Isoler un mur intérieur ou une cloison

L'isolation intérieure des parois présente l'avantage de la simplicité des travaux, mais l'inconvénient de prendre de la place en surface et de devoir refaire la décoration intérieure. Les isolants sont soit collés directement sur le mur à isoler, soit intégrés à des doublages avec ossatures métalliques.

Isolation par des murs intérieurs par panneaux composites

Les panneaux composites constituent le matériau idéal pour la rénovation et l’isolation de l’habitat ancien quand les murs sont parfaitement réguliers. La couche de laine minérale ou de polystyrène expansé ((PSE) associée à la plaque de plâtre de parement  assure une parfaite isolation, quelle que soit la région. Le côté plaque de plâtre permet de disposer d’un fond parfait pour la mise en peinture ou la pose de papier peint.

La mise en œuvre

On peut adopter la pose collée directement sur le mur. Il est nécessaire que les murs soient exempts d’humidité. On ne peut pas coller ce type de panneaux sur un fond de plâtre qui tient mal ou sur une maçonnerie dont le mortier se détache.
En revanche, un mur en brique, en pierre, en béton ou recouvert de plâtre en bon état convient tout à fait. Il n’y a pas de risques de condensation, un pare-vapeur étant intercalé entre la plaque de plâtre et la couche isolante.
L’adhésif est appliqué sur l’isolant et non sur le mur.
• Déposez la colle par plots, à la truelle au dos de l'isolant. Le diamètre des plots de colle doit être de 10 cm.
• Placez des cales sur le sol pour désolidariser les panneaux isolants de celui-ci. Après séchage de la colle, ces cales seront retirées, et le vide sera rempli d’une bande de calfeutrement.
• Appliquez le panneau contre le mur.
• Appuyez sur tous les points du panneau à l’aide d’un long tasseau bien dressé ou d’une règle métallique. Le temps de prise de la colle est de 30 à 40 minutes.
Le jointoiement se fait de la même manière que celui des plaques de plâtre. Toutefois, il existe des profilés en matière plastique en U qui facilitent l’assemblage.

La colle

Il s’agit d’un mortier adhésif fabriqué à partir de plâtre. Cette colle est conditionnée en sac de poudre de 25 kg. Pour la gâcher, il faut compter 12 l d’eau par sac. Le malaxage doit être énergique ; utilisez de préférence un mélangeur monté en accessoire de perceuse. La pâte doit être homogène. Il faut laisser reposer 4 ou 5 minutes avant application. Le temps d’utilisation de la colle préparée est de 1 heure dans les conditions normales. Notez que cette colle n’adhère pas sur des surfaces trop lisses. Un encollage par plots exige environ 2 kg de colle par mètre carré.

Isolation de murs intérieurs par doublage sur ossature

La solution la plus pratiquée consiste à établir un doublage des murs intérieurs par ossature. Cette solution présente l'avantage de pouvoir établir l'épaisseur d'isolant que l'on souhaite. C'est la solution idéale quand les murs ne sont pas parfaitement droits, situation dans laquelle il n'est pas possible de coller un panneau composite directement sur le mur .

Isolant derrière ossature


Il faut d'abord repérer repérez et tracer au sol et au plafond l’emplacement de la future cloison en fonction de l'épaisseur choisie pour l'isolant. La fixation des rails haut et bas se fait par perçage et vissage .
On coupe les montants en retirant 5 cm par rapport à la mesure sol-plafond. Le premier montant est à fixer à 1 cm du mur de retour, les montants suivant étant espaces de 50 cm.  Une fois l'isolant disposé derrière l'ossature on fixe la plaque de plâtre sur l'isolant. 

Isolant embroché derrière ossature

Une autre solution consiste à fixer les rails haut et bas à l'emplacement voulu, puis des rails horizontaux sur lesquels on glisse des éléments d'appui (sortes de petits pieux, sur lesquels on embroche l'isolant. La suite de l'opération est identique à la méthode précédente.

Contre-cloison maçonnée isolante

Cette solution est intéressante, car économique. Elle a l’inconvénient de faire perdre pas mal de place en surface, mais elle assure une très bonne isolation.
Utilisez des panneaux de laine de verre semi-rigides, avec pare-vapeur tourné vers le côté chauffé, c’est-à-dire l’intérieur de la pièce. Ces panneaux seront maintenus au mur par embrochage sur des pattes fixées au mur.
Montez ensuite la double cloison en briques plâtrières ou carreaux de plâtre, en laissant un espace de quelques centimètres entre les carreaux et le pare-vapeur de l’isolant. Toute cloison maçonnée doit reposer sur une semelle en liège ou en panneau de fibres dur, et ne pas être solidaire du plafond.

