Le brasage à flamme nue (ou soudure douce)

La liaison entre deux tubes en cuivre peut s’effectuer par brasage, appelé aussi parfois "soudure douce". C’est la solution la plus économique, et donc la plus utilisée par les professionnels et par les amateurs avertis. Elle fait appel à une technique simple : le brasage par capillarité, qui s’obtient en chauffant fortement des pièces de métal (ici, en cuivre) jointives et en remplissant le très faible interstice compris entre les pièces avec un métal d’apport, au point de fusion supérieur à celui des pièces à assembler.

Méthodes d'assemblage

Le brasage

Il ne serait pas possible de braser en bout deux tubes de même diamètre. La technique la plus simple consiste à utiliser des raccords en cuivre, sorte de manchons dont le diamètre intérieur est à peine supérieur au diamètre extérieur des tubes à assembler : l’interstice est de l’ordre de 50/100e de mm. Il peut s’agir de raccords droits de prolongation, de coudes ou de T de dérivation. Ils existent dans des tailles correspondant aux diamètres standards de tubes en cuivre disponibles sur le marché.

Le manchonnage

Il est possible aussi d'emboîter deux tubes sans raccord. Il faut pour cela évaser l'extrémité de l'un des tubes pour l'assembler à un autre : c'est le manchonnage. On utilise pour cela un mandrin ou une pince à emboîture. Pour que le tube puisse être évaser, il faut qu'il soit recuit ou qu'il le soit en le chauffant au rouge avec la flamme d'une lampe à souder ou d'un chalumeau.

La préparation des pièces

Nettoyez l’extrémité des tubes avec de la laine d’acier et ébarbez la coupe à l’aide d’une lime. La qualité du brasage dépend pour une grande part de la préparation des pièces : dégraissage et décapage.
Enduisez de flux décapant la partie des tubes qui sera recouverte par le raccord. Assemblez les tubes avec ce dernier. Dans tous les cas où cela est possible, il est préférable de réaliser les assemblages dans un étau, pour mettre ensuite en place des éléments entiers de l’installation, pour limiter le nombre des brasures effectuées contre les murs. Pour celles-ci, une plaque anti-feu est indispensable, afin de ne pas endommager la maçonnerie ou son revêtement.

Le brasage

Il faut une flamme permettant de porter le métal du tube à la température de fusion du métal d’apport. Pour les tubes de faible section, la flamme d’une lampe à souder suffit ; pour ceux de moyenne section, un chalumeau est nécessaire ; enfin, pour les tubes de très forte section ou les tubes d’acier, un chalumeau bi-gaz est indispensable.

Dirigez le dard de la flamme sur les parties à assembler, jusqu’à ce qu’elles deviennent rouge sombre.
Détournez alors la flamme.
Approchez la baguette du bord du raccord. Le fil de brasure doit se liquéfier au contact du métal chauffé. La brasure file alors dans le joint, en le remplissant complètement (phénomène de capillarité). Si le fil ne fond pas, c’est que le métal n’est pas assez chaud.

La difficulté consiste à faire fondre la quantité exactement nécessaire de métal d’apport.

Après refroidissement des pièces, passez-les à la brosse métallique, puis nettoyez-les avec un chiffon humide pour éliminer les traces de flux.

Partager avec vos amis :


Ces articles peuvent vous intéresser :

image

Cintrer les tubes en cuivre

Une installation de plomberie ne comporte pas que des tubes droits ; pour réaliser des coudes,  le cintrage permet de plier les tubes selon un angle voulu, sans en écraser le diamètre (ce qui pourrait modifier le débit et créer des coups de buttoir au passage de l’eau). C'est une solution plus économique que l'utilisation de raccords coudés, à braser ou mécanique. Cette solution réduit également les risques de fuites.

image

Le brasage à flamme nue (ou soudure douce)

La liaison entre deux tubes en cuivre peut s’effectuer par brasage , appelé aussi parfois " soudure douce ". C’est la solution la plus économique, et donc la plus utilisée par les professionnels et par les amateurs avertis. Elle fait appel à une technique simple : le brasage par capillarité , qui s’obtient en chauffant fortement des pièces de métal (ici, en cuivre) jointives et en remplissant le très faible interstice compris entre les pièces avec un métal d’apport, au point de fusion supérieur à celui des pièces à assembler.

