Débiter et scier le bois à la main

Les opérations de sciage comprennent le débit de toutes les pièces de bois (ou de panneaux de dérivés) nécessaires à une réalisation, ainsi que les découpes particulières pour préparer les pièces à l’assemblage.

 

Tous les travaux de débit et de sciage peuvent être effectués par des techniques manuelles. Le débit de grosses pièces de bois (madriers, par exemple) est assez pénible et exige une scie à grosse denture. L’utilisation des machines (scie sauteuse, scie circulaire et scie à ruban) permet de travailler rapidement avec une haute précision.

Le débit à la scie égoïne

La scie égoïne est une scie utilisée en de nombreuses occasions par le bricoleur. Elle présente une lame triangulaire, munie d’une poignée en bois ou en plastique.
Il existe des égoïnes de diverses tailles avec des lames à denture grosse, moyenne ou petite. Une lame à grosse denture permet un travail rapide, mais celui-ci est peu précis, car le trait de scie est épais.
Il convient donc de posséder plusieurs scies égoïnes pour effectuer les différentes coupes. Il existe des modèles à lames interchangeables. On utilise généralement une denture universelle, qui permet de tronçonner (scier en travers du fil) ou de refendre (dans le sens du fil). 
Pour scier les panneaux de dérivés contenant des résines synthétiques, il faut utiliser une scie à lame d’acier trempé (qui ne s’affûte pas).

Pour immobiliser la pièce

Le morceau de bois que vous coupez doit être stable. Placez-le sur un établi ou sur une table solide (assez basse pour que le bras ne fatigue pas). Si la pièce est de dimensions réduites, placez-la entre les mâchoires d’un étau (intercalez des cales de bois entre le fer et la pièce pour ne pas endommager le parement).
Vous pouvez également scier en plaçant la pièce sur une chaise solide ou sur des tréteaux.
Si la pièce est importante, il faut placer un soutien dessous, afin qu’il n’y ait pas de cassure en fin de coupe ; cela est particulièrement vrai pour les grands panneaux de dérivés posés sur deux tables de même hauteur placées côte à côte.
Sur un établi ou sur une table, la planche ou le tasseau de bois peuvent être fixés à l’aide d’un serre-joint ou d’un valet.

Pour amorcer le sciage

Le tracé de la coupe doit être effectué sur les quatre faces de la pièce de bois (surtout si les chants sont larges). La main gauche est posée sur la pièce, et la scie est tenue de la main droite. L’ongle du pouce gauche (droit pour les gauchers) est placé sur le trait, afin que la lame soit guidée. La scie étant tenue presque à l’horizontale, amorcez le sciage par de petits coups en tirant la lame vers vous. Dès que l’entaille est faite, la lame de la scie ne risque plus de déraper.

Pour scier correctement

La lame coupe le bois en descendant. Pour obtenir une efficacité maximale, l’inclinaison doit être de 45° par rapport au plan de la planche.
Poussez sur la scie en utilisant le poids du corps, afin de ne pas fatiguer le bras. La lame de la scie doit rester dans le prolongement de l’avant-bras (le support de sciage doit donc être suffisamment bas). Tirez la scie vers vous pour la remonter, sans appuyer. Le mouvement doit être ample et régulier, afin que la lame coupe sur toute sa longueur.

Le délignage

Par ce terme, on entend le sciage en long d’une planche (dans le sens du fil). On déligne notamment pour abattre les chants abîmés d’une planche.
Lors du délignage, les parties séparées par la scie ont tendance à se resserrer et donc à bloquer la lame. Pour éviter cela, placez des petits coins dans le trait de scie, afin qu’il demeure ouvert.

Le paraffinage

Pour déligner ou pour scier un bois dur, on passe généralement la lame à la paraffine, afin qu’elle glisse bien et ne chauffe pas. À défaut, utilisez de la bougie. On évite ainsi le blocage de la lame dans le trait de coupe. 

Nota : ne jamais huiler une scie avant de travailler, car cela tache et fait gonfler le bois.

Pour scier droit

Suivez précisément le trait. La chute doit se trouver à votre droite (pour les droitiers), afin que le tracé reste toujours visible. N’oubliez pas que l’on scie légèrement à l’extérieur du trait (du côté de la chute) ; la pièce est ensuite ajustée lors du rabotage et du ponçage.

Les sciages spéciaux et de précision

Le débit de certaines pièces oblige à faire des découpes courbes, parfois très sinueuses. Pour les assembler, il faut scier les petites pièces avec précision. En outre, lors des finitions, il faut araser sans endommager le bois. Toutes ces opérations impliquent l’utilisation de scies spéciales.

