

C’est la technique la plus utilisée. Les lames sont maintenues par des clips métalliques traités contre la rouille. Le clip (ou crochet à lambris) comprend une pince qui maintient le lambris. Il peut être réglé avec la lame d’un tournevis, selon l’écartement de la rainure.
Des trous pratiqués dans le clip permettent la pose par clouage ou par agrafage. Le clip est denté sur sa face inférieure, ce qui favorise sa tenue sur le tasseau. Les guides latéraux facilitent le positionnement correct de l’agrafeuse.
Pour agrafer, utilisez une grosse agrafeuse (pistolet cloueur de tapissier ou d’emballeur). Sur des tasseaux de bois blanc (pin ou sapin), une seule agrafe longue (10 ou 14 mm) suffit. Sur des tasseaux de bois dur, placez deux agrafes plus courtes (4 ou 6 mm). Pour la première agrafe, placez la tête de l’agrafeuse sur le clip, en poussant contre la lame. Pour placer la seconde agrafe, la tête de l’agrafeuse doit buter contre la première agrafe. Si vous constatez que les agrafes ne pénètrent pas entièrement dans les tasseaux, utilisez des agrafes plus courtes. Les clips permettent un démontage simple et rapide du lambrissage. C’est un grand avantage, surtout lorsque le revêtement de bois dissimule des canalisations électriques ou un fil d’antenne qu’il faut réparer.
En outre, les clips laissent le bois jouer librement sous l’effet des variations de la température et de l’humidité ambiantes, empêchant celui-ci de se fissurer.

Collage

Tasseaux et lambris peuvent être collés sur un support propre, plan et dur. Cette méthode n'est cependant que très rarement retenue, car elle interdit tout démontage ultérieur.

Les coupes et la disposition

Il est nécessaire de procéder à des coupes droites pour adapter les lames à la hauteur de la pièce. En général, on dispose les lames de manière à aligner les joints toutes les deux rangées. D’autres dispositions peuvent être adoptées : on utilise parfois des éléments spéciaux (cabochons) pour créer une ligne de coupe uniforme au tiers ou à la moitié de la hauteur ; on peut aussi placer les lames horizontalement (notamment celles en bois du Nord, plus larges) pour créer un décor original (dans ce cas, les tasseaux doivent être fixés verticalement). L’utilisation de lames de grande longueur évite, bien entendu, certaines coupes. Au moment de l’achat, faites les calculs nécessaires, afin de choisir la longueur qui entraînera le moins de chutes.
Pour couper une lame, utilisez une boîte à onglet (si elle est assez large) ou un guide de coupe. Effectuez un tracé préalable et placez une cale martyre sous le lambris. Coupez avec une scie à denture fine (scie à dos).
Il faut quelquefois réaliser des coupes particulières. Placez la lame en position pour dessiner le tracé ou confectionner un gabarit et faites un montage “à blanc” sur le sol. Les découpes courbes doivent être effectuées avec une scie à guichet ou une scie à chantourner.

Les angles

Une fois le mur recouvert, vous aurez à dissimuler les petits interstices entre les lames d’extrémité et les murs ou le plafond. Auparavant, il sera peut-être nécessaire, selon l’espace qui restera, de faire sauter à l’aide d’un rabot la languette de la dernière lame à poser ou, même, de couper cette dernière dans le sens de la longueur. Pour le PVC, on utilisera un gros cutter.
Pour dissimuler les raccords en angle, vous utiliserez des quarts-de-rond ou des profilés métalliques qui se vissent sur le support pour maintenir les lames dans les angles ou contre les huisseries. En bas du panneau lambrissé, vous pourrez clouer une plinthe ou une baguette quart-de-rond. Pour les angles sortants, il est préférable d’utiliser une baguette spéciale si le fabricant en propose ; sinon, posez une baguette ordinaire pour angle sortant.

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Les outils du menuisier

Le bois est un matériau agréable à travailler. Tous les menuisiers amateurs ont éprouvé du plaisir à façonner une pièce de bois pour en faire un meuble ou un objet. N’importe qui croit savoir scier, clouer ou manier la râpe. Mais le travail du bois s’apprend, a fortiori lorsqu’il s’agit de réalisations un peu compliquées qui exigent des traçages et des coupes très précis, un rabotage et des assemblages résistants.

image

Débiter et scier le bois à la main

Les opérations de sciage comprennent le débit de toutes les pièces de bois (ou de panneaux de dérivés) nécessaires à une réalisation, ainsi que les découpes particulières pour préparer les pièces à l’assemblage.  