Les dernieres vidéos maison

image

Les atouts de la PAC hybride gaz

Quels sont les atouts d'une pompe à chaleur hybride gaz ? Christian pessey fait le tour de la question dans cette nouvelle vidéo.

image

Isolation : les tests en situation réelle

Pour mesurer les performances de leurs isolants, Actis pratique ce que l'on appelle des "tests en situation réelle" ! Christian PESSEY et Maxime DURAN, directeur de l'innovation chez Actis vous expliquent de quoi il s'agit.

image

La qualité de l'air dans la maison

Il est souvent dit que l'air intérieur des maisons est très pollué. Dans cette vidéo, Christian PESSEY, avec l'aide de QUALITEL , vous explique comment identifier ces polluants et comment agir pour en réduire le nombre et donc leur impact sur la santé.

image

Accrocher dans la plaque de plâtre

Christian PESSEY et Eric BARNASSON, Responsable du Pôle marketing Produits & Systèmes chez PLACO® , vous donnent tous les conseils pour accrocher de lourdes charges dans de la plaque de plâtre, et notamment toutes les informations sur la plaque à haute résistance Habito®

image

La laine de verre et la santé

Dans cette interview, Christian PESSEY fait le point avec Florence GAUVIN, expert isolation chez ISOVER sur les risques que représenteraient l'utilisation de la laine de verre et pour en avoir le coeur net, ils ont fait appel à l'expertise du docteur Christian RECCHIA.

Les derniers conseils maison

image

Un lit en forme de cabane pour vos enfants

Créé en 2017, Mon Lit Cabane est né de l’idée de deux parents en quête d’inspiration et de designs originaux pour choyer leurs deux enfants avec des chambres créatives, ludiques et où il fait bon grandir.

image

Nouveau diagnostic de performance énergétique (DPE)

L'arrivée prochaine d'un nouveau Diagnostic de Performance Énergétique obligatoire ne laisse pas indifférents les professionnels de l'immobilier comme le montre la réaction de la FNAIM, qui salue "un outil plus fiable et plus lisible" au service de la rénovation énergétique Emmanuelle Wargon, ministre déléguée au Logement a précisé les grandes lignes du nouveau diagnostic de performance énergétique (DPE) -obligatoire lors d’une vente ou d’une mise en location d’un logement- qui sera applicable au 1er juillet 2021. Principal changement, l’estimation de la facture énergétique annuelle ainsi que celles des émissions de gaz à effet de serre vont figurer sur le diagnostic. Voici son décryptage.

image

La tendance JAPANDI

Subtile rencontre entre le Japon et la Scandinavie, la tendance Japandi souffle un vent de sérénité et de bien-être dans les intérieurs.

image

Acheter une maison ou un appartement : les conseils de Christian

Compte tenu de la valeur actuelle des appartements et des maisons, l’achat dans l’immobilier ancien mérite de prendre un certain nombre de précautions, souvent de pur bon sens… Les taux de crédit sont très bas : ce n'est pas une raison pour acheter n'importe quoi n'importe où !

image

Les différents types de plafonds

Dans les maisons anciennes, les plafonds sont en plâtre sur lattis (bacula). Dans les habitations modernes, ils sont le plus souvent en plaque de plâtre. Si le plancher est à structure bois, les deux types de plafond sont fixés sur les solives qui supportent le plancher de la pièce supérieure. Beaucoup de maisons ont des sols et planchers d’étage en béton : dalle auto-porteuse, mais plus souvent encore plancher en hourdis béton (ou entrevous), posés entre des poutrelles en béton précontraint, des plaques de plâtre assurant la finition du plafond.

image

Poser de la mosaïque murale en plaque

La pose des tesselles de mosaïque est facilitée par leur assemblage en plaques contrecollées sur une toile Nylon, parfois sur papier kraft. On peut ainsi couvrir toute une surface ou insérer des motifs entre des carreaux classiques.