Ré-ouvrir un puits dans son jardin

On trouvait autrefois un puits dans pratiquement toutes les maisons à la campagne (à l'extérieur mais aussi à l'intérieur de la maison), qui servait à l'arrosage du jardin potager, à l'alimentation du bétail, à l'hygiène, mais aussi, très souvent, à l'alimentation. Ils ont pour la plupart été désaffectés, souvent bouchés, du fait de l'adduction d'eau des maisons, même à la campagne. On les redécouvre aujourd'hui et l'on est tenté de les remettre en service. Certaines conditions sont à satisfaire pour pouvoir le faire.

Rouvrir un puits existant

Si un puits est toujours existant ou simplement fermé, par exemple par un couvercle en bois, voire une dalle, rien ne vous empêche de reprendre son exploitation, surtout s'il est porté au cadastre ainsi que dans votre acte de propriété. Il faut prendre toutes les précautions nécessaires avant de le rouvrir. Peut-être aurez-vous la surprise de découvrir de l'eau pure et limpide à quelques mètres du sol. Vous pouvez la puiser avec des moyens manuels, mais si vous l'exploitez avec une pompe, vous entrez dans des contraintes administratives et fiscales expliquées plus loin.

Remise en état d'un puits

Les puits utilisés ou désaffectés depuis moins de 50 ans n'ont généralement besoin que de peu d'entretien. Il concerne :
– la partie aérienne du puits (margelle, notamment)
– la paroi intérieure du puits quand elle est maçonnée
– l'arrivée d'eau, appelée "naissance" du puits.

Au fil du temps, de nombreux détritus s'accumulent au fond du puits : terre, pierre, sable, déchets divers. Les puits on malheureusement souvent été transformés en dépotoirs. Il faut en extraire les détritus, ce qui ne peut se faire qu'à la main et au seau, à l'ancienne. Le déblaiement, le nettoyage sont le travail du puisatier, immortalisé par un film célèbre. Dans certains cas, par exemple quand le niveau de la nappe phréatique à baissé, il faut creuser le fond du puits, l'approfondir. Il est alors nécessaire de la vider par un pompage intensif pour y parvenir.

Eau non-potable

Attention : l'eau d'un puits en service ou réhabilité, est considérée a priori comme non-potable.  Ce n'est pas parce que la tradition voudrait que l'eau de tel ou tel puits aurait été buvable depuis des siècles qu'elle l'est encore aujourd'hui. Les sources de pollution se sont développées : épandage d'engrais et de pesticides en amont, effluents domestiques de maisons dotées d'un assainissement non-collectif par fosse septique, effluents agricoles liées à des élevages intensifs ont pu polluer la nappe d'eau souterraine alimentant le puits. Seule une analyse microbiologique et physicochimique dans un laboratoire agréé par l'ARS vous permettra de le savoir. Elle peut passer par une pharmacie. En tout état de cause, l'eau ne sera "buvable" que si l'on est dans l'impossibilité de se raccorder à un réseau public d'eau potable.

Forage à côté d'un puits

Dans certains cas, on peut être tenté de considérer qu'il est plus simple de faire un forage à côté d'un ancien puits plutôt que de le réhabiliter. C'est en effet le cas, mais on entre alors dans la problématique de créer un nouveau point d'eau, ce qui, sur le plan administratif est plus compliqué. 

Déclaration de l'ouvrage

Tout particulier désirant utiliser l'eau d'un puits existant ou procéder à un forage doit le déclarer en mairie. Un formulaire est disponible sur internet ou en mairie. Une procédure administrative spécifique s'applique à partir d'un prélèvement annuel de 1000 m3.

Comptage de l'eau de puits

Depuis 2008, il est légalement obligatoire d'installer un dispositif de comptage du volume d'eau prélevé dans un puits ou dans un forage. Cette obligation induit une redevance au titre du rejet des eaux usées.  

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Faire un forage pour avoir de l'eau

Une alimentation en eau autonome est possible : il faut faire un forage. Encore faut-il que les conditions géologiques et hydrologique le permettent et que le volume d'eau que l'on peut obtenir correspondent au besoin. C'est presque toujours le cas pour une utilisation domestique. Il est possible de le faire soi-même avec un matériel adapté (puits à taper).

Puits bouché dans une maison : faut-il le déboucher?

J'ai acheté une maison de village ancienne, et j'ai découvert la présence d'un puits dans la maison qui n'était pas déclaré, ni même dans l'acte de vente. Le problème c'est que ce puits a été bouché par les anciens propriétaires avec des gravats... J'imagine donc qu'il doit y avoir de l'humidité sous les gravats qui n'arrive pas à s'évacuer et qui remonte du coup dans les murs, ce qui apporte de l'humidité à la maison. Nous avons donc commencé à déboucher le puits, nous en sommes à environ 2,50 mètres de profondeur mais j'ignore toujours la profondeur totale... Et au début c'était des gravats, mais là nous arrivons à de la terre... (en sachant que ce puits a été creusé à même la roche). Bref, du coup étant novice dans les puits je me pose plusieurs questions : - je voulais savoir si un puits bouché représente effectivement un risque d'humidité pour les murs de la maison ? - savoir si c'est normal qu'il y ait autant de terre ? - savoir par expérience en moyenne la profondeur de puits dans les maisons ? Je ne l'ai pas précisé aussi mais je n'ai pas l'intention d'utiliser ce puits, je ne veux juste pas avoir de problème d'humidité. Rémi

image

Puits dans une maison

J'envisage d'acheter une maison de village. Dans son garage, il y un puits. Comment savoir si ce puits est dangereux pour la maison?