Les dernieres vidéos maison

image

Les ministres pointent du doigt les fraudeurs à la rénovation énergétique

Julien Denormandie, ministre du Logement, Emmanuelle Wargon, secrétaire d’Etat à la Transition Ecologique, et Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat à l’Economie ont annoncé un renforcement des exigences pour l’attribution du label RGE,  plus de contrôles exerces par la DGCCRF, mais aussi par l’Anah. 

image

CAPEB : redonner la confiance dans le label RGE (Reconnu Garant de l'Environnement)

Depuis 18 mois d’échanges et de réunions, les pouvoirs publics, l’ADEME, la DGCCRF, l’ANAH, les représentants des consommateurs, les organisations professionnelles du bâtiment et les organismes de qualification ont participé aux travaux de rénovation du dispositif RGE. Les pouvoirs publics ont arbitré et devraient procéder à la rédaction des futurs arrêtés qui encadreront ce nouveau dispositif et qui seront applicables au cours du 1er semestre 2020. La CAPEB a participé activement à l’instance partenariale dont le but était de « réformer ensemble », soucieuse de renforcer la crédibilité du dispositif RGE, auprès des consommateurs et des entreprises.

image

LE CHAUFFAGE AU BOIS : UNE REPONSE A L’AUGMENTATION DE LA FACTURE ENERGETIQUE DES MENAGES

Le médiateur de l’énergie a publié hier son baromètre annuel. « Comme en 2018, 15% des répondants déclarent avoir souffert du froid au cours de l’hiver (…). Un tiers des ménages a restreint le chauffage pour ne pas avoir de factures trop élevées, et un foyer sur dix rencontre des difficultés pour payer certaines factures d’électricité ou de gaz naturel. »

image

Le Mondial du Bâtiment : du 4 au 8 novembre à Villepinte (Batimat, interclima, Idéobain)

Le Mondial du Bâtiment réunira, du 4 au 8 novembre prochain à Paris-Nord Villepinte, les salons INTERCLIMA, IDÉOBAIN et BATIMAT pour former l’évènement international de référence des secteurs de l’architecture, du bâtiment et de la construction. Considéré comme LE rendez-vous incontournable de tous les acteurs de la filière pour relever les défis d’aujourd’hui et de demain, le Mondial du Bâtiment a pour ambition d’être un observatoire à 360° des transformations du secteur.

image

La CAPEB et BUTAGAZ lancent leur nouvelle offre packagée FACILIPASS Chaudière bois

La Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment ( CAPEB ) et Butagaz, fournisseur de solutions multi-énergies, lancent aujourd’hui une nouvelle offre packagée « Chaudière Bois FACILIPASS ». Dans le prolongement des « Pack Chaudière » et « Pack Pompe à Chaleur », cette offre permet le financement par mensualisation sur 60 mois, de travaux d’installation et d’entretien de chaudières à granulés de bois pour les clients particuliers. Parallèlement, l’intégration de l’aide « Habiter Mieux Agilité » de l’ANAH vient compléter les différentes offres FACILIPASS, afin de favoriser les travaux de rénovation énergétique des ménages les plus modestes.

image

Fin de crédit d'impôt au profit d'une prime unique

Mis en place au début des années 1980, le crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE) a vécu. Il sera remplacé au 1er janvier 2020 par un système de prime versé directement aux bénéficiaires.

image

Qu'est-ce qu'une pompe à chaleur

La pompe à chaleur, c'est quoi ? François Deroche de l' AFPAC  nous explique tout ce qui se cache derrière une pompe à chaleur, ses différentes versions et l' économie  d' énergie  qu'elle représente. Plus d'informations sur :   

Les derniers conseils maison

image

Le béton prêt à l'emploi et les bétons pré-dosés

Si vous avez besoin d'un quantité importante de béton vous pouvez vous en faire livrer "prêt à l'emploi", par un camion toupie. À l'inverse, pour de petites qualités, vous pouvez recourir à du béton pré-dosé, en sac de 2 à 30 kg.

image

Le béton prêt à l'emploi et les bétons pré-dosés

Si vous avez besoin d'un quantité importante de béton vous pouvez vous en faire livrer "prêt à l'emploi", par un camion toupie. À l'inverse, pour de petites qualités, vous pouvez recourir à du béton pré-dosé, en sac de 2 à 30 kg.

image

Le gâchage du béton à la bétonnière

L'emploi d'une bétonnière (que vous pouvez louer) s'impose sitôt qu'il est nécessaire de gâcher une quantité relativement importante de béton (coulage d'une petite chape par exemple).

image

Chauffage : les appareils à combustible liquide et les chauffages individuels au gaz

Considéré pendant un temps comme un chauffage de pauvre, le poêle à pétrole est revenu au goût du jour grâce à une série de perfectionnements assurant un fonctionnement sûr et sans odeur. Par ailleurs, sous l'appellation " chauffage au gaz ", on regroupe des appareils individuels, mobiles d'appoint alimentés par des bouteilles, mais aussi aujourd'hui les foyers à gaz , alimentés par réseau et pouvant s'insérer dans un foyer de cheminée. Les foyers à éthanol doivent être avant tout considérés comme des appareils d'appoint décoratifs et d'ambiance. 

image

Limer le métal : choisir la bonne lime et apprendre à limer

Le travail à la lime – l’ajustage en langage professionnel – est un exercice difficile, qui demande un véritable apprentissage. Lorsqu’on est néophyte, il vaut mieux commencer par s’exercer sur des pièces simples (voire sur des chutes).