L'électricité, c'est quoi?

Qu’il s’agisse de faire une demande d’abonnement, de lire une facture d’électricité ou de réaliser une installation, il faut maîtriser un certain nombre de données de base sur cette énergie indispensable dans la maison : l'électricité.

L’électricité est un domaine très spécifique qui fait appel à des règles générales et à un vocabulaire précis. Il n’est donc pas inutile de les rappeler ici, ainsi que le sens et l’emploi d’un certain nombre de termes sans lesquels il est difficile de comprendre les principes de fonctionnement des installations électriques, même les plus simples.

Le courant

Il s’agit d’un déplacement d’électrons le long de conducteurs métalliques. Comme un courant hydraulique, le courant électrique a un sens : il part d’un point (neutre ou négatif) pour se diriger vers un autre (phase ou positif).

Courant continu et alternatif

Pendant longtemps, le courant alimentant les installations domestiques était continu, c’est-à-dire qu’il arrivait par un fil pour repartir par l’autre. Progressivement, on est passé à une alimentation en courant alternatif (plus stable et plus aisé à produire), celui-ci changeant de sens cinquante fois par seconde (on parle de cinquante périodes ou de 50 hertz (Hz). Ainsi, dans une installation, chaque conducteur est-il alternativement phase et neutre. L’affectation des couleurs aux conducteurs est donc désormais purement théorique, mais permet leur identification dans les différents appareils.

Courant monophasé et triphasé

Dans le cas le plus simple, le courant est mis à disposition, à la sortie du disjoncteur, sous la forme de deux fils (phase et neutre) ; il s’agit d’une alimentation monophasée (une seule phase). La nécessité de fournir à certains appareils une forte puissance a conduit à les alimenter à l’aide de plusieurs phases, en l’occurrence trois +, un neutre (voire sans neutre) ; d’où l’appellation de triphasé (trois phases), mis à disposition sous la forme de trois ou quatre fils, plus terre.

La phase, le neutre et la terre

• La phase correspond à l’ancien pôle + des installations en courant continu ; elle équivaut, de façon assez théorique, à l’arrivée du courant. Dans une installation, elle est signalée par la couleur rouge en sortie de disjoncteur. Au-delà, elle peut être identifiée par toute couleur, sauf le bleu, le vert, le jaune et le vert-jaune.
• Le neutre correspond à l’ancien pôle – ; il équivaut à la sortie du courant de l’installation : un conducteur de neutre doit obligatoirement être de couleur bleue.
• La terre désigne en fait le conducteur dit de "protection", car il est destiné à faire retourner vers la terre tout courant qui “s’échapperait” des conducteurs de phase ou de neutre en raison d'une mauvaise isolation: sa couleur est obligatoirement verte, jaune, ou vert-jaune.

Les conducteurs

On désigne sous cette appellation générique les fils et câbles qui servent à acheminer le courant. Ils peuvent être câblés (plusieurs fils tressés) ou massifs (âme massive).

Le court-circuit

Comme son nom l’indique, cet incident provient du raccourcissement d’un circuit électrique, avant son passage dans l’appareil qu’il est censé alimenter. Il résulte, dans les faits, du contact accidentel de deux conducteurs qui ne sont plus isolés. L’absence totale de résistance en ce point de rencontre entraîne un brusque échauffement qui se traduit par une étincelle, voire une flamme.

Les unités de mesure

Les critères de mesure d’un courant électrique sont finalement assez proches de ceux d’un courant hydraulique. On distingue ainsi :
• sa pression, ou tension, mesurable en volts (V),
• son débit, ou intensité, mesuré en ampères (A),
• sa puissance, exprimée en watts (W).
Ces différentes unités sont interdépendantes, comme le montre la formule : n W (watt) = n A (ampères) x n V (volts).

Enfin, la nature et la forme (longueur et section) du métal du conducteur engendrent une certaine résistance à la progression du courant ; celle-ci mesurée en ohms (Ω).

Le disjoncteur principal

Il joue le rôle d’interrupteur général de l’installation et se déclenche automatiquement pour couper l’alimentation électrique lorsque se produit une anomalie :
soit sur le réseau d’alimentation (hausse de tension),
– soit sur l’installation elle-même (court-circuit).

Les coupe-circuits

Ils sont associés à une série de circuits ou à chaque circuit qu’ils ont pour rôle de protéger en cas d’anomalie (court-circuit ou demande d’intensité trop forte du fait du branchement d’un appareil trop puissant pour le circuit). Les fusibles, encore très présents sur les installation anciennes, comme leur nom l’indique, doivent fondre lorsque la température du conducteur s’élève au-delà d’une certaine limite (à la suite d’un court-circuit ou d’une demande trop forte), coupant ainsi le circuit. Les disjoncteurs divisionnaires fonctionnent comme le disjoncteur principal, mais sont miniaturisés pour protéger chacun un conducteur ou un circuit. Ils sont plus précis que les fusibles. Quand ils sont différentiels, ils détectent tout fuite de courant et coupent le circuit pour la protection des personnes.

