Salle de bains ou cuisine : le passage des canalisations d'évacuation des eaux usées

Quand on entreprend l’installation ou la rénovation d’une salle de bains ou d’une cuisine, il faut concevoir et réaliser un réseau d'évacuation rationnel, compatible avec l'organisation des lieux, avec la décoration, mais surtout adapté aux appareils sanitaires qui seront mis en place.

Idéalement, la meilleure solution reste l’encastrement des canalisations. L’emploi du PVC permet de faire passer les tubes d’évacuation dans une dalle de béton, qui assure l’étanchéité au sol indispensable dans un local humide (elle est généralement destinée à supporter un carrelage, un dallage ou, exceptionnellement, un parquet collé). Le plombier (et le maçon) amateur peut réaliser lui-même l’encastrement, qui ne demande pas de connaissances particulières ni d’outils très spécialisés. Cependant, il s’agit là de travaux importants qui exigent certaines précautions.

Évacuations apparentes des canalisations des appareils

Les appareils comme les bacs éviers d'une cuisine ou le lavabo d'une salle d'eau sont réalisés en tubes PVC de différents diamètres, posés de façon apparente le long des plinthes, avec une pente de 2 à 3 cm par mètre. On utilise classiquement des tubes de 32 mm de diamètre par appareil (40 mm pour une douche). Ces conduits sont généralement accrochés de façon apparente par des colliers Atlas ou des colliers lyres, fixés au mur par chevillage et vissage. Ils peuvent aussi être noyés dans le sol quand il s'agit d'une dalle d'étage.

Encastrement des canalisations sous dalle

La collecte des eaux, si elle se fait de plain-pied, est généralement encastrée dans le sol. La dalle de béton est coulée sur un hérisson de pierres, dans lequel se trouvent placées les canalisations d’évacuation. Les tubes en PVC sont donc à placer à l’intérieur de ce lit de pierres et non coulés dans le béton lui-même. L’ensemble hérisson de pierres-dalle de béton est lourd : pour l'amateur, il vaut mieux s'en tenir à ce type de réalisation en plain-pied plutôt qu'à un plancher d'étage.

La canalisation principale d’évacuation doit avoir un diamètre assez grand (au moins 100 mm), et il faut respecter une pente minimale de 3 cm par mètre pour que l’eau circule sans risque de bouchage. Il convient de tenir compte de ces éléments pour calculer l’épaisseur de l’ensemble hérisson-dalle.

Dans le cas d’une dalle autoporteuse en étage, le problème est différent, puisqu’il n’y a pas de hérisson. Il s’agit d’une entreprise complexe qui n’est pas à la portée de l’amateur.

Pour réaliser une salle de bains avec l’ensemble du réseau d’évacuation encastré dans le sol, on est souvent obligé de surélever son niveau par rapport aux pièces voisines.

Le plan

Il est indispensable pour réussir une installation rationnelle. Utilisez du papier millimétré et dessinez le plan à grande échelle pour qu’il soit facilement lisible et que tous les détails y figurent.
Vous devez faire deux plans : une vue d’avion (plan au sol) et une vue verticale représentant les quatre murs de la pièce.

La place des éléments sanitaires ou des équipements

Le plan vue d'avion permet de choisir la place de chaque élément pour que la salle de bains ou la cuisine soit équipée de manière rationnelle.
Pour déterminer la place de ces différents éléments au mieux des besoins, de l’habitabilité et de l’esthétique, le plus simple consiste à les découper dans du papier de couleur (à l’échelle) pour les déplacer sur le plan.

Le passage des canalisations encastrées

Sur le plan vue d'avion, déterminez d’abord la place de la canalisation d’évacuation principale à laquelle doivent être reliées les évacuations des différents appareils. Cette place dépend de la situation de la colonne d’évacuation des eaux usées. La canalisation principale doit se raccorder le plus directement possible à cette colonne. Lorsque l’habitation est reliée au tout-à-l’égout (assainissement collectif), il n’y a pas de problème majeur ; à la campagne (assainissement non collectif), avec les fosses septiques anciennes, les eaux-vannes (qui proviennent des W.-C.) sont évacuées vers une fosse septique, vous ne devez pas raccorder la canalisation d’évacuation des eaux ménagères sur celle des eaux-vannes, car les détergents détruiraient la fosse septique. Cette séparation n'est plus nécessaire avec une fosse "toutes eaux". Il en est de même avec une micro-station d'épuration.

Sur le plan vertical, il faut faire figurer les canalisations d’évacuation qui viennent des appareils sanitaires. Compte tenu de la pente à respecter, vous pouvez calculer facilement l’épaisseur de l’ensemble hérisson-dalle.
Que la colonne d’alimentation générale en eau froide soit ou non dans la pièce, il faut que le raccordement soit le plus direct possible. Si la salle de bains est équipée d’un chauffe-eau à gaz, prévoyez les raccordements ainsi que les aérations, conformes aux normes imposées par le distributeur de gaz (ventilations haute et basse).

Attention ! Le passage des canalisations d’eau oblige à effectuer des trous assez gros dans les murs. Un perforateur est souvent nécessaire. Dans certains cas, vous pourrez vous contenter d'une perceuse électrique avec une mèche à béton, mais ne la réglez pas systématiquement sur la position percussion (sauf si le mur est très dur). Vous risquez en effet d’ébranler la maçonnerie, si elle est fragile.

 

Partager avec vos amis :


Cet article peut vous intéresser :

image

Les solutions de doublage dans la salle de bains

La salle de bains est devenue l’une des pièces à vivre préférée des Français.  Synonyme de bien-être, elle nécessite une vigilance optimale en matière de protection contre l’humidité. Générée par les projections d’eau et les dégagements de vapeur , cette humidité altère la qualité et la durabilité des installations, et peut devenir néfaste pour la santé. Il existe une gamme complète de solutions de doublage (Placo ®)  pour préserver ce lieu de l'humidité.

