Tracer sur le bois

La menuiserie fait appel à des techniques relativement simples, mais qui sont issues d’un savoir-faire traditionnel dont il faut respecter les principes et l’ordonnancement. Le traçage est à la base de tous les travaux de menuiserie. De sa précision dépend la qualité du travail.

Le menuisier débutant a tendance à négliger la précision du traçage, ou à ne pas le respecter exactement au moment des opérations de coupe ou d’usinage. Résultat : les meubles sont bancals, les assemblages ont du jeu. Astreignez-vous à soigner le traçage à toutes les étapes de la réalisation. Un tracé précis, exact et scrupuleusement respecté est une garantie de réussite.

Le plan

Dessiné sur papier millimétré, le plan permet de concevoir rationnellement une réalisation. Il donne la possibilité de prendre la mesure des difficultés à résoudre et de l’organisation des pièces. Il faut le réaliser à grande échelle, et les cotes doivent y figurer. Punaisez le plan au-dessus de l’établi pour pouvoir le consulter régulièrement.

Bien tracer

Il faut respecter quelques règles générales et se familiariser avec certaines techniques particulières. La pointe à tracer, en acier, permet de réaliser des traits fins et précis.
Hachurez toujours les chutes et marquez d’une croix les traits de coupe. Utilisez les signes conventionnels pour indiquer les mortaises borgnes ou traversantes. 
Pour reporter le profil d’une pièce sur une autre, placez les pièces l’une sur l’autre au lieu de recourir à des prises de mesures compliquées. Vérifiez que votre règle est parfaitement droite.

La prise de mesures

Les outils

On utilise le double mètre pliant ou à ruban et le réglet métallique. La prise de mesures doit être précise. Le mètre doit être déplié bien droit et maintenu fermement pendant que l’on marque les repères.

Le crayon pour les repères

On utilise le crayon plat de menuisier, bien taillé en lame (mais un simple crayon peut convenir), ou la pointe à tracer. Un repère de mesure ne doit pas être un simple point, toujours très peu visible, ni un trait qui manque de précision.
Pour faire un repère précis, tracez un “V” (la pointe contre la graduation du réglet) ou une croix (prise de mesure au compas).

Le double mètre pliant à 10 branches (ou à 5 branches pour le simple mètre)

Il est en bois, en plastique ou en métal. Il est gradué au millimètre (et, en général, au demi-millimètre pour les dix premiers centimètres). Il est pratique pour mesurer les grandes longueurs, car il est rigide.

Le réglet métallique

Il est réservé aux mesures précises (pour les assemblages, en particulier). Il est généralement percé d’un trou à une de ses extrémités, ce qui permet le traçage des cercles.

Le mètre ruban

Il est moins encombrant. Il est commode pour effectuer des relevés rapides. Il comporte la même graduation que le mètre pliant. De nombreux perfectionnements ont été apportés : enrouleurs et dérouleurs à ressort, graduation sur le boîtier pour mesurer entre deux murs ; rebord métallique pour accrocher l’extrémité ; dispositif d’immobilisation du ruban (on peut ainsi tracer des cercles ou des parallèles). On trouve des modèles triple mètre et certains pouvant aller jusqu'à 5 m.

Le trusquin, l’équerre graduée et le compas

Le trusquin est un outil traditionnel un peu oublié qui comprend un fût, une tige coulissant perpendiculairement dans celui-ci et une pointe au bout de la règle. Il permet de tracer des traits parfaitement parallèle au chant d'une planche, d'une barre, d'un tasseau dont le chant est bien droit.
L'équerre est indispensable pour tracer des angles droits. La fausse-équerre (ou sauterelle) est une équerre réglable, qui permet de reporter tous les angles lors du traçage. Elle peut être également être utilisée pour la prise de mesures.
Le compas du menuisier n'est pas d'une grande précision. Il permet de reporter des côtes, de tracer des cycles ou des parties de cercle. Il permet aussi de tracer, comme le trusquin, un trait parallèle au chant d'une pièce de bois rectiligne.

Le calepinage

On exécute des prises de mesures et des tracés à différentes étapes de la réalisation. Le calepinage vient en premier. Cette opération consiste à tracer, en grandeur nature, les différentes parties du meuble sur les planches et les tasseaux, ou sur les panneaux de dérivés.
Pour le calepinage, partez du plan et effectuez le tracé en répartissant au mieux les différentes parties sur les planches. Une bonne répartition permet de réaliser des économies de bois, car les différentes parties peuvent s’emboîter. On comprend tout l’intérêt de dessiner le plan avant l’achat du bois. Vous pouvez même découper le schéma et répartir les différentes pièces pour calculer au plus juste les planches à acheter.