Les découpes courbes

On les réalise à l’aide d’une scie à guichet dont la lame étroite permet de tourner. Cette scie à guichet doit être tenue verticalement ; il est assez difficile de suivre précisément le tracé, car rien ne guide la lame. Il est donc important de scier à l’extérieur du trait pour pouvoir rectifier ensuite à la râpe.
Pour découper un cercle dans un panneau ou au milieu d’une planche, il faut d’abord percer un trou au vilebrequin ou à la perceuse, afin de pouvoir introduire la lame de la scie.
Le travail à la scie à chantourner est plus délicat, car la lame est très fine. Cette scie doit être tenue verticalement ; la lame est orientable, pour suivre précisément les tracés.
Les découpes très sinueuses demandent un certain coup de main. Acquérez de l’expérience en vous exerçant sur des chutes de bois.

Les guides de coupe

La boîte à onglet, en bois ou en matière plastique, permet de réaliser les coupes d’onglet et droites sur des baguettes ou des petits tasseaux.
Il existe aussi des guides de coupe, métalliques, qui rendent possibles les découpes précises sous tous les angles, même pour des pièces de section importante.

Les assemblages

On utilise généralement des scies à dentures fines, qui permettent un travail de précision : scie à tenon (avec monture) ou scie à dos.

Les arasements

Ils sont effectués à l’aide d’une scie spéciale dont le manche est décalé par rapport au plan de la lame. On peut ainsi araser au ras de la pièce sans être gêné.

Le sciage des panneaux plaqués

Les panneaux de particules, de contreplaqué multiplis ou de latté reçoivent un replacage en usine pour en faire des panneaux de décoration. Ce replacage peut être une feuille de stratifié ou d’essence fine (pour la finition ébénisterie). Le panneau de particules plaqué d’une feuille de stratifié blanc est très utilisé pour les plans de travail et les meubles de cuisine. Pour scier ces panneaux, il faut prendre des précautions, car le placage risque d’éclater sous l’action des dents de scie.

Utilisez une scie à panneau, à denture très fine, à lame en acier spécial pour dérivés (qui contiennent des résines synthétiques désaffûtantes). C’est surtout en sortant du panneau que les dents de scie risquent de faire éclater le placage. Attaquez le panneau côté parement. Pour éviter toute détérioration, collez un ruban adhésif sur le tracé et effectuez un nouveau trait sur le ruban.

 

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

L'outillage électroportatif

L'outillage électroportatif est devenu totalement indispensable au bricoleur d'aujourd'hui. Celui-ci a la choix entre un grand nombre d'appareils s'utilisant sur secteur ou sur batterie, intégraux ou à fonctions multiples.

Les dernieres vidéos maison

image

Installer une pompe à chaleur en conservant sa chaudière : la PAC hybride

La pompe à chaleur peut remplacer une vieille chaudière. Il est possible aussi de combiner une PAC avec l'énergie initialement utilisée (gaz ou fioul) : on parle alors de "pompe à chaleur hybride". Comment ça marche? Est-ce intéressant économiquement? Peut-on bénéficier d'aides comme le CITE? Valérie LAPLAGNE, vice-présidente de l' AFPAC (Association Française pour les Pompes à Chaleur), répond aux questions de Christian PESSEY, journaliste de la construction, en charge de l'émission VOTRE MAISON sur RMC. 

image

Bien apprécier la lumière dans les combles

Modélisez rapidement vos combles et imaginez les possibilités d'aménagement pour créer de nouveaux espaces de vie depuis votre smartphone. L'application gratuite My Daylight vous révèle les bénéfices de l'éclairage naturel. Obtenez facilement des pièces plus grandes et plus confortables à vivre. Catherine JUILLARD, Responsable Prescription Lumière et Thomas BERGE, Chef de Produit Digital, tous deux chez VELUX®, répondent aux questions de Christian PESSEY, Journaliste de la Construction, en charge de l'émission VOTRE MAISON sur RMC. 

image

Quels travaux entreprendre à l'arrivée du printemps?

