Béton : semelle de fondation pour murets et poteaux

Ce genre de "fondation" ne convient seulement que pour supporter une construction légère reposant sur un bon terrain. 

Fondation légère

Le type le plus simple en est la semelle en rigole, destinée généralement à supporter un muret, dont elle ne sert, en fait, qu'à assurer la stabilité et l'ancrage au sol. Elle ne conviendra que dans la mesure où la charge de l'ouvrage est inférieure à la résistance du sol lui-même.

Fondation importante

Pour une semelle plus importante, on jouera alors sur sa largeur, ce qui permettra de mieux répartir la charge qu'elle aura à supporter. Afin d'économiser le béton, on réalisera une fondation à empattement, la partie enterrée étant dotée de deux pans inclinés (appelés glacis). C'est cette même conception qui sera retenue pour les fondations de poteaux et de piliers, celles-ci ayant la forme d'une pyramide tronquée, dont la surface d'appui sera fonction de la charge à supporter.

Le tracé des fondations

Le tracé de l'excavation nécessaire à la réalisation d'une semelle ou à la fondation d'un poteau doit être aussi précis que possible. Les cordeaux constitueront l'accessoire de traçage majeur. Vous les tendrez à l'aide de piquets, en les dégageant complètement du sol. Ces cordeaux devront être parfaitement tendus de façon à obtenir un tracé précis. Celui-ci se fera sur le sol à l'aide de la partie pointue d'une pioche et prendra donc la forme d'une petite saignée pratiquée dans la terre.

La fouille pour les fondations

L'importance de la fouille dépendra bien évidemment de celle de l'ouvrage que la semelle aura à supporter. Sachez d'abord qu'elle devra être plus large que le mur auquel elle servira d'assise. Sans entrer dans des calculs compliqués, disons qu'un muret de moins de 1 m de hauteur devra reposer sur une semelle d'au moins 5 cm d'épaisseur, dont la largeur débordera de 5 cm de chaque côté du mur. L'épaisseur augmentera de 5 cm par mètre supplémentaire, et le débord de chaque côté évoluera dans les mêmes proportions.

Ce genre de travail demande un matériel simple dont dispose tout bon bricoleur. En l'absence de moyens mécaniques (pelleteuse par exemple), vous devrez prévoir:
– une pioche 
– une bêche
– une pelle
– un seau de maçon
– une brouette pour le transport des déblais
une barre (parfois utile pour déloger les grosses pierres).
Vous délimiterez la fouille d'abord à la bêche, puis creuserez à la pioche, la pelle ne devant vous servir qu'au déblai de la terre.

Veillez à la verticalité des parois de la tranchée, et surtout à sa profondeur. Le fond doit être parfaitement plat de façon à garantir l'horizontalité de la construction. Le niveau sera donc ici d'une grande utilité.

Réalisation de la fondation

La tranchée est désormais prête à recevoir le béton. Si la profondeur de la semelle n'excède pas 10 à 15 cm, vous pouvez couler directement le béton dans la tranchée. Celle-ci étant creusée, vous vérifierez la résistance de son fond avec une "dame". Si vous jugiez qu'elle n'est pas satisfaisante, vous pourriez y verser une ou deux couches de sable ou de gravillons que vous tasseriez. Versez la première couche (ferraillez éventuellement) et tassez de nouveau afin que le béton adhère bien à la terre. Coulez le reste du béton et tassez de nouveau, cette fois avec une dame plus large, une batte à plomber de jardinier. Laissez durcir au moins 48 heures avant de passer à la construction du muret. La réalisation d'une semelle de plus grandes dimensions (pour un barbecue, par exemple) sera obtenue de la même façon. Une relative fragilité, liée à une plus grande surface au sol, impose ici un ferraillage. Il en est de même pour une fondation vouée à supporter un muret important. Vous réaliserez donc une armature par quadrillage de même type que celle nécessaire pour la fabrication d'une dalle-plancher.

Coffrage de fondation

Si l'épaisseur de la semelle excède une quinzaine de centimètres de profondeur, et si le terrain est assez meuble, il est indispensable de procéder à un coffrage qui, d'une part empêchera la terre de s'effondrer dans la tranchée, et d'autre part permettra de contenir avec précision la coulée de béton.

Les planches du coffrage seront donc placées parallèlement aux côtés de la tranchée. Vous veillerez à utiliser des planches entières pour chacun de ces côtés. Des tasseaux serviront de pièces d'écartement ; ils devront être placés en force de façon à plaquer les planches sur les parois de la tranchée. Vous coulerez une première couche de béton (le tiers de l'épaisseur totale) dont la pression suffira à maintenir l'écartement des planches. Vous damerez la couche ainsi déposée et ôterez les tasseaux d'écartement, que vous placerez plus haut entre les planches, leur chant supérieur correspondant au niveau final du béton dans le coffrage. Ils serviront ainsi de guide lors du réglage final du béton. Vérifiez l'horizontalité de ces tasseaux à l'aide d'un niveau que vous placerez sur une règle posée entre deux tasseaux. Coulez la totalité du béton en le faisant déborder sur les tasseaux-guides, et réglez de façon à éliminer l'excédent de béton. Otez les guides après prise du béton et rebouchez leurs emplacements. Le lissage se fera avec un petit bouclier. Retirez le coffrage dans les 48 heures.