L’établissement des pièces

Après le sciage, il faut pouvoir reconnaître facilement les différentes pièces, afin de ne pas faire de confusion. C’est pourquoi l’on marque chaque élément lors du calepinage. Il existe des signes conventionnels permettant l’identification rapide de toutes les parties. Ces signes d’établissement permettent de reconnaître :
• le parement et le contre-parement (la face la plus belle et la mieux rabotée doit servir de parement) ;
• les montants (gauche ou droite) ;
• les traverses (haute, centrale ou basse).
Il existe en outre un signe particulier pour indiquer un trait de coupe (trait marqué d’une croix). Les différentes pièces peuvent être également numérotées pour faciliter l’identification.
Pour ne pas commettre d’erreur : au moment du sciage, vous devez reconnaître au premier coup d’œil les chutes des pièces à découper. Prenez l’habitude de hachurer systématiquement toutes les chutes ; cette précaution évite le coup de scie malencontreux qui endommage une pièce et, parfois même, qui vous oblige à la remplacer. D’une manière générale, le sciage se fait toujours légèrement à l’extérieur du trait. Cela permet ensuite d’amener la pièce aux cotes exactes à l’aide du rabot et de la râpe.
Dans le cas où le tracé a placé deux pièces côte à côte, il convient de tenir compte de l’épaisseur du trait de coupe qui varie en fonction de la scie utilisée (voie plus ou moins importante). Faites un essai sur un morceau de bois pour mesurer l’épaisseur du trait.

Les tracés 

Le tracé effectué lors du calepinage doit être exact, afin de réduire au maximum le travail de rectification au rabot ou à la râpe. Il doit être parfait lors de la préparation des pièces pour les assemblages, de façon que le montage final soit d’équerre et qu’il n’y ait pas de jeu. Cela est vrai pour les assemblages simples (mi-bois ou tenon et mortaise), mais plus encore pour les assemblages délicats (queue-d’aronde ou trait de Jupiter).
Théoriquement, si le tracé est correctement réalisé, il n’y a pas besoin d’ajuster la pièce à la râpe ou au papier de verre après le sciage. Pratiquement, pour les menuisiers amateurs, c’est le plus souvent nécessaire, mais cette intervention doit être réduite au minimum.

Pour tracer des parallèles à un chant

• Utilisez le trusquin après avoir réglé l’écartement. Tracez en tirant l’outil vers vous. Il existe des trusquins à deux pointes de traçage, pour effectuer en une seule fois le tracé des joues de mortaise ou de tenon. Il faut que le chant de la pièce soit parfaitement dressé. 
• Vous pouvez aussi utiliser un compas, en traînant l'une de ses branches le long du chant de la pièce et en traçant un trait avec l'autre branche sur celle-ci.

Pour tracer les angles

• L’équerre sera utilisée pour tracer un angle droit. Les équerres de menuisier comportent un talon qui permet de tracer les angles de 45° (équerre d’onglet).
Vous pouvez aussi obtenir un angle de 45° à l’aide d’un compas, en traçant la bissectrice d’un angle droit. L’équerre s’appuie sur le chant de la pièce de bois, qui doit être bien dressée.
• La fausse-équerre, qui comporte une lame fixe et une lame coulissante et inclinable, réglable à l’aide d’une vis, permet de relever et de reporter les angles quelconques. La fausse équerre rectifiée comporte une lame mobile sur un rapporteur classique.

Pour tracer les cercles

• Les compas de menuisier permettent de tracer les cercles de diamètre petit ou moyen.
• Le compas de précision comporte une vis de rappel à écrou rapide.Il peut être utile pour certains tracés.
• Une ficelle permet de tracer les grands cercles : à un bout, on attache une pointe, à l’autre bout, un crayon, et on décrit le cercle en maintenant la ficelle tendue.
• Une latte de bois qui pivote sur une pointe sert aussi à tracer les cercles : on perce un trou à l’extrémité, pour passer la mine du crayon qui trace le cercle voulu.

 

 

 

 

Bien tracer

 

Il faut respecter quelques règles générales et se familiariser avec certaines techniques particulières.

