Assembler le bois

On parle d’assemblage dès que l’on cloue l’une sur l’autre deux pièces de bois. Quand on réalise des meubles, même très simples, il faut avoir recours à des assemblages qui demandent des connaissances et un savoir-faire.

La précision des assemblages

Il faut éviter le “jeu”. L’ajustage des pièces doit être extrêmement précis. Pour obtenir ce résultat, il convient de respecter quelques règles:
soignez les tracés : utilisez un crayon fin ou une pointe à tracer, hachurez les chutes;
ajustez exactement : sciez ou entaillez légèrement à l’extérieur du trait et ajustez ensuite à la râpe ou au papier de verre. Placez fréquemment les pièces l’une sur l’autre pour vérifier.
• faites un montage “à blanc” du meuble, avant l’assemblage définitif, pour vérifier la précision des assemblages et le bon équerrage de l’ensemble.
évitez de faire les découpes en série lorsque plusieurs pièces doivent être découpées de la même manière. Reprenez les mesures et faites un tracé à chaque fois : il peut y avoir de légères différences dues à un petit gauchissement du bois ou à un équerrage imparfait.
utilisez toujours une bonne colle à bois ; laissez sécher suffisamment longtemps, en maintenant avec des serre-joints.
renforcez, si nécessaire, l’assemblage avec des pièces métalliques.

Principes d’assemblage

Les menuisiers emploient couramment plus d’une centaine d’assemblages, en fonction de la manière dont les pièces doivent être réunies et de la solidité recherchée. L’amateur doit connaître les principales méthodes d’assemblage et dans quels cas les utiliser
Les clous et les vis donnent une médiocre solidité. Ils servent surtout pour renforcer les assemblages. Les meubles d’ébénisterie sont réalisés sans aucune pièce métallique : tout tient avec de la colle.

Assemblages à tenon et mortaise

C’est le moyen le plus connu pour réunir deux pièces de bois à plat, en “T” ou en extrémité. Facile à réaliser, il donne une bonne solidité. Il existe des variantes : tenon et mortaise avec épaulement, mortaise borgne, double tenon et mortaise.

L’enture

C’est l’assemblage en bout de deux pièces de bois. Il est difficile d’obtenir une solidité satisfaisante lorsque les sections sont faibles.
On distingue l’enture à sifflet renforcée de clé, l’enture à mi-bois en queue-d’aronde, l’enture à double sifflet et l’enture par tourillonnage.

À mi-bois

Très simple, ce moyen sert à assembler deux pièces à plat, toutes deux entaillées de la même manière. Il est souvent renforcé.
Les variantes sont : à mi-bois en bout, en “T”, d’onglet, en queue-d’aronde.

Assemblage à rainure et languette

Procédé destiné à réunir deux pièces chant sur chant (dans le sens de la longueur). On l’appelle aussi embrèvement. On procède par embrèvement d'une languette (mâle) dans une rainure. 
Variantes : à fausse languette, à double rainure et à languette.

Assemblage à queue droite et queue-d’aronde

Assez difficile à réaliser, ce procédé sert à assembler deux pièces larges en bout. Il est utilisé en particulier pour l’assemblage des côtés de tiroirs. Variantes : queues droites, queues-d'aronde recouvertes sur une face ou deux (assemblage invisible).

Assemblage par enfourchement

Proche du tenon et mortaise, cet assemblage sert à réunir deux pièces posées à plat. La mortaise est remplacée par une fourche découpée à l’extrémité d’une des pièces.
Variantes : l’enfourchement en bout, en “T”, et double.

Assemblage par embrèvement sur l’angle

Proche de l’assemblage à rainure et languette, il sert à réunir deux pièces chant sur chant, perpendiculairement. 

Assemblage par tourillons

Petits cylindres de bois durs, les tourillons servent à réaliser de nombreux assemblages. Ils sont également utilisés comme renforcement. On assemble par tourillons deux panneaux chant contre chant, dans le sens de la longueur. L’enture est fréquemment renforcée de tourillons.

