Poser du lambris

La pose des lames de lambris ne se fait pas directement sur la maçonnerie, mais sur des tasseaux pour ménager une ventilation entre les deux. On trouve des lames en bois, en composite ou en PVC.

Pour mettre les lambris en place, on fixe le plus souvent des tasseaux horizontalement contre le mur (ou verticalement si l'on souhaite une orientation horizontale de lames ), de haut en bas, pour constituer le châssis sur lequel seront fixées les lames.

La préparation des fonds

Il n’est pas nécessaire que le mur soit en parfait état. Il suffit que les tasseaux horizontaux soient solidement fixés. Cette méthode est intéressante, car elle permet de placer les lames sans avoir à refaire les plâtres et les enduits.
Vérifiez la verticalité du mur à l’aide du fil à plomb. Si le mur n’est pas droit, corrigez ce défaut au moment de la fixation des tasseaux en jouant sur leur épaisseur.

Mise en place des tasseaux

Les tasseaux sont soit cloués, soit vissés contre le support. Ils peuvent aussi être fixés avec une colle-mastic murale.
Sur les parois en béton, en pierre, il est nécessaire de percer avant de cheviller pour visser. Il faut percer des trous traversants dans les tasseaux, pour y passer les vis. Utilisez des pointes tête homme que vous chasserez dans le bois, ou des vis à tête fraisée, afin qu’elles ne gênent pas la mise en place des lames. L’écartement des tasseaux doit être prévu en fonction de la longueur des lames ; chacune d’entre elles doit reposer sur au moins deux tasseaux. Si le mur est irrégulier ou pas d’aplomb, des cales glissées sous les tasseaux corrigeront les défauts d’alignement. Placez le fil à plomb contre le tasseau supérieur et repérez la distance entre le fil et le support au milieu et en bas du mur, pour déterminer l’épaisseur des autres tasseaux. Vous pouvez aussi utiliser un niveau laser.
Une distance importante entre le lambris et le mur garantit une bonne isolation (elle permet en plus d’ajouter de l’isolant, si on le souhaite).

La fixation des lames

On peut commencer la pose dans l’angle du mur, après avoir vérifié et éventuellement rectifié la verticalité. On peut également s’aligner sur l’huisserie d’un mur ou d’une porte. On procède soit par clouage, soit par agrafage avec des clips, parfois par collage.

Clouage

Utilisez des pointes tête homme spécialement calibrées et vendues par les fabricants avec les lames. Les pointes sont enfoncées à l’aide d’un marteau léger, de biais, dans la languette et non dans la rainure.
À l'aide du chasse-pointe, noyez la tête, afin qu’elle ne gêne pas la mise en place de la lame suivante.

Pose avec des clips ou crochets à lambris

C’est la technique la plus utilisée. Les lames sont maintenues par des clips métalliques traités contre la rouille. Le clip (ou crochet à lambris) comprend une pince qui maintient le lambris. Il peut être réglé avec la lame d’un tournevis, selon l’écartement de la rainure.
Des trous pratiqués dans le clip permettent la pose par clouage ou par agrafage. Le clip est denté sur sa face inférieure, ce qui favorise sa tenue sur le tasseau. Les guides latéraux facilitent le positionnement correct de l’agrafeuse.
Pour agrafer, utilisez une grosse agrafeuse (pistolet cloueur de tapissier ou d’emballeur). Sur des tasseaux de bois blanc (pin ou sapin), une seule agrafe longue (10 ou 14 mm) suffit. Sur des tasseaux de bois dur, placez deux agrafes plus courtes (4 ou 6 mm). Pour la première agrafe, placez la tête de l’agrafeuse sur le clip, en poussant contre la lame. Pour placer la seconde agrafe, la tête de l’agrafeuse doit buter contre la première agrafe. Si vous constatez que les agrafes ne pénètrent pas entièrement dans les tasseaux, utilisez des agrafes plus courtes. Les clips permettent un démontage simple et rapide du lambrissage. C’est un grand avantage, surtout lorsque le revêtement de bois dissimule des canalisations électriques ou un fil d’antenne qu’il faut réparer.
En outre, les clips laissent le bois jouer librement sous l’effet des variations de la température et de l’humidité ambiantes, empêchant celui-ci de se fissurer.

Collage

Tasseaux et lambris peuvent être collés sur un support propre, plan et dur. Cette méthode n'est cependant que très rarement retenue, car elle interdit tout démontage ultérieur.

Les coupes et la disposition

Il est nécessaire de procéder à des coupes droites pour adapter les lames à la hauteur de la pièce. En général, on dispose les lames de manière à aligner les joints toutes les deux rangées. D’autres dispositions peuvent être adoptées : on utilise parfois des éléments spéciaux (cabochons) pour créer une ligne de coupe uniforme au tiers ou à la moitié de la hauteur ; on peut aussi placer les lames horizontalement (notamment celles en bois du Nord, plus larges) pour créer un décor original (dans ce cas, les tasseaux doivent être fixés verticalement). L’utilisation de lames de grande longueur évite, bien entendu, certaines coupes. Au moment de l’achat, faites les calculs nécessaires, afin de choisir la longueur qui entraînera le moins de chutes.
Pour couper une lame, utilisez une boîte à onglet (si elle est assez large) ou un guide de coupe. Effectuez un tracé préalable et placez une cale martyre sous le lambris. Coupez avec une scie à denture fine (scie à dos).
Il faut quelquefois réaliser des coupes particulières. Placez la lame en position pour dessiner le tracé ou confectionner un gabarit et faites un montage “à blanc” sur le sol. Les découpes courbes doivent être effectuées avec une scie à guichet ou une scie à chantourner.

