Béton : semelle de fondation pour murets et poteaux

Ce genre de "fondation" ne convient seulement que pour supporter une construction légère reposant sur un bon terrain. 

Fondation légère

Le type le plus simple en est la semelle en rigole, destinée généralement à supporter un muret, dont elle ne sert, en fait, qu'à assurer la stabilité et l'ancrage au sol. Elle ne conviendra que dans la mesure où la charge de l'ouvrage est inférieure à la résistance du sol lui-même.

Fondation importante

Pour une semelle plus importante, on jouera alors sur sa largeur, ce qui permettra de mieux répartir la charge qu'elle aura à supporter. Afin d'économiser le béton, on réalisera une fondation à empattement, la partie enterrée étant dotée de deux pans inclinés (appelés glacis). C'est cette même conception qui sera retenue pour les fondations de poteaux et de piliers, celles-ci ayant la forme d'une pyramide tronquée, dont la surface d'appui sera fonction de la charge à supporter.

Le tracé des fondations

Le tracé de l'excavation nécessaire à la réalisation d'une semelle ou à la fondation d'un poteau doit être aussi précis que possible. Les cordeaux constitueront l'accessoire de traçage majeur. Vous les tendrez à l'aide de piquets, en les dégageant complètement du sol. Ces cordeaux devront être parfaitement tendus de façon à obtenir un tracé précis. Celui-ci se fera sur le sol à l'aide de la partie pointue d'une pioche et prendra donc la forme d'une petite saignée pratiquée dans la terre.

La fouille pour les fondations

L'importance de la fouille dépendra bien évidemment de celle de l'ouvrage que la semelle aura à supporter. Sachez d'abord qu'elle devra être plus large que le mur auquel elle servira d'assise. Sans entrer dans des calculs compliqués, disons qu'un muret de moins de 1 m de hauteur devra reposer sur une semelle d'au moins 5 cm d'épaisseur, dont la largeur débordera de 5 cm de chaque côté du mur. L'épaisseur augmentera de 5 cm par mètre supplémentaire, et le débord de chaque côté évoluera dans les mêmes proportions.

Ce genre de travail demande un matériel simple dont dispose tout bon bricoleur. En l'absence de moyens mécaniques (pelleteuse par exemple), vous devrez prévoir:
– une pioche 
– une bêche
– une pelle
– un seau de maçon
– une brouette pour le transport des déblais
une barre (parfois utile pour déloger les grosses pierres).
Vous délimiterez la fouille d'abord à la bêche, puis creuserez à la pioche, la pelle ne devant vous servir qu'au déblai de la terre.

Veillez à la verticalité des parois de la tranchée, et surtout à sa profondeur. Le fond doit être parfaitement plat de façon à garantir l'horizontalité de la construction. Le niveau sera donc ici d'une grande utilité.

Réalisation de la fondation

La tranchée est désormais prête à recevoir le béton. Si la profondeur de la semelle n'excède pas 10 à 15 cm, vous pouvez couler directement le béton dans la tranchée. Celle-ci étant creusée, vous vérifierez la résistance de son fond avec une "dame". Si vous jugiez qu'elle n'est pas satisfaisante, vous pourriez y verser une ou deux couches de sable ou de gravillons que vous tasseriez. Versez la première couche (ferraillez éventuellement) et tassez de nouveau afin que le béton adhère bien à la terre. Coulez le reste du béton et tassez de nouveau, cette fois avec une dame plus large, une batte à plomber de jardinier. Laissez durcir au moins 48 heures avant de passer à la construction du muret. La réalisation d'une semelle de plus grandes dimensions (pour un barbecue, par exemple) sera obtenue de la même façon. Une relative fragilité, liée à une plus grande surface au sol, impose ici un ferraillage. Il en est de même pour une fondation vouée à supporter un muret important. Vous réaliserez donc une armature par quadrillage de même type que celle nécessaire pour la fabrication d'une dalle-plancher.

Coffrage de fondation

Si l'épaisseur de la semelle excède une quinzaine de centimètres de profondeur, et si le terrain est assez meuble, il est indispensable de procéder à un coffrage qui, d'une part empêchera la terre de s'effondrer dans la tranchée, et d'autre part permettra de contenir avec précision la coulée de béton.