 

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Installations électriques dangereuses

Toutes les enquêtes le prouvent : les installations électriques des maisons et appartements sont pour la plupart hors normes, voire vétustes et dangereuses. Pour le savoir, vous pouvez conduire un certain nombre de vérifications.

image

La production et la distribution de l'électricité

La production d’énergie électrique est assurée, dans un pays comme la France, par différents types de centrales : hydraulique (turbine sur des chutes d’eau), thermique (à gaz ou à charbon), atomique (80% de la production). D’autres sources sont aujourd’hui complémentaires ou à l’étude : solaires, éoliennes, géothermiques. La distribution est assurée par un réseau aérien maillé.  

Les dernieres vidéos maison

image

Accrocher dans la plaque de plâtre

Christian PESSEY et Eric BARNASSON, Responsable du Pôle marketing Produits & Systèmes chez PLACO® , vous donnent tous les conseils pour accrocher de lourdes charges dans de la plaque de plâtre, et notamment toutes les informations sur la plaque à haute résistance Habito®

image

La laine de verre et la santé

Dans cette interview, Christian PESSEY fait le point avec Florence GAUVIN, expert isolation chez ISOVER sur les risques que représenteraient l'utilisation de la laine de verre et pour en avoir le coeur net, ils ont fait appel à l'expertise du docteur Christian RECCHIA.

image

Chauffage: le suivi à distance

Dans cette vidéo, Christian PESSEY et Camille MAINGUENAUD, chef de projet marketing chez ENGIE Home Service , vous expliquent comment fonctionne le suivi à distance de votre chaudière et en quoi il représente un avantage certain pour son entretien.

image

Comment isoler sa maison ?

Dans cette vidéo, Christian PESSEY et Pierre-Guillaume VUILLECARD, responsable de la communication chez Les ECO-Isolateurs se sont interrogés sur ce qui fait une bonne isolation. 

Les derniers conseils maison

image

Repeindre la façade

En maintenant l’extérieur d’une maison en bon état, on préserve son étanchéité et sa qualité esthétique. Il est inutile de peindre les briques, mais si l’une d’entre elles est abîmée ou poreuse, il faut la remplacer avant que l’humidité ne se propage. Il est en revanche important de repeindre périodiquement les crépis avec une peinture façade microporeuse. Elle présente l’avantage de protéger la façade en empêchant l’eau et l’humidité de pénétrer, tout en laissant la maçonnerie respirer.

image

Cloisons légères de séparation : quel matériau choisir?

Monter une cloison permet de réaliser différents aménagements : séparer un grand espace en plusieurs pièces, créer une séparation dans une pièce ou installer un coin bureau ou toilettes. Suivant votre besoin et l’emplacement de la cloison, il est important de faire le bon choix.  

image

Isoler la toiture de combles aménageables

Quand on veut conserver la possibilité d’utiliser les combles, notamment pour en faire des pièces à vivre, on isole la sous-toiture et non le sol du grenier. On utilise pour cela de la laine minérale ou végétale de forte épaisseur. La solution la plus simple est de l’embrocher sur des suspentes et de la maintenir par des profilés (appelés aussi fourrures) métalliques sur lesquels sont ensuite fixées des plaques de plâtre ou encore du lambris. Ce type d’isolant (ici IBR Contact) très performant est gainé d’un voile de protection limitant les risques d’irritation de la peau quand on le manie.

image

Confinement : aménager la maison pour le télétravail

Les confinements successifs révèlent la place prépondérante qu'est en train de prendre le télétravail, autrement dit, le travail à la maison, encouragé, voire imposé par les Pouvoirs publics et donc par les entreprises. L'expérience démontre la nécessité d'organiser voire d'aménager les lieux pour être efficace et pour ne pas déranger le reste de la famille.

image

Couler une dalle en béton extérieure

Le béton commence à prendre 2 h environ après avoir été gâché. Il faut donc le couler, le tasser et en lisser la surface pendant cette durée. Divisez les grandes surfaces en sections pouvant être finies sans difficulté dans ce laps de temps. Vous pouvez marcher sur le béton au bout de 3 jours, mais attendez 5 jours avant de le décoffrer et au moins 10 avant de rouler dessus avec une voiture.  

image

L'humidité dans la maison en hiver

C’est l’un des principaux problèmes que l’on peut rencontrer dans une maison en cette saison. D’abord parce que c’est la période où le taux d’humidité dans l’air est le plus élevé, mais aussi parce que quand il ne neige pas, il  pleut beaucoup .