Le bois et ses dérivés

Le bois est parmi les matériaux de construction les plus anciens : facile à se procurer, aisé à mettre en œuvre, c’est aussi un excellent matériau de construction, durable, résistant, qui se travaille avec un minimum d’outils. Il procure en outre une excellente isolation – bien meilleure que la pierre ou le béton – et possède des qualités esthétiques qui le destinent à la décoration. Il est à l'origine de nombreux dérivés tels que la panneau de particules et le contreplaqué.

Le bois de pays

C’est le bois traditionnellement utilisé par le menuisier de village qui, pendant longtemps, a pris ce qu’il avait sous la main, c’est-à-dire le bois qui poussait dans les forêts alentours. On en trouve en grande surface de bricolage dans des formats et des essences assez restreints. En revanche, les négoces en sont assez bien fournis. On distingue :

  • Le bois de feuillus (chêne, hêtre, orme, noyer, charme) servait principalement pour la fabrication des meubles.
  • Le bois de conifères (pin, sapin, mélèze) était surtout réservé pour les travaux et utilisations moins nobles.

Le bois exotique

L’importation de ces bois d’outremer s’est faite à partir du XVIe siècle. Il s’agissait surtout, alors, de bois précieux tels que l’acajou, le palissandre et le teck, très utilisés en construction navale pour leurs qualités esthétiques et de résistance. L’exploitation industrielle des forêts africaines et d’Amérique du Sud et la taille des billes de bois ont conduit à une mécanisation des procédés de débit, de façonnage (surtout pour la fabrication d’huisseries standardisées), et à l’apparition de nouveaux produits dérivés, les bois précieux n’étant plus utilisés qu’en placage. Il est aujourd'hui protégé pour une gestion durable par les labels d'écocertification FSC et PEFC

Les dérivés du bois

L’idée de réaliser des matériaux dérivés du bois résulte, à l’origine, de la volonté de récupérer les déchets de sciage (sciure) et d’usinage (copeaux), produits en quantité importante dans les scieries et menuiseries industrielles. Plutôt que de les brûler, on s’est efforcé de les réassembler pour former une sorte de bois de synthèse, plus économique que le bois naturel et aux qualités différentes. On en est venu à destiner spécifiquement certaines essences à cette utilisation.

  • Le contreplaqué multiplis est certainement le plus ancien des dérivés du bois : il résulte du collage alterné de minces feuilles de bois – les plis –, toujours en nombre impair (3 à 9 en général). La colle de certains résiste à l’eau (CTBX) autorisant une utilisation à l’extérieur (voire dans l’eau). Le contreplaqué est plus léger, plus souple et plus stable que le bois naturel. Il se scie bien, mais s’usine plus difficilement. Son épaisseur dépasse rarement 22 mm.
  • Le contreplaqué latté est formé de petits blocs de bois (les lattes) pris en sandwich entre deux feuilles de bois du même type que celles servant à faire du multiplis. Utilisé pour des épaisseurs supérieures à 22 mm, il bénéficie d’une meilleure rigidité que le multiplis et d’une stabilité parfaite. La présence de vides entre les blocs rend son sciage et son usinage parfois délicats.
  • Le lamellé collé est formé de lamelles de bois collées ensemble parallèlement, d’où une résistance à la flexion exceptionnelle. Ce genre de produit est très utilisé en construction, pour obtenir des portées de poutres exceptionnelles.
  • Le panneau de particules (ou aggloméré) est constitué de copeaux plus ou moins fins, assemblés par collage et compression. C’est le dérivé le moins noble, mais aussi le plus économique. Plus lourd que les autres dérivés, il est aussi plus souple mais moins résistant au poids, d’où une moindre résistance à la flexion. Il convient pour toutes les utilisations qui n’exigent pas de perçages ni un usinage précis et soigné. La qualité CTBS convient pour une utilisation intérieure, le label CTBH désignant des panneaux pouvant être utilisés (modérément) à l’extérieur. Il existe des panneaux ignifugés classés M1 (non-feu).
  • Le triply est formé par le collage de trois couches de fines lamelles de pins croisées. Il se visse, se cloue et s’usine facilement et peut être utilisé sans difficulté à l’extérieur.
  • Le médium (MDF et HDF) est un panneau intermédiaire entre les panneaux de particules et ceux de fibres. C’est en effet un amalgame de très fines particules de bois donnant un panneau se sciant, se perçant et se moulurant aussi bien que du bois. Sa résistance à la flexion est très bonne.
  • Les panneaux de fibres (durs ou mous), du fait de leur faible épaisseur (3 mm) sont destinés essentiellement à la réalisation de plans verticaux sur châssis bois. Bruts ou laqués, ils se clouent, s’agrafent ou se vissent sur leur structure porteuse. Les panneaux perforés sont utilisés pour l’isolation acoustique et pour suspendre des outils.

Les placages

Les bois ordinaires, comme les panneaux, peuvent être plaqués en surface de bois ou de matériaux décoratifs.

  • Le placage décoratif consiste à coller en surface une fine couche de bois précieux ou décoratif. La mode des meubles plaqués est apparue dans les années 1930. De nombreux panneaux de particules ou de contreplaqués sont plaqués de la sorte. Il existe des bandes de placage permettant d’assortir les chants des panneaux.
  • Les panneaux stratifiés ou mélaminés sont habillés d’une fine couche de matière plastique assurant un revêtement à la fois protecteur et décoratif, imitant souvent différents matériaux dont… le bois. On les utilise pour faire des tablettes, des plateaux de table et différents meubles de rangement. Ils sont proposés avec des bordures et des chants assortis.