Les planches du coffrage seront donc placées parallèlement aux côtés de la tranchée. Vous veillerez à utiliser des planches entières pour chacun de ces côtés. Des tasseaux serviront de pièces d'écartement ; ils devront être placés en force de façon à plaquer les planches sur les parois de la tranchée. Vous coulerez une première couche de béton (le tiers de l'épaisseur totale) dont la pression suffira à maintenir l'écartement des planches. Vous damerez la couche ainsi déposée et ôterez les tasseaux d'écartement, que vous placerez plus haut entre les planches, leur chant supérieur correspondant au niveau final du béton dans le coffrage. Ils serviront ainsi de guide lors du réglage final du béton. Vérifiez l'horizontalité de ces tasseaux à l'aide d'un niveau que vous placerez sur une règle posée entre deux tasseaux. Coulez la totalité du béton en le faisant déborder sur les tasseaux-guides, et réglez de façon à éliminer l'excédent de béton. Otez les guides après prise du béton et rebouchez leurs emplacements. Le lissage se fera avec un petit bouclier. Retirez le coffrage dans les 48 heures.

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Coffrage du béton

Plus particulièrement utilisés pour la réalisation d'ouvrages en béton armé, les coffrages serviront dès que l'on voudra donner au béton durci une forme très précise résultant d'un véritable moulage. Le moule utilisé ici sera en fait un simple coffrage, constitué d'éléments plats en bois, parfois en métal et même en matière plastique. Le coffrage permettra donc de limiter la coulée et de contenir le béton frais pendant la prise.

image

Le béton armé : ferraillage des poteaux, des poutres, des linteaux et des dalles

Matériau à haute résistance, le béton est néanmoins cassant sitôt que s'exerce sur lui des tensions importantes. Il est particulièrement sensible à la traction. Le remède à cette relative fragilité consiste à placer dans la pièce en béton une armature métallique qui, en la renforçant dans d'appréciables proportions, en fera un matériau de construction idéal, pratiquement inaltérable, permettant de véritables prouesses architecturales, et possédant des qualités de résistance au feu bien supérieures à celles du fer et du bois.  

image

Faire du béton (dosage et gâchage)

Le béton est proche du mortier, la seule différence étant l'ajout de graviers lors du gâchage. On peut gâcher à la main pour les faibles quantités, mais on utilise le plus souvent une bétonnière, qui facilite grandement les opérations lorsqu’il s’agit de couler une dalle ou de réaliser des travaux de coffrage importants. Pour une grosse quantité de béton, on aura recours à une livraison par camion-toupie.

Les dernieres vidéos maison

image

L'air, le meilleur des isolants

Pourquoi l'air isole-t'il ? Christian Pessey vous explique en quoi les propriétés de l'air lui confère un tel pouvoir isolant.

image

La qualité de l'air dans la maison

Il est souvent dit que l'air intérieur des maisons est très pollué. Dans cette vidéo, Christian PESSEY, avec l'aide de QUALITEL , vous explique comment identifier ces polluants et comment agir pour en réduire le nombre et donc leur impact sur la santé.

image

Accrocher dans la plaque de plâtre

Christian PESSEY et Eric BARNASSON, Responsable du Pôle marketing Produits & Systèmes chez PLACO® , vous donnent tous les conseils pour accrocher de lourdes charges dans de la plaque de plâtre, et notamment toutes les informations sur la plaque à haute résistance Habito®

Les derniers conseils maison

image

Installer un store à enrouleur

La gamme des stores à enrouleur est très vaste, on en trouve de toutes sortes et de toutes dimensions. Ils présentent l'avantage de la discrétion puisqu'une fois enroulés, ils libèrent la totalité de la baie. Ils sont aussi très économiques. Ils peuvent être tamisants ou plus ou moins occultants, blancs ou de différentes couleurs. Il en existe aussi pour fenêtres de toit .