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Coffrage du béton

Plus particulièrement utilisés pour la réalisation d'ouvrages en béton armé, les coffrages serviront dès que l'on voudra donner au béton durci une forme très précise résultant d'un véritable moulage. Le moule utilisé ici sera en fait un simple coffrage, constitué d'éléments plats en bois, parfois en métal et même en matière plastique. Le coffrage permettra donc de limiter la coulée et de contenir le béton frais pendant la prise.

image

Le béton armé : ferraillage des poteaux, des poutres, des linteaux et des dalles

Matériau à haute résistance, le béton est néanmoins cassant sitôt que s'exerce sur lui des tensions importantes. Il est particulièrement sensible à la traction. Le remède à cette relative fragilité consiste à placer dans la pièce en béton une armature métallique qui, en la renforçant dans d'appréciables proportions, en fera un matériau de construction idéal, pratiquement inaltérable, permettant de véritables prouesses architecturales, et possédant des qualités de résistance au feu bien supérieures à celles du fer et du bois.  

image

Faire du béton (dosage et gâchage)

La fabrication du béton est proche de celle du mortier. On peut gâcher à la main pour les faibles quantités, mais on utilise le plus souvent une bétonnière, qui facilite grandement les opérations lorsqu’il s’agit de couler une dalle ou de réaliser des travaux de coffrage importants. Pour une grosse quantité de béton, on aura recours à une livraison par camion-toupie.

Les dernieres vidéos maison

image

Immobilier : l'impact du confinement

Près de 3 mois de confinement ont fait prendre conscience aux Français des qualités et, plus souvent encore, des carences de leur logement. Manque de surface, de pièces, de balcon ou de terrasse, de jardin... suscitent de nouvelles envies. Le déconfinement les libère. C'est ce que nous explique Éric ALLOUCHE, le directeur général exécutif du réseau ERA 

image

A quel point le bois de chauffage est-il économique ?

Dans cette interview, Christian PESSEY et Jean-Louis BAL, président du label flamme verte vous expliquent en quoi le bois de chauffage représente encore aujourd'hui l'un des combustibles les plus économiques. 

image

Les isolants naturels : qu'est-ce que c'est?

Les isolants naturels ont le vent en poupe. Christian PESSEY fait le point sur le sujet avec Joël PACCANELLI, gérant de ECO-LOGIS, entreprise de distribution d’éco-matériaux pour la maison et notamment de matériaux d’isolation biosourcés et de peintures écocertifiés.

image

Pompe à chaleur et confort d'été

Dans cette interview, Christian PESSEY et Christel MOLLÉ de l' AFPAC , font le point sur l'utilisation d'une pompe à chaleur réversible pour améliorer le confort d'été dans votre logement. 

image

Les conseils de la semaine du 4 au 10 mai

Isoler les combles  contre la chaleur, tout savoir sur  les prises et les interrupteurs , entretenir une  terrasse en terre cuite , rénover les  meubles de jardin , insonoriser une  pompe de piscine , choisir un  chauffe-eau électrique , rénover la pierre, nettoyer un  crépis monocouche , réparer les  fuites de chasse-d’eau  : retrouvez tous les conseils publiés pendant la semaine.

Les derniers conseils maison

image

Les différents métaux utilisés en bricolage

Par le mot “métallerie”, on entend le travail d’un certain nombre de métaux usuels, que l’on trouve dans le commerce sous forme de plaques (tôle), de barres plates ou rondes, de tubes et de profilés. Un certain nombre d'entre eux peuvent être utilisés dans la maison pour sa construction, pour sa rénovation et quand vous bricolez. Il est bon de la connaître.

image

Faire du bois de chauffage

Le bois est une énergie renouvelable dont la qualité n’est plus à démontrer. L’évolution des poêles, inserts, foyers fermés et même chaudières l’ont replacé en bonne position parmi les différents combustibles. Si vous possédez une parcelle boisée ou si vous pouvez acheter du bois sur pied, il est très intéressant de pouvoir “faire son bois” soi-même, bien sûr dans le respect des règles d’exploitation raisonnée de la forêt.

image

Une initiative collective de production et d'autoconsommation d'électricité entre voisins : HARMON'YEU

Au printemps 2020, ENGIE, en partenariat avec la mairie de l’Île d’Yeu et 3 institutions locales, a lancé cette expérimentation innovante d’autoconsommation collective baptisée Harmon’Yeu. Né grâce à la volonté de ses habitants et des autorités locales de s’inscrire dans la transition énergétique, ce projet constitue une première en France dans le fait qu’il intègre plusieurs maisons individuelles productrices d’énergie et une batterie de stockage commune, à l’échelle d’un quartier. Un logiciel intelligent développé spécifiquement par ENGIE pour le projet permet de piloter la répartition de l’énergie produite entre les utilisateurs.

image

Faire une terrasse en bois ou en composite

C’est toujours le moment de s’intéresser à la terrasse, que vous soyez en maison individuelle ou en logement avec un grand balcon ou une terrasse. Souvent le sol est en béton ou en carrelage. La tendance est à les recouvrir de lames en bois ou en bois composite, parfois en dalles de caillebotis.