Le collage des assemblages bois

Tous les assemblages sont collés. Cependant, la colle est peu efficace appliquée en bout : la surface irrégulière se prête mal à l’adhérence. Les colles vinyliques (liquides, blanches ou transparentes) donnent de très bons résultats sur un bois de fil (assemblage tenon et mortaise, par exemple).
Les surfaces à coller doivent être dépoussiérées et débarrassées de toute trace de graisse. Appliquez la colle au pinceau en couche mince, ajustez les pièces et placez-les dans un serre-joint pendant quelques heures (suivez les conseils donnés par le fabricant). Pour l’extérieur, utilisez plutôt des colles polyuréthane (PU).

La consolidation des assemblages bois

Les assemblages sont souvent renforcés avec des clous ou des vis ; leur longueur doit être inférieure aux deux tiers de l’épaisseur de la pièce.
On consolide également avec des chevilles métalliques, qui s’enfoncent au marteau, ou des chevilles en bois de section ronde ou carrée, que l’on enfonce en force après perçage.

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Tracer sur le bois

La menuiserie fait appel à des techniques relativement simples, mais qui sont issues d’un savoir-faire traditionnel dont il faut respecter les principes et l’ordonnancement. Le traçage est à la base de tous les travaux de menuiserie. De sa précision dépend la qualité du travail.

image

Les outils du menuisier

Le bois est un matériau agréable à travailler. Tous les menuisiers amateurs ont éprouvé du plaisir à façonner une pièce de bois pour en faire un meuble ou un objet. N’importe qui croit savoir scier, clouer ou manier la râpe. Mais le travail du bois s’apprend, a fortiori lorsqu’il s’agit de réalisations un peu compliquées qui exigent des traçages et des coupes très précis, un rabotage et des assemblages résistants.

Les dernieres vidéos maison

image

Faire des économies d'énergie

Christian PESSEY et Francis TIFFANNEAU, expert chez QUALITEL , font le point de toutes ces règles et habitudes de vie, simples mais efficaces, qui permettent d'économiser l'énergie dans son logement.

image

Isolation des parois : la fin des ossatures?

Dans une conférence de presse commune, confirmant le rapprochement entre Placo et Isover, les représentants des marques du groupe Saint-Gobain ont annoncé jeudi 23/01/2020 une innovation capitale associant deux de leurs produits phares : la plaque Habito pour Placo (plaque haute densité à rigidité et densité renforcée) et l a laine de verre GR 32 ou GR 30 aux performances thermiques élevées et aux propriétés mécaniques qui facilitent la mise en œuvre. L'innovation réside dans la suppression des ossatures métalliques rendue possible par l’association d’une plaque de plâtre ultra résistante et d'accessoires de pose brevetés, inspirés du système Optima. D'où l'appellation du système : Optimax Habito®.  

Les derniers conseils maison

image

Électricité : le matériel de contrôle

Les dépannages, mais aussi les travaux d’installation et de modification, imposent souvent la nécessité d’utiliser un matériel de contrôle plus ou moins élaboré.

image

Bricolage en toute sécurité

Le bricolage n’est pas en soi une activité dangereuse. Mais l’emploi de machines électroportatives ou à poste fixe, l’intervention sur un circuit électrique ou les travaux de soudure, par exemple, exigent le respect de précautions élémentaires, sans lesquelles vous risqueriez de mettre en jeu votre sécurité, ainsi que celle de vos proches.

image

Sécurité électrique dans l'atelier de bricolage

La multiplication des machine électroportatives ou à poste fixe impose une large utilisation de l'électricité dans l'atelier de bricolage. Il faut donc prendre un certain nombre de précautions pour l'utiliser en toute sécurité.

image

Assembler le métal à froid

Les pièces de métal peuvent être assemblées à chaud, mais aussi à froid. Les différentes techniques utilisées dépendent de la destination des pièces, de la résistance souhaitée et du métal travaillé. On assemble à froid par collage, vissage et rivetage

image

Le placage des chants

C’est le moyen de donner à un simple panneau de particules ou de contreplaqué l’aspect d’un panneau de bois noble.

image

Protéger sa maison contre les cambriolages : les précautions et équipements de base

La protection du domicile et le droit de propriété sont inscrits dans nos traditions et dans nos lois. Nous y sommes tous très attachés. Ils supposent des clôtures, des fermetures et des dispositifs particuliers. La protection contre les cambriolages passe tout à la fois par la qualité de ces fermetures et par une protection et une surveillance faisant largement appel à l’électronique. Que l’on soit locataire ou propriétaire, on a à cœur de protéger l’endroit où l’on vit et les meubles et objets que l’on possède.