Fusibles et disjoncteurs

Les différents circuits d’une installation doivent obligatoirement être protégés par des dispositifs capables d’interrompre instantanément leur alimentation électrique dès que s’y produit un incident (court-circuit, et, dans certains cas, retour à la terre) ou que la puissance demandée au circuit est supérieure à celle du diamètre des conducteurs. Ces dispositifs de protection sont de deux types : fusibles (désormais interdits) ou disjoncteurs (voir interrupteurs) divisionnaires.

 

Les fusibles : à remplacer d'urgence

Les plombs

Pendant longtemps, les installations électriques domestiques ont été protégées par des fusibles au principe de fonctionnement extrêmement simple : la fusion. Le passage d’un courant électrique dans un conducteur entraîne un échauffement du métal qui le compose. À une section de conducteur donnée véhiculant un courant d’intensité déterminée correspond une température précise. Une élévation de température du conducteur provenant d’une demande d’intensité supérieure résultant du raccordement d’un appareil de forte puissance ou d’un incident (court-circuit) entraîne la fusion du fusible et la coupure du circuit. Les plombs traditionnels ont d'abord été remplacés par des fils de laiton, au point de fusion plus précis, puis par des cartouches fusibles logés dans un puits cylindrique à obturateur vissant.  Tous ces dispositifs sont désormais hors norme et doivent être remplacés par des interrupteurs ou des disjoncteurs différentiels.

Le plomb ayant un point de fusion bas, on l’a utilisé très tôt comme coupe-circuit. On l’a associé à des appareils en porcelaine ressemblant un peu à des prises de courant. Les porte-fusibles anciens sont composés d’un socle en porcelaine avec deux alvéoles métalliques pour chaque conducteur, destinés à recevoir les deux broches métalliques d’une sorte de fiche à corps de porcelaine. Les plus anciens sont en forme de tabatière.
Le contact entre les deux alvéoles, et donc les deux broches, est assuré par un fil de plomb : ses points de fusion et donc de rupture sont fonction de son diamètre. Ce genre de coupe-circuit doit impérativement être remplacé par des systèmes plus modernes.

Les cartouches fusibles

Elles se composent de deux culots métalliques sertis aux extrémités d’un tube de porcelaine à l’intérieur duquel se trouve un fil fusible reliant les culots. Elles sont strictement calibrées, tant au niveau de la température de fusion que de leur diamètre.
Elles trouvent place dans différents dispositifs, dont le plus connu se présente sous la forme d’un socle percé d’un trou que vient fermer un bouton basculant.
À un ampérage donné correspond un diamètre de logement et donc de cartouche précis. D’où l’impossibilité d’augmenter l’ampérage du coupe-circuit, et donc de rétablir le courant si l’on ne dispose pas de la cartouche adéquate assurant une protection optimale. Dans toute la mesure du possible, ces dispositifs doivent être remplacés par des coupe-circuits différentiels.

Ne jouez pas avec les fusibles !

Si votre installation est encore protégée par des fusibles au plomb, il est impératif de la rénover. D'ici là, ne jouez surtout pas avec la taille du fil fusible protégeant vos circuits. Ne modifiez pas la puissance des fusibles et, surtout, ne les remplacez jamais par des éléments métalliques (fil de fer, trombone, épingle à cheveux, etc.) qui, ne pouvant fondre, suppriment totalement le coupe-circuit. Il en va de même avec le détournement d'une cartouche fusible grillée à l'aide d'une bande de papier aluminium. Il en va, bien sûr, de votre sécurité ; mais sachez aussi qu’en cas d’incendie, une enquête de l’assurance est toujours possible et que votre responsabilité peut être engagée

Les disjoncteurs

Un disjoncteur empêche qu'un courant trop intense (surtension, surcharge ou court-circuit) puisse endommager les circuits électriques d'une installation ou les appareils. qu'elle dessert. Un disjoncteur a toujours une valeur limite exprimé en ampères (10A, 16A, 20A, ou 32A). Quand un incident se produit (court-circuit) ou que l'intensité demandée au circuit dépasse ce seuil (branchement d'un appareil trop puissant ou d'un ensemble excessif d'appareils) le disjoncteur coupe donc automatiquement le courant.

On distingue 3 types de disjoncteurs :

  • le disjoncteur général, qui assure la protection de l'ensemble de l' installation,
  • les disjoncteurs divisionnaires ou modulaires, protégeant les différents circuits,
  • les disjoncteurs différentiels, qui coupent l'alimentation de l'installation ou/et des différents circuits quand une "fuite" de courant se produit du fait d'un défaut d'isolation des circuits ou des appareils, et d'un retour à la terre. Ils protègent donc à la fois l'installation et les personnes contre les risques d'électrocution et d'électrisation. Ils peuvent être de type "disjoncteur général" ou de type "disjoncteur divisionnaire".

Un disjoncteur différentiel est caractérisé par une valeur limite: la sensibilité, exprimée en milli-Ampères (mA). La valeur classique est de 30mA. Pour qu'il fonctionne, il est indispensable que l'installation possède un borne reliée à la terre et que chaque circuit puisse y être raccordé par un conducteur dit de "protection" (fil vert, jaune ou plus classiquement vert-jaune). 