Les jours rallongent et les températures sont plus clémentes : le printemps constitue une belle opportunité d’entreprendre des travaux de rénovation à la maison. Quels que soient les travaux entrepris, la luminosité, l’ouverture sur l’extérieur et le renouvellement de l’air intérieur sont des éléments clés à considérer pour gagner en qualité de vie. De simples ajustements aux projets de rénovation permettront de prioriser ces éléments pour une maison confortable et agréable à vivre pour tous les membres de la famille. Prisca Pellerin, architecte et designer d'intérieur donne des conseils.

image

Le remplacement des fenêtres et le crédit d'impôt (CITE) en 2019

Le remplacement des fenêtres est réintroduit dans le périmètre du Crédit d'Impôt Transition Énergétique en 2019. Mais dans des conditions si restrictives que le bénéfice en est très limité. La conversion en prime pour les ménages défavorisés n'interviendra qu'en 2020. 

image

Réparer les WC

La réparation des WC passe très souvent par le remplacement du robinet flotteur. Tuto pour tout vous expliquer

Les derniers conseils maison

image

Mortier et béton : les agrégats (granulats : sable, gravier, etc.)

Également appelés “granulats”, les agrégats constituent pour ainsi dire la charpente des mortiers et des bétons. Le mot désigne tous les éléments qui peuvent être assemblés par un liant. En maçonnerie, il s’agit essentiellement de sable et de gravillons, mais aussi, dans une certaine mesure, de cailloux et de pierres de faible grosseur. Un mélange de liant, de sable et d'eau donne du mortier . En ajoutant au mélange des graviers, des cailloux, des morceaux de pierre on obtient du béton.

image

Les maladies et les traitements du bois

Omniprésent dans la construction et dans l'aménagement intérieur des maison, le bois est issu d’un végétal : l'arbre. À ce titre, il est vulnérable aux effets de l’humidité, qui favorisent le développement des moisissures, de champignons, ainsi qu’à celles des insectes et de leurs larves et de parasites divers. 

image

Déboucher les canalisations

Les eaux usées des appareils sanitaires (évier, lavabo, baignoire, douche) entraînent des déchets solides qui s’accumulent dans les siphons, au niveau des coudes ou des manchons de prolongation, et qui, au bout d'un certain temps, bouchent la canalisation d’évacuation. Le mal peut être bénin et le débouchage réalisé rapidement ; mais si la pente des canalisations d’évacuation est faible, si celles-ci sont anciennes et mal entretenues, il peut y avoir entartrage et encrassement importants sur une grande longueur de tuyau. Dans ce cas, il faut résoudre le problème en utilisant des appareils puissants, surtout lorsqu’il n’y a pas de regard sur les canalisations permettant une intervention au point précis du bouchon.

image

Béton armé

Lorsqu’on veut réaliser un ouvrage en béton (piliers, poteaux, poutres, linteaux, dalles) ayant une bonne résistance à la traction et à la flexion (par exemple un linteau, une dalle autoporteuse, chaînage en sommet de murs porteurs, etc.), il faut le "ferrailler" pour que la pièce ne casse pas. On utilise des fers (tiges d'acier) ronds, lisses ou tréfilés, de différents diamètres,  qu’il faut noyer dans le béton.

image

Parpaings en béton et blocs de béton cellulaire

Pendant longtemps la pierre et la brique ont été les seuls éléments pour construire “en dur”. Les parpaings de béton et plus récemment les blocs de béton cellulaire ont facilité considérablement les techniques de construction. Si les premiers constituent aujourd'hui le matériau de construction le plus utilisé, les second restent confidentiels en France alors qu'ils sont très utilisés et Europe du Nord.

image

Le chauffage électrique par le sol

L’idée de placer des résistances ou des câbles chauffant dans le sol n’est pas nouvelle, mais sa mise en œuvre est récente. Des fabricants développent même aujourd’hui des solutions intéressantes permettant de constituer des systèmes de confort – plus que de vrais chauffages – dans le sol au cours d’une rénovation.

image

Le chauffage électrique par le sol

L’idée de placer des résistances ou des câbles chauffant dans le sol n’est pas nouvelle, mais sa mise en œuvre est récente. Des fabricants développent même aujourd’hui des solutions intéressantes permettant de constituer des systèmes de confort – plus que de vrais chauffages – dans le sol au cours d’une rénovation.

image

Installer une pompe à chaleur en conservant sa chaudière : la PAC hybride

La pompe à chaleur peut remplacer une vieille chaudière. Il est possible aussi de combiner une PAC avec l'énergie initialement utilisée (gaz ou fioul) : on parle alors de "pompe à chaleur hybride". Comment ça marche? Est-ce intéressant économiquement? Peut-on bénéficier d'aides comme le CITE? Valérie LAPLAGNE, vice-présidente de l' AFPAC (Association Française pour les Pompes à Chaleur), répond aux questions de Christian PESSEY, journaliste de la construction, en charge de l'émission VOTRE MAISON sur RMC.