Les dernieres vidéos maison

image

PAC hybride gaz : Christian PESSEY témoigne !

Dans cette vidéo, Christian PESSEY fait le point sur la PAC hybride gaz et vous annonce notre future série de reportages consacrée à l'installation de ce système, du raccordement au gaz de ville jusqu'à sa mise en service ! 

image

Contrôler sa consommation électrique avec "Mon Pilotage Elec"

Le contrôle de la consommation électrique est plus que jamais à l'ordre du jour. Christian PESSEY et Farida RAFKANI, chef de marché chez ENGIE Particuliers , présentent le système pour rendre connecté votre chauffage : " Mon Pilotage Elec " Il vous permet de maîtriser au mieux votre consommation d'électricité et de piloter votre chauffage.

image

L'air, le meilleur des isolants

Pourquoi l'air isole-t'il ? Christian Pessey vous explique en quoi les propriétés de l'air lui confère un tel pouvoir isolant.

image

La qualité de l'air dans la maison

Il est souvent dit que l'air intérieur des maisons est très pollué. Dans cette vidéo, Christian PESSEY, avec l'aide de QUALITEL , vous explique comment identifier ces polluants et comment agir pour en réduire le nombre et donc leur impact sur la santé.

Les derniers conseils maison

image

Couler les fondations

Le coulage de fondations est presque toujours nécessaire pour assurer la stabilité au sol des ouvrages ; elles peuvent se réduire à une simple semelle de mortier de quelques centimètres d’épaisseur pour un muret ou être constituées de longrines de fortes épaisseurs en béton armé pour les murs porteurs.

image

Fissuration sur terrain argileux : comment être indemnisé?

Le phénomène de retrait-gonflement des argiles (RGA) est accentué par l'alternance brutale de longues périodes de sécheresse et d'évènements pluviaux souvent extrêmes. C'est à l'origine de l'augmentation spectaculaire du nombre et du montant des indemnisations par l'État et les assurances. Pour en bénéficier il faut être très attentif à la procédure.

image

Le chauffe-eau solaire : à redécouvrir

Le chauffe-eau solaire a été la star des années 1970-1980, et puis, au pays de l'électricité pas chère, on l'a oublié. La mauvaise intégration des panneaux en toiture, À l'origine de problèmes d'étanchéité, y a été pour beaucoup. La concurrence du chauffe-eau thermodynamique aussi. Et puis, on le redécouvre. 1 ou 2 panneaux solaires thermiques sur la toiture d'une annexe suffisent pour couvrir gratuitement 50 à 80 % des besoins d'un maison en eau chaude sanitaire ! De quoi faire réfléchir !

image

Pose de tissu mural tendue avec anglésage

A priori, la pose du tissu tendu en grande largeur semble difficile ; c’est pourtant la seule méthode qui permet d’obtenir une véritable tenture murale de qualité. La technique de pose classique, sur baguette bois et avec carton à angléser, n’est d’ailleurs pas très difficile et elle ne demande qu’un outillage réduit. La pose de tissu sur baguettes crée en outre une couche d'air entre le revêtement et le support, assurant ainsi une certaine isolation phonique et thermique. Elle dispense de gros travaux de rénovation du mur s’il est abîmé ; il faut cependant le traiter contre l’humidité.

image

Décaper pour repeindre

Le décapage d’une surface peinte est nécessaire chaque fois qu’on veut la repeindre ou la vernir. On a le choix entre des méthodes chimique ou thermique. La première, plus simple, demande aussi des précautions, le produit étant très corrosif.

image

Réparer une fuite d'eau avec du mastic époxy

Le colmatage d'une fuite , notamment au niveau d'un raccord, peut être réalisé avec du mastic expoxy, deux composants. Il faut bien sûr couper l'eau et essuyer l'endroit de la fuite pour une adhérence optimale du mastic. 

image

Économiser l'eau : les 5 bons conseils du Centre d'Information sur l'Eau

Quelques bons réflexes éco-responsables participent à préserver des quantités importantes d’eau. Pensez aux stop-douches, mitigeurs thermostatiques, chasses d’eau économiques, systèmes de récupération d’eau de pluie sur gouttière, etc. pour éviter la surconsommation et préserver nos ressources naturelles.

image

Voile d'ombrage : mieux qu'un parasol ou qu'un store

La voile d'ombrage est, comme son nom l'indique, une toile triangulaire rappelant une voile de bateau, tendue pour se protéger du soleil et de la chaleur. Elle conviendra notamment pour ombrer efficacement une terrasse. Quand elle es imperméable elle peut aussi protéger d'une averse.

L’installation de plomberie

Les canalisations de plomberie

L’installation sanitaire d’une maison ou d’un appartement comprend des canalisations d’alimentation en eau sous pression. Si les canalisations en plomb ont aujourd’hui disparue, les tubes en acier, les tubes en cuivre, assemblés par des raccords de plomberie mécanique ou soudés sont largement utilisés. Les tubes métalliques sont remplacés largement par des canalisations en polyéthylène (PER) ou par des canalisations multicouches. 

Les évacuations sanitaires

L’évacuation des eaux usées est assurée au niveau de l’installation intérieure par des tubes en PVC de différentes sections, en fonction du volume d’eau des appareils (évier, lavabo, baignoire, douche, bidet, W.-C.) assemblés par collage. Elles dirigent l’eau vers les installations d’assainissement : réseau public, fosse septique ou micro-station d’épuration.