Les dernieres vidéos maison

image

Les ministres pointent du doigt les fraudeurs à la rénovation énergétique

Julien Denormandie, ministre du Logement, Emmanuelle Wargon, secrétaire d’Etat à la Transition Ecologique, et Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat à l’Economie ont annoncé un renforcement des exigences pour l’attribution du label RGE,  plus de contrôles exerces par la DGCCRF, mais aussi par l’Anah. 

image

CAPEB : redonner la confiance dans le label RGE (Reconnu Garant de l'Environnement)

Depuis 18 mois d’échanges et de réunions, les pouvoirs publics, l’ADEME, la DGCCRF, l’ANAH, les représentants des consommateurs, les organisations professionnelles du bâtiment et les organismes de qualification ont participé aux travaux de rénovation du dispositif RGE. Les pouvoirs publics ont arbitré et devraient procéder à la rédaction des futurs arrêtés qui encadreront ce nouveau dispositif et qui seront applicables au cours du 1er semestre 2020. La CAPEB a participé activement à l’instance partenariale dont le but était de « réformer ensemble », soucieuse de renforcer la crédibilité du dispositif RGE, auprès des consommateurs et des entreprises.

image

LE CHAUFFAGE AU BOIS : UNE REPONSE A L’AUGMENTATION DE LA FACTURE ENERGETIQUE DES MENAGES

Le médiateur de l’énergie a publié hier son baromètre annuel. « Comme en 2018, 15% des répondants déclarent avoir souffert du froid au cours de l’hiver (…). Un tiers des ménages a restreint le chauffage pour ne pas avoir de factures trop élevées, et un foyer sur dix rencontre des difficultés pour payer certaines factures d’électricité ou de gaz naturel. »

image

Le Mondial du Bâtiment : du 4 au 8 novembre à Villepinte (Batimat, interclima, Idéobain)

Le Mondial du Bâtiment réunira, du 4 au 8 novembre prochain à Paris-Nord Villepinte, les salons INTERCLIMA, IDÉOBAIN et BATIMAT pour former l’évènement international de référence des secteurs de l’architecture, du bâtiment et de la construction. Considéré comme LE rendez-vous incontournable de tous les acteurs de la filière pour relever les défis d’aujourd’hui et de demain, le Mondial du Bâtiment a pour ambition d’être un observatoire à 360° des transformations du secteur.

image

La CAPEB et BUTAGAZ lancent leur nouvelle offre packagée FACILIPASS Chaudière bois

La Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment ( CAPEB ) et Butagaz, fournisseur de solutions multi-énergies, lancent aujourd’hui une nouvelle offre packagée « Chaudière Bois FACILIPASS ». Dans le prolongement des « Pack Chaudière » et « Pack Pompe à Chaleur », cette offre permet le financement par mensualisation sur 60 mois, de travaux d’installation et d’entretien de chaudières à granulés de bois pour les clients particuliers. Parallèlement, l’intégration de l’aide « Habiter Mieux Agilité » de l’ANAH vient compléter les différentes offres FACILIPASS, afin de favoriser les travaux de rénovation énergétique des ménages les plus modestes.

image

Fin de crédit d'impôt au profit d'une prime unique

Mis en place au début des années 1980, le crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE) a vécu. Il sera remplacé au 1er janvier 2020 par un système de prime versé directement aux bénéficiaires.

image

Qu'est-ce qu'une pompe à chaleur

La pompe à chaleur, c'est quoi ? François Deroche de l' AFPAC  nous explique tout ce qui se cache derrière une pompe à chaleur, ses différentes versions et l' économie  d' énergie  qu'elle représente. Plus d'informations sur :   

Les derniers conseils maison

image

Le béton prêt à l'emploi et les bétons pré-dosés

Si vous avez besoin d'un quantité importante de béton vous pouvez vous en faire livrer "prêt à l'emploi", par un camion toupie. À l'inverse, pour de petites qualités, vous pouvez recourir à du béton pré-dosé, en sac de 2 à 30 kg.

image

Le béton prêt à l'emploi et les bétons pré-dosés

Si vous avez besoin d'un quantité importante de béton vous pouvez vous en faire livrer "prêt à l'emploi", par un camion toupie. À l'inverse, pour de petites qualités, vous pouvez recourir à du béton pré-dosé, en sac de 2 à 30 kg.

image

Le gâchage du béton à la bétonnière

L'emploi d'une bétonnière (que vous pouvez louer) s'impose sitôt qu'il est nécessaire de gâcher une quantité relativement importante de béton (coulage d'une petite chape par exemple).

image

Chauffage : les appareils à combustible liquide et les chauffages individuels au gaz

Considéré pendant un temps comme un chauffage de pauvre, le poêle à pétrole est revenu au goût du jour grâce à une série de perfectionnements assurant un fonctionnement sûr et sans odeur. Par ailleurs, sous l'appellation " chauffage au gaz ", on regroupe des appareils individuels, mobiles d'appoint alimentés par des bouteilles, mais aussi aujourd'hui les foyers à gaz , alimentés par réseau et pouvant s'insérer dans un foyer de cheminée. Les foyers à éthanol doivent être avant tout considérés comme des appareils d'appoint décoratifs et d'ambiance. 

image

Limer le métal : choisir la bonne lime et apprendre à limer

Le travail à la lime – l’ajustage en langage professionnel – est un exercice difficile, qui demande un véritable apprentissage. Lorsqu’on est néophyte, il vaut mieux commencer par s’exercer sur des pièces simples (voire sur des chutes).