La pose de l’isolant

• Déterminez l’épaisseur de l’isolant (entre 60 et 100 mm) en fonction des besoins.
• Fixez au mur les pattes sur lesquelles vous allez embrocher l’isolant. Placez-en une à 40 cm du sol et une autre à 40 cm du plafond dans l’axe médian de chaque lé.
• Coupez les lés d’isolant majoré de 1 à 2 cm pour garantir un calfeutrement parfait de l’isolant.
• Embrochez les lés en ménageant, si nécessaire, le passage des gaines électriques.
• Rabattez les pattes de fixation pour bloquer l’isolant.

Le montage de la cloison

• Le montage des briques plâtrières ou des carreaux de plâtre doit toujours se faire à joints décalés, comme pour un mur de briques ordinaires.
• Placez une bande de liège ou de panneaux de fibres dur au sol pour désolidariser la cloison de celui-ci et jouer le rôle de joint de compression.
• Montez les carreaux ou les briques par emboîtement avec de la colle à carreaux, en alternant les joints. Il peut être souhaitable d’établir un ancrage de la cloison si celle-ci dépasse 2,40 m.
• Assurez-vous de la verticalité de la cloison avec un niveau à bulles.
• Laissez un jour de 1 ou 2 cm au niveau du plafond que vous reboucherez au plâtre ou à la colle. De la sorte, vous éviterez un fissurage de la cloison en cas de tassement du plafond.

Attention au poids !

Même si les carreaux de plâtre ou les briques plâtrières ne sont pas très lourds, assurez-vous, avant d’entreprendre ce genre de travaux, que le plancher peut les supporter. En habitat locatif ou dans une copropriété, il est souvent nécessaire d’informer le propriétaire ou le syndic de ce genre de transformation. Au moindre doute sur la capacité de charge du plancher, adressez-vous à un professionnel avant de vous lancer dans une opération qui pourrait engager votre responsabilité.

Cloisons séparatives isolantes

Il existe de nombreuses solutions pour séparer en deux une pièce jugée trop grande, parmi lesquelles une cloison “en dur” composée de carreaux de plâtre ou de briques plâtrière. Il s’agit de travaux relativement importants qui, par ailleurs, ne résolvent pas la question de l’isolation. La pose d’une cloison en panneaux isolants sur ossatures métalliques ou de panneaux alvéolés entre tasseaux constitue une solution plus intéressante. La première est une solution techniquement plus avancée, la seconde un bricolage facile à réaliser.

Cloison sur ossature

• Repérez et tracez l’emplacement de la future cloison.
• Fixez les rails haut et bas, (ils sont en U).
• Coupez les montants en les minorant de 5 cm par rapport à la cote sol-plafond que vous aurez relevée avec précision.
• Placez le premier montant à 1 cm du mur et posez un montant tous les 50 cm.
• Posez les plaques de plâtre d’un côté, disposez l’isolant, puis posez les plaques de l’autre côté.

Cloison alvéolaire

Les cloisons alvéolaires de 5 cm d’épaisseur ne procurent pas une isolation thermique ou phonique très importante. Leur facilité de montage, en revanche, en fait une réalisation à la portée de tous les bricoleurs.
• Tracez au sol, sur les murs et au plafond, l’emplacement des côtés de la cloison.
• Débitez ou faites débiter des tasseaux qui vous permettront, une fois fixés, de former de véritables rails de guidage et de maintien pour le plafond.
• Fixez-les provisoirement, puis percez, vissez et chevillez.
• Engagez la cloison dans son rail ; jointoyez les parements.

Il est possible d’isoler phoniquement une cloison alvéolaire en y fixant des entretoises sur lesquelles vous embrocherez l’isolant. Elles vous serviront aussi à tenir les montants d’une ossature métallique qui recevra des plaques de plâtre.

Partager avec vos amis :


Cet article peut vous intéresser :

image

Isoler la toiture par l'intérieur

La mise en œuvre de l’isolant diffère selon la présentation de l’isolant lui-même, mais également selon le support contre lequel il est appliqué. La tendance est à la pose de panneaux semi-rigides par calage sous profilés métalliques (fourrures), mais l'isolation par l'extérieur gagne du terrain.

Les dernieres vidéos maison

image

Bien apprécier la lumière dans les combles

Modélisez rapidement vos combles et imaginez les possibilités d'aménagement pour créer de nouveaux espaces de vie depuis votre smartphone. L'application gratuite My Daylight vous révèle les bénéfices de l'éclairage naturel. Obtenez facilement des pièces plus grandes et plus confortables à vivre. Catherine JUILLARD, Responsable Prescription Lumière et Thomas BERGE, Chef de Produit Digital, tous deux chez VELUX®, répondent aux questions de Christian PESSEY, Journaliste de la Construction, en charge de l'émission VOTRE MAISON sur RMC. 

image

La rénovation énergétique en questions avec la députée Marjolaine Meynier-Millefert

Retrouvez dans cette vidéo les acteurs majeurs de la filière et la députée Marjolaine Meynier-Millefert , co-animatrice du plan de rénovation énergétique pour le gouvernement. Cette conférence-débat, animée par Christian Pessey sur le Salon de la Rénovation et Décoration 2019, a permis aux acteurs majeurs de la filière de dialoguer et d'échanger avec la députée sur tous les thèmes touchant à la rénovation énergétique. Voici la synthèse de ce débat

image

Quels travaux entreprendre à l'arrivée du printemps?