La présentation des produits

Le bois comme les panneaux sont présentés sous différentes formes plus ou moins élaborées en fonction des utilisations.

Le bois

  • Le bois brut est proposé à la vente tel qu’il sort de scierie, après, cependant, un traitement insecticide et fongicide (s’en assurer néanmoins). Il faut veiller à ce qu’il ait bénéficié d’un séchage minimal pour éviter toute déformation importante ultérieure.
  • Le bois raboté (une ou plusieurs faces) bénéficie d’un usinage qui le rend lisse, donc apte à la décoration.
  • Le format des bois détermine une dénomination précise correspondant à différentes utilisations : carrelets, baguettes, tasseaux, liteaux, voliges, bastaings, planches, etc.

Les panneaux

Les différents panneaux dérivés du bois sont présentés dans des épaisseurs et des formes variées. Il est possible de les faire couper aux cotes que vous souhaitez lors de l’achat si vous vous les procurez dans les grandes surfaces et magasins spécialisés dans le bricolage.

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Les outils du menuisier

Le bois est un matériau agréable à travailler. Tous les menuisiers amateurs ont éprouvé du plaisir à façonner une pièce de bois pour en faire un meuble ou un objet. N’importe qui croit savoir scier, clouer ou manier la râpe. Mais le travail du bois s’apprend, a fortiori lorsqu’il s’agit de réalisations un peu compliquées qui exigent des traçages et des coupes très précis, un rabotage et des assemblages résistants.

image

Le placage des chants

C’est le moyen de donner à un simple panneau de particules ou de contreplaqué l’aspect d’un panneau de bois noble.

Les dernieres vidéos maison

image

Accrocher dans la plaque de plâtre

Christian PESSEY et Eric BARNASSON, Responsable du Pôle marketing Produits & Systèmes chez PLACO® , vous donnent tous les conseils pour accrocher de lourdes charges dans de la plaque de plâtre, et notamment toutes les informations sur la plaque à haute résistance Habito®

image

La laine de verre et la santé

Dans cette interview, Christian PESSEY fait le point avec Florence GAUVIN, expert isolation chez ISOVER sur les risques que représenteraient l'utilisation de la laine de verre et pour en avoir le coeur net, ils ont fait appel à l'expertise du docteur Christian RECCHIA.

image

Chauffage: le suivi à distance

Dans cette vidéo, Christian PESSEY et Camille MAINGUENAUD, chef de projet marketing chez ENGIE Home Service , vous expliquent comment fonctionne le suivi à distance de votre chaudière et en quoi il représente un avantage certain pour son entretien.

image

Comment isoler sa maison ?

Dans cette vidéo, Christian PESSEY et Pierre-Guillaume VUILLECARD, responsable de la communication chez Les ECO-Isolateurs se sont interrogés sur ce qui fait une bonne isolation. 

Les derniers conseils maison

image

Repeindre la façade

En maintenant l’extérieur d’une maison en bon état, on préserve son étanchéité et sa qualité esthétique. Il est inutile de peindre les briques, mais si l’une d’entre elles est abîmée ou poreuse, il faut la remplacer avant que l’humidité ne se propage. Il est en revanche important de repeindre périodiquement les crépis avec une peinture façade microporeuse. Elle présente l’avantage de protéger la façade en empêchant l’eau et l’humidité de pénétrer, tout en laissant la maçonnerie respirer.

image

Cloisons légères de séparation : quel matériau choisir?

Monter une cloison permet de réaliser différents aménagements : séparer un grand espace en plusieurs pièces, créer une séparation dans une pièce ou installer un coin bureau ou toilettes. Suivant votre besoin et l’emplacement de la cloison, il est important de faire le bon choix.  

image

Isoler la toiture de combles aménageables

Quand on veut conserver la possibilité d’utiliser les combles, notamment pour en faire des pièces à vivre, on isole la sous-toiture et non le sol du grenier. On utilise pour cela de la laine minérale ou végétale de forte épaisseur. La solution la plus simple est de l’embrocher sur des suspentes et de la maintenir par des profilés (appelés aussi fourrures) métalliques sur lesquels sont ensuite fixées des plaques de plâtre ou encore du lambris. Ce type d’isolant (ici IBR Contact) très performant est gainé d’un voile de protection limitant les risques d’irritation de la peau quand on le manie.

image

Confinement : aménager la maison pour le télétravail

Les confinements successifs révèlent la place prépondérante qu'est en train de prendre le télétravail, autrement dit, le travail à la maison, encouragé, voire imposé par les Pouvoirs publics et donc par les entreprises. L'expérience démontre la nécessité d'organiser voire d'aménager les lieux pour être efficace et pour ne pas déranger le reste de la famille.

image

Couler une dalle en béton extérieure

Le béton commence à prendre 2 h environ après avoir été gâché. Il faut donc le couler, le tasser et en lisser la surface pendant cette durée. Divisez les grandes surfaces en sections pouvant être finies sans difficulté dans ce laps de temps. Vous pouvez marcher sur le béton au bout de 3 jours, mais attendez 5 jours avant de le décoffrer et au moins 10 avant de rouler dessus avec une voiture.  

image

L'humidité dans la maison en hiver

C’est l’un des principaux problèmes que l’on peut rencontrer dans une maison en cette saison. D’abord parce que c’est la période où le taux d’humidité dans l’air est le plus élevé, mais aussi parce que quand il ne neige pas, il  pleut beaucoup .