Les angles

Une fois le mur recouvert, vous aurez à dissimuler les petits interstices entre les lames d’extrémité et les murs ou le plafond. Auparavant, il sera peut-être nécessaire, selon l’espace qui restera, de faire sauter à l’aide d’un rabot la languette de la dernière lame à poser ou, même, de couper cette dernière dans le sens de la longueur. Pour le PVC, on utilisera un gros cutter.
Pour dissimuler les raccords en angle, vous utiliserez des quarts-de-rond ou des profilés métalliques qui se vissent sur le support pour maintenir les lames dans les angles ou contre les huisseries. En bas du panneau lambrissé, vous pourrez clouer une plinthe ou une baguette quart-de-rond. Pour les angles sortants, il est préférable d’utiliser une baguette spéciale si le fabricant en propose ; sinon, posez une baguette ordinaire pour angle sortant.

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Les outils du menuisier

Le bois est un matériau agréable à travailler. Tous les menuisiers amateurs ont éprouvé du plaisir à façonner une pièce de bois pour en faire un meuble ou un objet. N’importe qui croit savoir scier, clouer ou manier la râpe. Mais le travail du bois s’apprend, a fortiori lorsqu’il s’agit de réalisations un peu compliquées qui exigent des traçages et des coupes très précis, un rabotage et des assemblages résistants.

image

Débiter et scier le bois à la main

Les opérations de sciage comprennent le débit de toutes les pièces de bois (ou de panneaux de dérivés) nécessaires à une réalisation, ainsi que les découpes particulières pour préparer les pièces à l’assemblage.  

Les dernieres vidéos maison

image

L'air, le meilleur des isolants

Pourquoi l'air isole-t'il ? Christian Pessey vous explique en quoi les propriétés de l'air lui confère un tel pouvoir isolant.

image

La qualité de l'air dans la maison

Il est souvent dit que l'air intérieur des maisons est très pollué. Dans cette vidéo, Christian PESSEY, avec l'aide de QUALITEL , vous explique comment identifier ces polluants et comment agir pour en réduire le nombre et donc leur impact sur la santé.

image

Accrocher dans la plaque de plâtre

Christian PESSEY et Eric BARNASSON, Responsable du Pôle marketing Produits & Systèmes chez PLACO® , vous donnent tous les conseils pour accrocher de lourdes charges dans de la plaque de plâtre, et notamment toutes les informations sur la plaque à haute résistance Habito®

image

La laine de verre et la santé

Dans cette interview, Christian PESSEY fait le point avec Florence GAUVIN, expert isolation chez ISOVER sur les risques que représenteraient l'utilisation de la laine de verre et pour en avoir le coeur net, ils ont fait appel à l'expertise du docteur Christian RECCHIA.

Les derniers conseils maison

image

Pose d'une fenêtre PVC en rénovation

On trouve désormais dans le commerce des “blocs-fenêtres” en PVC pouvant se substituer facilement à l’ancienne fenêtre. Si l'on conserve le dormant (cadre fixe) existant, comme ici, on parle de remplacement en "rénovation".

image

Chats et chiens : êtes-vous bien assuré?

Les accidents causés par les chiens, les chats, les chiens et autres animaux de compagnie peuvent vous coûter cher. Votre assurance multirisques habitation ne vous couvre peut-être pas suffisamment. La Fédération Française de l'assurance vient de le rappeler.

image

Un isolant pour toiture-terrasse photovoltaïque

Fabricant d’isolants en laine de roche, ROCKWOOL innove en proposant sa nouvelle solution pour les toitures-terrasses photovoltaïques. Plus performant avec son lambda 38, Rockacier C nu Energy garantit une meilleure isolation, des qualités incombustibles et une parfaite stabilité dimensionnelle.

image

La nouvelle pince multifonctions PST Leatherman

Véritable couteau suisse du bricoleur, cette pince multifonctions est un outil étonnant qui combine 14 outils. Le Bond, petit dernier du génial Tim Leatherman, est une véritable boîte à outil de poche.

image

La pompe à chaleur : l'équipement de chauffage le plus économique

Après son étude sur le chauffage électrique en 2020, l’Association Promotelec publie une étude* relative à la perception des Français sur la pompe à chaleur. Dans un contexte sociétal et énergétique marqué de plus en plus par la pression des contraintes écologiques, la pompe à chaleur apparaît comme un dispositif particulièrement en phase avec les attentes des propriétaires.

image

Éviter les remontées capillaires : caniveau, bande d'arase, drainage, étanchéité, injections

Au-delà des phénomènes phréatiques, les grosses pluies sont la cause principale es remontées capillaires qui humidifient l’intérieur des murs du rez-de-chaussée. C’est un grand classique et si l'on en est victimes on risque de se lancer dans des palliatifs dont la plupart sont des cautères sur une jambe de bois et vont coûter une fortune. Un certain nombre d'opération techniques permettent d'éviter d'en arriver là.