Les jours rallongent et les températures sont plus clémentes : le printemps constitue une belle opportunité d’entreprendre des travaux de rénovation à la maison. Quels que soient les travaux entrepris, la luminosité, l’ouverture sur l’extérieur et le renouvellement de l’air intérieur sont des éléments clés à considérer pour gagner en qualité de vie. De simples ajustements aux projets de rénovation permettront de prioriser ces éléments pour une maison confortable et agréable à vivre pour tous les membres de la famille. Prisca Pellerin, architecte et designer d'intérieur donne des conseils.

image

Le remplacement des fenêtres et le crédit d'impôt (CITE) en 2019

Le remplacement des fenêtres est réintroduit dans le périmètre du Crédit d'Impôt Transition Énergétique en 2019. Mais dans des conditions si restrictives que le bénéfice en est très limité. La conversion en prime pour les ménages défavorisés n'interviendra qu'en 2020. 

image

Réparer les WC

La réparation des WC passe très souvent par le remplacement du robinet flotteur. Tuto pour tout vous expliquer

Les derniers conseils maison

image

L'ardoise : matériau de couverture durable et élégant

L'ardoise naturelle est un schiste dur : la roche d'origine est tranchée en fines feuilles, de formats variés. L'ardoise la plus répandue (celle de la meilleure qualité) est l'ardoise d'Angers, bleu-gris. Malheureusement les gisements sont pratiquement épuisés ou trop coûteux à exploiter. L'ardoise d'Espagne, moins chère, lui ressemble beaucoup, mais elle contient souvent des pyrites. On trouve aussi l'ardoise du Morbihan (à dominante verte) et celle des Pyrénées, plus foncée. Ces ardoises naturelles sont aujourd'hui fortement concurrencées par les ardoises synthétiques fibre-ciment (dites "fibro") d'un aspect très proche, plus faciles à poser et d'un coût inférieur de 50% environ, mais dont la couleur n'est pas toujours stable et durable.

image

Peut-on remplacer une chaudière par une pompe à chaleur ?

La pompe à chaleur est aujourd'hui l'une des solutions les plus économiques et écologiques pour remplacer une vieille chaudière.  Le coefficient de performance de celle-ci (COP) permet de transformer 1kW de consommation électrique en 3 à 4 kW de chaleur. Certaines pompes à chaleur réversibles  permettent d'apporter un rafraîchissement en été. Jean-Pascal Chirat, vice-président de l' AFPAC (Association Française pour les Pompes à Chaleur), répond aux questions de Christian PESSEY, journaliste de la construction, en charge de l'émission VOTRE MAISON sur RMC. 

image

Isolant à base d'herbe de prairie

Toutes les fibres végétales peuvent servir à faire des isolants thermiques : pourquoi pas l'herbe de prairie (autrement dit le foin) dont l'une des vertus est évidemment d'être renouvelable et d'offrir un bilan carbone négatif. Un nouvel isolant fait de fibres d'herbe de prairie, mis au point et fabriqué en Suisse fait son apparition.

image

Isolant à base d'herbe de prairie

Toutes les fibres végétales peuvent servir à faire des isolants thermiques : pourquoi pas l'herbe de prairie (autrement dit le foin) dont l'une des vertus est évidemment d'être renouvelable et d'offrir un bilan carbone négatif. Un nouvel isolant fait de fibres d'herbe de prairie, mis au point et fabriqué en Suisse fait son apparition.

image

La laine verre peut-elle être écologique?

Depuis de nombreuses années, le débat fait rage pour savoir ce qu'est un isolant "écologique". Si la matière d'origine elle-même de la laine de verre (le sable ou le verre recyclé) n'est pas en cause, le liant qui assure la cohésion des fibres peut être mis sur la sellette. Un optant pour un liant à base végétale, un fabricant ( Knauf Insulation ) permet d'apporter une réponse à ce débat.  

image

La laine verre peut-elle être écologique?

Depuis de nombreuses années, le débat fait rage pour savoir ce qu'est un isolant "écologique". Si la matière d'origine elle-même de la laine de verre (le sable ou le verre recyclé) n'est pas en cause, le liant qui assure la cohésion des fibres peut être mis sur la sellette. Un optant pour un liant à base végétale, un fabricant ( Knauf Insulation ) permet d'apporter une réponse à ce débat.