image

Faire entretenir sa chaudière avant l'hiver

Toutes les chaudières doivent être entretenue un fois par an, par une entreprise qualifiée qui vous remettra une attestation dans les 15 jours de l’intervention, à conserver 2 ans. Si vous êtes locataire, regardez votre bail : dans certains cas, cette obligation revient au propriétaire. Si ce n’est pas le cas, c’est à vous de faire faire l’ entretien et vous devrez produire cette attestation au bailleur.  

image

Alimentation électrique d'un lave-linge dans une salle d'eau

L'installation d'un lave-linge pose souvent un réel problème dans les immeubles relativement ancien. S'ils sont la plupart du temps conçu pour recevoir un lave-vaisselle dans la cuisine, rien n'est généralement prévu pour le lave-linge, qu'on retrouve souvent de ce fait dans la salle de bains, la salle de douche ou le cabinet de toilette. Si l'alimentation et l'évacuation ne présente pas de difficulté du fait de la présence des appareils sanitaire, l'alimentation électrique doit généralement être créée dans le le respect des règles de sécurité liées à cet endroit spécifique.

image

Mortier bâtard : à quoi ça sert?

Le mortier bâtard résulte du mélange de ciment et de chaux, de sable et d'eau. On obtient ainsi un mortier de haute qualité, plus solide que le mortier de chaux, plus facile à travailler et plus respirant que le mortier de ciment.

image

Dalle béton : quand et pourquoi la ferrailler?

Une dalle béton est une structure solide destinée à supporter une charge plus ou moins importante selon son épaisseur et sa structure. Pour supporter les tensions de l'ouvrage, elle est renforcée par des fers destinés à assurer sa résistance.

image

Briques verre pour mur ou cloison

Les briques de verre constituent une bonne solution pour séparer une pièce en deux tout en laissant passer la lumière. Elles sont très appréciées dans les cuisines et salles de bains, à cause de leur tenue à la graisse et à l’humidité. Il s'agit de blocs creux, extrêmement résistants, qui peuvent s'assembler pour former de véritables ouvrages de maçonnerie. Ce type de cloison rivalise favorablement avec celles en plaques de plâtre .

image

Logement durable : les Français plébiscitent !

D'après le Baromètre* QUALITEL - IPSOS 2021, 75% des Français ont à cœur d’avoir un logement plus respectueux de l’environnement. L’opinion a saisi l’importance de limiter sa consommation d’énergie, et plus largement, « d’habiter durable ». Le gain, pour la planète, mais aussi pour le confort au quotidien, est globalement perçu et compris. Pourtant, certains critères qui contribuent également très concrètement à rendre le logement plus durable restent encore secondaires pour les Français.

image

Journée nationale de la qualité de l’air : Isoler son logement pour mieux respirer ?

Nous passons en moyenne 80 % à 95 % de notre temps à l’intérieur. Un adulte respire environ 15 000 litres d’air par jour. Lorsque l’air intérieur est pollué, il peut contribuer à la détérioration de la santé des occupants des bâtiments. A l’occasion de la journée mondiale de la qualité de l’air, ROCKWOOL, leader mondial des solutions d’isolation par laine de roche dresse le bilan des solutions pour mieux construire tout en préservant la santé.

Rénovation et entretien de votre logement

Rénover tous les secteurs de la maison

Tous les conseils pratiques et les informations dans tous les secteurs de l’habitat, pour entretenir, rénover, réparer, construire sa maison par Christian PESSEY, journaliste de la construction. L’entretien de la maison est crucial pour une utilisation optimale et quotidienne de votre logement, mais aussi pour maintenir la valeur de votre maison au plus haut niveau. 

Un entretien régulier de la maison

Faute d’entretien régulier, il faut souvent recourir à une rénovation globale, par des travaux de consolidation de la maçonnerie, par une restructuration du bâti, une mise à niveau de l’isolation et du chauffage pour une exploitation rationnelle de la maison, en économisant l’énergie, donc les dépenses de chauffage, dans le respect de l’environnement, par réduction des nuisances, des particules fines, mais aussi des gaz à effet de serre dans la perspective d’une optimisation du bilan carbone de l’habitat.