La norme NF C15-100 (qui régit les installations domestiques) fait obligation de protéger par un dispositif différentiel haute sensibilité (30 mA) les prises de courant, les circuits des salles d’eau et les circuits "éclairage", même quand ils ne sont pas accessibles (plafonnier).

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Installations électriques dangereuses

Toutes les enquêtes le prouvent : les installations électriques des maisons et appartements sont pour la plupart hors normes, voire vétustes et dangereuses. Pour le savoir, vous pouvez conduire un certain nombre de vérifications.

image

La production et la distribution de l'électricité

La production d’énergie électrique est assurée, dans un pays comme la France, par différents types de centrales : hydraulique (turbine sur des chutes d’eau), thermique (à gaz ou à charbon), atomique (80% de la production). D’autres sources sont aujourd’hui complémentaires ou à l’étude : solaires, éoliennes, géothermiques. La distribution est assurée par un réseau aérien maillé.  

image

Les installations électriques encastrées

L’encastrement des circuits et des conducteurs qui les composent permet de réaliser des installations à la fois discrètes (seuls les capots des appareils sont apparents) et sûres (l’isolation et la protection des conducteurs étant mieux garanties).

Les dernieres vidéos maison

image

Accrocher dans la plaque de plâtre

Christian PESSEY et Eric BARNASSON, Responsable du Pôle marketing Produits & Systèmes chez PLACO® , vous donnent tous les conseils pour accrocher de lourdes charges dans de la plaque de plâtre, et notamment toutes les informations sur la plaque à haute résistance Habito®

image

La laine de verre et la santé

Dans cette interview, Christian PESSEY fait le point avec Florence GAUVIN, expert isolation chez ISOVER sur les risques que représenteraient l'utilisation de la laine de verre et pour en avoir le coeur net, ils ont fait appel à l'expertise du docteur Christian RECCHIA.

image

Chauffage: le suivi à distance

Dans cette vidéo, Christian PESSEY et Camille MAINGUENAUD, chef de projet marketing chez ENGIE Home Service , vous expliquent comment fonctionne le suivi à distance de votre chaudière et en quoi il représente un avantage certain pour son entretien.

image

Comment isoler sa maison ?

Dans cette vidéo, Christian PESSEY et Pierre-Guillaume VUILLECARD, responsable de la communication chez Les ECO-Isolateurs se sont interrogés sur ce qui fait une bonne isolation. 

Les derniers conseils maison

image

Repeindre la façade

En maintenant l’extérieur d’une maison en bon état, on préserve son étanchéité et sa qualité esthétique. Il est inutile de peindre les briques, mais si l’une d’entre elles est abîmée ou poreuse, il faut la remplacer avant que l’humidité ne se propage. Il est en revanche important de repeindre périodiquement les crépis avec une peinture façade microporeuse. Elle présente l’avantage de protéger la façade en empêchant l’eau et l’humidité de pénétrer, tout en laissant la maçonnerie respirer.

image

Cloisons légères de séparation : quel matériau choisir?

Monter une cloison permet de réaliser différents aménagements : séparer un grand espace en plusieurs pièces, créer une séparation dans une pièce ou installer un coin bureau ou toilettes. Suivant votre besoin et l’emplacement de la cloison, il est important de faire le bon choix.  

image

Isoler la toiture de combles aménageables

Quand on veut conserver la possibilité d’utiliser les combles, notamment pour en faire des pièces à vivre, on isole la sous-toiture et non le sol du grenier. On utilise pour cela de la laine minérale ou végétale de forte épaisseur. La solution la plus simple est de l’embrocher sur des suspentes et de la maintenir par des profilés (appelés aussi fourrures) métalliques sur lesquels sont ensuite fixées des plaques de plâtre ou encore du lambris. Ce type d’isolant (ici IBR Contact) très performant est gainé d’un voile de protection limitant les risques d’irritation de la peau quand on le manie.

image

Confinement : aménager la maison pour le télétravail

Les confinements successifs révèlent la place prépondérante qu'est en train de prendre le télétravail, autrement dit, le travail à la maison, encouragé, voire imposé par les Pouvoirs publics et donc par les entreprises. L'expérience démontre la nécessité d'organiser voire d'aménager les lieux pour être efficace et pour ne pas déranger le reste de la famille.

image

Couler une dalle en béton extérieure

Le béton commence à prendre 2 h environ après avoir été gâché. Il faut donc le couler, le tasser et en lisser la surface pendant cette durée. Divisez les grandes surfaces en sections pouvant être finies sans difficulté dans ce laps de temps. Vous pouvez marcher sur le béton au bout de 3 jours, mais attendez 5 jours avant de le décoffrer et au moins 10 avant de rouler dessus avec une voiture.  

image

L'humidité dans la maison en hiver

C’est l’un des principaux problèmes que l’on peut rencontrer dans une maison en cette saison. D’abord parce que c’est la période où le taux d’humidité dans l’air est le plus élevé, mais aussi parce que quand il ne neige pas, il  pleut beaucoup .