– La pointe à tracer, en acier, permet de réaliser des traits fins et précis.

– Hachurez toujours les chutes et marquez d’une croix les traits de coupe. Utilisez les signes conventionnels pour indiquer les mortaises borgnes ou traversantes.

– Pour reporter le profil d’une pièce sur une autre, placez les pièces l’une sur l’autre au lieu de recourir à des prises de mesures compliquées.

– Vérifiez que votre règle est parfaitement droite.

Partager avec vos amis :


Cet article peut vous intéresser :

image

Les outils du menuisier

Le bois est un matériau agréable à travailler. Tous les menuisiers amateurs ont éprouvé du plaisir à façonner une pièce de bois pour en faire un meuble ou un objet. N’importe qui croit savoir scier, clouer ou manier la râpe. Mais le travail du bois s’apprend, a fortiori lorsqu’il s’agit de réalisations un peu compliquées qui exigent des traçages et des coupes très précis, un rabotage et des assemblages résistants.

Les dernieres vidéos maison

image

L'air, le meilleur des isolants

Pourquoi l'air isole-t'il ? Christian Pessey vous explique en quoi les propriétés de l'air lui confère un tel pouvoir isolant.

image

La qualité de l'air dans la maison

Il est souvent dit que l'air intérieur des maisons est très pollué. Dans cette vidéo, Christian PESSEY, avec l'aide de QUALITEL , vous explique comment identifier ces polluants et comment agir pour en réduire le nombre et donc leur impact sur la santé.

image

Accrocher dans la plaque de plâtre

Christian PESSEY et Eric BARNASSON, Responsable du Pôle marketing Produits & Systèmes chez PLACO® , vous donnent tous les conseils pour accrocher de lourdes charges dans de la plaque de plâtre, et notamment toutes les informations sur la plaque à haute résistance Habito®

image

La laine de verre et la santé

Dans cette interview, Christian PESSEY fait le point avec Florence GAUVIN, expert isolation chez ISOVER sur les risques que représenteraient l'utilisation de la laine de verre et pour en avoir le coeur net, ils ont fait appel à l'expertise du docteur Christian RECCHIA.

Les derniers conseils maison

image

Pose d'une fenêtre PVC en rénovation

On trouve désormais dans le commerce des “blocs-fenêtres” en PVC pouvant se substituer facilement à l’ancienne fenêtre. Si l'on conserve le dormant (cadre fixe) existant, comme ici, on parle de remplacement en "rénovation".

image

Chats et chiens : êtes-vous bien assuré?

Les accidents causés par les chiens, les chats, les chiens et autres animaux de compagnie peuvent vous coûter cher. Votre assurance multirisques habitation ne vous couvre peut-être pas suffisamment. La Fédération Française de l'assurance vient de le rappeler.

image

Un isolant pour toiture-terrasse photovoltaïque

Fabricant d’isolants en laine de roche, ROCKWOOL innove en proposant sa nouvelle solution pour les toitures-terrasses photovoltaïques. Plus performant avec son lambda 38, Rockacier C nu Energy garantit une meilleure isolation, des qualités incombustibles et une parfaite stabilité dimensionnelle.

image

La nouvelle pince multifonctions PST Leatherman

Véritable couteau suisse du bricoleur, cette pince multifonctions est un outil étonnant qui combine 14 outils. Le Bond, petit dernier du génial Tim Leatherman, est une véritable boîte à outil de poche.

image

La pompe à chaleur : l'équipement de chauffage le plus économique

Après son étude sur le chauffage électrique en 2020, l’Association Promotelec publie une étude* relative à la perception des Français sur la pompe à chaleur. Dans un contexte sociétal et énergétique marqué de plus en plus par la pression des contraintes écologiques, la pompe à chaleur apparaît comme un dispositif particulièrement en phase avec les attentes des propriétaires.

image

Éviter les remontées capillaires : caniveau, bande d'arase, drainage, étanchéité, injections

Au-delà des phénomènes phréatiques, les grosses pluies sont la cause principale es remontées capillaires qui humidifient l’intérieur des murs du rez-de-chaussée. C’est un grand classique et si l'on en est victimes on risque de se lancer dans des palliatifs dont la plupart sont des cautères sur une jambe de bois et vont coûter une fortune. Un certain nombre d'opération techniques permettent d'éviter d'en arriver là.